Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2012

Bouchons sur l'eau, au sol et dans le ciel londonien

Londres, une ville qui dépasse les dimensions  de Los Angeles, passe une année d'événements majeurs qui carburent dans tous les domaines et des bouchons se dessinent.

0.jpgD'abord, Londres vient de célébrer le "Queen Diamond's Jubilee", les 60 ans de règne d’Elisabeth II.

Jubilé de Diamant pour la Reine, fêté en quatre jours, avec dimanche, le point principal, une armada de plus de 1000 bateaux qui a sillonné la Tamise entre Putney et Tower Bridge avec le "Gloriana" qui date de 1662, l'époque de Charles II, contemporain de Louis XIV en France.Une "Big Party", unconcert pop devant le Palais de Buckingham terni par l'absence du duc D'Edimbourg et en parallèle, une dizaine de milliers d'événements organisés pour l'occasion.

Hommage à la Tamise, à la "London's River", à l'esprit anglais de la fête.


Cinq ans de préparation au Jubilé. La tradition et le protocole obligent toujours dans un monde quelque peu à part où on ne fait pas uniquement rouler à gauche pour être différent.    

L'historien, Francis Ballast, rappelait ce parcours qui a vu la Reine Victoria comme première "Diamond's Jubilee" mais qui mentionne aussi que le Commonwealth n'est plus le Dominium sur 60% des terres émergées comme il l'était au début de son règne, mais plutôt une entente culturelle avec la langue anglaise et le système juridique comme intérêt en commun. Élisabeth II, si il y a subit une érosion du pouvoir, reste toujours immensément respectée par la population. Le rapprochement avec le peuple fut encore plus effectif avec sa mère, la Queen Mum. 0.jpg

"Racines et les Ailes" plantait le décor dans un Spécial Londres. "C'est du Belge" de même avec l'émission "Il était une fois, Elisabeth II", dans laquelle on suit avec ses 5000 chapeaux et robes assorties. Ce fut son grand-père, George V qui créa la dynastie des Windsor. L'année 1936 fut celle des trois rois se partageant le trône entre George V, Edouard VIII et George VI. L'année 1992, l'"annus horribilis" pour Elisabeth II. Douze premiers ministres pendant son règne. Des présidences de gauche et de droite se sont succédées à Buckingham Palace, à partir des États-Unis, de France et d'ailleurs. Des souvenirs doivent se retrouver dans le livre de Isabelle Rivère "Dans l'intimité du règne". Ceaucescu n'a pas laissé que de bons souvenirs chez Elisabeth II en 1978.

"Hiératique et pourtant si humaine", cette reine Elisabeth II.

Un petit tour au château de Winsor explique encore mieux le fond de l'affaire de la saga des "Windsor et Mountabatten". Test de nationalisme et de l'estime de la royauté. Tout ce qui peut se décliner aux couleurs de l'Union Jack est de sortie. 

Les opposants à la monarchie réclamaient la république et le droit d'élire leur propre chef d'Etat avec des calicots: «nous ne sommes pas des sujets». Ils se sont fait huer en chantant le "God save the Queen".  Les «rebelles» expliquaient la démarche dans un français parfait. Extraordinaire, pour un anglais... La royauté ne coûte que moins d'une livre en impôts par an et par sujet, parait-il. Tout le reste viendrait de tout ce qui est vendu en relation avec la royauté. L'image de la Reine se retrouve partout, sur les boîtes à biscuits, les cendriers... et les rentrées touristiques montent les recettes à un milliard de livres. Les touristes de partout font entrer les livres sterling dans les caisses de l'Etat.

0.jpg

Mais, revenons à la capitale, Londres.

Il y a d'abord le Grand Londres, une mégapole qui prend les dimensions gigantesques de 1579 km2, 15 fois celles de Paris, alors que Los Angeles n'a que 1296,6 km2. Huit millions de Londoniens.

Rien à voir avec la City de Londres, bien connue, avec sa Tour de Londres, Tower Bridge, Big Ben et le Parlement qui, le long de la Tamise, se fraient une place nostalgique dans les clichés souvenirs et sur les cartes postales.

Le Londres moderne, lui, est constitué de "The Shard" de 310 mètres de haut, du "London Eye", du "Gherkin" et d'autres gratte-ciel qui sont visibles de loin.

La ville a beaucoup changé mais elle est restée encadrée pour arriver à le faire dans les règles très british en traditions, très utilitaire, aussi. L'intérêt reste économique, fonctionnel et pas uniquement tourné vers le seul côté esthétique comme pourrait le faire penser Paris. 

2012, une année de grands événements pour l'Angleterre. Le Jubilée peut être considéré comme une répétition pour l'événement suivant, les Jeux Olympiques de fin juillet.

Alors, on commence à avoir peur de l'affluence que cela va provoquer dans le ciel et au sol. Les jeux olympiques de Pékin sont encore dans les mémoires comme vitrine de la Chine. Il fallait faire différent.

D'abord, l'Eurostar est le moyen de transport majeur qui n'en fait plus une île. Aussi rapide que l'avion si l'on veut se rendre au centre de Londres. A la descente du train, un hôtel de luxe y attend le touriste et l'homme d'affaires, avec une vue imprenable sur la gare. 

L'Est de Londres a été réservé aux JO comme un nouvel espace de vie avec un parc urbain que l'on voudrait récupérer après les jeux. L'Orbit en son centre est une oeuvre d'art architecturale de 115 mètres qui permettra une vue globale sur le parc olympique.

0.jpgLe protocole n'a pourtant pas changé. Les huit parcs royaux à Londres. Hyde park, Kensington Gardens, Regent’s Park ou Richmond Park...comme parcs royaux font de Londres la capitale la plus verte d’Europe ! Espaces verts dont l'origine dépasse les mille ans d'histoire.

Des quartiers industriels sont devenus commerciaux ou résidentiels parfois extravaguants. Le cosmopolitisme n'a fait que s'accentuer. 400.000 Français y résident. Difficile de trouver un job. 3000 euros par mois pour louer un appartement qu'il faut partager en collocation entre étudiants.   

Le trafic aérien pour et autour de Londres est à la hauteur de ses ambitions. Le trafic compte les vols de Paris et de Frankfort réunis.

Quatre aéroports viennent à la rescousse de Heathrow: Gatewick, Stansted, Luton et City. Heathrow a déjà trois terminaux qui se partagent les pistes en fonction de leur destination.

Ajouter une troisième piste, un sixième terminal à Heathrow, a été refusé.

Alors, on a pensé à un nouvel aéroport à 55 kilomètres de Londres, à l'embouchure de la Tamise: le Thames Estuary Airport.

Une plate forme maritime assez loin de tout pour ne pas ajouter de nuisances sonores. Le coût entre 60 et 84 milliards d'euros. Sont espérés 180 millions de passagers par an.

Magnifique, mais pas pour tout le monde0.jpg.

A l'Est de Londres, les propriétaires des appartements espèrent louer leurs biens à prix d'or pendant les jeux aux détriments des locataires existants. Des prix de 1500£, 2500£ sinon beaucoup plus, deviennent de nouvelles normes. Les locataires sont mis à la porte en prévision même si les propriétaires ne sont pas sûrs de relouer.

Quand on attire, à l'Est, autant de monde cela crée une concurrence et fait craindre de perdre un potentiel en manque à gagner, attise quelques jalousies. L'Ouest va jusqu'à se rebiffer.

Puis, ce qui n'arrange rien, il y a l'engagement de gouvernement pris en 2006 pour 2050 de réduire de 80% des émissions de carbone. 1.jpgQuand on connaît la pollution en CO2 qu'un avion produit, il y a intérêt à se tourner vers les constructeurs pour trouver des avions qui volent sans bruit et avec le moins de kérosène.

Mais qu'est-ce qui attire tant le monde à Londres?

En 2007, s'il y avait bien le vertige d'une société dynamique dans lequel je parlais de Londres mais c'était dans une période "avant crises". Cette fois, dans le jargon médical cela pourrait s'appeller le VPPB, avec le mot "Bénin" remplacé "dépendant du Bénéficière". Tout est toujours profitable, si on y trouve son propre intérêt.

En 2007, était dit que "Le luxe reste discret et passe outre les crises. Il faut quand même être cheikh du Qatar pour se payer l'appartement de 1.800 mètres carrés en construction face à Hide Park pour 147,5 millions d'euros.". 

Depuis, les crises se sont incrustées comme une tache d'huile dans le monde entier. Il fallait rechercher réduire ses ambitions dans des espaces plus appropriés destinés aux hommes d'affaires et aux touristes fortunés.

0.jpg

Là, l'étonnement est radical. Une nouvelle bulle immobilière a pris place, gonflée par des Arabes, des Italiens, des Français, par des tycoons asiatiques et... par des Grecs dont les fortunes sortent de Grèce et cherchent un nouveau refuge. Ils ne passent pas par les banques. Ils payent cash. La livre donne plus de confiance que l'euro. Plus de 50% des maisons londoniennes sont ainsi vendus à des étrangers. Et les millions de livres valsent et transitent pas des agences immobilières.  

"La valeur du bien semble inversement proportionnelle à son taux d'occupation. Quant aux propriétés modestes, elles voient leur prix baisser.", est-il constaté.

Marché bizarre et à deux vitesses?

0.jpgTroisième édition des JO en 2012, après ceux de 1908 et de 1948. En 1908, c'était parti même pour une durée de trois mois. Aujourd'hui, c'est en deux semaines qu'il faut rentrer dans ses frais. Londres veut que cela soit rentable. Les JO se veulent les plus verts de l’histoire avec un budget calibré à 9,3 milliards de livres. L'idée est de tout réutiliser après la fermeture.  Le village sportif est destiné à devenir un beau quartier résidentiel et familial avec 3.600 appartements.

L'East London, parent pauvre, jusqu'ici, avec ses 250 ha, après sa remise à neuf, apportera le renouveau qui est la logique intrinsèque à la volonté d'organiser ces jeux. 
   

Plus, on arrive à l'échéance, la révision du budget approche les 13 milliards, voire les 30 milliards si on prend en considération les coûts indirects, les Anglais espèrent qu'ils ne seront pas perdus à jamais. 1500 entreprises se sont déjà partagé le pactole de 9 milliards d'euros comme des morceaux du beau gâteau aux mille bougies.

Alors, hésiter entre l'envie de rassurer ou celle d'impressionner n'a pas de raison d'être. Tout coûte désormais très cher.

En 2010, la ville de Rome s'est, d'ores et déjà, retirée de la course à l'investiture des prochains JO en réponse aux problèmes financiers de l'Italie. Quand on n'a plus les moyens, il vaut mieux s'abstenir.

Les JO en 8 chiffres sont hallucinants:

0.jpg

1. Ce sera la plus grande mobilisation de personnel militaire et de sécurité depuis la Seconde Guerre mondiale. 13.500 troupes seront déployées. C’est plus que le nombre de celles qui se trouvent actuellement en Afghanistan. Les effectifs militaires totaux sont estimés à entre 24.000 et 49.000 soldats, mais le chiffre réel est secret, ce qui explique l'ampleur de cette fourchette. Des missiles sol-air, le bateau MMS Ocean prêts à bloquer le port à Greenwitch, des Typhoons seront près à décoller. Le budget de sécurité s'élève entre 600 millions et un milliards de livres, voire 3 milliards.

2. 1.000 agents de la diplomatie américaine et du FBI ainsi que 55 patrouilles avec des chiens seront envoyés sur la zone olympique. Celle-ci sera circonscrite par une clôture de 18 km de long, électrifiée avec une tension de 5000 volts pour séparer cette zone du reste de la ville.

0.jpg3. Les compétitions vont opposer 17.000 athlètes sur 17 jours, ce qui devrait coûter 59.000 livres  par athlète, soit 3.500 livres par athlète et par jour. Cela représente un total de 1,2 milliards d'euros...

4. Les Jeux olympiques d’Athènes en 2004 étaient encore plus coûteux, avec un montant de 90.000 livres par athlète. Ils ont, d'ailleurs, contribué à la crise grecque.

5. Sous la pression des États-Unis, les effectifs de sécurité ont été plus que doublés, par rapport à ceux qui avaient été prévus l’année dernière. Le coût de la sécurité à Londres pourrait atteindre 553 millions de livres selon les hypothèses les plus hautes.

6. Les spécialistes ont travaillé sur 27 scenarii de menaces et d’attaques terroristes diverses pendant les Jeux.

7. 4.000 chauffeurs assureront le transport de 40.000 officiels, bureaucrates, politiciens et personnalités variées pendant les 17 jours. Ils seront en mesure d'utiliser un système de voies spécialement construites pour l'événement dans les rues de Londres. Les touristes les plus riches pourront aussi emprunter ces voies s’ils acceptent de s’acquitter de 20.000 livres pour s’offrir le pass VIP.

8. 1.400 maisons qui ont été spécialement construites pour le village olympique. La famille royale du Qatar les a financées pour en devenir le propriétaire pour un montant de 557 millions de livres.

0.jpg

Le CIO, une multinationale aux poches bien garnies. Les droits audiovisuels des JO ont augmenté de 50% par rapport à ceux de des JO de Pékin. La sécurité, un problème majeur. Nouveau? Non, mais plus crucial. Le CIO contribue au niveau de 553 millions d'euros, 14% du budget global, soit plus de 4milliards d'euros qui proviennent des droits audiovisuels pour 80% et du sponsoring. Samaranch et Rogge s'en sont précoccupé. En local, le LOCOG, le comité olympique anglais, fournit le reste.  

0.jpg

De ce côté du Channel, on s'étonne souvent que l'euro n'est pas le bienvenu, que la Grande-Bretagne se tourne plus vers les États-Unis que vers l'Europe. 

Il y a des bouchons sur l'eau, au sol et dans les airs, mais on n'est pas bouchonné à Londres. "Fier d'être britannique", comme le disait le Prince de Galles lors d'une fête qui fut à l'échelle mondiale (vidéo). Être représentante d'un pays pendant 60 ans, aux yeux du monde, cela fera toujours mieux qu'une présidence limitée dans le temps. Le Japon est un exemple de plus de cette longévité.

0.jpg

Dans l'histoire, le "françois de France" était déjà employé en Angleterre dans les actes et les documents royaux. Le plus ancien manuel de «françois», le Traite sur la langue françoise, a été composé par un Anglo-Normand, Walter de Bibbesworth, entre 1240 et 1250. Il était destiné aux nobles anglais, qui avaient déjà des notions de «françois» et désiraient parfaire leurs connaissances dans cette langue qui se retrouvait jusque vers le milieu du XIVe siècle. Les Contes de Canterbury écrits par Geoeffrey Chaucer mettent en scène une prieure qui avec les belles manières de la haute société anglaise parle le "françois". Aujourd'hui, trouver un anglais qui parle plus de langues que la sienne, devient plus difficile. Tout Internet, tout le monde parle le globish.

Londres, la ville sans limites en mutation et invention permanente où la Reine jubile, écrit le Hors-Série de Le Point. 63% de la population en dessous de 45 ans.

L'excentrique maire, Boris Johnson, arriviste, gouailleur, gaffeur, a rempilé pour un second mandat en 2009. A l'humour douteux, en 2004, il lançait dans sa campagne: "Votez tory, votre femme aura des gros seins".

Alors, les JO de Londres, est-ce le triomphe de la peur sur le courage?

Wait and see and meanwhile forget the fear because, the slogan is always in french "Honi soit qui mal y pense".



L'enfoiré,

 

Citations:

  • « Je lâcherais tout, même la proie, pour Londres. », Alphonse Allais
  • « Si les bars à Londres avaient des terrasses comme à Paris, on y boirait des verres de pluie. », Somerset Maugham
  • « Il y a, entre Londres et Paris, cette différence que Paris est fait pour l'étranger et Londres pour l'Anglais. L'Angleterre a bâti Londres pour son propre usage, la France a bâti Paris pour le monde entier. », Ralph Waldo Emerson
  • « Beaucoup de choses sont possibles dès lors que l'on a été convenablement formé. Il faut mûrir dans un rôle que l'on s'habitue à jouer et accepter le fait que c'est votre sort dans l'existence. C'est un emploi à vie.", Elisabeth II (repris dans le livre de Isabelle Rivère)

 

Pour les photos, ma dernière visite dans le centre est trop lointaine, je ferai appel à Denise Caron dans sa série de Chronique londonienne:

Millenium, Foule, Masques, Musique, Quotidien, Glaces, Sauts, Lions, Verbe, Couleurs d'Ecosse, London Bridge.....

 0.jpg

Mise à jour 08 avril 2013: Décès de Margaret Thatcher Une main de fer sans gant de velours

Mise à jour 21 avril 2016: Elisabeth II fête ses 90 ans.

5.jpg

0.jpg

 

 

 

1.jpg

 

0.jpg

 

  • 0.jpg

    0.jpg

    0.jpg0.jpg

    0.jpg 

    0.jpg0.jpg0.jpg0.jpg0.jpg

Commentaires

Des anecdotes?
Par où commencer?
Peut-être par cette vision inversée de gauche et de droite.
Je me souviens que l'on a sauvé la vie d'un de nous qui traversait après avoir regardé à sa gauche en le tirant énergiquement de ses habitudes.
Je me souviens avoir presque été pris comme un cambrioleur de taxi en m'asseyant à la place du chauffeur.
Je me souviens de Egham, de Virgina Water Lake, de son parc que je fréquentais le soir à la nuit tombante. ( http://en.wikipedia.org/wiki/Virginia_Water_Lake ), de l’hôtel Wheatsheef, de son restaurant-pub...
Du château de Windsor, dont j'ai encore le catalogue...
Londres tellement de souvenirs..

Écrit par : L'enfoiré | 07/06/2012

Un avis d'ailleurs
www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-arrogance-british-118049

Écrit par : L'enfoiré | 07/06/2012

The art with "London calling"
http://videos.arte.tv/fr/videos/london_calling_extrait_-6705804.html

Écrit par : L'enfoiré | 08/06/2012

G20 de Los Cabos au Mexique :
«Cela paiera nos services publics et nos écoles et tout le reste»

«Quand la France instituera un taux de 75% pour la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu, nous déroulerons le tapis rouge et nous accueillerons plus d'entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni», a déclaré David Cameron devant des chefs d'entreprise, en marge du sommet.

1/ Cameron a oublié l'exemple de la Grèce et nous prouve son grand manque de culture et d'esprit de synthèse. L'impôt en Grèce était injuste, inexistant pour les plus riches des armateurs Grecs donc les plus pauvres ont également refusé de le payer. Nous savons aujourd’hui où cela aboutit pour la Grèce.

2/ Cameron oublie trop vite que l’Angleterre a toujours été incapable de respecter la monnaie commune Européenne, de ce fait il n’a aucune leçon à donner aux vrais pays Européens.

3/ Cameron oublie très vite que de nombreux Anglais viennent investir dans l’immobilier Français tant la bulle spéculative immobilière Anglaise est éloignée de toute réalité. Comme chacun le sait une bulle n’est jamais éternelle…

4/ Cameron oublie sa propre fille de 8 ans dans un pub, je ne puis donc pas le blâmer d’avoir oublié les trois points développés ci-dessus ! http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/11/01003-20120611ARTFIG00450-david-cameron-oublie-sa-fille-de-huit-ans-dans-un-pub.php

Bravo David essaye encore, peut-être un jour tu sera un Européen crédible mais pour l’instant il te reste fort à faire avant d’y parvenir !
Aussi ridicule que Merkel, ce n'est pas peu dire ....

Écrit par : Sun Tzu | 19/06/2012

David Camerone est un opportuniste.
La société Business Booster utilise cet opportunisme à son propre profit.
Les Français qui dépassent le millions d'euros de revenus ont choisis.
Pragmatique ou ridicule?
Question de goût... :-)

Écrit par : L'enfoiré | 24/06/2012

@ L'enfoiré

Ils ont choisi, c'est bien à cela qu'on reconnait la bêtise et le caractère vulgaire non durable d'un nouveau riche.
Le petit bourgeois a au moins ce "garde connerie" : Il sait réfléchir et calculer sans omettre le moindre paramètre là où le nouveau riche tombe dans tous les pièges pourvu qu'ils aient l'apparence d'une idée lucrative.

L'important ce n'est ni ce qu'on gagne ni les impôts, l'important c'est les charges et les dépenses TOUT déduit à la fin de l'année et la tranquillité d’esprit.
Tout ne se résume pas aux impôts, seuls les imbéciles de nouveaux riches vulgaires et sans cervelle peuvent penser comme cela.
Pour les autres la vie leur a appris bien plus taux à calculer al globalité.
Le bon sens ça ne s'invente pas mais surtout ça ne s'achète pas !
SIC

Je ne suis pas sévère, je suis juste "juste" ;)

Écrit par : Sun Tzu | 26/06/2012

Ce billet devrait donner une bonne réponse


Pourquoi les capitalistes haïssent les innovations

La technologie numérique nous permet de réinventer notre propre monde, et ce qu’elle nous promet pour le futur est fantastique, à condition que ceux qu’elle risque de gêner parce qu’ils manquent de l’imagination nécessaire pour en voir le potentiel ne viennent s’interposer pour protéger leurs intérêts, écrit Jeffrey Tucker sur le site « Laissez Faire Books ». Et ceux qui risquent d’élever ces barrières, ce sont les capitalistes eux-mêmes.
Tucker cite l’exemple de l’imprimante 3D, que l’on commence à trouver pour des sommes aussi modiques que 400 dollars (environ 300 euros). Ces imprimantes, qui permettent de fabriquer des objets sur la base de fichiers numériques, pourraient révolutionner le transport. Bientôt, au lieu d’envoyer des camions ou des navires de marchandises, on n’enverra plus que des fichiers de données, prophétise-t-il.
Mais une anecdote illustre bien les obstacles que cette révolution devra d’abord surmonter. Récemment, Thomas Valenty, un passionné du jeu Warhammer, avait fait l’acquisition de l’une de ces imprimantes 3D. Il s’était amusé à concevoir des figurines pour le jeu, et il avait posté le résultat de ses efforts sur le site de partage de fichiers pour imprimante 3D Thingiverse, pour permettre à d’autres passionnés de produire leur propres figurines selon ses spécifications. Mais Games Workshop, la société britannique qui avait conçu le jeu Warhammer, a trouvé les fichiers de Valenty, et porté plainte contre Valenty, qui se retrouve désormais au centre d’un procès pour copie d’objets physiques.
L’économiste Joseph Schumpeter avait prédit dans les années 1940 que les capitalistes finiraient par détruire le capitalisme parce que leurs modèles de rentabilité les obligent à se renouveler constamment. Il croyait qu’une classe de capitalistes finirait par haïr l’innovation et qu’elle prendrait action pour que des lois soient votées pour y mettre fin.
L’histoire est émaillée de multiples exemples de ce lobbying pour tenter d’entraver l’arrivée d’une innovation qui pourrait nuire à un marché existant. Récemment, on a craint que les livres numériques ne détruisent la littérature. Aujourd’hui, on sait qu’au contraire, ils ont permis de la développer, et de la vulgariser. Lors de sa création, on a pensé que la radio supprimerait le besoin des concerts, ce qui ne s’est jamais produit. Lorsque les disques ont été créés, on a cru qu’ils allaient nuire à la radio.
Chaque nouvelle technologie qui devient rentable est considérée comme une menace par les producteurs des produits qu’elle rend obsolètes. Mais avec le temps, il s’avère que le secteur finit par prospérer grâce à elle bien plus qu’il ne le faisait auparavant.
En fait, on observe toujours la décroissance des profits à long terme dans les économies de marché lorsque les conditions de production et de distribution sont laissées inchangées. C’est une conséquence de la concurrence : en produisant mieux et pour moins cher, elle oblige à apporter des améliorations, sous peine de voir les profits s’effondrer. Mais c’est aussi la raison pour laquelle de nombreux capitalistes haïssent le capitalisme. Dans une économie dynamique, et un marché libre, le cycle de production et de distribution tend toujours à anéantir les profits, et les entreprises qui veulent continuer à en réaliser doivent constamment s’améliorer.
C’est ce qui peut pousser les entreprises à réclamer la protection de l’Etat contre les nouvelles technologies. Mais elles ne peuvent au mieux que retarder l’inéluctable, parce que rien ne peut stopper les humains dans leur recherche d’une vie meilleure.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=pourquoi-les-capitalistes-haissent-les-innovations&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 26/06/2012

Super complément que j'ai partagé sur facebook tellement c'est bon !
Je suis on ne peut plus positif sur l'avenir, même si tout ne sera pas paradisiaque nous allons devoir progresser et dépasser le stade primaire de l'hypercapitalisme aveugle.
On arrête pas le progrès, là ça fait trop longtemps qu'on régresse ...
Car l'hypercapitalisme est un vieux soubresaut de la monarchie despotique, ni plus ni moins un retour en arrière qui dit "cachez ce sein que je ne saurai voir, tout comme les conséquences de mes actes" ...

Écrit par : Sun Tzu | 06/07/2012

Le Royaume Uni pourrait-il quitter l'UE s'il organise un référendum?

David Cameron ne veut pas quitter l’UE, et son partenaire de coalition libéral-démocrate, Nick Clegg, est un pro-européen. Ed Miliband, qui dirige le parti travailliste est un social démocrate européen convaincu, mais il n’empêche : même s’ils n’en parlent pas ouvertement, les probabilités d’un « Brixit », c'est-à-dire que le Royaume Uni ne décide de quitter l’UE n’ont jamais été aussi grandes, affirme The Economist.
Tout d’abord, le pays a de plus en plus de mal à s’accommoder des difficultés liées à la crise de la dette en Europe. De plus, l’évolution possible vers davantage d’intégration est considérée comme une menace pour le marché commun qui est le fondement de l’adhésion britannique. Les Britanniques n’aiment pas l’idée d’une Europe de transferts qui profiteraient à l’Europe du Sud.
Certains conservateurs britanniques veulent exercer un chantage sur Bruxelles. Ils craignent que les décisions poussant vers plus d’union soient désavantageuses pour la Grande Bretagne parce qu’elles altèreraient ses relations avec l’Europe, et ils proposent de bloquer toutes les mesures qui sont décidées pour sauver la monnaie unique en contrepartie d’une restitution de souveraineté nationale. Ils proposent même la tenue d’un référendum dans ce sens.
Selon The Economist, les «Tories » ne veulent pas vraiment le retrait complet de l'UE, mais ils souhaitent plutôt profiter de cette opportunité pour négocier une relation moins contraignante avec Bruxelles. La chancelière allemande Angela Merkel a déjà fait savoir qu’elle refuserait de faire des concessions, à moins qu’elles ne soient minimes.
Les conservateurs jouent avec le feu, estime le quotidien économique. Consulter les citoyens britanniques sur le sujet de l’UE pourrait se solder par une sortie de l’UE, que ce soit compte tenu du résultat du vote, ou en cas d’échec des négociations avec les partenaires européens. Pourtant, il semble bien que ce soit l’option retenue. Un grand nombre de ténors du parlement britannique sont convaincus que l’un des deux grands partis organisera un référendum à propos de l’UE avant les prochaines élections. Que ce soit une initiative des conservateurs ou des travaillistes, il est certain qu’elle recueillera le soutien du parti UKIP (United Kingdom Independence Party) qui monte en puissance, et qui prône le retrait pur et simple de l’UE.
Même s’il n’est pas souhaité par les leaders des grands partis britanniques, le départ de l’UE n’est plus du tout exclu. Les grands partis politiques britanniques ont ouvert la boite de Pandore, et ce qui va se passer désormais ne dépend déjà plus entièrement d’eux.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=le-royaume-uni-pourrait-il-quitter-lue-sil-organise-un-referendum&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 26/06/2012

La City de Londres est ébranlée par le scandale du Libor.
Le président de Barclays démissionne et Cameron annonce le lancement d'une enquête parlementaire sur les pratiques des banques.

Écrit par : L'enfoiré | 03/07/2012

Le Shard, nouvelle star controversée du ciel londonien

Le moment est en tout cas bien choisi. La nouvelle « icône » de la ville, comme l'appellent ses promoteurs, est prête à temps pour les Jeux olympiques qui s'ouvrent fin juillet à Londres, où deux millions de visiteurs sont attendus pour l'occasion.
Avec sa silhouette effilée, ses 95 étages et son observatoire offrant au public une vue panoramique à 360º, elle promet de devenir l'une des attractions touristiques de Londres. « Tout comme l'Empire State Building l'est à New York », prédit Irvine Sellar, président de Sellar Property, le promoteur.
Son inauguration sera à la mesure de son audace, avec un spectaculaire ballet nocturne de lasers et de projecteurs sur les grands monuments de la capitale et, en apothéose, l'illumination du gratte-ciel le plus élevé du vieux continent. Le London Philharmonic Orchestra a même été recruté pour ces festivités.
Signé par l'architecte italien Renzo Piano, auquel on doit déjà le très contesté Centre Pompidou à Paris, le Shard est installé au sud de la Tamise, dont les rives ont fait l'objet de projets de rénovation tous azimuts.
« Une petite ville verticale » mais pas pour tous les budgets
C'est une « petite ville verticale » de 12.000 personnes, aux dires de son concepteur, avec un hôtel cinq étoiles, des restaurants de luxe, 600.000 mètres carrés de bureaux et des commerces. Mais pour y vivre, il faudra un solide compte en banque car la dizaine d'appartements avec une vue imprenable situés entre le 53e et le 65e étages -les plus hauts du marché britannique- se vendraient entre 30 et 50 millions de livres (43 et 62 millions d'euros), selon les chiffres qui circulent dans les médias britanniques.
Le Shard est « une métaphore parfaite du Londres d'aujourd'hui », qui « devient plus inégalitaire et dangereusement dépendant d'investisseurs visant un profit rapide », résumait dernièrement le Guardian : « Il est cher, il ne connaît pas de limite et il est principalement aux mains de capitaux étrangers. »
La tour, qui réfléchit le capricieux ciel londonien sur ses facettes de verre, est sortie de terre en 2009, poussant ensuite comme un champignon. Mais la gestation de ce projet de 450 millions de livres a été laborieuse, notamment quand il a fallu passer le cap de la crise financière.
Le Qatar, propriétaire de nombreux édifices de prestige dans la capitale, sans compter le célèbre magasin Harrods, est finalement venu à la rescousse en 2009, devenant l'actionnaire majoritaire (95 %). Son Premier ministre, Hamad bin Jassim al-Thani, sera d'ailleurs de la fête jeudi, aux côtés du prince Andrew.
Une audace architecturale qui compte aussi des détracteurs
La « Skyline » de Londres compte déjà nombre d'imposants gratte-ciels, comme l'incontournable Gherkin (cornichon) et cinq autres sont actuellement en construction. Ce qui vaut à la ville une réputation d'audace architecturale comparée à des capitales comme Paris où la hauteur est limitée.
Mais sa construction a suscité une levée de boucliers des défenseurs du patrimoine, notamment l'association English Heritage, qui lui reproche « d'être au mauvais endroit » et de porter atteinte aux vues protégées sur la cathédrale Saint-Paul ou le Parlement.
Même l'Unesco s'en est mêlée, jugeant qu'il nuisait à « l'intégrité visuelle » de la Tour de Londres, inscrite à son patrimoine mondial.
Une controverse qu'un journaliste de l'Observer résumait en ces termes : Le Shard « est élégant, il est au mauvais endroit, c'est une de ces tours que le monde nous envie, c'est une citadelle pour les plus riches (…), c'est une icône de Londres : à dire vrai, il est un peu tout à la fois ».

http://www.lesoir.be/lifestyle/air_du_temps/2012-07-03/le-shard-nouvelle-star-controversee-du-ciel-londonien-924755.php

Écrit par : L'enfoiré | 03/07/2012

JO 2012 à Londres : les couacs se multiplient au niveau de la sécurité...

Certains membres de l’Etat-major britannique sont furieux : ils ont appris que des troupes seront réquisitionnées pour assurer la sécurité des Jeux Olympiques de Londres 2012. En effet, la société G4S, qui a remporté le contrat pour assurer cette sécurité, a fait savoir qu’elle ne serait pas capable de fournir 10.000 agents de sécurité comme elle s’y était engagée, en raison de « difficultés en relation avec l’offre de main d’œuvre et la programmation sur les deux dernières semaines ».
A l’origine, l’armée devait fournir 13.500 militaires pour les Jeux, mais elle doit désormais en ajouter 3.500 de plus, et il se pourrait en outre que les congés de certains soldats soient annulés. Le Daily Telegraph rapporte que comme ces mauvaises nouvelles interviennent dans la foulée de l’annonce de la réduction des budgets militaires, elle a vivement agacé certains des membres de l’Etat Major britannique.
D’autres commentateurs ne manquent pas de souligner l’ironie de l’incapacité de G4S à compléter ses effectifs à une période de fort chômage. Pire, c'est la qualité du service de G4S qui est maintenant mise en cause.
Un employé de la firme G4S, apparemment en charge des entraînements des personnes de sécurité, a en effet affirmé anonymement auprès de la chaîne de télévison Sky News qu’il estime qu’il y a une chance sur 2 que quelqu’un puisse passer les contrôles de sécurité sans encombre et pénétrer dans l’enceinte des Jeux avec une bombe. Il a affirmé que la politique de recrutement des personnels embauchés pour la sécurité des Jeux n’était pas assez exigeante, et que des personnes insuffisamment compétentes pouvaient être sélectionnées, sans que les entraînements, qu’il a jugés insuffisants, ne permettent de compenser cet état de fait. Ainsi, durant des tests, des agents de sécurité ont échoué à détecter des explosifs et des armes, ou n’appliquaient pas la procédure qui leur avait été enseignée lorsqu’ils les avaient découverts. « 99% du personnel recruté n’ont aucune expérience en sécurité ; beaucoup ont des problèmes de langue, et ils ne seront pas capables de communiquer avec les visiteurs, et beaucoup manquent totalement de confiance en eux», a déclaré ce témoin à la chaîne.
Cependant, la sécurité des Jeux Olympiques énerve aussi les Londoniens. L’Armée britannique envisage en effet d’installer des missiles sur les toits des immeubles, pour neutraliser un éventuel avion terroriste. Mais les résidents craignent qu’avec de telles armes, leur domicile ne devienne précisément la cible des attaques terroristes. Lundi, les résidents d’un des immeubles concernés, la Fred Wigg Tower à Leytonstone, un tour de 17 étages à l’Est de Londres, ont même porté l’affaire devant le tribunal, au motif que l’installation des missiles constituait une violation des Droits de l’Homme selon la Convention européenne, qui reconnait aux individus le « droit de jouir d’une vie privée et paisible à leur domicile ».

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=world&item=jo-2012-a-londres-les-couacs-se-multiplient-au-niveau-de-la-securite&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 13/07/2012

Le CIO, une multinationale aux poches bien garnies. Les droits audiovisuels des JO ont augmenté de 50% par rapport à ceux de des JO de Pékin. La sécurité, un problème majeur. Nouveau? Non, mais plus crucial. Le CIO contribue au niveau de 553 millions d'euros, 14% du budget global, soit plus de 4milliards d'euros qui proviennent des droits audiovisuels pour 80% et du sponsoring. Samaranch et Rogge s'en sont précoccupé. En local, le LOCOG, le comité olympique anglais, fournit le reste.

Écrit par : L'enfoiré | 24/07/2012

Margaret Thatcher, la Dame de fer, est décédée ce lundi à l’âge de 87 ans d’un accident vasculaire cérébral.
Elle soufrait de la maladie d'Alzheimer depuis 2002

http://www.lesoir.be/221443/article/actualite/monde/2013-04-08/margaret-thatcher-est-decedee-videos

Ce que l'on retiendra d'elle
http://jn.lesoir.be/#/article/32359

et ses citations:
http://www.lalibre.be/actu/international/article/808182/les-10-phrases-choc-de-margaret-thatcher.html

Écrit par : L'enfoiré | 08/04/2013

Mais une vision extérieure avec humour
http://www.rtbf.be/video/detail_alex-vizorek-dans-le-cafe-serre-09-04-2013?id=1813882

Écrit par : L'enfoiré | 09/04/2013

Une autre vue plus dure sur ARTE par l'histoire

MARGARET THATCHER, L'ENFANCE D'UN CHEF
Née en 1925, Margaret Thatcher grandit dans un milieu modeste et très strict. Patron d'une épicerie, son père s'est élevé à la force du poignet. Le soir, ses filles étudient et donnent un coup de main à la boutique. La seule distraction tolérée est le très austère culte méthodiste, le dimanche, où le père officie. Ambitieuse et obéissante, Margaret se plie à ce cadre qui fait d'elle une élève brillante, limite pédante. La guerre fait un peu mûrir cette "madame je sais tout". Sous les bombardements, la jeune fille s'enflamme pour les discours radiophoniques de Churchill. En 1943, elle apprend qu'elle est reçue à la prestigieuse université d'Oxford...

http://videos.arte.tv/fr/videos/margaret-thatcher-l-enfance-d-un-chef--7444452.html

Écrit par : L'enfoiré | 11/04/2013

L'austérité à la mode anglaise: le gouvernement britannique envisage de privatiser les tribunaux

Le gouvernement britannique envisage de privatiser les tribunaux en Angleterre et aux Pays de Galles, rapporte The Times. Le Trésor britannique serait libéré de son obligation de financement des cours britanniques, qui fonctionneraient comme des entreprises privées. L’économie correspondante serait de l’ordre de 1 milliard de livres par an (environ 1,2 milliard d’euros).
Les tribunaux privatisés se financeraient en facturant des frais plus importants aux justiciables les plus fortunés. Le gouvernement veut capitaliser sur la popularité des tribunaux de commerce. Les personnes fortunées, telles que le magnat russe Roman Abramovich, auraient à payer des frais de justice considérablement plus élevés que ce qu’ils payent actuellement. Les personnes accusées pourraient également être chargées des frais de justice si elles ont été reconnues coupables des faits qui leur sont reprochés. Enfin, les amendes pourraient fournir une source complémentaire de revenus.
Le gouvernement envisage également de faire appel aux investissements du secteur privé, et il mettrait en place des incitations pour encourager les hedge funds à y investir. Pour garantir l’indépendance de la justice, il envisage d'encadrer les cours par une charte royale qui énoncerait leurs obligations, à l’instar de ce qui existe pour la presse.
Deux options sont discutées actuellement : dans une première formule, seuls les bâtiments des tribunaux pourraient être cédés à une société privée qui reprendrait leur maintenance à son compte. Un second plan alternatif prévoit de transférer en plus les 20.000 employés des tribunaux au secteur privé. Néanmoins, les 25.000 magistrats britanniques ne sont pas englobés dans ces projets.
Les personnalités les plus éminentes de la justice britannique sont très fermement opposées à ce plan. « Je suis d’accord pour que l’on gagne plus d’argent en chargeant davantage les utilisateurs des tribunaux, et je suis également favorable à ce que l’on réclame une contribution plus importante pour les cours à ceux qui commettent des délits. Mais je ne suis pas favorable à la privatisation des tribunaux. Les cours ne devraient pas être contrôlées par des entreprises privées parce qu’elles se doivent d’être indépendantes pour toutes les parties », a estimé Lord Falconer of Thoroton.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=lausterite-a-la-mode-anglaise-le-gouvernement-britannique-envisage-de-privatiser-les-tribunaux&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoire | 03/06/2013

Un nouveau bouchon?
Le bébé de Kate est attendu depuis dimanche, alors a "cup of strong coffee"?

http://www.rtbf.be/video/detail_bruno-coppens-par-tel-dans-le-cafe-serre-16-07-2013?id=1839531

Écrit par : L'enfoiré | 16/07/2013

Royal baby: «C’est une erreur de croire que le couple princier est moderne»

La naissance de l’enfant de William et Kate est entourée d’un certain nombre de traditions, «codifiant» l’arrivée d’un bébé royal. À l’heure où une volonté de modernisation du système monarchique se fait sentir, tant de la part du public que des institutions monarchiques, tout cela a-t-il encore un sens?

http://jn.lesoir.be/#/article/64608

Écrit par : L'enfoiré | 23/07/2013

La plus grande fabrique de milliardaires du monde ne se trouve qu'à 360 km de Bruxelles

Pour la première fois de l’histoire, plus de 100 milliardaires résident au Royaume Uni, et Londres est désormais la ville qui compte le plus de milliardaires, rapporte le Sunday Times. Le journal vient de publier sa Sunday Times Super-Rich List, sur laquelle on découvre que 72 résidents de Londres ont une fortune de plus de 1 milliard de livres (environ 1,23 milliard d’euros), contre 48 à Moscou, 43 à New York, 42 à San Francisco, 38 à Los Angeles et 34 à Hong Kong.
Au total, on recense 104 milliardaires au Royaume Uni, alors qu’ils n’étaient que 88 en 2013, soit 1 pour 607.000 citoyens. Aux Etats-Unis, le ratio est de 1 pour 1.022.475. De façon remarquable, 39 de ces milliardaires londoniens, soit plus de la moitié, ne sont pas nés au Royaume-Uni.
Pour faire partie du club d'élite des 50 personnes les plus riches de Grande-Bretagne, il faut maintenant détenir une fortune de 1,7 milliard de livres, alors qu’en 2008, le seuil était fixé à 1,5 milliard de livres, et qu’il n’était même que de 700 millions de livres il y a 10 ans de cela. La fortune cumulée des milliardaires du Royaume Uni se montait à 245 milliards de livres l'année dernière, ce qui correspond à plus de 300 milliards d’euros.
Certains estiment que ces chiffres démontrent la fin de la crise bancaire, mais pour d’autres, ils sont révélateurs d’une nouvelle tendance qui permet aux individus déjà riches de s’arroger toute la nouvelle richesse créée. Le National Institute of Economic and Social Research, un think tank indépendant britannique, a confirmé que les chiffres les plus récents montraient que le PIB par tête du Royaume-Uni est encore loin de son niveau le plus haut d’avant 2008 et qu’il ne le dépasserait probablement pas avant 2017.
Cependant, le Trussell Trust, la plus grande banque alimentaire britannique, a indiqué que le nombre de personnes au Royaume-Uni qui ont fait appel à elle a augmenté de 163% au cours des 12 derniers mois, pour atteindre plus de 913 000 personnes. L'organisation a évoqué un «nombre choquant» , d’autant qu’il ne tient pas compte du nombre des personnes aidées par d’autres réseaux d’aide alimentaire, ni de celui de ceux qui ont trop de scrupules pour solliciter une aide alimentaire et qui se résignent à ne pas manger à leur faim.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=la-plus-grande-fabrique-de-milliardaires-du-monde-ne-se-trouve-qua-360-km-de-bruxelles&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 12/05/2014

Elizabeth II : 90 ans, dont 63 de règne ; mais un collègue fait encore mieux…

Elizabeth II, la reine d’Angleterre, a eu 90 ans ce jeudi. Elle devient ainsi le monarque le plus âgé du monde. Au total, elle aura passé 63 de ses 90 années sur le trône.
En dépit de cet âge vénérable, elle ne manifeste guère l’envie de suivre l’exemple de ses homologues néerlandais, belges et espagnols, et à céder le trône à ses enfants pour prendre une retraite bien méritée.
Elizabeth II demeure extrêmement populaire dans son pays, et les 3/4 des Britanniques (une proportion légèrement plus importante qu’au début de ce millénaire) estiment que la monarchie a encore un rôle important à jouer.

Rama IX
Pourtant , elle ne peut pas se targuer d’avoir eu le plus long règne du monde, puisque c’est Phra Chaoyuhua Bhumibol Adulyadej, plus connu sous le nom de Rama IX ou Bhumibol le Grand, le roi de Thaïlande, qui détient cet honneur, comme le montre un graphique de The Economist. (Sur notre photo, on le voit en compagnie d’Elizabeth II en 1996). Il est arrivé au pouvoir en 1946 et le 7 juin prochain, il fêtera ses 70 ans de règne. Il sera probablement remplacé par le prince héritier Vajiralongkorn, qui est d’ores et déjà âgé de 63 ans.
Pendant le règne de Bhumibol, plusieurs coups d’Etat militaires ont eu lieu. Parfois, le roi a ordonné aux troupes de retourner dans leurs casernes; à d’autres moments, il a joué un rôle de médiateur entre le commandement et le gouvernement civil.
Le respect et la vénération pour la monarchie en Thaïlande est un phénomène social. Les expressions négatives peuvent être considérées comme un crime de lèse-majesté, et cela peut s’étendre à tous les membres de la famille royale. Récemment, un homme a été emprisonné dans l’attente de son procès, et il risque 37 ans d’incarcération, parce qu’il s’est moqué du chien du roi.

Source: https://fr.express.live/2016/04/21/elizabeth-ii-90-ans-dont-63-de-regne/

Écrit par : L'enfoiré | 22/04/2016

Ça y est un musulman à la tête de Londres.
"Yes we Khan" comme dit cet article:
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/yes-we-khan-le-triomphe-de-la-180758

Le cosmopolitisme de Londres, seul peut rivaliser avec la ville de Bruxelles.

Écrit par : L'enfoiré | 10/05/2016

Les commentaires sont fermés.