Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2012

Vieillir en douce

Rien ne va plus, cette semaine, en Belgique. On entend des mots comme Surcapacité - Restructuration - Protectionnisme - Licenciements - (pré)Retraites - (pré)Pensions. Les (pré)vieux se "ternissent" en douceur et profondeur. Tous de "(pré)" quelque chose. "Dans mon jeune temps", des paroles de vieux qu'on commence à prononcer ou à chanter de plus en plus tôt... Retournez, alors, au vestiaire, que diable...


0.jpgFord, Duferco, Photo Hall, Coca Cola, des pertes d'emplois à la pelle, cette semaine. La guerre économique n'utilise pas d'armes mais elle fait autant de dégâts sociaux.

Mais qui est ce fou qui a retiré le bouchon de la baignoire pour laisser filer l'eau avec les bébés qui surnageaient vaille que vaille à la surface?0.jpg

Est-ce pour fêter la fête du mouton et de son sacrifice?

Gaia dénonçait les conditions d'abattage des animaux.

Il n'y a pas d'organismes qui auraient le même souci pour les hommes? "Hécatombe", un autre sacrifice religieux de cent boeufs...

Dans quelques jours, c'est la Toussaint. Je ne sais pourquoi, j'avais titré ces retraits de la vie de "Points morts" en 2007 et 2009.

Points morts, parlez de cela, c'est le comble du comble.

0.jpg"La vie est mal faite. Jeune et, donc, en pleine forme, on devrait pouvoir disposer de moyens financiers suffisants pour jouir de la vie. Plus vieux, il faudrait conserver la forme et pouvoir continuer à travailler", des paroles d'un de mes chefs, il y a bien longtemps et qui me sont restées en mémoires.

Il avait raison, même si je n'avais pas saisi toute la finesse du raisonnement, dès le départ. 

"Mourir en rougissant, cela n'est rien, mourir, la belle affaire. Mais vieillir", chantait Jacques Brel qui en connaissait un bout au sujet des "Vieux". 

Que dire encore de ce mot "vieillir"?

0.jpg

En prenant la pyramide des âges, il y a des craintes à avoir.

Oui, c'est vrai, pour traduire l'image, c'est se rendre compte qu'après le lundi et le mardi, le calendrier ajoute aussi, M, J, V. Pour tout le monde d'ailleurs.

Si, c'est, comme il est dit dans cet article que dès la quarantaine, l'homme a sa première crise existentielle et se met à faire des bilans de sa vie, là, on est mal parti.

  • "On devient vieux quand on ne sait plus ce qu'est être jeune", répondait l'optimiste de service.
  • "Quand on regarde l'autre sexe et qu'on ne sait plus pourquoi", se gloussait le comique au parloir.
  • "Quand on retourne en enfance sans le vouloir", pleurait le pessimiste dans le couloir du home pour vieillards.
  • "Quand on répète plusieurs fois la même chose et qu'on ne se souvient plus de la première fois", se rappelait in extremis l'Alzheimer qui, jusque là, l'ignorait.
  • "Quand on regarde, à la télé, la 'Roue de la fortune' qui n'arrête pas de tourner sur le nouvel écran plat en 3D mais qu'on a oublié de changer de lunettes", se dit le rêveur en pleine distraction.

Vendredi dernier, un dossier "Family Business 2.0" paraissait dans un quotidien.

0.jpg

Le titre, "L'ADN de l'entreprise familiale". Puis d'autres titres...

"Peu d'enthousiasme au sein de la génération montante". Pas à dire, ça commençait mal, me disais-je.

Dans la même fournée: "La succession c'est la question numéro 1 mais la logique économique prime sur les intérêts familiaux". "Progresser même en temps de crise". "La structure optimale du holding", "Le fisc et le patrimoine familial". 

Là, cela se corsait vraiment. Si on lâche, tout de suite, les gros mots, où allait-on?

0.jpgMême 'Asterix au Service de sa Majesté' qui sort bientôt sur nos écrans, au vu du box office, c'est aussi en petite forme avec sa potion magique.

Mais, la "potion magique" arrivait en fin du dossier. Pour le trouver, il s'agissait de télécharger une application gratuite via le code QR.

Avec un tel acronyme qui rappelle un autre SPQR, du temps des Romains, on devait être sauvé, Non?...

Michel Drucker, hypocondriaque, alors que 70 coups ont sonné à l'horloge, après près de 50 ans de carrière à la télé, veut continuer jusqu'à ce que mort s'en suive à recevoir sur son divan rouge, jeunes et vieux, saltimbanques, artistes et politiques. Avec une bonne mémoire, il se rappelle même de 500 émissions mythiques de la télé française dans une bible qui ne dit pas son nom. Une époque où rien n'existait, ni portable, ni PC, ni écran plat. "Comment un jeune peut-il, aujourd'hui, imaginer cela?", écrit-il dans sa préface. 

Dimanche dernier, il "osait" repasser la vie d'un mort. Celle de Henri Salvador, qui chantait "Le travail c'est la santé" en 1965 et qui avait travaillé, pourtant, toute sa vie. Le revoir à l'âge de 90 ans, dans une émission enregistrée un an avant sa mort, survenue la veille de la Saint Valentin 2008, une émission pendant laquelle on retrouvait son rire qui explosait à chaque instant en mode semi-automatique, tout un symbole de dérision sur la vie.

Prémonition? Salvador chantait "La vie, c'est la vie", une chanson qui finissait par les mots "La vie il faut se la vivre jusqu'à en crever"

Évidemment, cela n'a rien à voir avec un travail à l'usine. 

Tout le monde a sa voie et sa voix et doit les céder au suivant dans la course relais de la vie et raccrocher avant que la vie ne le fasse raccrocher de force! 

Qu'au moins, cela se passe au mieux possible sans tomber dans le "Syndrome d'Erostrate".0.jpg

Difficile pour certains de raccrocher. Moins pour d'autres. Question de chance et de préparation. 

En Belgique, plusieurs bourgmestres, "crocodiles", se sont vus remisés à la case "prison" du Jeu de Monopoly, après les élections communales.

Avec le baroud d'honneur, toujours composé d'un petit cadeau de départ, du verre de l'amitié ou de l'inimitié avec des grincements de dents et quelques comptes à solder...

Que ce soit en politique ou ailleurs, des plus jeunes attendent au portillon du train et il ne faut pas leur voler "la" chance de monter en marche. 

Au suivant, chantait encore, le Grand Jacques.

0.jpgC'est la même issue pour chacun dans la douceur ou l'amertume.

Vieillir en douce ce sont "Les petis ruisseaux"...

C'est apprendre à lever le pied jusqu'à la pension, à la retraite de Russie, tout en imaginant qu'il pourrait y avoir des surprises en bout de course.  

Beaucoup se feront une joie de cultiver leur jardin, de se retrouver devant la télé en famille, de retrouver les petits-enfants, à se perdre et dire "J'ai oublié de vivre" comme ce sacré Johnny, lui qui ne dit pas tout sur sa façon de concevoir la vie simplement interprète d'un de ses paroliers.

Ce qui est vrai, c'est que ces "vieux" écoutent plus souvent radio "Nostalgie" qu'à leur tour.

Il y a aussi la justice naturelle, fatale, l'arrivée à la gare de fin de parcours avec la sanction "perpète". Une maladie, un accident qui se terminent mal. La médecine n'est pas une science exacte et les magiciens n'ont pas encore "le" philtre de jouvence.

Puis, il y a ceux qui étonnent, qui partent avant l'heure pour le grand voyage de non-retour, en n’atteignant même pas la retraite. La minute de silence et les souvenirs pour un temps des autres. 

0.jpg

Dernièrement, parmi les célébrités, ce furent les perles qui avaient perdu leur support.

Silvia Kristel, qui en 1974, avait pris le rôle d'Emmanuelle en divers épisodes chauds, érotiques comme Jaeckin, son réalisateur, comme spécialiste, le racontait. L'érotisme est passé à la trappe de la pornographie.

"A la casse", lançais-je avant de partir de la vie active. J'exprimais ce besoin de transmettre un flambeau, au mieux, entre générations dans cette grande course relais de la vie.

Madre de Dios, les vieux, cela coûte vraiment de plus en plus cher...

Rien de changé? Si.

Les "poubelles de l'histoire" (désolé pour ce mot) se sont remplies plus rapidement et on ne sait plus où les déverser parce qu'il y a moins de places disponibles ailleurs que dans des homes qui font fortune. 

0.jpg"De pilier en pilier", un article pour comprendre comment se préparer à la retraite et ne pas trop dépendre de la seule pension ou des "suivants".

Car, le papy-boom est là, il est même dépassé par le baby-boom... 

En 2011, +5% de retraités, de pensionnés salariés, en plus. En cinq ans, la grimpette de retraités s'est accrue de 23,8%. Maudite médecine qui ne fait qu'une partie du boulot.

Dès lors, aux retraités, j'intimais, il y a déjà longtemps, l'envie aux "Papy, de continuer de boomer".

Soutenir la génération suivante comme la situation est devenue plus dure pour elle. Je parlais des papy-boomers qui avaient épargné pendant leur vie et qui ne comptaient pas trop sur le baby-boomers.1.jpg

J'écrivais dans un billet de "Les Réflexions du Miroir auraient pu s'appeler "Itinéraire d'un enfant gâté" de Claude Lelouch avec des séquences comme celle-ci, ne pas s'étonner avec celle-là, découvrir ce qu'on n'aurait pu faire quand l'heure de la retraite a sonné et quand on dispose, de ce fait, de plus de temps pour tenter d'être témoin de son temps ou du suivant.".

Avant, cela n'a pas été le cas et les mauvais coups volaient bas dans un "service pompier" qui doit réagir dans un temps minimum mais sans mettre une véritable rustine.

0.jpgMardi dernier, j'assistais à une présentation destinée à rappeler la situation mondiale et l'art de bien organiser son patrimoine et sa succession en fonction de la "nouvelle mesure fiscale anti-abus". Le but, ne pas subir une ponction trop forte du côté de chez Swann, comme pourrait le chanter Dave avec plus de recul.

L'âge moyen des présents aux environs de 60 ans.

Peu de questions après la première partie. Un manque de temps pour les questions pour celle qui parlait de la succession et des derniers tours de vis du fisc. Je m’apprêtais à poser la question humoristique "Et Albert Frère, comment a-t-il réglé sa succession?".

Mais le quota des questions était déjà écoulé, trop vite dépassé.

0.jpg

Quant au temps, lui-même, quelque part, devrait-on ou non s'en moquer?

La physique de la Magie du cosmos, nous apprend que tout est faux, que tout est déjà dans la boîte du temps, comme le serait un fleuve figé par la glace.

Ne riez pas. Le passé, le présent et le futur existeraient déjà sans distinction, en suivant la théorie de la relativité d'Einstein... 

Une théorie qui dit, en plus, qu'on vieillit moins vite quand on reste en mouvement.

Cela donne des idées ou je batifolle? 

0.jpgS'il faut bien que jeunesse se passe, pourquoi n'en serait-il pas de même avec la pseudo-jeunesse des plus âgés avec l'expérience en plus?

Obsolète, tout cela? Jeunes, ne misez pas trop vite sur la charrette sans y ajouter les bœufs.

Alors, oui, il y a les "has-been", ce qui survient quand la société rejette dans les cordes ses anciens héros.

Ils deviennent, parfois, des rebelles quand tout patine sur place et que le schmilblick n'avance plus et devient un schmilblock. 

"Quand survient la dépendance", écrivait l'un d'eux.

"Nous sommes tous des réactionnaires" à baigner dans son bain, disait l'autre.

Fin mai, un "Questions à la une" nous emmenait à la rencontre de ces retraités ou pré-retraités en deux épisodes que je vais remettre en étapes chronologiquement. 

1. Tous au boulot jusque 70 ans ?

0.jpgRésumé: C'est plus que probable, nous travaillerons bientôt tous jusqu'à 70 ans. Financièrement, notre système de pensions est en effet complètement déstabilisé par le vieillissement de la population (En 2050, la moyenne d'âge sera de 90 ans pour les hommes et de 95 pour les femmes). Le sauvetage est donc urgent !

La solution? L'allongement des carrières. Une idée qui passe très mal chez nous, et qui a déjà occasionné grèves et blocage du pays. Les autorités ont alors choisi de faire passer la réforme pas à pas. Méthode plus efficace puisque sans opposition, il est déjà plus difficile de quitter le marché de l'emploi pour la pension ou la préretraite. Ce n'est pourtant qu'un début ! "

A revoir cela, c'est comme si on était à des années lumière.

0.jpgLe vieillissement de trop de population en une fois et l'impossibilité de trouver les fonds pour assurer la retraite de ses aînés, le trop plein de production, ce serait donc cela qui a changé par rapport aux générations précédentes.

Le relais n'est plus assuré.  

Travailler jusqu'à 70 ans, certains, toujours en forme et avec des tâches intellectuelles, le désireraient à un rythme plus doux, ils ne le pourraient pas dans le privé, non prévu. 

0.jpg

Allonger les carrières, chez les indépendants, c'est déjà le cas. Le nombre des indépendants de plus de 65 ans a augmenté de 10% ces cinq dernières années. 7,6% des indépendants sont dans le cas.

En cause, la maigre retraite et une ponction trop faible pendant la vie active n'apportant qu'une pension moyenne de retraité de moins de 500 euros alors que chez les salariés et les fonctionnaires la moyenne s'élève à 787 euros de pension. Que nous réserverait l'avenir ?

Un voyage étonnant vers un futur où tout serait mis en place pour que les seniors puissent continuer à travailler et dans lequel ceux qui n'auraient pas de carrière complète seraient remis au boulot par des agences spécialisées?

Spécialisées pour faire vieillir? Quel projet ambitieux...

Le retraité se repose sur des piliers. Ces piliers vacillent aussi à tel point que chacun a l'impression de les soutenir, du mieux qu'il peut. 

0.jpgLes pensions complémentaires du 2ème pilier, les assurances-vie seraient en danger, vu la faiblesse des taux d'intérêts et les turbulences sur les marchés. Elles font peur aux assureurs qui affirment ne plus pouvoir honorer les rendements garantis des contrats qu'ils ont signés avec leurs souscripteurs. De plus les frais de gestion peuvent grignoter jusqu'à 5% de cette assurance groupe. "Restons groupier", qu'ils disaient...

0.jpg

La situation serait même alarmante pour les démographes qui ressassent le défi posé par l'arrivée prochaine à la retraite des baby-boomers.

Produire plus de richesses avec des bras et des cerveaux, c'est vite dit encore faut-il y ajouter un peu d'infrastructure. Sans progrès, rester en panne de croissance, ce serait la catastrophe. L'emploi que les jeunes postulaient à la suite de leurs études, ne trouve plus l'assurance de trouver un débouché valable et leur chômage prend des proportions inquiétantes en échange...

Un drame de sacrifiés... Pas de doute là-dessus. 

Les "petits" métiers rencontrent restructurations, délocalisations, faillites frauduleuses, offshore, d’où pertes d’emploi et le chômage. Le goût de se battre s'étiole.

En fin de compte, les dommages sociaux inhérents au système condamnent les couples à travailler ensemble à en devenir carriéristes sans successeurs.

0.jpg

«En Allemagne, la femme est toujours en train de courir. Une entreprise évite d'engager une jeune femme car elle risque de faire un enfant. Ici, c'est quand même autrement facile.», répond-on en Allemagne.

Oui, mais, s'il faut des travailleurs actifs, il faut surtout qu'ils aient un salaire décent pour assurer "cet après" sinon ce n'est que partie remise.

La solidarité se perd. C'est évident. Tout est fait pour que cela se passe de cette façon quand il n'y a pas de place pour tout le monde.

0.jpg

Nationalismes, régionalismes font perdre la montre en or comme le faisait comprendre Marc de Vos après le nouveau coup de Ford-Genk.  Nous n'étions encore qu'à la première phase en cette semaine. Les vagues de destruction d'emplois se sont succédé à un rythme accéléré ensuite. On aimerait trouver le mot "fin" au bout de la phrase. 
0.jpgThomas avec son humour qui le caractérise, lançait sa pierre dans l'eau.
Il a peut-être raison, le fonctionnel ne suffit plus pour plaire au consommateur, il faut être sexy pour plaire.

La société de consommation pousse à consommer. Consommer, oui, mais pas n'importe quoi et n'importe quand. Sinon, on s'empiffre et on grossit immanquablement.

Certains petits malins ont déjà compris comment profiter des aides (allocations familiales, bourses d’étude, etc.) … sans préparer de futurs travailleurs actifs.

Les années entre deux générations diminuent. Les enfants constatent que leurs parents ne s’occupent plus de leurs grands-parents, les parents, de leurs enfants. 

0.jpg

C'est chacun pour soi qui règne... tant qu'il est encore temps.

-Aide-moi? Aide-toi et le ciel t'aidera !

- Et ta sœur, elle bat le beurre?

Je n'ai pu résister au comique de situation de cette annonce qui disait "Les seniories, ultime 'place to be' pour les assureurs" bien que le sujet de l'article touchait l'immobilier. Que l'idée, elle est bonne. Si on les y envoyait aussi ...

2. La retraite est-elle plus belle au soleil ?  

"La misère serait moins pénible au soleil", Charles Aznavour le chantait dans sa chanson "Emmenez-moi".  

40.000 belges se font verser leur pension à l'étranger. C'est à dire 50% de plus qu'il y a 10 ans. Ils sont en effet chaque année plus nombreux à quitter la grisaille pour aller vivre sous les palmiers.  

Serait-ce "Une arrière saison" comme le chante Sheila qui regarde dans le rétroviseur?



Mais qu'est ce qui fait partir ces retraités? Si le souvenir de l'odeur du sable chaud reste la première motivation des pensionnés, le coût de la vie est de plus en plus souvent cité comme explication par les candidats à l'exode.

La retraite à l'étranger n'est donc plus l'apanage des pensionnés fortunés car quand on a une petite pension, il fait bon vivre dans un de ces pays où la vie est moins chère que dans les pays du Nord.

1.jpgLa crise en Espagne, fait penser à acheter sa maison à bas prix. 
Moins cher, les mots à la mode. 

Pourtant, il y en a qui en reviennent. Avaient-ils trop couru dans un escalier pour partir et se devaient de revenir en catastrophe? Un bobo qui, là-bas, ne trouve pas de réponse?

Courir, marcher, cela se mérite, cela se construit.

Aujourd'hui, il y a six ans, jour pour jour, juste avant la "grande crise", ce fut ma propre sortie de la vie active. 

Je concoctais pour l'occasion, une pièce en quatre actes que j'avais appelé "Rock around the clock". 

0.jpgUn souvenir pour moi et pour ceux qui y étaient. 

C'est toujours "Rock around the clock" qui fait sourire après coup car je n'avais aucune expérience dans ce genre d’exercice.

Je sortirai un jour, un bout de cette sortie des flutes.


0.jpg

 

J'espère seulement que le changement d'heure du week-end n'emportera pas (semi-)jeunes et (demi-)vieux dans le blues hivernal et sonnera la fin de la récréation.

En attendant, je vous écris... comment vieillir en douce...

Mais, comme tout finit par une chanson ou une parodie, je prendrai celle de Jeanne Mas, "En rouge et noir". Une chanson qui date de 1986, 26 ans depuis lors, et cela semble toujours en pleine actualité. Je suis sûr que ceux qui me connaissent, comprendront ce choix.

 

L'enfoiré,

 

Article connexe "Le journal d'une quille".

 

Citations:

  • « Si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux. », Erik Satie 
  • « On est toujours le jeune d'un vieux et le vieux d'un jeune. », Alexandre Carlson
  • « Plus vieux est le bouc, plus dure est sa corne. », Proverbe belge
  • «Les jeunes ont besoin de penser différemment - ils devraient être des recruteurs, pas des chercheurs d’emploi. », Muhammad Yunus
0.jpg

Mise à jour 6/11/2012Testament.be organisait une exposition qui a fait le plein "de vieux" au Beaux Art de Bruxelles. Le but: recueillir les legs et donations au profit d'une bonne cause. Des ONG de toutes sortes étaient présentes. Jacques Mercier, l'ancien journaliste de la RTBF prêtait sa voix (son blog).

J'y suis allé. J'ai tout vu. Convaincu pas encore? A revoir...

Heureusement, fin novembre, il reste bientôt le salon Zenith, le salon pour les "p'tits vieux" BCBG. 

 
0.jpgMise à jour 24 novembre
Jogging au Salon du Zénith. Une dizaine de kms avant d'y arriver. Puis, l'entrée de deux sales, où déambulent le 3ème et le 4ème âge. Tout est fait pour attirer et pour créer l'envie de voyages, de se sentir mieux dans sa peau, d'avoir envie de vivre et à consommer.
 
0.jpg
 
 
 
 
 
 
 
0.jpg
Mise à jour 19 mars 2014: Voilà, une manière de vieillir encore plus doucement. Le robot Roméo a été présenté comme l'assistance aux personnes âgées par la société Aderaban Robotics et Acapela Group.
Grand frère de Neo, cet humanoïde aurait une taille de 1,4 m. Le marché de ce genre de robots pourrait atteindre 25 milliards de $ en 2060.
 
 
Mise à jour 2 avril 2014: Sortie d'un autre film rétrospective de Claude Lelouch "Salaud, on t'aime"


 
Mise à jour 13/3/2015: Regis Jauffrey a écrit le livre "Bravo" dans lequel il veut niquer la mort alors qu'il va entrer dans sa 60ème année. 

Mise à jour 19 janvier 2017: Vieillir en douce ne veut pas dire voler Kardashian comme les Pieds Nickeléspodcast

Commentaires

Très drôle ...
Elle est pas mal cette Emmanuelle finallement...

Réellement j'aime les dessins...

Je n'ai pas encore lu sérieusement mais j'ai déjà ri !
(Faut le faire lire à plusieurs personnes c'est clair)

Écrit par : Leo Le Sage | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

C'est fait. :-)
Ce n'est pas la culture qui reste quand on a tout oublié, mais l'humour.
C'est de plus en plus rare. Les autres aigris par le temps. On peut tout dire avec l'humour.

Ce matin, chez Carrefour, un jeune à la caisse, très speed, avait une touche d'humour pour chacun des clients.
Il avait une petite queue nouée joliment dans les cheveux. Après le fond, il y avait le forme.
Je me suis dit, rien de perdu.
Il y a encore un peu d'espoir.
Quand on a un bon départ, on peut espérer pour la suite.

Écrit par : L'enfoiré | 26/10/2012

Tout ce que je peux dire, c'est qu'il faut préparer sa sortie de la piste aux étoiles.
Je l'avais fait un an avant.
Écrivain? Pour l'être, il faudrait l'avoir commencé bien plus tôt.
Je n'ai jamais eu le temps pour cela à part écrire des rapports techniques, d'en lire aussi.
Trouver le temps? C'est presque du full time. Mais cela n'empêche pas d'aller voir ailleurs.
La tête et les jambes, quoi
:-)

Écrit par : L'enfoiré | 26/10/2012

Etant un peu vieux maintenant, quand je lis vos textes, je dois constater, je me fais la réflexion que Unisys nous a privé d'un bon écrivain.
Où trouvez-vous le temps pour rédiger tout cela? Et en plus ce ne sont pas que des mots, il y a des idées et du contenu.
Mes félicitations.

Écrit par : Luc | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

'La prospérité de la Belgique a été rapidement chassée du pays'

«Chaque fois qu'une grande fermeture est annoncée, le visage de la classe politique se plisse d'inquiétude et elle annonce des réformes», écrit Steven Samyn De Morgen. «Dans la pratique, elles restent généralement lettre morte. (...) Le gouvernement Di Rupo avait pris un bon départ. Mais moins d'un an plus tard, on ne retrouve plus grand-chose de cet élan. Comme ses prédécesseurs, il apporte quelques changements ici ou là, mais il ne s’attaque pas aux problèmes les plus importants. Il y a toujours une élection ou d’autres excuses ».
«Des subventions ne suffisent pas pour maintenir ouvertes les usines de l’industrie automobile», écrit Ewald Pironet dans Knack. «Ces dernières décennies, l'industrie automobile a connu une baisse rapide de la production. Le dirigeant industriel Karel Vinck avait déclaré, il y a quelques années: «L'assemblage de voitures finira par disparaître en Belgique. Il n’y a plus d’avancées technologiques et nous avons dû faire face à des coûts élevés de main d’œuvre et de l’énergie. Le gouvernement aurait dû arriver à la conclusion qu’il fallait que nous réduisions la part que nous assurions dans l’assemblage tout en recherchant des alternatives. Une chose que nous aurions dû faire des années à l'avance."
« La Belgique ne tient plus la comparaison avec les poids lourds européens? Industrie, finance... On a tout vendu, le plus souvent pour trois francs six sous », écrit Dominique Simonet dans la Libre. « Difficile de se plaindre que les grandes décisions se prennent ailleurs. Et puis, à l’échelle mondiale, on est un tout petit pays qui s’écartèle. De ce point de vue, le climat institutionnel instable n’est pas favorable à l’investissement étranger. En se démantelant, la Belgique est devenue le royaume des incertitudes : pensions, fiscalité, marché du travail, énergie (coût, approvisionnement). Or, en affaires, rien n’est pire que l’incertitude».
«La prospérité de la Belgique, rendue possible grâce au vote de la Loi Unique le 13 janvier 1961, a été rapidement chassée du pays par la mise en œuvre de la Constitution du 18 Février 1970 », rappelle Brecht Arnaert sur sa page ​​Facebook. « On peut me reprocher de jouer la carte communautaire, mais c’est un fait que les Flamands sont ceux qui en 1961 ont poussé les étrangers à investir, ce qui a donné de la richesse à ce pays, et que ce sont les francophones qui en 1970 ont muselé cette politique à la source par la Constitution, afin de s'assurer que leur principe socialiste règne partout. Ford Genk ferme? Il a fallu beaucoup de temps ... »
«La Belgique n'est pas la seule à souffrir de la crise. Voyez les difficultés de PSA Peugeot-Citroën en France. La fermeture de Ford Genk illustre aussi à merveille l'absence criante de politique économique européenne un tant soit peu coordonnée et la concurrence effrénée à laquelle se livrent les États européens, tant sur le plan social que fiscal. Les multinationales s'engouffrent dans la brèche... », estime de son côté Alain Narinx dans l’Echo.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=la-prosperite-de-la-belgique-a-t-rapidement-chasse-du-pays&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

« Que la Retraite est belle » sur la chanson de Jean Ferrat, "La montagne"
Une chanson qui a été chantée lors d'une autre sortie de la piste aux étoiles...

Ils quittent un à un IT
Pour s'en aller vivre leur vie
Loin de la boîte qu’ils ont larguée

Depuis longtemps ils en rêvaient
De la pension et de ses secrets
D’être grand-papa ou bien Pépé

Les vieux ça n'était pas original
Quand ils s'enfichaient machinal
D'un coup la clope aux lèvres

Mais ils savaient tous à propos
Installer Windows comme des pros
Et extraire Brigitte de ses rêves

Pourtant que la retraite est belle
Comment peut-on s'imaginer
En préparant autant de DELL
Que la pension vient d'arriver ?

Dans son auto et les bouchons
Une année bonne et l'autre non
Et sans vacances et sans sorties

Francis veut retourner au bal
Il n'y a rien de plus normal
Que de vouloir vivre sa vie

Sa vie il aidera tous ses pairs
De quoi attendre sans s'en faire
Que l'heure de la pension sonne

Il faut savoir ce que l'on aime
Et rentrer sans son modem
Manger du poulet avec bobonne

Pourtant que la retraite est belle
Comment peut-on s'imaginer
En préparant autant de DELL
Que la pension vient d'arriver ?

Écrit par : L'enfoiré | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

A lire:

1. "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Johas Jonasson
Dans un road movie Alan Karlson prend la tangente avec un humour noir qui rappelle la pièce de théatre "Les fugueuses"

2. "Prime time" de Jane Fonda qui vit son 3ème acte avec amour, santé, sexe, forme, humour, esprit et amitié

Écrit par : L'enfoiré | 29/10/2012

Répondre à ce commentaire

Des problèmes en Belgique?
Quand on a de l'humour, il n'y a plus de problèmes.
http://www.rtbf.be/info/media/video_le-cafe-serre-de-thomas-gunzig-31-10-12?id=1772047&mediaset=rtbfinfo--matin-premiere&type=video

Écrit par : L'enfoiré | 31/10/2012

Répondre à ce commentaire

Situation paradoxale:

1. La retraite à 67 ans, inévitable ?
Les experts sont unanimes : il est urgent de réformer le système des pensions. Une seule option : demander aux Belges de travailler plus longtemps.
Durant dix jours, Le Soir va s’employer à examiner la pharmacopée. Faut-il limiter dans le temps les allocations de chômage ? Faut-il supprimer toutes les prépensions ? Faut-il injecter 5 milliards dans la recherche ? Etc. Bref, des mesures qui portent sur le moyen et long terme. Des décisions pour certaines impopulaires et qui effarouchent le politique. Des propositions soumises pour examen à des experts, économistes ou analystes, afin qu’ils les valident ou les réfutent.
Et si… Face à une récession qui s’annonce, une crise que beaucoup annoncent « structurelle », l’heure est-elle encore aux demi-mesures ? Ne faut-il pas appliquer un remède de cheval à notre économie, afin de doper la compétitivité de nos entreprises ?
Un premier exemple : faut-il relever l’âge de la retraite à 67 ans ? L’âge réel de fin de carrière, en Belgique, est de 59 ans. Le taux d’emploi des 55 – 64 ans n’est que de 37,3 % dans notre pays, alors que la moyenne européenne est de 46,3 %. C’est précisément pour tenter d’encourager l’emploi des travailleurs âgés que le gouvernement Di Rupo a pris une série de mesures structurelles : l’âge de départ à la retraite anticipée est passé de 60 à 62 ans et les possibilités de prépensions ont été réduites.
Tous les indicateurs sont en effet au rouge. Le nombre de personnes qui quittent le marché de l’emploi est, depuis 2010, plus important que le nombre de personnes qui y arrivent. Bref, le statu quo apparaît désormais impensable et les alternatives à un relèvement de l’âge de la retraite semblent tout aussi douloureuses. Tenir compte de la durée de la carrière, de la pénibilité du métier…
De quoi adoucir une mesure que les experts jugent urgente…

http://www.lesoir.be/117218/article/actualite/belgique/2012-11-09/retraite-%C3%A0-67-ans-in%C3%A9vitable


2. Belfius va supprimer 920 postes et engager 250 jeunes d'ici à 2016
La direction de Belfius a annoncé que 920 équivalents temps plein (etp) seraient supprimés d’ici à 2016. Une annonce faite en conseil d’entreprise extraordinaire qui réunissait direction et syndicats. La direction a également fait savoir que 250 jeunes collaborateurs allaient être engagés. Le SETCa déçu par un plan "sans vision d'avenir"
L'objectif est évidemment de réduire les coûts via cette mesure radicale qui toucherait donc près d’un emploi sur six dans cette structure de 6000 employés. La banque a toutefois fait savoir qu'elle allait engagé 250 jeunes collaborateurs sur la même période, afin de réduire la perte nette à 670 équivalent temps plein.
Les syndicats ont accueilli ce plan drastique de restructuration de l’entreprise avec inquiétude.
Des départs naturels et des départs volontaires permettront d’absorber une partie de ces suppressions mais il faudra également des licenciements, selon Jean-Michel Cappoen (FGTB) qui s'exprimait dans notre JT de 13H.
Ces mesures font partie d'un plan plus global dans lequel 210 millions d’économies sont visés. Les syndicats sont soucieux car aucun plan d’avenir n’est évoqué, estiment-ils, il n’y a jusqu’ici que des économies pures et dures au menu.
Le SETCa déçu par un plan "sans vision d'avenir"
Le syndicat socialiste SETCa s'est dit jeudi "très déçu" par l'intention de Belfius Banque de supprimer 920 emplois et d'engager 250 jeunes. "Pour la quatrième fois, on fait des économies sur le dos du personnel et la direction n'a aucune vision d'avenir", commente Miranda Ulens (BBTK/SETCa).
"Nous avions prévu un plan avec vision pour obtenir plus de recettes, mais nous avons obtenu en retour un plan avec 210 millions d'euros d'économies, dont deux tiers sur le dos du personnel", poursuit la représentante du syndicat socialiste.
"Mais ce qui nous met le plus hors de nous, c'est que ce plan ne présente aucune vision d'avenir. Le plan précédent qui court jusqu'en 2013 n'est même pas encore bouclé. La plus grosse frustration pour le personnel, c'est l'incertitude. La confiance en la direction s'est évaporée."
De son côté, la CGSLB dit vouloir participer aux négociations pour savoir comment ces réductions de personnel vont être réalisées, "afin que pour les personnes concernées, les choses se passent en douceur, au lieu de refuser d'en discuter et de laisser ainsi la direction prendre seule les décisions sur la manière de procéder". "Le personnel (...) ne peut pas être pénalisé", ajoute le syndicat libéral qui précise avoir appris de la direction que celle-ci ne voulait pas procéder à des licenciements secs.

Écrit par : L'enfoiré | 10/11/2012

Répondre à ce commentaire

Jogging au Salon du Zénith. Une dizaine de kms avant d'y arriver. Puis, l'entrée de deux sales, où déambule le 3ème et le 4ème âge. Tout est fait pour attirer et pour créer l'envie de voyages, de se sentir mieux dans sa peau, d'avoir envie de vivre et de consommer.
Tout cela en photos, suivez le guide.
>>>
https://plus.google.com/photos/104191234223077588730/albums/5814361172415253761/5814361216365179762

Écrit par : L'enfoiré | 24/11/2012

Répondre à ce commentaire

Une des clés du génie d’Albert Einstein? Un cerveau extraordinaire

Avec un poids de 1.230 grammes, le cerveau d’Albert Einstein n’était pas différent du cerveau d’un adulte normal. Toutefois, des scientifiques ont découvert que le cerveau du génie de la physique était structuré différemment du nôtre. Pour arriver à cette conclusion, les experts, conduits par l’anthropologue Dean Falk de l’Université de Floride aux Etats-Unis, ont analysé 14 clichés du cerveau d’Einstein qu’ils ont comparé aux photos de cerveaux d’individus communs.
« Le cerveau d’Einstein possédait un cortex préfrontal extraordinaire, ce qui a pu contribuer au développement de ses capacités cognitives exceptionnelles », expliquent les auteurs de l’étude dans la revue Brain. Le cortex préfrontal, situé au-dessus des globes oculaires dans la partie antérieur de cerveau, est la zone où résident les aptitudes telles que la capacité de concentration, la planification ou encore la persévérance face aux défis. « Le cerveau d’Albert Einstein avait un cortex préfrontal exceptionnellement développé ».
Les chercheurs ont également découvert des anomalies dans les lobes pariétaux, situés en arrière du lobe frontal, de chaque côté du cerveau au-dessus des oreilles. Ces lobes sont le siège de la pensée symbolique, des aptitudes linguistiques, du raisonnement mathématique et de l’orientation dans l’espace. « Ils ont certainement fourni les bases neurologiques des aptitudes visuospatiales et mathématiques d’Einstein », expliquent les scientifiques. Le cerveau d’Einstein présente d’autres régions anormalement développées. Parmi celles-ci, le cortex somatosensoriel qui s’occupe de l’information relative au toucher et le cortex moteur qui contrôle les mouvements volontaires.
L’étude du cerveau d’Albert Einstein a commencé après sa mort en 1955. Pour réaliser les analyses, le pathologue Thomas Harvey l’a photographié selon différents angles. Ensuite, le cerveau a été découpé en 240 morceaux pour les étudier chacun de manière individuelle. Les études antérieures sur le cerveau d’Einstein ont montré qu’il possédait une densité de neurones extrêmement élevée dans certaines zones ainsi qu’une densité de cellules gliales (qui forment l’environnement des neurones) supérieure aux personnes « normales ». On a également constaté un modèle inhabituel de sillons dans les lobes pariétaux.
Toutefois, comme le souligne The Huffington Post, les chercheurs expliquent que l’étude soulève des questions auxquelles ils n’ont pas été en mesure de répondre. « Parmi celles-ci, si Einstein possédait déjà un cerveau le prédisposant à devenir un physicien de génie ou si, au contraire, le fait d’avoir étudié la physique a contribué au développement extraordinaire de certaines régions de son cerveau ». Pour Albert Galaburda, un neuroscientifique de la Harvard Medical School, « le génie d’Einstein se doit probablement à la combinaison d’un cerveau exceptionnel avec l’environnement dans lequel il évoluait »

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=une-des-cles-du-genie-dalbert-einstein-un-cerveau-extraordinaire&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 24/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les belges toujours frileux à l'idée de travailler plus longtemps

Comment la population perçoit-elle le problème des retraites? Est-elle prête à travailler plus longtemps? Résultats de notre sondage réalisé sur base volontaire.
Une chose est claire: il est grand temps de revoir notre système de pensions. Dans sa forme actuelle, il est une vraie bombe à retardement puisque nous n'avons pas mis d'argent de côté pour toute la génération du baby-boom. Beaucoup d'experts sont d'avis que la solution serait d'allonger le temps de carrière.
« Il faut retenir les départs à la retraite » explique Jean Hindriks, professeur d'économie à l'UCL. Pour lui, « il faut absolument changer l’horizon temporel. Il faut dire qu’on doit maintenant calculer sa carrière sur 40 ans. Une sortie progressive du monde du travail avec une retraite à mi-temps pourrait être la solution. »
« Ce qu’il faut changer, c’est l’âge effectif de la pension » insiste Michel Jadot, président de la mutualité socialiste. Tout le monde semble donc s'accorder mais cette solution reste tabou.
La population, elle, semble plutôt opposée à l'idée: 58 % des répondants à notre sondage pensent qu'il ne faut pas relever l'âge de la pension et 61 % ne seraient pas prêts à travailler au delà de 65 ans.
Par contre, une large majorité (86%) s'accorde sur le fait que la pension moyenne (1150 euros par mois) n'est pas suffisante.
Enfin, envisager une pension unique pour tous ne semble pas recueillir l'adhésion de la population (64% est contre) et les solutions intergénérationnelles comme l'habitat ne sont pour l'instant envisagées que par la moitié de la population pour réduire les dépenses des ménages

http://www.lesoir.be/134327/article/actualite/belgique/solidarite-entre-generations/2012-12-07/belges-toujours-frileux-%C3%A0-l-id%C3%A9e-travailler-plus-longt

Écrit par : L'enfoiré | 08/12/2012

Répondre à ce commentaire

Le Belge ne pense pas assez à sa pension

Six Belges sur dix estiment qu’il n’est pas vraiment nécessaire de préparer sa retraite quand on n’est pas encore retiré de la vie professionnelle
La Fondation Roi Baudouin, qui veut promouvoir une culture du dialogue avec l’entourage à propos de la préparation de l’après-retraite, a lancé le projet « Penser plus tôt à plus tard » dont l’objectif est de créer des outils qui doivent aider ce dialogue. Dans le cadre de ce projet, elle a demandé au bureau d’étude Ipsos de sonder la population. Du 25 octobre au 8 novembre 2012, 1 009 personnes âgées de 40 à 75 ans ont été interrogées (dont 405 en Flandre, 402 en Wallonie et 202 à Bruxelles). Le sondage a été réalisé en ligne pour les les 40-59 ans ; les plus âgés (60-75 ans), moins habitués à internet, ont été questionnés par téléphone.

Premier constat : seul un Belge sur trois âgé de 40 à 75 ans (34 %) discute de sa vie après la retraite. C’est davantage le cas de personnes qui ont un diplôme de l’enseignement supérieur (40 %), qui appartiennent aux classes sociales supérieures (37 %), sont actives professionnellement (37 %) et vivent en couple (37 %).
Et quand on parle de ses vieux jours, ce sont les loisirs (69 %) qui arrivent comme premier thème de discussion, avant la santé (63 %) et le projet de retraite en général (62 %). Un sondé sur deux au moins évoque aussi les revenus disponibles (59 %), les projets de voyage (55 %), l’endroit où vivre (50 %) et le temps à consacrer à sa famille (50 %).
Avant l’âge de la retraite, on n’a pas une vue d’ensemble sur la vie d’après : on se focalise sur les loisirs, résume la Fondation Roi Baudouin. Une fois qu’on y est, d’autres préoccupations s’en mêlent.
« S’assurer des revenus suffisants »
Quels que soient l’âge, le sexe ou la classe sociale, pour 9 Belges sur 10, bien préparer sa vie après la retraite signifie, dans l’ordre, s’assurer des revenus suffisants ; préserver sa santé et avoir des activités de loisir. Pour deux sondés sur trois, informer ses proches de ses choix pour ses dernières années doit aussi en faire partie.
D’après le sondage, seuls 38 % des 40-75 ans préparent personnellement leur retraite, les Flamands étant plus prévoyants (4 sur 10) que les Wallons et les Bruxellois (3 sur 10).

http://www.lesoir.be/136442/article/actualite/belgique/2012-12-12/belge-ne-pense-pas-assez-%C3%A0-sa-pension

Écrit par : L'enfoiré | 12/12/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous,
On me demande parler des "vieux" qui font des randonnées pédestres, ce que je fais avec le plus de plaisirs
http://www.randoevasion.be/index.php?lang=fr

Écrit par : L'enfoiré | 29/12/2012

Répondre à ce commentaire

A quel âge cesse-t-on d'avoir le goût de la prise de risques?

À quel âge peut-on arrêter de prendre des risques? Le magazine Science Daily rapporte les résultats d’une étude de l’université de l’Oregon, parue dans le journal Psychology and Aging, qui répond à cette question.
Les résultats ont été tirés d'un échantillon de 543 adultes âgés de 25 à 75 ans, qui avaient été regroupés en fonction des tranches d'âge 25 à 34 ans, 35 à 44 ans, 45 à 54 ans, 55 à 64 ans et 66 à 74 ans. Les participants devaient choisir entre réaliser un petit exercice de mathématiques contre une petite récompense pour leurs réponses justes sans comparaison avec les résultats des autres ou une récompense légèrement supérieure lorsqu’ils avaient de meilleures notes contre les autres participants avec lesquels ils avaient accepté d’entrer en compétition.
Le résultat est surprenant: alors que l’on s’attendrait que ce soient les individus les plus jeunes qui soient les plus disposés à prendre des risques, il s’avère que la volonté d’entrer en compétition pour obtenir une meilleure récompense, ne cesse de croître jusqu’à la cinquantaine, pour ensuite décroître au-delà. Cela est encore plus vrai pour les hommes que pour les femmes. Des recherches précédentes avaient pourtant montré que les niveaux d’hormones telles que le cortisol et la testostérone, qui entrent en jeu dans le goût de la prise de risque, décroissent avec l’âge. « L’idée générale, c’est que lorsque l’on prend de l’âge, accomplir des choses n’est plus aussi important ».
« Nous nous attendions à que la prise de risque concurrentielle décroisse », explique l’un des chercheurs qui a dirigé ces travaux de recherche. « Découvrir qu’elle continue de monter jusqu’à la cinquantaine a été une surprise ».

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=hr&item=a-quel-age-cesse-t-on-davoir-le-gout-de-la-prise-de-risques&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 05/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les 14 meilleurs pays du monde pour passer sa retraite

Natixis vient de publier le Natixis Global Retirement Index, un rapport qui indique que l’Europe de l’Ouest est un meilleur endroit pour passer sa retraite que les Etats-Unis. Les seniors européens jouissent de meilleurs systèmes de santé, finances, qualité de vie et bien-être matériels que leurs homologues américains. Mandi Woodruff de Business Insider a dressé la liste des 21 meilleurs pays au monde pour les retraités, sur la base des notes sur 10 attribuées par le rapport de Natixis en termes de qualité des soins, de niveau de vie (finances) et de qualité de vie.
Nous avons gardé les 14 premiers :

14. Outre un système de santé excellent et une bonne qualité de vie, la Belgique est aussi réputée pour ses nombreux restaurants, ses bières, et ses chocolats.
Santé: 8,3/ 10. Finances: 6,7/10. Qualité de vie: 7,9/10.

13. Pour Woodruff, les Américains qui veulent bénéficier de conditions européennes sans traverser l’Atlantique peuvent aussi bien aller au Canada.
Santé: 7,8/10. Finances: 7,2/10. Qualité de vie: 7,9/10.

12. Israël est une destination populaire pour les retraités en raison de ses bons services sociaux, de son climat chaud et de l’emploi répandu de la langue anglaise.
Santé: 7,9/10. Finances: 7,8/10. Qualité de vie: 7,5/10.

11. L'Australie est le pays non européen le mieux noté dans la liste.
Santé: 8,1/10. Finances: 7,3/10. Qualité de vie: 7,5/10.

10.Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, la France offre le meilleur système de santé au monde.
Santé: 8,8/10. Finances: 6,5/10. Qualité de vie: 8,2/10.

9. L’Allemagne dispose d'excellentes installations de santé et offre l’une des meilleures espérances de vie au monde.
Santé: 8,8/ 10. Finances: 6,4/10. Qualité de vie: 8,0/10.

8. Le Danemark, qui selon une étude de l’Université de Leicester, est le pays où les gens éprouvent la plus grande satisfaction pour leur existence, est aussi un paradis pour les cyclistes.
Santé: 8,3/10. Finances: 6,5/10. Qualité de vie: 8,3/10.

7. La Hollande est très populaire parmi les jeunes, mais son climat doux, son grand nombre de parcs nationaux et la première place de pays le plus heureux du monde selon l’OCDE, en font aussi un pays favori pour les personnes âgées.
Santé: 8,5/10. Finances: 6,5/10. Qualité de vie: 8,2/10.

6. La Finlande offre à ses citoyens une qualité de vie élevée et elle est l’un des pays les plus riches du monde.
Santé: 8,2/10. Finances: 7,8/10. Qualité de vie: 7,8/10.

5. L'Autriche propose ses paysages alpins à couper le souffle.
Santé: 9,0/10. Finances: 6,5/10. Qualité de vie: 8,3/10.

4. La Suède est un pays avec un système de santé qui se classe parmi les meilleurs du monde, elle offre également un environnement très créatif.
Santé: 8,3/10. Finances: 7,4/10. Qualité de vie: 8,5/10.

3. Le Luxembourg n'est pas seulement un centre financier important, c’est aussi un pays idéal pour les personnes âgées.
Santé: 8,5/10. Finances: 8,0/10. Qualité de vie: 7,8/10.

2. La Suisse est l’un des pays qui offrent les meilleures qualités de vie au monde.
Santé: 8,4/10. Finances: 8,3/10. Qualité de vie: 9,2/10.

1. La Norvège est un peu mieux notée que la Suisse sur le plan des Finances et elle est donc le pays le plus favorable pour les retraités.
Santé: 8,5/10. Finances: 7,9/10. Qualité de vie: 8,7/10.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=les-14-meilleurs-pays-du-monde-pour-passer-sa-retraite&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 24/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les seniors ont-ils encore une vie sexuelle?

http://www.rtbf.be/video/detail_questions-a-la-une?id=1812509

Écrit par : L'enfoiré | 04/04/2013

Répondre à ce commentaire

Allonger les carrières? «A 65 ans, on n'est pas vieux pour la majorité des gens!»

Le débat, récurrent, a été relancé par deux élus CD&V, qui voudraient qu’à terme, les Belges travaillent jusqu’à 70 ans. Gériatre à l’hôpital Erasme, Sandra De Breucker a répondu à vos questions.
Le CD&V voudrait prolonger l’âge de la retraite. Pour le ministre des Pensions, Alexander De Croo, la priorité est de faire travailler les gens jusqu’à l’âge réel de la pension. Seulement 10 % des Belges travaillent jusqu’à l’âge légal de 65 ans.

http://www.lesoir.be/288601/article/debats/chats/2013-07-26/allonger-carrieres-65-ans-on-n-est-pas-vieux-pour-majorite-des-gens

Écrit par : L'enfoiré | 26/07/2013

Répondre à ce commentaire

Le S&V de septembre avait un titre "Vieillir moins vite"
Les propositions pour y arriver étaient parfois surprenantes:
- mettre à la diète
- asperger d'herbicide
- rallonger les chromosomes
- réduire l'inflation cérébrale
- supprimer l'odorat
- augmenter la température
- greffer des jeunes ovaires

Écrit par : L'enfoiré | 08/10/2013

Répondre à ce commentaire

Jean d'Ormesson a écrit un livre qui a pour titre "Un jour, je m'en irai sans en avoir tout dit"
Dans sa postface il écrit en résumé: "Aboutir à bien peu de choses. Aprrendre qu'on est des poussières d'étoiles et que capable de tant de choses, le hommes n'étaient pas toujours là.
Cela fait une belle jambe. Ce que je voulais savoir, je ne le sais toujours pas. Connaître le futur, la raison de notre passage sur cette Terre reste toujours aussi obscur.
Ecrire des livres pour changer la vie des gens et la fragilité passagère subsiste, menacée de mon amour pour toi"
Des chapitres qui ont pour titres "Tout passe", "Tout casse", "Rien ne change".

J'ajouterais un chapitre "Tout casse" et c'est pour cela qu'il faut toujours réapprendre à vivre et à se faire plaisir

Écrit par : L'enfoiré | 14/10/2013

Répondre à ce commentaire

Des pensées envoyées à un "jeune retraité" (très récemment) à l'occasion de sa sortie de piste

"Donc, tu as regagné une place dans le club des retraités. Te voilà, chez les "p'tit vieux",
Sept ans déjà pour moi. Cela veut dire que je sais ce que veut dire "Vieillir en douceur" et ce que j'avais écrit bien avant de quitter la vie active "A la casse", n'est pas tout à fait faux.
Quitter cette vie, je ne le pensais cette année-là.
Le premier mois c'est comme des vacances. Mais quand cela se prolonge, cela devient long... quand on n'a pas quelque chose à faire et que la télé ne parvient pas à meubler.
Le jardinage, la maintenance de la maison, ne sont pas dans l'éventail de mes passions.
J'avais prévu le coup comme je l'ai dit lors de ma sortie spéciale dont j'ai encore la vidéo "Rock around the clock".
Je m'étais fait un challenge d'écrire quelque chose d'original, une fois par semaine, alors que je n'avais le jamais fait auparavant. Quelque chose qui m'intéresse pour entretenir les neurones et pour rester curieux de tout.
Sur Internet, on se fait beaucoup de connaissances. Des bonnes et des moins bonnes. Parfois, cela commence très mal et se termine dans des amitiés indéfectibles. Ce fut le cas avec un bruxellois de mon âge, qui vient me voir une deuxième fois, le mois prochain, alors qu'il vit au Laos depuis quelques années..
Contrairement à ce qu'on pouvait penser, je n'avais pas espéré cette sortie précipitée de la vie active. Mais j'ai pensé que les "p'tits vieux" devaient faire de la place qu'ils coûtaient trop cher et que le mobbing risquait de s'installer pour les persévérants.
Au courant de ce qui s'y passait, apparemment, je n'avais pas tort...
La plus belle période pour moi a été celle pendant laquelle j'ai réellement aimé développer ce qui n'existait pas. Tout était à faire en informatique. Autre chose que ces machins "mammouth" qui venaient d'ailleurs et qu'il fallait maintenir coûte que coûte dans des spaghettis sans fin.
Encore récemment, j'ai été voir mon patron de l'époque. Un informaticien génial, mais pas terrible vendeur...
Je ne te raconte pas la déchéance qu'il a subi. Il a gardé toute sa tête, mais... la maladie de Parkinson en a décidé autrement. Sa compagne, victime du cancer. Deux enfants, mais qui ont leur propre vie. Tout cela se comprend très bien. C'est la vie.
Amusant, cette réunion de deux anciens combattants.

Écrit par : L'enfoiré | 14/10/2013

Répondre à ce commentaire

Comment vous réinventer une fois que vous avez plus de 50 ans ( ou 60 ans)

« Vous êtes encore assez jeune pour être célèbre, pour démarrer une ferme biologique et vous avez encore assez de vitalité pour travailler 8 heures par jour. Vous êtes assez vieux pour avoir une certaine sagesse, cependant vos parents sont encore en vie et vous pouvez acquérir une expérience générationnelle. Si vous êtes fatigué, vous pouvez demander à un jeune de vous céder sa place assise, mais vous êtes encore assez jeune pour le faire vous-même ».
✔ Comprenez que vous avez encore assez de temps pour réaliser de grands changements. « Trop vieux » n'est pas une excuse.
✔ Acceptez l'idée que vous êtes surqualifié. Beaucoup d'employeurs partent du principe qu'un quinquagénaire expérimenté comme leader d'une équipe ou chef de projet ne peut absolument pas se sentir bien dans un rôle moins prestigieux. Lors d'entretiens d'embauche, insistez sur le fait qu'un poste peu élevé ne vous convient pas et spécifiez que vous avez un besoin réel d'un changement intéressant.
✔ Vivez avec votre temps. Etre actif sur les réseaux sociaux n'est plus une option mais un must, et cela est doublement vrai pour les managers de plus de 50 ans. Les personnes d'un certain âge qui n'utilisent pas Twitter ou LinkedIn sont déjà très souvent considérées comme des dinosaures.
✔ Construisez sur le passé. La plupart des possibilités professionnelles viennent de votre activité sur Internet, plus précisément de vos « relations dormantes » ou de personnes connues dans le passé avec lesquelles vous n'avez plus de contacts. Utilisez vos anciennes relations professionnelles au maximum et renouez pour cela avec vos anciens contacts.
✔ Surprenez. Les personnes qui vous connaissent le mieux ont peut-être des idées préconçues sur vous-même et vos compétences. Si vous voulez vous réinventer, il est important de les surprendre de manière forte et de les informer de vos nouveaux centres d'intérêt et intentions.

Selon un sondage américain, la cinquantaine est l'âge idéal pour des tas de raisons

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=hr&item=comment-vous-reinventer-une-fois-que-vous-avez-plus-de-50-ans&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 23/12/2013

Répondre à ce commentaire

Voilà, une manière de vieillir encore plus doucement.
Le robot Roméo a été présenté comme l'assistance aux personnes âgées par la société Aderaban Robotics et Acapela Group.
Grand frère de Neo, cet humanoïde aurait une taille de 1,4 m pourrait faire beaucoup de choses. Parler et répondre, ce n'est déjà plus un problème.
Le marché de ce genre de robots pourrait atteindre 25 milliards de $ en 2060.

Écrit par : L'enfoiré | 19/03/2014

Répondre à ce commentaire

"Salaud, on t'aime", un nouveau film de Lelouch qui revient en arrière

http://www.youtube.com/watch?v=Vn588Q071z8

Interview:

Quand un cinéaste est face à quelqu’un qui, comme Johnny, a une gueule chargée d’histoire, que lui reste-t-il à faire ?

Pas grand-chose et tout en même temps. Au cinéma, les visages parlent comme nulle part ailleurs. Quand j’ai proposé à Johnny le rôle, je me suis dit que ça allait me permettre d’éviter pas mal de dialogues. À partir de 60 ans, notre vie est écrite sur la gueule. C’est l’intérêt et l’inconvénient. C’est un livre ouvert extraordinaire… Je savais que Johnny avait exactement la gueule du baroudeur que je cherchais. Quelqu’un qui est allé d’une guerre à l’autre, or monter sur une scène, c’est faire aussi la guerre. Moi, j’ai passé ma vie à faire la guerre dans le cinéma.

Le sujet est inspiré de votre propre vie…

Effectivement. Je raconte l’histoire d’un mec qui s’est toute sa vie occupé de sa gueule, pas trop de sa famille. Dans la dernière ligne droite, il a envie de mettre sa vie au propre et rattraper le temps perdu. Moi, j’ai eu sept enfants avec cinq femmes différentes. Et je me suis plus occupé de cinéma que de leur éducation ! À partir d’un certain âge, on a l’impression de faire les choses pour la dernière fois. C’est ce que j’ai voulu filmer. Quand j’ai rencontré Jacques Brel, peu de temps avant sa mort, il m’a dit : « Je suis en train de faire des choses pour la dernière fois, et je ne les ai jamais autant appréciées. » Avec ce film, j’ai voulu faire passer ce message : déguster le présent ! Si on pouvait introduire le présent en Bourse, ce serait la valeur à investir.

D’où vient cette certitude-là ?

Je suis en train de faire mes derniers films, de vivre une dernière histoire d’amour… Les statistiques me disent que l’arbitre peut siffler la fin de la partie à tout moment. J’espère que je joue les prolongations, mais je sais que je suis entré dans les derniers moments. Et c’est formidable !

Et plus motivant qu’angoissant ?

J’apprécie la vie pour la première fois. À un moment donné, on voit la ligne d’arrivée. C’est le sprint de la vie. Et on va encore plus vite pour gagner la course. C’est très important de réussir les dernières choses qu’on fait car c’est là-dessus qu’on va vous juger.

Quel a été le déclencheur de cette envie de vouloir dire des choses à vos enfants ?

Je leur devais ça. C’est un film sur le pardon et je devais leur demander pardon, publiquement. Je voulais leur dire que je suis désolé alors que mes enfants, c’est ce que j’aime le plus au monde. Mais c’est vrai que j’ai souvent plus aimé ma caméra que leur éducation. Je pense que tout le monde a cette culpabilité, à des degrés différents. À un moment donné, les enfants, c’est que des emmerdes. Mais des emmerdes qu’on adore. Nos emmerdes préférées. Chaque fois que mes enfants m’appellent, je sais que c’est pour m’annoncer des mauvaises nouvelles plutôt que des bonnes. En même temps, je suis tellement content de les avoir au téléphone que je me dis que c’est le prix à payer. C’est un truc mystérieux, un fil invisible… Aimer les enfants, c’est comme s’aimer soi-même ; c’est pardonner l’impardonnable.

Pour vous, qu’est-ce un acteur ?

C’est un paradoxe. C’est quelqu’un qui ne joue pas, qui à un moment donné ne fait rien. Et dans le rien, il y a l’essentiel. À un enterrement, ceux qui pleurnichent le plus ne sont pas les plus malheureux. Le malheur, comme le bonheur, c’est très discret. Les acteurs sont dans une insécurité permanente. C’est cette insécurité qui fait que ce que j’attends d’un acteur, c’est qu’il ne joue pas. Et Johnny ne joue pas dans le film. Je lui ai simplement demandé d’être un homme. Et tout au long du tournage, il m’a touché, bouleversé. Je n’étais pas au cinéma, mais dans la vie. Pareil avec Sandrine et Eddy. En fait, ce que je demande à tous mes acteurs, inconsciemment, depuis Un homme et une femme : surtout, ne jouez pas.

Vous faites définitivement confiance au hasard ?

Le hasard m’a toujours emmené là où je devais aller dans ma vie. Là où mon intelligence ne serait jamais allée car elle trop rationnelle, trop pragmatique. Elle a trop le sens des affaires, elle est nulle alors que le hasard a tous les talents. Je me fie d’ailleurs plus qu’au hasard et à l’inconscient. J’ai vraiment envie de faire des films sur la part d’irrationnel qu’il y a en chacun de nous.

Mi-janvier, Jean-Pierre Jeunet déclarait que le cinéma français reste entravé par la Nouvelle Vague. Qu’en pensez-vous, vous l’exclu de la bande ?

Il a tout à fait raison car la Nouvelle Vague a embourbé la presse française et la critique européenne. Mais moi, je dois beaucoup à la Nouvelle Vague car elle m’a montré tout ce que je ne devais pas faire. En fait, elle m’a toujours ennuyé et surtout elle a craché sur des cinéastes que j’adorais, sur mes papas et mamans de cinéma comme Clouzot, Duvivier, Gabin, Morgan… Or on a vu avec le temps que ces gens de la Nouvelle Vague n’avaient pas fait mieux !

Vous avez été sollicité par Hollywood, mais avez toujours refusé d’aller là-bas. Pourquoi ?

On ne fait pas le même cinéma. Eux, ils font un cinéma de producteur. Moi, je fais un cinéma de metteur en scène. C’est lui le patron du film. Un producteur a une idée de recette en tête alors que le metteur en scène a envie de transmettre ce qu’il ressent.

Donc, on peut vraiment dire que vous êtes un homme libre ?

Je le suis et j’ai pu me maintenir ainsi grâce au public qui est venu voir mes films malgré tous les découragements qu’on a pu lui faire. Quand il n’est pas là, je suis très malheureux. Quand il est là, ça me permet de faire le cinéma que j’aime. Car je ne veux pas faire des films de commande.

D’où la création de votre maison de production Les films 13 dans les années 60 ?

Effectivement. Dès le départ, j’ai créé ma maison de production pour réaliser mon rêve. Ce ne fut pas facile. Car on ne m’a pas épargné et la critique ne m’a jamais fait confiance.

50 ans de carrière, 44 longs-métrages. Quel bilan ?

Il ne faut pas avoir peur des emmerdes. Car c’est le jogging du bonheur, la préparation aux succès et au pays des merveilles. La souffrance est la meilleure école du monde, c’est la seule université qui vous donne un diplôme qui a de la valeur. On a tous les droits si on en fait de mal à personne. J’ai envie de dire que la vie est belle, qu’il faut la croquer à pleines dents. Il faut être gourmand !

http://www.lesoir.be/510661/article/culture/cinema/2014-04-02/claude-lelouch-j-ai-passe-ma-vie-faire-guerre-dans-cinema

Écrit par : L'enfoiré | 27/03/2014

Répondre à ce commentaire

Un autre billet écrit par un "pauvre" retraité
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/et-pour-quelques-points-retraite-161318

Extraits choisis: Voilà ce que c’est de prendre des années, on devient un peu parano, cynique, l’esprit dur et la couenne raide, attentif à ne pas se faire avoir. Méfiant comme un vieux chien qui a pris trop de coups de bâton. Tu n’iras pas chercher tous les vieux os sans moelle qu’on te lance derrière la barrière, rien que pour te faire décamper.
Tu connais tes droits, et leurs vieilles ruses, juste bonnes à tromper les jeunes benêts.
Tu ferais mieux de la jouer modeste. D’abord t’es encore vivant, alors qu’à ton âge tant d’autres sont déjà morts. Et pas que des petites pointures : Alexandre le Grand, Flaubert, Maupassant, Jésus Christ, Karl Marx, Jimmy Hendrix, des types qu’auraient cent fois plus que toi mérité les ors de la retraite, et les cadeaux qui vont avec.
Tu as toutes les chances, connu les trente glorieuses. Une époque où on trouvait du boulot à la pelle.
Quoi de mieux qu’une pelle pour inciter un homme à se lever, à se mettre en marche. Bien mieux que la faucille ou le marteau, trop dangereux, qui peuvent devenir des armes. La pelle développe les muscles, donne le goût de l’effort, de l’entreprise, vous fait de beaux trous au milieu de gazon. Regardez celui de la sécurité sociale !
« Quand le bâtiment va, tout va ! »…Toi-même t’as travaillé dans le BTP ! Un casque jaune sur la tête, poussant une brouette sur une planche, même si ça n’a pas duré bien longtemps.
« On n’est pas sérieux quand on a dix sept ans » T’avais pourtant dit Arthur.
Tu as sorti le tiroir du bureau, mis sur la table toutes ces enveloppes administratives, reliées entre elles par de vieux élastiques, des choses qui dormaient là depuis belle lurette. C’est le véritable album-photo d’une vie. Une boite pleine de madeleines de Proust.
Deux doses de sable pour une de ciment, c’était la recette du maçon. Le petit Marcel avait bien de la chance d’être rentier. Il aurait été beaucoup moins introspectif s’il avait bossé sur un chantier. ..D’abord, il aurait su tout de suite pourquoi il se serait couché de bonne heure.
....
D’accord, ce n’est plus ton problème. Ne t’en vante pas trop ! Ne joue pas au ténor, au chanteur de Mexico ! Il y a des gens sans emplois qui sont susceptibles. D’autres qui travaillent, qui paient des cotisations, qui ne comprennent pas pourquoi ils vont te supporter à ne plus rien foutre. Pas la peine de te transformer en cible idéale pour le premier sniper égaré qui traîne. On a vu des fatwa lancées pour bien moins que ça !
D’ailleurs, officiellement, ton dossier n’est pas encore clos.
....
Plus on vieillit et plus les souvenirs prennent une place considérable sur l’étagère. Un peu comme les deux volumes de « Guerre et paix » !.
La guerre en moins, c’est vrai.
....
Et pourquoi les choses ne se passeraient-elles pas ainsi, comme dans un conte des mille et une nuit ?
Combien encore de vie en réserves ?
Une de plus ou de moins qu’est ce que ça peut faire !

Écrit par : L'enfoiré | 31/12/2014

Répondre à ce commentaire

Une étude sur le 'super 3ème âge' révèle comment rester jeune

Une étude de 5 ans menée par l'Institut National de la Santé des USA auprès de personnes entre 63 et 100 ans a cherché à savoir pourquoi certaines personnes échappaient à la démence sénile. L'étude s'est intéressée aux personnes en bonne santé mentale ou souffrant de légères pertes de mémoire, ou d'un léger déclin cognitif.
Selon Loewenstein, neuropsychologue à l'Université de Miami, si nous voulons décrypter les mystères du cerveau, nous devons savoir pourquoi certaines personnes vieillissent bien. Il a donc recherché les facteurs génétiques, environnementaux ou autres responsables du déclin cérébral. Pour ce faire, il a repris des études d'autopsies de personnes de 85 ans et plus, une population dont 1/3 souffre de démence. Il a ainsi découvert qu'un tiers supplémentaire de cet échantillon présentait les mêmes lésions cérébrales, sans avoir manifesté de signes de démence.
Parmi les 100 personnes étudiées, 40 vivaient dans un village spécialisé pour les personnes du troisième âge haut de gamme. Leur style de vie dynamique, incluant activité physique et rencontres, permettait à beaucoup d'entre elles de récupérer des capacités perdues.
Les cas de démence aux USA devraient tripler d'ici à 2050, mais la pratique régulière d'un sport et une diète méditerranéenne pourraient aider à améliorer les choses. Il est cependant impossible d'ignorer les facteurs économiques liés à un vieillissement heureux: les pauvres sont bien plus touchés par les ravages de la vieillesse.
Les recherches montrent que les Afro-Américains et les Hispaniques souffrent également de niveaux de démence bien plus élevés que les Américains blancs.

Source: http://www.express.be/articles/?action=view&cat=sciences&item=une-etude-sur-le-super-3supemesup-age-revle-comment-rester-jeune&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 05/11/2015

Répondre à ce commentaire

Express.live » articles » La vie commence à 60 ans, pas à 40

Vous êtes vieux seulement si vous avez dépassé 68 ans et ce n’est qu’à partir de 60 ans que vous commencez véritablement à vivre, voilà ce qui ressort d’un enquête récente sur l’allongement de l’espérance de vie.
Selon une enquête menée par l’assureur Cigna Insurances Services auprès de 2.000 adultes, les personnes espèrent vivre après leurs 50 ans divers événements auparavant réservés à de jeunes adultes. Divorcer, commencer une nouvelle relation ou déménager, par exemple.
Un nombre important de personnes entre 50 et 64 ans ont affirmé être de plus en plus heureux au fur et à mesure qu’ils vieillissaient. Néanmoins un quart des participants ont avoué qu’ils mentaient de temps en temps sur leur âge. Les femmes le font plus souvent que les hommes, disent les enquêteurs.

4 éléments influencent notre sentiment de bonheur
La question de savoir ce qui rend les personnes heureuses préoccupe l’humanité depuis la nuit des temps. Quatre facteurs influence ce bonheur, semble-t-il : le sexe, la personnalité, des circonstances extérieures et l’âge. Les femmes sont en général un peu plus heureuses que les hommes, mais elles sont également un peu plus sensibles aux dépressions : d’une femme sur cinq à une sur sept connaît dans sa vie une forme de dépression. Pour les hommes, il s’agit seulement de un sur dix.
Cependant, ce sont principalement les changements internes qui augmentent la sensation de bonheur. Les personnes plus âgées vivent moins de conflits et trouvent de meilleures solutions aux problèmes, elles contrôlent mieux leurs émotions, acceptent plus facilement une difficulté et sont moins enclines à la colère. Elles savent en outre qu’elles se rapprochent de la mort et sont donc capables de mieux profiter du moment présent.
Peut-être cette citation du philosophe américain William James résume-t-elle au mieux toutes les raisons émises ci-dessus: « Quel beau moment que celui où nous abandonnons finalement l’idée d’essayer de rester jeunes et minces. »

Source: https://fr.express.live/2016/12/16/vie-commence-a-60-ans-a-40/

Écrit par : L'enfoiré | 16/12/2016

Répondre à ce commentaire

Nouveaux faits remarquables sur le vieillissement

‘Je suis contre le fait de vieillir, parce qu’on ne devient pas plus sage avec l’âge. Au contraire, on est submergé de maux. Les gens aiment embellir les choses et disent:‘ Oh, vous devenez plus indulgent. Vous comprenez mieux la vie et apprenez à accepter les choses. J’échangerais volontiers tout cela contre mes 35 ans.‘ C’est avec cette déclaration que le metteur en scène américain Woody Allen décrit son expérience du vieillissement à l’approche de ses 81 ans.

1. Vous devenez plus heureux avec l’âge
Les gens sont au comble du bonheur à l’âge du dix-huit ans, mais sont ensuite confrontés aux difficultés de la vie, et ils ne retrouvent ce même bien-être qu’à l’âge de cinquante ans. Les principaux problèmes semblent à nouveau disparaître à ce moment-là. Les chercheurs donnent peu d’explications à propos du phénomène. Ils ont interrogé 340.000 Américains de 18 à 85 ans et voulaient simplement savoir quand ils avaient été le plus heureux.

2. Une enfance malheureuse raccourcit votre espérance de vie
Les personnes qui ont été maltraitées au cours de leur enfance, qui ont perdu un parent ou qui ont dû faire face à des évènements traumatisants, vieillissent plus rapidement que les personnes chez qui ce n’était pas le cas. Selon une étude menée par l’Université d’Etat de l’Ohio, il semblerait que les personnes qui conservent les séquelles des émotions négatives et des mauvaises expériences de leur enfance, auraient plus de problèmes d’inflammation et un organisme vieillissant plus rapidement.

3. De longues études réduisent le risque de démence
Des scientifiques britanniques et finlandais qui ont étudié le cerveau de 872 personnes et ont découvert que celles qui avaient étudié jusqu’à un âge avancé étaient mieux armées contre la démence et d’autres maladies liées à l’âge. Le risque de souffrir de démence diminuerait de 11% en moyenne pour chaque année supplémentaire passée sur les bancs de l’école.

4. Les sodas vous font vieillir plus rapidement
Selon une étude menée par l’Université de Harvard et la Nagasaki University Graduate School of Biomedical Sciences au Japon, il semblerait que le phosphate, ingrédient clé des sodas, accélèrerait le processus de vieillissement. Ce composant ratatine la peau et les muscles et peut également endommager le cœur et les reins. Les chercheurs ont étudié l’effet du phosphate sur trois types de souris différentes. Le premier groupe de souris a été génétiquement modifié et elles contenaient donc par nature plus de phosphate que la normale. Elles avaient une espérance de vie de huit à quinze semaines et souffraient de problèmes de santé fortement associés à une mort prématurée. Le deuxième groupe de souris, ayant un niveau normal de phosphate, vivaient jusqu’à vingt semaines. Le troisième groupe de souris, auquel a été administré un régime riche en phosphate, mourraient toutes à 15 semaines. Une série de maladies, y compris le cancer du pancréas, une faiblesse musculaire et la paralysie peuvent scientifiquement être associées à la consommation de sodas.

5. Celui qui pense qu’il va tomber, va tomber
La pensée négative peut avoir des conséquences graves. Selon une étude, les personnes qui ont peur de tomber, font effectivement plus de chutes. L’Université australienne de New South Wales a observé 500 personnes ayant entre 70 et 90 ans et a constaté que les aînés qui étaient au départ les moins susceptibles de tomber, mais qui appréhendaient une éventuelle chute, avaient autant de chances de tomber que les personnes du groupe qui étaient les plus susceptibles de faire une chute.

Source: Nouveaux faits remarquables sur le vieillissement

‘Je suis contre le fait de vieillir, parce qu’on ne devient pas plus sage avec l’âge. Au contraire, on est submergé de maux. Les gens aiment embellir les choses et disent:‘ Oh, vous devenez plus indulgent. Vous comprenez mieux la vie et apprenez à accepter les choses. J’échangerais volontiers tout cela contre mes 35 ans.‘ C’est avec cette déclaration que le metteur en scène américain Woody Allen décrit son expérience du vieillissement à l’approche de ses 81 ans.

1. Vous devenez plus heureux avec l’âge
Les gens sont au comble du bonheur à l’âge du dix-huit ans, mais sont ensuite confrontés aux difficultés de la vie, et ils ne retrouvent ce même bien-être qu’à l’âge de cinquante ans. Les principaux problèmes semblent à nouveau disparaître à ce moment-là. Les chercheurs donnent peu d’explications à propos du phénomène. Ils ont interrogé 340.000 Américains de 18 à 85 ans et voulaient simplement savoir quand ils avaient été le plus heureux.

2. Une enfance malheureuse raccourcit votre espérance de vie
Les personnes qui ont été maltraitées au cours de leur enfance, qui ont perdu un parent ou qui ont dû faire face à des évènements traumatisants, vieillissent plus rapidement que les personnes chez qui ce n’était pas le cas. Selon une étude menée par l’Université d’Etat de l’Ohio, il semblerait que les personnes qui conservent les séquelles des émotions négatives et des mauvaises expériences de leur enfance, auraient plus de problèmes d’inflammation et un organisme vieillissant plus rapidement.

3. De longues études réduisent le risque de démence
Des scientifiques britanniques et finlandais qui ont étudié le cerveau de 872 personnes et ont découvert que celles qui avaient étudié jusqu’à un âge avancé étaient mieux armées contre la démence et d’autres maladies liées à l’âge. Le risque de souffrir de démence diminuerait de 11% en moyenne pour chaque année supplémentaire passée sur les bancs de l’école.

4. Les sodas vous font vieillir plus rapidement
Selon une étude menée par l’Université de Harvard et la Nagasaki University Graduate School of Biomedical Sciences au Japon, il semblerait que le phosphate, ingrédient clé des sodas, accélèrerait le processus de vieillissement. Ce composant ratatine la peau et les muscles et peut également endommager le cœur et les reins. Les chercheurs ont étudié l’effet du phosphate sur trois types de souris différentes. Le premier groupe de souris a été génétiquement modifié et elles contenaient donc par nature plus de phosphate que la normale. Elles avaient une espérance de vie de huit à quinze semaines et souffraient de problèmes de santé fortement associés à une mort prématurée. Le deuxième groupe de souris, ayant un niveau normal de phosphate, vivaient jusqu’à vingt semaines. Le troisième groupe de souris, auquel a été administré un régime riche en phosphate, mourraient toutes à 15 semaines. Une série de maladies, y compris le cancer du pancréas, une faiblesse musculaire et la paralysie peuvent scientifiquement être associées à la consommation de sodas.

5. Celui qui pense qu’il va tomber, va tomber
La pensée négative peut avoir des conséquences graves. Selon une étude, les personnes qui ont peur de tomber, font effectivement plus de chutes. L’Université australienne de New South Wales a observé 500 personnes ayant entre 70 et 90 ans et a constaté que les aînés qui étaient au départ les moins susceptibles de tomber, mais qui appréhendaient une éventuelle chute, avaient autant de chances de tomber que les personnes du groupe qui étaient les plus susceptibles de faire une chute.

Écrit par : L'enfoiré | 10/01/2017

Répondre à ce commentaire

5 nouveaux faits remarquables sur le vieillissement
Je suis contre le fait de vieillir, parce qu’on ne devient pas plus sage avec l’âge. Au contraire, on est submergés de maux. Les gens aiment embellir les choses et disent:‘ Oh, vous devenez plus indulgent. Vous comprenez mieux la vie et apprenez à accepter les choses.’ J’échangerais volontiers tout cela contre mes 35 ans.‘

C’est avec ces propos que le metteur en scène américain Woody Allen décrit son expérience du vieillissement à l’approche de ses 81 ans.
Tout n’est pourtant pas perdu, puisque plusieurs études ont récemment mis en évidence 5 nouveaux faits remarquables à propos du vieillissement.

1. Vous devenez plus heureux avec l’âge
Les gens sont au comble du bonheur à l’âge du dix-huit ans, mais font ensuite face aux difficultés de la vie pour retrouver ce même bien-être qu’à l’âge de cinquante ans. C’est à ce moment-là que les principaux problèmes semblent à nouveau disparaître. Les chercheurs ne donnent que peu d’explications à propos du phénomène. Ils ont interrogé 340.000 américains de 18 à 85 ans et leur ont simplement demandé quand ils avaient été les plus heureux.

2. Une enfance malheureuse raccourcit votre espérance de vie
Les personnes qui ont été maltraitées au cours de leur enfance, qui ont perdu un parent ou qui ont dû faire face à des évènements traumatisants, vieillissent plus rapidement que celles chez qui ce n’était pas le cas. Selon une étude menée par l’Université d’Etat de l’Ohio, il semblerait que les personnes qui emportent avec elles des émotions négatives et des mauvaises expériences de leur enfance, auraient plus de problèmes d’inflammation et elles subissent un vieillissement plus rapide de leur organisme.

3. De longues études réduisent le risque de démence
Des scientifiques britanniques et finlandais qui ont étudié le cerveau de 872 personnes et ont découvert que celles qui avaient étudié jusqu’à un âge avancé étaient mieux armées contre la démence et d’autres maladies liées à l’âge. Le risque de souffrir de démence diminuerait en moyenne de 11 % pour chaque année supplémentaire passée sur les bancs d’école.

4. Les sodas vous font vieillir plus rapidement
Selon une étude menée par l’Université de Harvard et de la Nagasaki University Graduate School of Biomedical Sciences au Japon, il semblerait que le phosphate, ingrédient clé des sodas, accélèrerait le processus de vieillissement. Ce composant ratatine la peau et les muscles et peut également endommager le cœur et les reins. Les chercheurs ont étudié l’effet du phosphate sur trois types de souris différentes. Le premier groupe de souris a été génétiquement modifié et elles contenaient donc par nature plus de phosphate que la normale. Elles avaient une espérance de vie de huit à quinze semaines et souffraient de problèmes de santé fortement associés à une mort prématurée. Le deuxième groupe de souris, ayant un niveau normal de phosphate, vivaient jusqu’à vingt semaines. Le troisième groupe de souris, auquel a été administré un régime riche en phosphate, mourraient toutes à 15 semaines. Une série de maladies, y compris le cancer du pancréas, une faiblesse musculaire et la paralysie peuvent scientifiquement être associées à la consommation de sodas.

5. Celui qui pense qu’il va tomber, tombera
La pensée négative peut avoir des conséquences graves. Selon une étude, il semblerait que les personnes qui ont peur de tomber, font effectivement plus de chutes. L’Université australienne de New South Wales a observé 500 personnes ayant entre 70 et 90 ans et a constaté que les aînés qui étaient au départ les moins susceptibles de tomber, mais qui appréhendaient une éventuelle chute, avaient autant de chances de tomber que les personnes du groupe qui étaient les plus susceptibles de faire une chute.

Source: https://fr.express.live/2017/03/27/5-faits-remarquables-vieillissement/1/

Écrit par : L'enfoiré | 28/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire