Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2019

Pierre le Drôle

0.JPGSous le titre "Bruegel n'est pas celui que vous croyez", la Bibliothèque Royale de Bruxelles présente l'exposition "The World of Bruegel in Black and White".

La Bibliothèque conserve une collection complète d'estampes de Bruegel en pionnière dans l'étude de l'artiste sous de nouveaux angles de "l'art sur papier".  

Le catalogue de l’œuvre peinte en couleurs de Bruegel est  connu, mais ce sont les estampes en noir et blanc qui ont fait le plus partie de l’œuvre de Bruegel.


Nom de naissance "Pieter van Breda" mais à son époque, on l'appelle du surnom de "Pierre le Drôle" ou plutôt "Pieter de Grappig" en flamand.

0.JPGPierre Bruegel (ou Brueghel), généralement affublé du titre "L'Ancien" est un peintre et graveur brabançon né entre 1525 et 1530 non loin de Breda , dans un village qu'on appelait naguère Bruegel qui pourrait être Grote Brogel et Kleine Brogel et mort « dans la fleur de l'âge » (« medio aetatis flore ») entre 35 et 45 ans, le à Bruxelles dans les Pays-Bas espagnols et 0.JPGenseveli dans l'église Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles.

La biographie de Pieter le Drôle est extrêmement lacunaire, sans sources écrites et donc chargée d'hypothèses.

Contemporain de Charles Quint et de son successeur Philippe II d'Espagne.

Sa maison se trouve à proximité, au n° 132 de la rue Haute dans le quartier des Marolles.0.JPG

À l'époque, ce quartier de la Chapelle était tout sauf un quartier populaire. La maison spacieuse qu'il habitait se trouvait dans l'une des rues les plus riches de Bruxelles.

Au 16e siècle, Bruxelles était l'un des centres politiques les plus importants d'Europe.

0.JPGNon loin de là, au Mont des Arts, le Palais du Coudenberg  était l'une des résidences principales de Charles Quint

La palais est en ruine à la suite d'un incendie en 1731 et aujourd'hui, n'est plus visible que quelques parties souterraines, transformées en musée.

Bruxelles était un véritable pôle pour les artistes et la nouvelle noblesse urbaine.

Avec entre autres Jan van Eyck, Jérôme Bosch et Pierre Paul Rubens, il est considéré à juste titre comme l'une des grandes figures de l'École flamande, et l'une des principales de l'École d'Anvers.

En 1564 naît le premier de ses fils, Pieter Brueghel le Jeune, dit "Bruegel d'Enfer".

En 1568 son second fils, Jan Brueghel l'Ancien, dit "Brueghel de Velours".

« C'était un homme tranquille, sage, et discret; mais en compagnie, il était amusant et il aimait faire peur aux gens ou à ses apprentis avec des histoires de fantômes et mille autres diableries. », écrit de lui, Karel van Malder.

   ..

L'exposition en noir et blanc

1. La fabrique d'estampes: Constitué d'un dessin gravé sur une plaque de cuivre, envoyé à l'imprimeur, au négociant et au collectionneur

IMG_5831.JPG IMG_5830.JPG IMG_5835.JPG

2. Dessin à l'estampe: Média de masse diffusé parmi une clientèle à travers toute l'Europe.

3. Le dessinateur: Par une transposition de manière amusante et saisissante à l'aquarelle ou à l'huile, Brugel montre une passion pour le dessin par pur plaisir comme "Rivière avec pêcheur et un moulin à eau" ou "Le groupe Lugt" que l'on peut regarder avec du recul ou très proche, personnage par personnage.

IMG_5858.JPG IMG_5856.JPG IMG_5860.JPG

4. Le graveur: Travail d'orfèvre au burin et à l'eau-forte qui requière patience et savoir-faire pour accentuer les détails et les hachures et variations des plaques pour déterminer leur prix.

5. L'imprimeur: Confié à l'artisan imprimeur, la plaque est chauffée pour étaler l'encre dont l'excédant est ensuite retiré avec la paume de la main, avant de poser la feuille de papier qui avec la plaque est passé dans la presse.

6. L'éditeur: L'entreprise "Aux Quatre Vents" de Cock et Volcxken dans laquelle travaillait Bruegel fait tout pour que ses estampes plaisent au public. Les collectionneurs des Habsbourg reconnaissaient la qualité et l'originalité exceptionnelles de l'imagerie de Bruegel et achetaient ses œuvres.

Plusieurs de ses tableaux crée un mode fantastique imaginé avec des portraits de danses et de joie alors que la Flandre baigne dans une situation politique, religieuse avec une campagne de répression sanglante menée le duc d'Albe contre tous ce qui est considéré comme rebelle.

IMG_5837.JPG IMG_5846.JPG IMG_5848.JPG
IMG_5852.JPG IMG_5853.JPG IMG_5854.JPG

7. Paysages: Son voyage en Italie de 1552 qu'il atteint après des mois de marches, lui a provoqué un choc étant impressionné par ses panoramas très différents de son pays plat. "Il avale toutes ses montagnes et ses rochers pour les 'recracher' à son retour sur des toiles et des panneaux" écrivit son biographe Karel van Malder.

Un voyage en Italie qu'il pousse jusqu'à Rome où il a pu travailler avec le miniaturiste Giulio Clovio. "Le Port de Naples", le décor de "La Chute d'Icare" et du "Suicide de Saül" ainsi que quelques dessins témoignent de son périple.

IMG_5871.JPG IMG_5870.JPG IMG_5873.JPG

8. Un nouveau Bosh: Fantasmagories qui renvoient aux diables, monstres, êtres étranges, sont des modèles que Bruegel avait trouvé chez Jheronimus Bosh et auquel il avait ajouté l'ironie et humour.

IMG_5841.JPG IMG_5842.JPG IMG_5838.JPG

9. Vertus et péchés: Les "Sept péchés capitaux" truffés de scènes infernales suivis en miroir des "Sept vertus" avec la femme au premier rôle. Du bien et du mal, il en fait l'apologie dans plusieurs scènes à l'aide de paraboles de Évangiles comme celle des "Vierges sages et les vierges folles" avec dans le bas la vie sur Terre, en haut l'au-delà, les "sages" sur la droite du Christ et les "folles" à la gauche en attendant le "Jugement dernier" et le bon vouloir de Dieu.  

IMG_5844.JPG IMG_5843.JPG IMG_5845.JPG

10. Leçons de vie: sagesse fidèle à la réalité mais sous forme de caricatures pour mieux se connaître.

11. Ville et campagne: Au XVI siècle, citadins et campagnards vivaient dans des univers distincts, mais Bruegel mêlait les paysans dans leur façon de danser, de courtiser avec des images plus austères du village dont il est issu. Le travail essentiel pour survivre, se divertir pour vivre.

IMG_5866.JPG IMG_5859.JPG IMG_5868.JPG

12. Vaisseaux de mer: Entre 1555 et 1563, il est établi à Anvers et travaille pour l'éditeur Jérôme Cock, réalisant des dessins préliminaires pour des séries d'estampes. "Anvers a un beau port sur le fleuve, édifié sur la rive, où toutes sortes de navires, grands et petits, sont chargés et déchargés" qu'aimait dessiner Bruegel avec une grande précision.

IMG_5862.JPG IMG_5861.JPG IMG_5863.JPG

13: Bruegel inspire: Icône de son temps, en ami de la nature et admirateurs des gens, même après 450 ans après sa mort, Bruegel reste aujourd'hui encore une source d'inspiration pour l'artiste 'street art' et conteur d'histoire, si l'on voit le blog de Phlegm.

14. Bruegel peintre de couleurs:

IMG_5877.JPG IMG_5881.JPG IMG_5880.JPG
IMG_5879.JPG IMG_5878.JPG IMG_5884.JPG

Les incroyables compositions de Pieter le drôle, souvent moralisatrices, toujours pleines de personnages, invite le spectateur à réfléchir aux contenus des images, dont la complexité se situe à de multiples niveaux.

Ses peintures sont aisément reconnaissables et célébrées dans le monde entier.

5.JPG« Les Proverbes flamands » 6.JPG« Les Jeux d'enfants » 7.JPG« La Danse de la mariée en plein air » 8.JPG« Le Pays de Cocagne »

Difficile de tirer une conclusion sur la personnalité intime de Bruegel après cette exposition.

Néanmoins, par le dessin et la peinture, nul ne pourrait mieux représenter la vie en témoin de son temps dans une période de répression sanglante comme l'a fait Bruegel avec son "âme d'enfants".

La vie est courte... alors on danse ou on travaille... à la recherche de son moi... 

Bruegel cumulait son imagination à ses souvenirs espiègles dans ce qu'il appelait "une nef des fous" en mêlant rêves et cauchemars de gosses aux désirs amoureux d'une menteuse invétérée d'après l'audioguide qui accompagnait la visite. 


Eriofne,

Écrire un commentaire