Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2018

L'été Sioux

1.JPGWiki: "L'été indien est une période de temps ensoleillé et radouci, après les premières gelées de l'automne et juste avant l'hiver.

Elle se produit en octobre ou au début de novembre dans l’hémisphère nord.

Elle est aléatoire et peut durer de quelques jours à plus d’une semaine, ou ne pas se produire du tout certaines années.

L'été indien ne doit donc pas être confondu avec le changement annuel de couleur des feuillus qui se produit à la même époque".


L'expression "Indian Summer" a été utilisée d’abord en Pennsylvanie,  dans  l’État de New York et en Nouvelle-Angleterre à la fin du 18ème siècle, au Canada francophone vers 1821, traduit par « été des Indiens » et vers 1830, il arrive en Europe via l'Angleterre.

Certaines hypothèses ont été émises pour donner l'origine du terme :

  • de la période où les Indiens d’Amérique du Nord achevaient leurs récoltes et garnissaient leur wigwam de provisions ;
  • des raids des colons européens, pendant les guerres contre les Indiens, qui s’arrêtaient à l’automne
  • de la brume attribué à la fumée provoquée que les indiens provoquaient à cette époque de l'année ;
  • de la ressemblance entre notre automne avec celui observé aux Indes pendant l'été.

Du côté météo, la même page Wiki dit qu'à l’automne, l’ensoleillement diminue et le contraste thermique entre le pôle pointant à l’opposé du soleil et que l’équateur augmente et que la circulation atmosphérique commence à se décaler vers les latitudes moyennes. Ce qui fait que les dépressions météorologiques passent plus au sud et l’air froid commence à entrer sur ces régions dans un flux assez lent, tandis que les alizés des Tropiques profitent de cette lenteur pour remonter pour apporter de l’air doux et sec.

Tout le monde se rappelle de cette chanson de Joe Dassin

De cet été indien, il n'y a pas que les alizés qui en profitent mais ces derniers temps, tout le monde semble en profiter. 

Mardi, l'animateur de La Première n'avait pas demandé quel serait le temps qu'il allait faire dans la journée et sortait toutes les chansons qui avaient le soleil pour thèmepodcast

Pour le photographe, l'automne est une saison de rêves en couleurs.

0.JPG

4.JPG

2.JPG

3.JPG

0.JPG

0.JPG

 

Autres photos d'automne...

Mais cela a amené un risque de pénurie d'eau puisque les pluies n'arrivent pas.

Dans le sud, là, où l'été est sensé perdurer, ce n'est plus du tout le même topo et rien ne va plus comme avant...

L'été indien peut y devenir un été Sioux...

La tribu Sioux a donné son nom à l'expression française « rusé comme un Sioux », qui signifie être particulièrement malin.0.JPG

Dimanche dernier, l’ouragan Leslie atteignait le Portugal avec des vents jusqu’à 170 km/h et la France subissait les dernières heures de son humeur. 

Les inondations à Majorque avaient déjà fait ses 13 morts.

Le réchauffement climatique et les dégâts qu'il occasionne, se construisent dans des manifestations extrêmes.

Dimanche dernier, pas étonnant que lors des élections communales belges, le parti écolo avait fait une percée un peu partout dans ce qui a été appelé une "marée verte".

Pas sûr encore que  ce qui arrive jusqu'aux côtés américaines, suscite la dépression de Donald Trump, mais qui sait...

Tout entre en considération d'une manière futile ou utile.

Le changement climatique va faire doubler le prix de la bière.

0.JPGOn hésite à dire si c'est un bien ou un mal pour tout le monde.

Météo: l’automne arrive la semaine prochaine après un dernier week-end ensoleillé.0.JPG

Il faudra sortir la petite laine et le parapluie.

 

Toutes les solutions les plus folles pour enrayer ce changement climatique, sont envisagées.

Ce mois, le Science & Vie publie un article qui se demande si "Pour limiter le réchauffement global, l'homme va-t-il finir par agir globalement sur le climat en réduisant des émissions à effet de serre".

L'idée de manipuler le climat à l'échelle de la planète est prise scientifiquement très au sérieux. 0.JPG

Deux projets existent:

  1. 1. sulfuriser l'atmosphère pour bloquer le rayonnement solaire (SO2). Solution la plus accessible. Effets secondaires, la perturbation sur le régimes des pluies. 
  2. 2. alcaliniser les océans et stimuler les absorptions de CO2 pour apaiser la fièvre sans régler les causes (Olivine d'ions Mg, Na, Ca). Solution plus judicieuse. Mais... Qui décide l'opération? Quel climat choisir? Entre augmentation de forêts et cultures, que choisir? Comment arrêter la manipulation s'il y a des problèmes? 

D'après les simulations, ces modèles calculés sur ordinateur de "géo-ingénierie" seraient efficaces.

Oui mais, des modèles à la réalité, il y a un monde et pour l'homme c'est jouer avec le feu comme des apprentis sorciers…

Sur ARTE, Jean Jouzel, interrogé, en parlait et révélait ce qui se passerait, si on ne faisait rien en parlant avec appréhension.

La chronique d'Amid Falajoui relançait le vieux mythe "Moins d'enfant pour lutter contre le réchauffement climatique"podcast

Engloutir les gosses,

c'est pas trop la solution à envisager

1.JPG

Malthus a fait une erreur. A son époque, il voyait une extinction avec un milliard de personnes et nous sommes aujourd'hui 7,5 milliards sur cette terre.

Cela grâce progrès technologiques à une croissance endogène et à un géo-ingéniérie.

Jeff Bezos d'Amazon dit "Je voudrais que le système solaire soit peuplé de 1000 milliards d'individus".

L’homme, le plus riche du monde, avec une fortune estimée à 145 milliards de dollars, met les bouchées doubles pour réaliser son projet spatial.

Les gens commencent à se heurter à la réalité des limites de la Terre. Il n'y a pas de planète B, du moins pas de planète accessible à une échelle de temps pertinente. Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de réduire l’ampleur de notre exploitation des ressources naturelles et la combustion continue de carburants fossiles qui mettent en péril la civilisation humaine.”, a-t-il déclaré.

  Alors la PMA, pourrait devenir la Population Mondialement Assistée

1.JPG

Donc, dans l'espace, il y aurait un exutoire ou une échappatoire à nos excès d'après Bezos...  

En 2006, Al Gore venait parler de son film "La vérité qui dérange".

En 2008, je sortais "L'éconologie, rêve ou réalité" à la recherche d'une solution qui associerait écologie et économie.

Ce sont les électeurs qui élisent leurs représentants et pas les climatologues même nombreux.

La priorité de leur représentants, c'est de se faire réélire et donc de créer des "clients" et des "prospects" potentiels.

Les signatures de la COP21 sont déjà oubliées et Donald Trump n'en a rien à cirer....

Mais progressivement quand les choses de la nature vont mal et bouleversent les habitudes, les choses changent.

Il y a quinze jours, au Cinquantenaire6.JPG, lors d'une balade en jogging, je rencontre un groupement de jeunes dessinant sur le sol pendant que d'autres faisaient du bruit pour attirer les badauds.

Le but était "Let Brussels Breathe" de "Rendre la ville plus respirable".

La suppression du diesel en ville avec ses particules fines, c'est ce que les autorités ont trouvé de mieux pour résoudre le problème.

Ce n'est pas le diesel qu'il faut éradiquer mais la voiture, elle-même, avec sa production de CO2, tout comme à Londres. 

Quand on voit que des bateaux de croisières, de plus en plus énormes, voguent sur les mers en consommant du mazout de piètre qualité et créent une pollution de toute une ville moyenne, il y a des baffes qui se perdent.  

En 2013, les écolos révélaient déjà "L'énergie solaire est concurrentielle.

Dans les régions bien ensoleillées, le solaire peut maintenant concurrencer les combustibles fossiles, sans besoin de subvention. Dans certains pays, on taxe même les panneaux solaires pour les faire contribuer à la maintenance du réseau électrique.

2.JPGLe problème, c'est qu'en Belgique, beaucoup de sociétés "vertes" du secteur "solaire" ont été mangées par les importations chinoises.

Non soutenues, elles ont fait soit faillites ou se sont retrouvées dans des impasses délicates. 

La Chine a ravi la première place d'investisseur en énergies renouvelables en Europe.

Puisque le bel emballage ne suffit pas ou plus, faudra-t-il un nouveau coup d'images et de films catastrophes plutôt que des études pour que cela fonctionne orchestrées par des campagnes de communication et de nouveaux logos comme on voit sur les paquets de cigarettes qui il faut bien le dire n'ont qu'une influence discutable sur les addictions des consommateurs?2.JPG

A cause de l'annulation de la redevance comparable, les tarifs de réseau devront être payés pour chaque kwH prélevé, énergie verte ou non. 

"Question d'équité vis-à-vis de ceux qui n'ont pas de panneaux solaires, la Wallonie fera payer ses détenteurs avec le choix d'installer des compteurs double flux ou de donner une estimation des kwH prélevé", disait la CWAPE.

Mauvaise nouvelle pour les 120.000 ménages concernés sous QualiWatt verront leur investissement réduit ou allongé dans le temps.

Plus de sous dans les caisses donc il faut faire des économies drastiques.

L'ONU avait fait les calculs au niveau mondial. En dehors des grands barrages hydro-électriques, les investissements dans les énergies renouvelables avaient atteint 214 milliards de dollars dans le monde, en baisse de 14 % par rapport à 2012 et de 23 % par rapport à 2011, année record".

Le facteur de l'incertitude politique dans de nombreux pays avait joué sur la poursuite ou non des mesures de soutien au renouvelables avec la réduction des coûts dans les équipements solaires, les panneaux. 1.JPG

L'énergie verte, c'est la meilleure solution puisqu'elle est durable.

La prendre par le bon bout, est une question susceptible d'être sans réponse.

Trop cher dans l'immédiat, bien sûr et trop lointain dans le temps", fin de citation du laïus de l'époque.

Ce qui vient d'être réécrit, date de 2013, alors qu'un nouveau gouvernement venait à l'époque de prendre place sur les fauteuils de la Chambre. 

Il était dit en 2013, que d'ici 2020, rien que pour la Wallonie, le coût de l'énergie verte était évalué à 7 milliards avec la formule de Qualiwatt sous forme de primes.

On parlait du prix de l'énergie qui avait explosé en Wallonie et qu'on ignorait encore comment gérer la dette des certificats verts sous-estimés en s'élevant à 427 millions d'euros pour l’État alors que la "bulle" du photovoltaïque avait crevé et avait fait faillite.

Il fallait que les gouvernements y croient en premier.

La lenteur et le manque d’enthousiasme des autorités wallonnes a fait que des milliers d'emplois ont déjà été perdus.

L'octroi de certificats verts étaient échelonnés sur 15 ans plutôt que 10.

"Si tu donnes un panneau voltaïque à un Wallon, il se réchauffera un jour, si tu lui apprend à s'en servir, il payera tous les jours" disait un humoriste défaitiste.

Aujourd'hui, l'échéance des catastrophes s'est rapprochée.

Les climatosceptiques sont aux abonnés absents.

1.JPG

L’humanité est en train de vivre ses derniers moments sur Terre d'après la NASA.

Un porte-conteneurs a pu traverser l’Arctique par le Nord pour la première fois.

1.JPGOn apprend que le 11 octobre, de nouvelles permissions d'installer des SoliWats qui entraîne de nouveaux certificats verts parce que la rentabilité n'atteint pas les 7% précédemment.

Le premier train à hydrogène au monde, le Coradia iLint équipé de piles à combustible qui transforme l’hydrogène stocké sur son toit et l’oxygène ambiant en électricité, tandis que ses batteries lithium-ion lui permettent de stocker l’énergie récupérée lors le freinage, afin qu’elle soit réutilisée durant les phases d’accélération.

En imitant la photosynthèse, les chercheurs peuvent à la fois collecter et stocker l’énergie produite, générant ainsi une nouvelle ressource potentiellement exploitable et illimitée. Cependant, la technique présenterait un autre avantage : contribuer à la réduction des taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.0.JPG

Bientôt, votre voiture pourra carburer aux algues et préserver l’environnement.

Nouvelle élection en Belgique et la "vague verte" est là sans être un tsunami.

0.JPGL'économie avec l'emploi, la pauvreté, restaient peut-être les points noirs de notre bon vieux capitalisme et faisait opposition comme priorité mais la peur du bateau des terres émergées qui coule, fait cauchemarder le MR à droite.

Les partis traditionnels "humanisés" qui se battent entre gauche et droite, n'avaient pas vraiment préparés cette "vague verte" écologique qui pourtant fête ses quarante ans.

Expliquer la déroute des partis traditionnels était expliqué dans ce parti-pris: podcast

Paul Magnette, ministre-président en Wallonie et du parti PS, reste sceptique sur le PTB, parti qui ne veut pas s'appeler "extrême-gauche", en disant qu'il était d'accord sur les principes mais qu'il faut savoir qui va payer les rêves de certains?

Non, Jef, t'es pas tout seul....


 

"Demain, tous écolos à donner confiance au parti pour passer à autre chose en pensant politique dans sa dimension environnementale et durable", lisais-je dans l'édito du Vif.

0.JPGPeut-être, mais cela ne veut pas dire décroissance.

La décroissance et puis quoi encore???podcast

En 2014, j'écrivais "Sacré croissance" et déjà la croissance demandait de la création et de l'imagination sans être rétrograde.

Si le secteur économique ne parvient pas à trouver le lien avec l'écologique, le numérique peut le faire et cette startup en est un exemple en trouvant un moyen un moyen d'alléger la facture d'eau:podcast.

Alex Vizorek donnait son "Café serré" à Olivier Chastel président du MR qui était nouvellement élu à ce poste et tout allait bien.  

En perte de vitesse, Chastel devra revoir sa copie puisque les flèches de Sioux sont à nos portes...

0.JPGL'écologie, comme tout, demande des investissements et des actions mondialisées mais aussi des mesurettes de chacun en supprimant en supprimant les addictions parfois bien cachées derrière nos habitudes de consommation.

Pour limiter le réchauffement climatique, économiser l’eau et combattre la pollution est aussi d’adopter un régime fléxitarien, selon les scientifiques. Dérivé de l’alimentation végétarienne, ce régime se démarque par sa compensation de carence tout en gardant un apport riche en vitamines, fibres et nutriments, constitué d’une grande partie de fruits, de légumes et de légumineuses et une réduction de 50 à 90 % en protéines animales et à terme, arrêter définitivement les aliments trop gras, salés et sucrés... et une hygiène de vie...

Alors mets de l'huile...

1.JPG

... à ta chaîne de vélo et le problème de mobilité crispant et stressant,  sera résolu  avec ton vélo électrique.

Quoi qu'on dise, le parti Écolo n'est pas un parti comme un autre. 0.JPG

Ni de gauche, ni de droite, mais avec des concepts de vie de la planète qui disent entre autres que la meilleure énergie est celle que l'on ne consomme pas et que l'on produit, à la rigueur, à la force de ses mollets.

2.JPGLe parlementaire écolo, Philippe Lamberts qui n'a jamais eu sa langue en poche, était interrogé mercredi sur le Brexit et la vague verte en Belgique: podcast

"Vert, j'espère", une citation usée?

Quand les indiens ont dévié leurs flèches et tirent dans le sud, là où les nantis passent, en général, leurs vacances et qu'au retour, ils apprennent qu'au nord, le temps est resté beau et serein au soleil, c'est le comble du comble.

Cette semaine, Nicolas Vadot dessinait un autre Carré

du retour de l'animalité et de la dictature

Le retour de vacances m'apportait l'idée d'un automne de démocrature

0.JPG

La morosité du retour et de la fin des vacances se sont retournées devant les urnes dans un espoir vert. 0.JPG

Être écolo, c'est un état d'esprit et pas uniquement en cochant une case sur une liste électorale.

Chacun a sa part de prise en charge du problème de réchauffement climatique.

Naturaliste et parfois quelque peu naturiste, je suis...

Si hier, j'enlevais le haut...

Aujourd'hui, peut-être, j’enlèverai mes bas pour donner de l'air à mes petits petons, en joggant en barefoot comme je l'ai fait pendant mes dernières vacances en traversant des zones où toutes les sortes d'habits ne sont pas recommandées...

0.JPGLa nature est une thérapie si efficace que des médecins devraient le prescrire à leurs patients: "Baptisé « Nature Prescriptions », ce programme d’un genre nouveau a été mis en place à l’intention des médecins généralistes des îles Shetland. Désormais, l’ensemble des praticiens exerçant dans l’archipel écossais sont à même de prescrire de véritables cures de nature à leurs patients. Ce projet devrait permettre d’améliorer la tension artérielle, réduire le risque d’AVC et aider à lutter contre la dépression".

Le prix Nobel de physiologie ou de médecine 2018 est décerné à deux chercheurs en immunologie, un Américain, James Allison, et un Japonais, Tasuku Honjo, « pour leur découverte du traitement du cancer par inhibition de la régulation immunitaire négative ».

L'épigénétique est un autre concept dans la façon d'appréhender les processus la régénération dynamique des cellules non inscrit dans la séquence du génome de l'ADN dans la conséquence de perturbation aléatoire de l'environnement et de réactions biochimiques.

L'immunité dans la santé est un domaine dont l'efficacité encore très peu compris.

Vivre dans la nature devrait être recommandé par les médecins.

Demain sera un autre jour de vert vêtu... 

Quel choix judicieux d'avoir choisi le film "Demain, tout commence" sur RTL !!!


..

Quant à l'instant Bruno Coppens, je le présente, cette fois, en vidéo

1.JPG

 

Eriofne,

 

21/10/2018:  L'article parle de Nobel. Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de sa naissance il y a 185 anspodcast

22/10/2018:

0.JPG

Commentaires

Lundi, sur Fr3 dans le "Monde de Jamy", le colères du ciel
2018 restera dans les mémoires: Au printemps, des orages d'une intensité inhabituelle.
En France, chaque année 250 orages et un million d'impact de foudre. Des chutes de grêle, des crues soudaines et destructrices. Une vingtaine de torandes.

Écrit par : L'enfoiré | 20/10/2018

Répondre à ce commentaire

'Nudiste', 'ultra-textile', 'centriste'... quelle famille êtes-vous ?

Au moment d'éduquer notre enfant à la notion de son corps, beaucoup de choix se présentent à nous. Il s'agit au premier chef d'identifier où nous nous situons nous-mêmes dans notre relation au corps.

Jessica Morton, assistante à la Faculté de Psychologie à l’UCL, distingue 3 types de famille.
Les familles dites 'nudistes', où le corps s'exprime sans entrave.
Les familles dites 'ultra-textiles' où le corps est vraiment un tabou. Elle les appelle aussi familles 'gant de toilette', car on n'envisage pas de toucher son propre corps en se lavant.
Les familles qui se situent en position centrale, ce qui représente la majorité des familles. L'idée est de pouvoir s'adapter à la situation, d'agir avec flexibilité selon les circonstances.
....

https://www.rtbf.be/lapremiere/article/detail_nudiste-ultra-textile-centriste-quelle-famille-etes-vous?id=10053143

Écrit par : L'enfoiré | 23/10/2018

Répondre à ce commentaire

Thomas Pesquet: "Depuis l'espace, on voit clairement que la Terre est en danger"

L'an dernier, il passait 196 jours dans la station spatiale internationale à 450 kilomètres de la terre. De retour sur la planète bleue, il a rapporté de l'espace des expériences magnifiques mais aussi un film. "Seize levers de soleil", sorti en salles le 3 octobre 2018. De retour sur terre, sa conscience écologique a changé. La tête dans les étoiles mais les pieds bien sur terre, Thomas Pesquet était l'invité de Matin Premiere.
Après autant de temps passé en orbite, on pourrait se demander où le populaire astronaute français se sent mieux. L'espace ou la Terre ? "Je me sens bien sur terre car j'ai mes amis et mes proches. On est fait pour cette vie-là, on est adaptés à notre environnement", répond Thomas Pesquet sans hésitation. Il concède pourtant avoir apprécié la tranquillité ressentie dans l'espace : "On a aussi un sens de la mission que je n'ai pas retrouvé sur terre."

Un recul sur les enjeux climatiques
Suite à l'expérience qu'il a vécue dans l'espace, le français avoue avoir pris conscience de certains enjeux, notamment climatiques. "Cela met en avant des phénomènes globaux qui nous dépassent, comme le changement climatique, à une échelle qu'on peut mieux comprendre."
Plus concrètement, de là-haut, l'astronaute a vu les signes de ce grand changement qui secoue la Terre : "On voit la pollution des rivières, on voit la fonte des glaciers, on voit les coupes dans les forêts mais aussi la pollution de l'air au-dessus des grandes villes qu'on ne peut même pas photographier. Cela renvoie beaucoup de beauté mais on voit aussi les stigmates du changement climatique."
Pourtant, sur notre planète, nous assistons à une certaine indifférence face aux enjeux climatiques. Selon Thomas Pesquet, c'est surtout car l'ampleur est trop immense à l'échelle humaine que pour se rendre compte de la problématique réelle : "On arrive à appréhender des choses qui se passent à notre niveau. Les choses qui nous dépassent vraiment, qui se passent à l'échelle globale, on peut écrire des chiffres, 2 degrés de plus, on peut écrire les choses comme ça mais on ne peut pas se les représenter", évoque l'astronaute de 40 ans. "Ce qu'il faut c'est en faire l'expérience avec ses sentiments. Il faudrait que tout le monde aille dans l'espace car depuis l'espace, on voit très clairement que (la planète) est fragile, qu'elle est petite et qu'elle est en danger."
Alors à quel niveau se situe la responsabilité selon cet homme. Il évoque une responsabilité politique mais "il faut que les gens la sanctionnent par les élections", estime-t-il. "Je pense qu'à tous les niveaux, on ne peut pas se permettre de voter pour un candidat qui n'a pas fait de l'environnement un point majeur de son programme. Et puis il y a une responsabilité individuelle : 'Comment moi, au-delà des belles phrases, je peux faire pour aider environnement'. Si on va boire des verres à des terrasses chauffées en extérieur tout l'hiver, malheureusement, on ne peut se dire défenseur de environnement".

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_thomas-pesquet-depuis-l-espace-on-voit-clairement-que-la-terre-est-en-danger?id=10053844

Écrit par : L'enfoiré | 24/10/2018

Répondre à ce commentaire

Un conte pour l'E.N.A
Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche. Il appelle son météorologue et lui demande l'évolution pour les heures suivantes.
Celui-ci le rassure en lui affirmant qu'il pouvait y aller.
Le roi va tranquillement à la pêche car pas de pluie prévue. Pour plaire à la reine il met ses plus beaux atours.
Sur le chemin, il rencontre un paysan monté sur son âne, qui en voyant le roi dit : "Seigneur mieux vaut que vous rebroussiez chemin car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps"
Bien sûr, le roi continue en pensant : "Comment ce gueux peut-il mieux prévoir le temps que mon spécialiste diplômé grassement payé qui m'a indiqué le contraire. Poursuivons... »
Et c'est ce qu'il fait... mais il se met bientôt à pleuvoir à torrents.
Le roi rentre trempé, la reine se moque de le voir dans un si piteux état.
Furieux, le roi revient au palais et congédie illico son météorologue, puis il convoque le paysan, lui offrant le poste vacant...
Mais le paysan refuse en ces termes : "Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose dans ces affaires de météo et de climat, mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées cela signifie qu'il va pleuvoir "
Et le roi embauche l'âne...
C'est ainsi que commença en France la coutume de recruter des ânes pour les postes de conseillers les mieux payés. C'est depuis ce moment, que fut décidé de créer une école : l' E.N.A. (l' École Nationale des Ânes) et ses diplômés, dont nous pouvons mesurer, tous les jours, les brillantes compétences..

Écrit par : Arthur | 07/11/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, pour ce très beau conte. :-)

Écrit par : L'enfoiré | 07/11/2018

Écrire un commentaire