Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2019

Blessures d’amour-propre ou autodérision?

0.JPGDernièrement, je recevais un mail du lecteur "user313" qui m'incitait à réfléchir en m'écrivant avec la mention "Pour alimenter vos réflexions", l'opinion de Guillaume Grignard, chercheur FNRS en sciences politiques à l'Université Libre de Bruxelles au sujet de l'article "Se moquer des puissants renforcerait-il leur pouvoir ?".

Cette article, une suite à ce qui précède? Mais non...


Le décès de Jacques Chirac le 27 septembre 2019 a rappelé à quel point l’ancien président français avait été populaire dans les médias, notamment dans certaines émissions satiriques comme Les Guignols de l’info. À tel point que le chroniqueur Yann Barthès (TF1) s’est récemment demandé si l’émission n’avait pas permis d’augmenter considérablement le capital sympathie de l’homme politique auprès de l’électorat français.
Ce mythe du président propulsé par des humoristes est tenace. Il a été répété à de multiples reprises dans les discours d’hommage comme dans l’interview du candidat à la maire de Paris, Cédric Villani, qui fait de Jacques Chirac dans les Guignols son principal souvenir de l’ homme qu’il était . Il faut pourtant rappeler qu’il n’y a pas l’ombre d’une relation causale pour expliquer le lien entre la popularité de l’ancien président et l’émission des Guignols. Cela en dit long sur le pouvoir que les médias attribuent aux humoristes.


Les cibles des humoristes
Les humoristes complices des politiques ? Cette question m’a interpellé dans le cadre de mes recherches doctorales dont je livre ici mes premiers résultats. Le contexte que j’ai étudié est celui des élections présidentielles françaises de 2017. J’ai plus précisément observé de qui les humoristes de radio et de télévision se moquent.
En observant leurs cibles, j’ai émis un certain nombre d’hypothèses qui remettent en question le caractère subversif du travail des humoristes.
Mon corpus comprend les sketchs radio de Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek, "Si tu écoutes, j’annule tout" mais aussi les chroniques de Guillaume Meurice, Daniel Morin, Frédéric Sigrist, Frédéric Fromet, Pierre-Emmanuel Barré, Nicole Ferroni, Laurent Gerra et Nicolas Canteloup, de septembre 2016 à juin 2017, soit un total de 1 323 billets d’humour.


Quand on observe les cibles des humoristes (le nombre de cibles différentes) et leurs occurrences (leur nombre d’apparitions) sur la période étudiée, on constate que les humoristes se moquent en grande partie des hommes et des représentants des deux grands partis des dernières décennies : le Parti socialiste (PS) et Les Républicains (LR).0.JPG
En moyenne, les femmes prises pour cibles représentent 19,81 % de mon échantillon. Au niveau de la représentation politique, en moyenne 63,27 % des cibles politiques étaient issues du PS ou LR. Toutes les autres formations politiques doivent se contenter de proportion bien moindre. Ainsi, les deux tiers de l’espace politique comique sont consacrés à des moqueries envers deux partis historiquement aux commandes de la France ces dernières années.
Pour s’en rendre compte, je propose un classement lissé des candidats à la présidentielle ciblés par les humoristes. J’ai compté les occurrences des candidats à l’élection présidentielle chez chaque humoriste et les ai agencé pour que chaque humoriste ait la même représentativité. Autrement un humoriste qui est à l’antenne au quotidien compterait bien plus qu’un autre qui n’a qu’une chronique par semaine.
Dans ce tableau, tous les humoristes de mon échantillon ont été recensés comme s’ils avaient tous faits 100 billets d’humour. On obtient alors la distribution suivante --->
Un tableau montre une nette différence entre les grands et les petits candidats. Il témoigne aussi d’un problème à la gauche de l’échiquier politique : les occurrences cumulées de Benoît Hamon et Jean‑Luc Mélenchon n’atteignent même pas celles de Manuel Valls, pourtant éliminé de la course aux présidentielles.
De plus, Jean‑Luc Mélenchon et François Fillon ont obtenu un score comparable au premier tour de l’élection présidentielle alors qu’ils sont à des distances astronomiques dans ce classement. Le nombre d’occurrences très faible de Jean‑Luc Mélenchon soulève plusieurs questions. Pourquoi les humoristes se moquent-ils si peu de personnalités de gauche radicale ? Est-ce parce qu’ils en sont proches ? Ou bien plutôt parce qu’il n’y a pas d’éléments aussi drôles à en retirer ? En tout cas Jean‑Luc Mélenchon, tout comme Benoît Hamon ont été beaucoup moins pris pour cibles par rapport à leurs concurrents "de droite".
Le calendrier importe
Au-delà de la distribution, la période à laquelle les humoristes se moquent de certaines personnalités politiques surprend aussi. Mes analyses montrent que les humoristes ne parviennent pas à se distancier de l’agenda médiatique. Ils l’accompagnent.
Cela signifie que le calendrier électoral de l’élection et des différentes primaires a eu un impact important sur le choix des cibles des humoristes. Les Républicains ont été omniprésents de septembre à mi-novembre, moment où avait lieu leur primaire.


0.JPG<----Les socialistes ont eu plus de visibilité en décembre et en janvier. Ensuite, toute l’actualité politique a concerné François Fillon et les affaires auxquelles il a été mêlé, ce qui explique son très grand nombre d’occurrences dans le classement présenté.
La plus impressionnante de ces trajectoires est sans aucun doute la courbe de François Fillon. Elle démontre à la fois l’« effet primaire » (octobre et novembre) et les conséquences de ses « affaires » en février et mars, période à laquelle il n’y a pas un humoriste en France qui ne parle pas de lui.
La courbe très constante d’Emmanuel Macron croît régulièrement jusqu’à devenir la plus forte à partir du moment où il est élu et que la menace de Marine Le Pen est écartée.
On voit également le très faible score des candidats de gauche avec Benoît Hamon dont personne ne parle avec le mois de mars et Jean‑Luc Mélenchon qui est constamment resté invisible.
Enfin, dernière observation plutôt cocasse : Jean Lassalle est le seul « petit » candidat à avoir vraiment transpercé le plafond de verre. En avril, les humoristes ont tellement parlé de lui qu’il a même égalé le score d’occurrences de Marine Le Pen. Il se situe alors nettement au-dessus de Benoît Hamon ou Jean‑Luc Mélenchon.

Le mythe de l'humour subversif
La description des cibles des humoristes et leur répartition dans le calendrier laissent entrevoir des constats qui mettent à mal la thèse d’un humour subversif qui a vocation à casser les codes sociaux et politiques.
Sous cet angle, les humoristes apparaissent plutôt comme prévisibles, reproduisant le rapport de force en place au lieu de le contester.
Les humoristes, hommes ou femmes, chroniqueurs sur radios publiques ou privées, ont tous comme point commun de concentrer leur satire sur des cibles politiques qui appartiennent au Parti socialiste ou aux Républicains dans la période étudiée. Soit les deux plus grands partis au pouvoir lors des dernières décennies.
Cette promesse d’un versant subversif de l’humour n’est cependant en rien une trahison de leur part. Ils n’ont jamais prétendu vouloir changer le monde et tous les entretiens que j’ai effectués auprès d’eux soulignent que l’importance première pour un comique c’est d’être drôle bien avant être rebelle, désobéissant ou révolutionnaire.
C’est plutôt un certain univers intellectuel qui nous fait rêver de cette figure du comique qui dérange le pouvoir.
Elle s’est fortement cristallisée en France suite aux attentats contre Charlie Hebdo et a inspiré beaucoup d’auteurs pour écrire une grande histoire politique du comique français.
Il faut pourtant aller au-delà du mythe. Si l’humoriste peut produire un discours caustique et piquant face au pouvoir, quand il s’exprime dans un média il n’en reste pas moins un acteur du système qui commente l’actualité que d’autres font pour lui.
Sa subversion ne peut outrepasser sa situation d’employé par un média, et de figure sanctionnée par le public actif sur les réseaux sociaux. L’humoriste doit plaire à son employeur et à son public qui remplit ses salles de spectacle. C’est probablement ce qui lui retire toute réelle force d’opposition face à un système qui, sous couvert d’amusement, se joue de lui.

Avant de commencer, je sors ce nouveau "Dérive des continents" qui montre les antagonismes français qui partent en fissions nucléaires.

0.JPG

Première réaction, c'est de dire que si un président prend tout ce qu'il entend au premier degré, il est foutu à très brève échéance.
Deuxième réaction, il n'y a aucun mythe, tout n'est que parades.
Troisième réaction, en France, "Se moquer des représentants des deux grands" a toujours été la "crème fouettée entre gauche et droite alors qu'en Europe, il n'y a plus ni gauche ni droite, toutes deux bouffées, grappillées par les extrémismes de bon aloi et de tous poils puisque les modérés n'ont plus la cote. Débat: podcast
Tout est donc prévu, calculé d'avance dans un jeu du chat et de la souris.0.JPG
Dans une démocratie à la française, être chahuté par l'humour des humoristes que ce soit positivement ou négativement, est seulement normal et doit être considéré comme bienvenu comme faisant partie des risques du métier.
Cela fait une partie du droit de réponse de la population dans ce qu'ils ressentent comme seulement nécessaire.  
D'où la question naturelle qui s'impose: que ne faudrait-il pas faire pour espérer plaire à la population et faire oublier les mauvaises impressions qui surviennent souvent sous forme de polémiques souvent à partir des réseaux sociaux et des autres médias?
Tous les présidents récents sont passés à la moulinette de l'ironie pendant leur gouvernance dites "démocratique".
0.JPGQuand Volodymyr Zelensky, se retrouve à la présidence de l'Ukraine, alors qu'il était humoriste, producteur, acteur, scénariste, réalisateur, acteur-phare de l'émission télévisée humoristique "Serviteur du peuple" en jouant son rôle actuel, c'est même la consécration suprême de ce phénomène puisqu'il connait toutes les ficelles du métier.
En France, on peut situer cette nouvelle forme relation président-population avec "Les Guignols de l'info" qui ont diffusé la satire sous forme de marionnettes, entre le et le
"C'est Canteloup" a pris la relève de ces marionnettes par seulement les imitations de Canteloup et par"les "deep fake", les vidéos truquées par la transformation des enregistrements d'images en y incrustant d'autres propos.
Procédé qui pourrait être dangereux s'il n'était pas encadré dans des limites précisées par son humour.
La présidence est une fonction très particulièrement visée par les humoristes.
L'humour de ceux-ci s'adapte à une phrase prononcée, à des attitudes physiques, à des manières de s'exprimer et à des tics. 
Les réparties peuvent donc très bien être positives ou négatives du moment qu'elles restent honnêtes et parfaitement représentatives.
Les critiques commencent souvent à la suite d'une observation et se poursuit par le renforcement de ce soi-disant défaut qui n'est qu'un détail de la personnalité.
C'est du trompe-l’œil par excellence qui ne peut qu'apporter le rire et faire oublier les problèmes plus épineux en arrière-plan.
Qui dit "détail" oublie en général tout le reste d'une politique.
Cela apporte une touche d'intérêt pour la population à suivre la politique avec l'humour qui souvent n'intéresse pas vraiment.
Les dirigeants doivent passer par la case 'humour' pour faire parler d'eux. L'indifférence serait pire.
Donc, pas de balises à définir quelques faiblesses comme inhérente à tous les hommes.
Dernièrement, l'intellectuel anglais, ancien journaliste au « Financial Time », David Goodhart, interrogé sur ARTE dans 28' était présenté comme "L’homme qui veut réconcilier populistes et progressistes". En penseur des fractures de nos sociétés contemporaines dans son ouvrage « Les deux clans », il met en lumière un nouveau clivage entre ceux qu’il nomme les « Somewhere » (le peuple qui se sent ancré quelque part) et les « Anywhere », (qui se sentent à l’aise n’importe où) qui, selon lui, sont ceux qui dominent aujourd’hui les démocraties occidentales et libérales. Du coup, il a changé de clan et écrit : « Je ne me suis jamais senti à l’aise en tant que gauchiste privilégié, l’inauthenticité était trop crue. »podcast.
Cette approche pourrait apporter une nouvelle optique intéressante pour les humoristes dans laquelle l'autodérision prend une part importante du jeu du combattant démocrate dans la virtualité ou dans la réalité presque comme un baume ou une protection contre les "mauvais esprits" d'une population.
D'ailleurs, l'autodérision ne servirait à rien s'il n'y avait une volonté incluse d'amender sa politique par la critique.
L'Autocritique des blogs et des intellos" et des réseaux sociaux pourrait aussi soigner pas mal de choses.
Macron, patron d'une république monarchique, a son imitateur qui ne l’honore pas vraiment.

Et comme le montre la vidéo suivante, les présidents comme lui, ont des préférences bien marquées.

 
Il n'y a qu'une critique argumentée qui instruit, sinon cela se termine toujours par l'arroseur arrosé.
Si une critique négative peut faire mal aux testicules, il faudrait peut-être lui faire voir cette petite vidéo cocasse et se faire remplacer par une femme, non?
Aujourd'hui, la politique attire comme un défi pour surmonter les échecs des précédents avec dynamisme et ambition.
Où s'arrête la démocratie?
L0.JPGe cas récent de l'ex-président Morales en Bolivie entre un coup d’État ou une prise de pouvoir démocratique était bien expliqué dans ce podcastpodcast.
0.JPGL'humour n'existe plus pendant des élections que pour abaisser son adversaire dans un combat de coqs pour apporter l'estocade et la touche décisive qui fera la différence.
En Belgique, ce ne sont plus les élections au niveau de l’État mais à celui du parti du MRpodcast et ça swingue en montrant leurs crocs.....
La présidence du parti MR a vu une lutte pour le pouvoir avec des emmerdes potentielles pour le non amateur de politique.
Le buzz peut fait mouche dans l'absence de caricatures rend un débat plus ennuyeux encore que la neutralité.
Une pub censurée fait parfois plus de bien pour la firme qui l'utilise.
Bref, les dirigeants se doivent d'être présents à toutes les occasions pour que l'on parle d'eux.
Imiter quelqu'un en sa présence devient un exercice de haute voltige pour les deux interlocuteurs et intéressant pour évaluer le degré d'autodérsion.
 
Quand les dirigeants ne sont plus au balcon, déchargés de leur présidence souvent fatigués et soulagés du pouvoir, ils écrivent un livre de souvenirs et de "petits secrets de fabrication" et entrent dans le vif dans l'intimité de leur personnalité.
 
Le 6 octobre dernier, Sarkozy était invité sur France2 pour révéler ce qu'il y avait en arrière-plan pour arriver en finale à sa présidence dans son livre "Passions".
Le 23 octobre, c'était le tour de François Hollande au 28' sur ARTE de s'expliquer sur sa politique révélée dans son livre « Répondre à la crise démocratique »podcast.
Et en finale, il y a Donald Trump qui est imperméable à la dérision de sa personne.
Il considère avoir toujours raison dans une démocratie qui n'en a plus vraiment le nom dans les faits.
L'hypocrisie et la flatterie ne font plus d'autres office que sous forme de sarcasme vis-à-vis de l'adversaire qui n'est pas assez admiratif de sa personnalité et de sa politique. Débat:podcast

0.JPG

Les étudiants en manque de moyens, ne se sentent pas bien dans leur peau d'après l'histoire à Lyonpodcast.
Qu'en dire en intermède, il me semble que ce serait bien et judicieux d'aller à la rencontre de la jeunesse comme dit Nicolas Vadot.

0.JPG

  Cette chanson du nouvel album de Pomme ma parait tout à fait dans la note.

 
Pour le commun des mortels, les blessures d'amour propre, c'est autre chose.
0.JPGDe notre autodérision belge, j'en avais parlé dans ce billet "L'auto-dérision, un produit de la belgitude"
Je parlais de "belgitude" mais cela ne veut pas dire qu'elle soit générale même en Belgique.
On n'y fait pas du standup pour se présenter sur Internet et on n'apprend rien de précis au sujet de son interlocuteur dans la virtualité.
Donc, il faut tester son interlocuteur et voir ce qu'il a dans les tripes par des artifices quand il ne se dévoile pas par un "à propos" substantiel.
Être connu, être aimé de son entourage, sortir de l'ombre, oui, bien sûr...
Parfois, il faut parler d'orgueil, d'envie d'exister sur la place publique, encore d'accord...
L'ambition torture toujours autant qu'elle frise le raisonnement.
"Pousse café" qui sortait mercredi avec ses caricatures dans lequel j'exprimais un intérêt pour l'humour et un désintérêt pour des polémiques dans une vision utopique de notre époque.
Je lisais ce billet qui pourrait donner des indices de résistance par l'autodérision.
Comment résister aux remarques moqueuses (euphémisme) et ne pas en être victime.
Une première fois, blessé et ne pas pas répondre apporte une trêve. Plus tard, ré-attaqué, il suffit d'ajouter pour chercher la paix “Tu oublies de citer tous mes autres défauts" en permettant une remarque “rieuse” avec un sourire complice. Le problème, c'est que "Y a qu’la vérité qui blesse". dans les attaques et critiques que l’on peut subir dans la vie. Nul besoin au critiqueur d’être intelligent pour trouver un fond de vérité puisque on est jamais parfaits, ni même totalement innocents. Confronté aux moqueries, garder le silence ou répondre en cherchant à blesser plus moqueur, pour se venger. La blessure restera.
La meilleure façon de répondre, c’est bien celle de faire l'étalage de ses défauts et oser se regarder tel qu’on est, s’accepter et comprendre que, dans la vie, l’important n’est pas d’être parfait, mais de s’efforcer de faire ce qu’on peut avec ce qu’on a.0.JPG
1.JPGÉchapper aux blessures d’amour-propre, c'est avoir le courage d’écouter son agresseur et d'utiliser sa force comme l'écrit Nicolas Vadot---->>>>
S'énerver face à celui qui cherche à blesser, c'est le laisser gagner. Reconnaître qu'il n'y a rien de plus facile que de nous blesser, et que cela n'a en revanche rien de glorieux pour continuer son chemin sereinement". 

On commémore aujourd'hui, le premier anniversaire de la première des Gilets jaunes. Débatpodcast.
C'est le moment de sortir la philo du désenchantement :podcast

Puisque le ridicule ne tue pas et que les sources ne sont pas taries, profitons-en avec la version des Monty Piton qui est toujours une option à revitaliser.

 Les faiblesses face aux blessures d'amour-propre m'ont donné l'envie de reprendre la chanson "Le Poinçonneur des Lilas" de Serge Gainsbourg
mais avec d'autres paroles..

..

 
"Je suis scribouilleur de l'Agora"
Le gars qu'on lit et qu'on n'connait pas
Y a pas de soleil sous la science
Pour tuer l'ennui dans la conscience
Drôle de croisière dans ma chaumière
De mon PC à réseaux sociaux
Aux romanciers fan de l'écrit 
On se la coule douce à Miami
Pendant le temps que je fais le scribe
A la recherche des amibes
Voilà qu'elles sont sottes ces infos
Je bouche les trous, par petits coups avec des mots
Comme petit fou pas trop mou, à boucher des petits trous
Des trous de seconde classe
Des trous de première classe
Je bouche des trous, des petits trous, encore des petits trous
Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous
Des petits trous, des petits trous
Des petits trous…
Des petits trous, des petits trous

Je suis scribouilleurs de l'Agora
Je change la tragédie en comédie
Je vis au cœur de la planète
J'ai dans la tête
Un carnaval de confettis
J'en amène jusque dans mon lit
Et sous mon ciel de patience
Je vois passer beaucoup de correspondances
Parfois je rêve, je divague
Je vois des vagues
Et dans la brume au bout du quai
Je vois un bateau qui vient me chercher
Me sortir des mots pour boucher des trous
Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous
Mais le bateau se taille
Et je vois que je déraille
Et je reste dans mon trou à boucher des petits trous
Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous
Des petits trous, des petits trous
Des petits trous, des petits trous

Je suis scribouilleurs de l'Agora
De l''Atomium, je vois pas l'Opéra
J'en ai marre des mots qui s'emmêlent
Dans tout ce bordel
Je voudrais jouer la fille de l'air
Laisser ma casquette au vestiaire
Un jour viendra, j'en suis sûr
Où je pourrais m'évader dans la nature
Je partirai sur la grande route
Peu importe ce que ça coûte
Et si pour moi, il n'est plus temps
Je partirai les pieds devant
Je bouche des trous, des petits trous, encore des petits trous
Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous
Y a de quoi devenir dingue
De quoi prendre un flingue
A boucher un trou, un petit trou, un dernier petit trou
Un petit trou, un petit trou, un dernier petit trou
Et on me mettra dans un grand trou
Où je n'entendrai plus parler de trou plus jamais de trou
De petits trous de petits trous de petits trous
 

 
Eriofne.
 
17/11/2019: Amour-propre de l'automne
IMG_5787.JPG IMG_5783.JPG

IMG_5784.JPG

IMG_5785.JPG

IMG_5786.JPG

IMG_5788.JPG

 

Écrire un commentaire