Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2018

Instants Nord-Sud

0.JPG

Dans son livre "Quand le Sud réinvente le Nord", Bertrand Badie démontre la puissance de la faiblesse du Sud dans ce préambule:
"Le Sud, largement issu de la décolonisation, réagit à la mondialisation en reprenant la main et en recomposant le système.
Jusqu’à la fin de la Guerre froide, la compétition entre puissances a fait l’histoire.
Aujourd’hui, non seulement elle est mise en échec, mais la faiblesse, à l’origine de la plupart des conflits en passant à travers celle des États, des nations institutionnalisées, ou du lien social, définit les enjeux internationaux et produit la plupart des incertitudes qui pèsent sur l’avenir.

Le sens de la conflictualité mondiale s’en trouve particulièrement bouleversé. Devenue compétition de faiblesses, elle n’est plus territorialisée, n’oppose plus exclusivement des armées et des États.
Peut-être a-t-elle même pour seule finalité de perpétuer des « sociétés guerrières ».
Elle produit une violence diffuse, se déplace par rhizome, atteint tout le monde.
Les vieilles puissances peinent à l’admettre
.
Le système international se transforme, inévitablement, sans que les États n’en prennent la mesure: il intègre de nouveaux acteurs et réécrit l’agenda international jusqu’à faire des questions sociales les enjeux majeurs de notre temps (démographie, inégalités, sécurité humaine, migrations). Reste à inventer les remèdes à ces nouvelles «pathologies sociales internationales».

Toutes les guerres se terminent toujours par des armistices, des pactes et parfois par des actes...
Essayons aux moins pendant quelques instants de réunir Nord et Sud...


Depuis longtemps, j'avais remarqué qu'il y a une grande différence entre l'esprit de dérision incisif français et l'esprit d'autodérision belge à la frontière de plusieurs cultures.

Cette semaine, j'en avais la preuve par l'absurde. 0.JPG

Le raisonnement par l'absurde ou apagogie, cette forme de raisonnement logique, philosophique, scientifique consistant soit à démontrer la vérité d'une proposition en prouvant l'absurdité de la proposition complémentaire, soit à montrer la fausseté d'une proposition par la déduction...

Pour l'expliquer, deux techniques:

  • Le sérieux du Parti Pris dans lequel on se demande qu'est-ce que fout le citoyen dans tout çapodcast

  • Le presque sérieux de Wallid avec de l'humour belgepodcast.

Hier, je recevais les réflexions d'Alexandre Latsa, un Français habitant en Russie, que je connais depuis 2011, au moment où j'avais écrit mon billet sur la Russie.

Je préviens, il n'est pas tendre dans ses Dissonances..

 

0.JPG

Deux "Instants de Bruno Coppens" 

exprimaient le climat en chansons

"J'ai mal à la terre" (podcast) et

"Pour le climat, je vole" (podcast)

 

 

Le 6 décembre, Bruno revenait en Saint Nicolas en finissant par Bella Ciao. (podcast)
1.JPG

Depuis que le climat n'est plus le même, tout a changé. 0.JPG

Le climat du temps qu'il fait et le climat au moral.

"L'été est devenu Sioux" avec des catastrophes du printemps à l'automne.

Y a pas longtemps, j'écrivais "Savourez l'instant".

Quand on perd la boussole, que l'on ne parle plus que de pognon, de pouvoir et de sexe, c'est pas garanti sur 0.JPGfacture.

 

<<<---  Mais Bart Dever, Emmanuel Macron et Charles Michel fêteront le 21 décembre leur anniversaire ensembles, même si nous ne serons pas invités.

 

Wallid pensait mettre notre semaine en chansons.

Alors essayons mais avec d'autres paroles mises à jour...

 

En 1975, Nino Ferrer chantait "Le Sud"

avec l'espoir d'éviter la guerre.

 

Pacte migratoire

(Karaoké et podcast personnel:podcast)

0.JPGC'est d'un endroit qui ressemble à Marrakech
Mais en Belgique
Michel devait signer un pacte symbolique
A Marrakech
Qui dirait qu'au Nord

On vit de crises
Alors, que les embauches
Brouillent les choses

Et pas uniquement en été

Dans notre froid du Nord0.JPG
Les migrants dormaient sur les pelouses
Au Parc Maximilien
Il y avait des Irakiens et des Syriens
Il ne manquait rien
Qui dirait qu'au Nord
Le temps vit abrégé
Que les pauvres deviennent forts
En moins d'une journée

Et pas uniquement en été

tilit, tilit, tilit, tilit, tilit, tilit

tilit, tilit, tilit, tilit, tilit, tilit

(musique seule)

0.JPGDans un gouvernement kamikaze1.JPG
Il n'y a que des nazes
Avec le sac de billes, faudra payer l'ardoise
Finir la guerre par un Pacte
Avec quelques entractes

Tant pis pour le Nord
Tant pis pour le Sud

Ensemble, c'était peut être bien
On aurait pu vivre
Plus d'un million d'années

Et, pas uniquement en été.

 

Quelques mois avant son suicide, Nino Ferrer, désabusé, déclare : « La prochaine fois que l'on va se voir, ça sera pour se raconter nos maladies, nos histoires de prostate. Tu te rends compte, j'ai écrit, composé et produit près de deux cents chansons et les gens n'en connaissent que trois. C'est comme un peintre prolifique dont on ne connaîtrait que trois tableaux car tous les autres sont dans des coffres. »

0.JPG

 

En 1967, Enrico Macias chantait

"Les gens du Nord"

comme si le Nord était un palliatif au Sud.

Pacte du climat

(Karaoké et podcast personnel: podcast)

Les gens du Sud0.JPG
Ont dans leurs yeux le vert
Qu'ils ont dans leur décor

Les gens du Sud
Ont dans le cœur le soleil

Qu'ils ont au dehors

Les gens du Sud
Ouvrent toujours leurs portes
Aux romances des vacanciers

Les gens du Sud
Remontent au Nord
Et deviennent immigrés

Voguant sur petits navires
Souvent troués
Portant l'espoir de la pluralité

Les gens du Sud
Dans une marche difficile.

Traversent les campagnes
Pour échouer dans les villes

Les gens du Sud
Ont dans les yeux le vert
De leur décor
De leurs palmiers et oliviers

0.JPGAu Nord, tout est doré
Des Gilets aux marronniers
Et quand la fête
Fait tourner les têtes
Boire, c'est pour oublier

 Pour les gens du Nord.

 

 

Conclusion: Je sais, je ne suis pas prêt pour me présenter à l'opéra comme le raconte, cette semaine, Camille De Rijck dans sa chronique podcast.

Gérer la fin du mois ou la fin du monde?

Aucune préparation, aucune répétition, rien qu'un essais et puis s'en vont sur la toile.

La Belgique a subit la contagion avec violence, des gilets jaunes français.

L’État français et ses occupants ont perdu le sens de la mesure...

Casques policiers contre gilets jaunes et cagoules noires.

Plus d’État ou moins d’État... Prix des choses et taxes se partagent le gâteau.

Pas de gagnants, pas de perdants dans ce cas sinon dans une boucle infernale.

Du coup, on cherche des réparateurs de routes, de rafistolage de magasins et de maisons particulières...

Le côté positifs, cela fera marcher le commerce...

 

 Alors, retournons à "Silex and the City" en 40.000 A.C.

Une vallée résiste encore aux lois de la sélection naturelle.

Des zones arboricoles sont à défendre

du Nord au Sud

1.JPG

Alors, cette question revient à l'ordre du jour:

1.JPG

Eriofne,

 

9/12/2018: Et Kroll, qu'en dit-il des événements. Il est clair que Charles Michel a toujours été la marionnette de la NVA... NVA qui est sous la protection de la VOKA

0.JPG3.JPG2.JPG

 0.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

16/12/2018: La marche contre Marrakech

Plusieurs mouvements de droite et d'extrême droite ont organisé ce dimanche la "Marche contre Marrakech" qui s'est révélé être plutôt chahutée. En marge de cette "Marche," plusieurs débordements ont éclaté. En tout, la police a dû effectuer 97 arrestations administratives. A priori, le mouvement avait été dispersé vers 15h30. La RTBF a réussi à mettre la main sur un document prouvant le contraire. On y voit une voiture de police être prise à partie par plusieurs manifestants habillés en noir (et pour beaucoup, cagoulés). Coups de pied, de poing, encerclement, ce groupe n'y a pas été par le dos de la cuillère. Finalement, la voiture a réussi à partir évitant de justesse un panneau de signalisation. En tout, près de 5.500 manifestants ont participé à cette "Marche." Le rassemblement a chauffé aux abords du rond-point Schuman. Certains manifestants ont arraché des pavés, des poteaux, et ont visé les forces de l'ordre. Le Berlaymont, le bâtiment de la Commission européenne, a été attaqué. 

Maxime Costa revient avec un très vieux sketch de Fernand Raynaud..


Commentaires

Bravo pour le "pastiche" du sud et des gens du nord.
N'oublie pas l'extrême est qui a plus qu'une main dans le sud ...

A propos du climat... il y a 10 ans, on nous promettait l'apocalypse avec le trou dans la couche d'ozone
C'est fatiguant, un trou, il s'est rebouché par lassitude, il n'était plus vendable...

Allez, on a relancé une nouvelle vague, celle du CO2, du gaz à effet de serre..... qui va s'évaporer par lassitude...
René Dumont est mort le 18 juin 2001, il a été le premier candidat écolo à la présidence, en 1974
Qui s'en souvient ???
L'Afrique noire est mal partie en 1962
L'utopie ou la mort en 1973,
etc etc etc....

Écrit par : Jean-Marie HENROTTE | 07/12/2018

Répondre à ce commentaire

Merci pour tous ces rappels historiques dont je ne me souviens plus.
En effet, il y a tellement de trous même dans notre esprit vagabond.
Du côté voix, j'ai encore un peu de travail du côté synchronisme avec la musique :-))

Écrit par : L'enfoiré | 08/12/2018

L’humanité continue de creuser sa propre tombe : les rejets de CO2 explosent des records en 2018
La COP24 qui se tient actuellement en Pologne oblige les plus grands dirigeants du monde à affronter leurs responsabilités en matière d’empreinte écologique. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le constat de l’année 2018 est amer : les émissions de CO2 mondiales n’ont jamais été aussi élevées, atteignant un pic de croissance record de 2,7 % en 2018 après des années de stabilité. Un chiffre considérable qui illustre l’échec des politiques actuelles en matière d’écologie et remet en cause l’efficacité de l’accord de Paris pourtant signé par 195 délégations en 2015.

Un bilan record
Le dernier bilan des émissions mondiales de CO2, vient de tomber : 2,7 % en 2018. Jamais le constat n’avait été aussi alarmant, surtout lorsque l’on sait que ce taux s’était stabilisé depuis 7 ans. Ce taux représente 37 milliards de tonnes de CO2 rejeté dans l’atmosphère, un nouveau record par rapport à l’année 2017 qui enregistrait pourtant déjà une augmentation de ces rejets de 1,6 % par rapport à l’année 2016.
Seule l’année 2011, marquée par la sortie de la crise financière de 2008 avait enregistré pire taux, avec sa moyenne de 3,1 % d’émissions supplémentaires par rapport à l’année précédente. Majoritairement liées à l’industrie et à la combustion du pétrole et du gaz, ces émissions sont la première cause du réchauffement climatique mondial.
Un phénomène qui dépasse la sphère politique, selon Glen Peters, climatologue et coauteur de l’étude, qui estime que » les politiques se font distancer par la croissance de l’économie et de l’énergie. (…) on est loin de la trajectoire qui nous permettrait de rester à 1,5 ° ou même 2° » de réchauffement climatique prévu par l’accord de Paris.

À qui la faute ?
D’après Philippe Ciais, directeur de recherche du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, « l’augmentation des émissions est en fait liée aux activités humaines qui sont les transports – liée à l’utilisation du pétrole –  ; le chauffage – que l’on appelle le secteur résidentiel ; et la production d’énergie si on produit de l’électricité avec des centrales à charbon, on émet aussi du CO2 ».
En tête du palmarès des responsables de rejet de CO2 en 2018, on trouve en première place le charbon, puis le gaz naturel, suivi de près par le pétrole, dont la consommation est en constante augmentation.
Du côté des pays responsables des plus grosses émissions de CO2, on trouve dans le viseur des écologistes en premier lieu la Chine, plus gros pollueur de l’année qui connait un boom d’émissions de 4,7 % en 2018, une déception après les efforts pourtant réalisés par le pays ces dernières années. Cependant, « nos experts chinois pensent que cette résurgence est liée aux stimulus économiques donnés par le gouvernement, et donc possiblement temporaire », souligne Corinne Le Quéré, de l’université d’East Anglia.
Les États-Unis ont également beaucoup pollué l’atmosphère cette année, et arrivent second du palmarès du nombre de rejets avec une augmentation de 2,5 % de leurs émissions de CO2. Si on peut attribuer cette hausse au scepticisme climatique du président Donald Trump, il n’est pas le seul en cause : la météo s’est avérée être très rude cette année pour les Américains, qui ont massivement utilisé chauffages et climatiseurs pour contrecarrer les aléas météorologiques. Enfin, si les pays européens ont progressé, enregistrant une baisse des émissions de CO2 de 0,7 %, le record de la hausse la plus importante est détenu par l’Inde, qui a en revanche augmenté ses rejets de 6,3 % en 2018.
Les 37,1 Gt (gigatonnes) de CO2 rejetés dans l’atmosphère en 2018, auxquels s’ajoutent 5Gt liées à la déforestation, devraient inciter les politiques à tirer la sonnette d’alarme. Des chiffres effrayants, qui laissent peu optimistes quant à l’avenir de la planète et montrent que malgré l’urgence et les promesses politiques, nos sociétés sont toujours dépendantes des énergies fossiles.
En espérant que la COP24, qui doit se terminer le 14 décembre, propose des solutions réellement concrètes et des mesures enfin durables afin d’offrir un avenir meilleur à nos enfants…

https://dailygeekshow.com/emission-co2-2018/

Écrit par : L'enfoiré | 08/12/2018

Répondre à ce commentaire

La souveraineté, cette dangereuse obsession
L’édito de Béatrice Delvaux après la crise gouvernementale sur le pacte migratoire.

Si la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.
L’opposition politique sur le pacte migratoire ne porte en fait pas sur le caractère contraignant ou pas du texte des Nations unies, mais sur le principe même de l’existence de ces principes supranationaux auxquels des pays doivent se conformer. La véritable guerre idéologique à l’œuvre en Belgique, mais aussi dans toute l’Europe, oppose ainsi les multilatéralistes aux souverainistes. Theo Francken n’écrivait pas autre chose sur Facebook vendredi matin, en pointant « qu’au-delà du carcan européen, notre souveraineté risque aujourd’hui d’être vidée de son sens par le pacte des Nations unies ».
Il y a 70 ans (10/12/1948), c’est le raisonnement totalement inverse qui avait animé l’esprit des signataires de la Déclaration des droits de l’homme. A la sortie de la guerre 40-45 et après la découverte de l’ampleur des crimes nazis et du génocide perpétré sur des millions de juifs, l’objectif était d’édicter des principes et loi supranationaux qui protégeraient désormais les individus contre des Etats aux comportements criminels. La souveraineté inviolable de l’Allemagne a permis à Hitler d’agir sans frein et sans possibilité d’intervention extérieure, avec les conséquences terribles que l’on sait.
Au moment où nombre de dirigeants veulent affaiblir ou dénoncent ces conventions ou déclarations qui bétonnent les droits des individus de façon universelle, il est crucial de se rappeler ce que l’histoire nous en dit plutôt que d’attendre que ce soit un drame contemporain qui s’en charge.

https://plus.lesoir.be/194492/article/2018-12-08/la-souverainete-cette-dangereuse-obsession

Écrit par : L'enfoiré | 08/12/2018

Répondre à ce commentaire

Pouvoir d’achat, climat…: Charles Michel fixe les priorités de son nouveau gouvernement

Charles Michel, entouré de ses nouveaux ministres, a donné une conférence de presse, ce dimanche après-midi.

►Gouvernement remanié : qui fait quoi ?
Voici les nouvelles compétences des ministres
Il a fixé les priorités de son nouveau gouvernement, affirmant que « certaines décisions formelles » avaient déjà été prises lors du conseil des ministres ayant eu lieu ce dimanche.

Trois priorités
• Le pouvoir d’achat : « On doit encore prendre des décisions dans ce domaine. On doit concrétiser la dernière phase du tax shift. On veut une politique socio-économique forte »
• Sécurité : « Nous avons l’exigence d’adopter une politique responsable de la sécurité des citoyens. Nous voulons remplir notre rôle »,
• Le climat : Charles Michel a souligné que le gouvernement avait « entendu » le signal « fort lancé par la population » lors de la marche pour le climat. « Notre ambition est d’avoir un grand rôle pour voir comment il est possible d’avoir une stratégie ambitieuse et faire des choix forts. »

https://www.lesoir.be/194644/article/2018-12-09/pouvoir-dachat-climat-charles-michel-fixe-les-priorites-de-son-nouveau

Écrit par : L'enfoiré | 09/12/2018

Répondre à ce commentaire

Tout le monde en Belgique connait "Nous irons tous à Torremolinos" de Stellla
https://www.youtube.com/watch?v=fCxYJa1dR1w

Voici adapté pour la circonstance de l'actualité.

Il y a une ville au Maroc
Où il y a des Belges et des Marocains
Où il y a plus de haciendas
Et de Rasta que de Gambas

On ira tous tous tous à Marrakech
Tous tous tous à Marrakech
Tous tous tous à Marra Marrakech
Tous tous tous à Marra-Marrakech

Même quand il pleut c'est génial
On sait poster des cartes postales
Ou boire un godet à l'Amicale
Des amis du camping municipal
Avec Sunair c'est super
Avec Airtour c'est l'aller et le retour
Avec Neckermann c'est génial
Avec Ryanair c'est pas cher

Pour moi Marrakech c'est le paradis
Je crois prendre des vacances ici
A Marrakech, on est vivant
Les cimeterres sont sur draps blancs.

Écrit par : L'enfoiré | 10/12/2018

Répondre à ce commentaire

C'est quoi le Pacte de migration à Marrakech

La conférence de Marrakech devait être une étape purement formelle dans ce processus mais, le sujet déchaînant les passions, une quinzaine de pays ont fait part de leur retrait ou du gel de leur décision sur le pacte.
Près de 160 des 193 pays représentés à l'ONU étaient annoncés à Marrakech, avec une centaine d'entre eux représentés au niveau des chefs d'Etat, chefs de gouvernements ou ministres.
Lundi matin, il était encore impossible de connaître dans les détails les présents et les absents, en l'absence de toute liste officielle.
Non contraignant, le Pacte recense des principes -défense des droits de l'Homme, des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale- et liste des propositions pour aider les pays à faire face aux migrations --échanges d'information et d'expertises, intégration des migrants... Il interdit les détentions arbitraires, n'autorisant les arrestations qu'en dernier recours.
Les défenseurs des droits de l'Homme le trouvent insuffisant, notamment sur l'accès des migrants à l'aide humanitaire et aux services de base ou sur les droits des travailleurs migrants. Ses détracteurs le voient comme un encouragement à un flux migratoire incontrôlé.

https://www.arte.tv/fr/videos/086737-000-A/migration-le-pacte-de-marrakech-c-est-quoi/

Écrit par : L'enfoiré | 10/12/2018

Répondre à ce commentaire

Je suis sidéré de tout le foin que l'on fait sur ce pacte de Marrakech
Le point 2 des 23 points est la base de tous les autres, il "suffirait" que le G7 10 20 30... s’attelle à ce point là pour résoudre tus les autres. C'est d'une logique implacable mais....
pour rappel :

Objectif 2 : Lutter contre les facteurs négatifs et les problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d’origine

Nous nous engageons à créer des conditions politiques, économiques, sociales et environnementales permettant aux individus de vivre dans leur propre pays sans violence, de manière productive et dans des conditions viables, et de réaliser leurs aspirations personnelles, en veillant à ce que poussés par le désespoir et la dégradation de leur situation, ils ne cherchent pas à aller faire leur vie ailleurs en recourant à la migration irrégulière. Nous nous engageons en outre à faire en sorte que le Programme de développement durable à l’horizon 2030 soit pleinement exécuté dans les délais, et à développer, par des investissements adéquats, l’application d’autres cadres existants afin de donner plus de poids au Pacte mondial, de manière à faciliter des migrations sûres, ordonnées et régulières. Afin de tenir ces engagements, nous entendons : a) Favoriser l’application du Programme de développement durable à l’horizon 2030, notamment la réalisation des objectifs de développement durable et du Programme d’action d’Addis-Abeba ainsi que le respect de l’engagement qui a été pris de venir en aide aux plus défavorisés en premier, et de l’Accord de Paris et du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (2015-2030) ; b) Investir dans des programmes qui permettent aux États d’atteindre plus vite les objectifs de développement durable, afin d’éliminer les facteurs négatifs et problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d’origine, ce qui passe notamment par l’éradication de la pauvreté, la sécurité alimentaire, l’éducation, une croissance économique profitant à tous, le développement d’infrastructures, le développement urbain et rural, la création d’emplois, le travail décent, l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes et des filles, la résilience et la réduction des risques de catastrophe, l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets, la lutte contre les conséquences socio-économiques de toutes les formes de violence, le principe de non-discrimination, la primauté du droit et la bonne gouvernance, l’accès à la justice et la protection des droits de l’homme, ainsi que l’édification et la préservation de sociétés pacifiques et inclusives dotées d’institutions efficaces, transparentes et tenues de rendre des comptes ; c) Créer des mécanismes ou renforcer les mécanismes existants qui permettent de suivre et d’anticiper l’apparition de risques et de menaces susceptibles de déclencher des mouvements de migration ou d’avoir une influence sur eux, renforcer les dispositifs d’alerte rapide, mettre au point des procédures et des trousses à outils d’urgence, mener des opérations d’urgence et favoriser le relèvement au sortir de situations d’urgence, en coopération étroite avec les autres États, les autorités A/CONF.231/3 18-12606 11/41 nationales et locales concernées, les institutions nationales de défense des droits de l’homme et la société civile, et en leur apportant un appui ; d) Investir dans le développement durable aux niveaux local et national dans toutes les régions, de manière à permettre à chacun d’améliorer sa vie et de réaliser ses aspirations, en favorisant une croissance économique soutenue, partagée et durable, notamment au moyen d’investissements directs étrangers, d’investissements privés et de préférences commerciales, afin de créer des conditions qui permettent aux populations et aux individus de mettre à profit les possibilités qui s’offrent à eux dans leur propre pays et de contribuer à un développement durable ; e) Investir dans le capital humain en favorisant la création d’entreprises, l’éducation, les programmes et partenariats de formation professionnelle et de développement des compétences et la création d’emplois productifs, de manière à répondre aux besoins du marché du travail en concertation avec le secteur privé et les syndicats, afin de réduire le chômage des jeunes, d’éviter la fuite des cerveaux et d’optimiser leur retour dans les pays d’origine et de tirer parti du dividende démographique ; f) Intensifier la collaboration entre les acteurs de l’aide humanitaire et du développement, notamment en favorisant l’analyse conjointe, les approches multidonateurs et les cycles de financement pluriannuels, afin de prévoir des interventions et des résultats qui garantissent le respect des droits des personnes touchées, la résilience et les capacités de réaction des populations ainsi que l’autonomie économique et sociale, et en veillant à ce que tous ces efforts tiennent compte des migrations ; g) Tenir compte des migrants dans les plans nationaux de préparation aux situations d’urgence et d’organisation des secours, notamment en prenant en considération les recommandations pertinentes issues des processus consultatifs menés par les États, comme les Lignes directrices relatives à la protection des migrants dans les pays touchés par un conflit ou une catastrophe naturelle (initiative Migrants dans les pays en crise)

Écrit par : Jean-Marie HENROTTE | 19/12/2018

Répondre à ce commentaire

Et oui et cela a fait sauter le gouvernement....
Les affaires courantes sont notre vision d'un futur proche...
Si au moins elles étaient courantes et non pas stagnantes, ce serait déjà un plu.

Écrit par : L'enfoiré | 19/12/2018

Écrire un commentaire