Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2018

Retour vers le futur selon Gogol

1.jpgUn article paru en 2013 dans l’Écho m'est revenu au sommet de la pile de projets.

Il parlait de l'avenir de Google vu par son grand manitou, Eric Schmidt.

Il était analysé ensuite par des philosophes.

Google a déjà épuisé des centaines de litres d'encre et de salive à son actif.

En 2012, j'écrivais d'ailleurs aussi le billet " Eurek@ Google".

Nous sommes cinq ans plus tard? Ce n'est donc pas une mauvaise idée de revenir en arrière dans un "rollback" pour constater l'évolution de l'actualité à partir du passé pour l'extrapoler dans le futur.


2013, songes et mensonges

"Notre génération est la première dont les données personnelles sont devenues indélébiles. La véritable révolution est encore à venir" disait en préambule, le CEO de Google, Eric Schmidt.

Attention, l'heure est grave.

"Indélébiles", "révolution à venir"...

"veni, vidi, vici", dixit gogol..0.JPG

L’appellation Google vient du mot « gogol » qui est un nombre dont la représentation décimale s'écrit avec le chiffre 1 suivi de 100 zéros (10100).

Eric Schmidt avait cosigné le livre "The New Digital Age" dans lequel il faisait du brainstorming avec Jared Cohen.

"Au cours de la prochaine décennie, cinq milliards de nouvelles personnes se mettront en ligne, posant pour notre monde une foule de nouvelles opportunités et de dangers. Comment la technologie changera-t-elle notre approche de la vie privée et de la sécurité, de la guerre et de l'intervention? Comment pouvons-nous utiliser au mieux les nouvelles technologies pour améliorer nos vies? Plus qu'un livre sur les gadgets et les données, c'est un aperçu prescriptif de la façon dont la technologie remodèle notre monde et la vie des gens qui y vivent".

Pas à dire, Eric, tu nous en bouche un coin... 

Toujours près de nous

1.jpgDe moteur de recherches en ligne au départ, gogol s'est construit de manière tentaculaire par l'intermédiaire du monde virtuel dans celui du concret.

L'imagination peut donc s'affirmer sans contraintes.

Ce touche-à-tout réunit les informations pour les revendre à qui veut payer pour faire de la pub de leur propre business. Comme chacun sait, la séduction y joue son meilleur jeu.

©Reuters

L'internaute, lui, joue avec Google, sans même s'en rendre compte, investi par ce "passager de la pluie" dont la musique du film explique le phénomène de transition en agissant dans l'ombre.

Une bénédiction pour Google que le monde soit de plus en plus un village stimulé par l'économie.

S'il n'y avait pas cybercriminalité, ce serait le nirvana de l'innovation avec l'aide de la technologie qui deviendrait de moins en moins chère et de plus en plus puissante et intelligente.

Mais, bon... Que voulez-vous que la bonne y fasse?

Des connexions de plus en plus rapides étaient nécessaires.

Alors, en 2013, les fibres de verre étaient testées à Kansas City. 0.jpg

Dernièrement, au "Mobile World Congress" à Barcelone, une startup belge voulait intégrer internet là où il n'y en a pas dans des zones "blanches":podcast

Si le respect de la vie privée est un problème alternatif, c'est comme le courant alternatif. Ça réchauffe le cœur...

D'ailleurs, d'après Jared, ce problème pourrait ressembler à l'importance qu'a l'éducation sexuelle pour les parents.

Mais quand sa prédiction à remettre tout dans l'éducation, se borne au profil en ligne, c'est un peu court.

Il y a des échecs, bien sûr.

Le programme de R&D des paires de lunettes, les "Google Glass" devait apporté une réalité augmentée en espérant que ce ne soit pas en conneries.

Fin 2014, au point mort, à cause de leur manque d'applications et leur prix élevé, ces bijoux de la techno se retrouvaient au le musée des flops tandis qu'un modèle optimisé était lancé à destination des entreprises en juillet 2017.

Les questions que l’on n’osait pas poser en public, se posaient facilement à Google.

Les questions que l'on ne pensait pas se poser, y avaient déjà déjà des réponses sans le demander.

C'est dire qu'à y réfléchir, le big data devrait être devenu un foutoir pas, mélangeant vérités, semi-vérités, erreurs de toutes sortes mélangées avec des informations vérifiées.

aire le tri entre vérités et erreurs, entre virtuels et réels, entre complots et "plots de com" devient le problème majeur du futur.

Tout le monde ment, à ses proches, à son patron, à n’importe qui.

Mais en principe, on ne ment pas à Google.
 
Le moteur de recherche en sait plus long sur nous que ce qui est imaginable dans « la plus importante base de données jamais collectée sur la psyché humaine », d'après Seth Stephens-Davidowitz.

Cet ancien employé du géant Google, spécialiste des « datas », demandait de digérer les données que les internautes laissaient dans le sillage de leur surf jusqu'au nombre de clics par fameux bouton "Like" ou "J'aime".

Pendant quatre ans, il a passé au peigne fin les termes googlisés par les internautes américains. 

Il publiait les résultats de son étude sur les internautes américains dans un livre, « Everybody lies: big data, new data, and what the internet can tell us about who we really are » (Bloomsbury, 2017), présenté par le Guardian.

Google, le sérum de vérité numérique?

0.JPGAvec un postulat de départ qui dit que face aux sondeurs, les gens ont tendance à embellir la vérité, cela devait saigner. 

Cette propension à se présenter sous un jour plus favorable que la réalité, a même été baptisée « biais de désirabilité sociale ».

Bien calé derrière son écran, pensant être à l’abri des regards, l’internaute dévoile de plus en plus sa pensée et son âme alors qu'en parallèle, la pub intervient comme un miroir sans teint sur la scène des envies.

 

Les tops de recherches sur Internet selon l'enquête américaine

1. La sexualité
  • « Les hommes font plus de recherches pour savoir comment rendre leur pénis plus gros que pour savoir comment accorder leur guitare, faire une omelette ou changer une roue ».
  •  Autre stéréotype du genre à propos de leurs enfants : « 2,5 fois plus de recherche "mon fils est-il un génie ?" que "ma fille est-elle un génie ?" ». A l’inverse, on trouve deux fois plus l’interrogation "ma fille est-elle en surpoids" que la même concernant un fils.
2. Les préjugés
  • « Le mot "musulman" va souvent avec celui de "terroriste" et "réfugié", tandis que "Noir" ne va jamais avec "terroriste", mais souvent avec "malpoli". L’insulte "nigger" (nègre) est recherchée 7 millions de fois chaque année. L’actualité fait sensiblement varier le nombre de requêtes liées à de la haine raciale ».

J'avais prévenu.

L'étude était faite à la sauce américaine.

En apprendre davantage sur nos préjugés inconscients peut être utile, mais les recherches Google et les autres sources de données qui peuvent être source de vérité nous offrent un regard sans précédent sur les coins les plus sombres de la psyché humain.

Parfois difficile à affronter, cela peut aussi être stimulant. Il est possible d’utiliser les datas pour combattre l’obscurité. Collecter des données riches sur les problèmes du monde est la première étape pour les résoudre.

 

Une étude sur les angoisses qui travaillent les Américains?

« Ce n'est ni le rire ni le savon qui est le propre de l'Homme, c'est le Mensonge sans lequel la vie de "l'Homo-sapiens" ne serait tout simplement pas vivable... Avant, les 'gens' n'avaient pas les possibilités, pas les moyens ni intellectuels, ni pratiques d'exprimer leurs sévérités à l'égard des Classes politiques qui détenaient les leviers des Pouvoirs religieux, militaires, policiers, économiques, et financiers, ... Depuis l'invention d'Internet, ceux qui président à la marche de leur propre Nation, voir à la Marche du Monde, ne peuvent absolument plus glisser sous le tapis sans que cela ne se sache, de toute façon... Et ça oui, c'est, vraiment nouveau », commentait un lecteur.

Le psyché humaine à la 'sauce américaine' élargi au reste du monde, ne tient plus avec son "sexismgate".

J'écrivais "L'information des nuages" au sujet de l'affaire de Snowden.

10.JPG11.JPG13.JPG14.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2018, "the scandal"

2.JPGDepuis 2013, Eric Schmidt n'est plus CEO, mais il est devenu, tour à tour, "Executive Chairman" d'Alphabet Inc., structure parente recentrée sur les activités Internet, directeur d'un comité pour le Pentagone américain afin d'étudier l'apport des innovations de la Silicon Valley à l'armée américaine et conseiller technique sur la science et la technologie au sein du groupe avec à ses côtés, son éminence grise, Monsieur "Google Ideas", Jared Cohen...

Mardi, la chronique de Safia Kessas s'intéressait au racisme institutionnel:podcast

Les Googlers qui travaillent cher Google, étaient attaqués par l'extrême-droite et des réunions avaient sautée pour éviter des affrontements.

Le software sous forme d'algorithmes, s'infiltre comme une anguille dans une soupe de hardware. 

Les GAFA le savent très bien.

Google est sur la Toile mais aussi dans la rue.

La voiture automatique Google prend la rue en otage en 3D pour ses Google Maps.

La 5G est nécessaire et Bruxelles fait de la résistance pour un temps seulement avant de devenir son pilote.

La voiture autonome avec la 5G sous le capot avait seulement les yeux plus grands que le ventre?3.JPG

Google y travaille et Uber la testait.

Uber espérait de n'avoir plus de conducteurs humains.

Un accident mortel à partir d'une 4X4 en conduite automatique a arrêté les tests de conduite automatique en attendant mieux.

2.JPGPourtant, dans le fond, ces autonomes ne sont pas en tort avec une vidéo à l'appui, mais, comme toujours, avant l'heure, c'est pas l'heure et après l'heure, c'est plus l'heure...

"L'année dernière, Google a bloqué plus de 100 publicités... par seconde"

Ces Américains deviendraient-ils fous à vouloir se saborder?

Non, l'accroissement du pouvoir de Google n'a pas faibli et ne fait que grossir.

20 ans après la création de Google, l'UE va imposer des règles aux moteurs de recherche

Google développe actuellement sa propre blockchain pour enrichir son service de cloud.

7.JPGLes supputations vont bon train sur ce qui peut advenir dans un avenir de plus en plus immédiat.
 
Ce qui est sûr c'est que les informations d'où qu'elle viennent valent de l'or en barre pour tous.
Il faut donc les préserver bien au chaud.
Facebook s'est laissé berné en perdant les informations de 87 millions d'utilisateurs et cela a été le crache à éviter.

Marc Zuckerberg a été invité devant la commission parlementaire britannique pour s'expliquer au sujet du lien avec "Cambridge Analatica" mais a refusé de se rendre en personne au parlement britannique alors qu'il était aussi impliqué au sujet du Brexit. (cf.  Mediapart.pdf ) dans un braquage à l’anglaise.

En fait, la segmentation analytique dont ce organisme "Cambridge Analaztica", n'a apporté qu'une extension de ce que tous les bons vendeurs appliquent depuis toujours par les références au sexe, à l'âge, au revenus, à l'éducation, aux préférences d'achat, aux affiliations politiques psychographiques des personnalités.  

Les Fakebookers ont été l'instrument de fakenews colportées pour soutenir l'élection de Trump, "à l'insu de leur plein gré".

"Avec le big data, nous ne sommes que la somme de nos données".
0.JPGLa chercheuse Antoinette Rouvroy déplore un paradigme où "la seule norme qui vaille est purement métrique", au détriment de l’individu. Pour elle, Mark Zuckerberg "a été dépassé par sa créature". La "gouvernementalité algorithmique" sur la manière de penser la condition numérique à l’heure du "big data" est une question stratégique pour le futur.

Pas d'autres alternatives que de faire amende honorable, de rectifier le tir en réduisant la voilure de ces vies en conserve.
 
2.JPGLes réseaux sociaux sont gratuits....
Enfin, c'est la pub qui paye cette gratuité en utilisant le profilage de ses administrés:podcast.
 
Même Youtube de Google, le gadget visuel et musical, va l'appliquer de manière encore plus drastique.
La pub va l'envahir: podcast
 
Google+, l'alter-ego de Facebook, participe au même processus de profilage et de la personnalisation de ses utilisateurs.1.JPG
Même les banques sont obligées de profiler leur clients avec les versions successives de directives MiFiD.
La pub généraliste par les médias traditionnels sans distinction, coûte cher.
Celle qui se fait par appels téléphoniques pour happer de nouveaux prospects ne font pas plus que de gêner ceux-ci.
Une pub ciblée dans la transparence, en relation avec leurs besoins des clients, sera toujours mieux acceptée.
 
Ni Facebook, ni Google, ni leurs consommateurs respectifs ne disent pas tout de leur stratégie respective.
 
"Facebook surveille vos appels téléphoniques et vos SMS"
"Facebook utilise-t-il le micro de nos téléphones pour nous espionner au quotidien?"
0.JPGBien sûr, il faut augmenter ses sources. Non?
Un parti pris de dire que Facebook est peut-être utile à certains mais que Facebook devrait renvoyer l’ascenseur et peut-être rétribuer leur généreux donateurs de données personnelles:podcast.
De plus comme 61.000 Belges peuvent porter plainte et recevoir des "return on investment", pour qu'oi s'en plaindre?
 
Dans la semaine, on apprenait que le long combat de Julian Assange se poursuivait comme lanceur d'alertes d'après ce podcast: podcast.
Là, ce n'est pas le même tabac en prison de l'ambassade...
Même s'il touche, il ne peut pas le dépenser...
 
Le film "Hacking Justice" était présenté

1.JPG
"Mark Zuckerberg, que diriez-vous si nous quittions tous Facebook collectivement?"

Kiosque sur TV5Monde se posait la même question  podcast.

0.JPGDe grands utilisateurs vont faire désertion et quitter Facebook dépendant de la sensibilité de leur entreprise comme Playboy, en pionnier de la presse érotique.

L'action 'Facebook' a subi une chute après cette constatation. 

Les réseaux sociaux dépendront toujours de la relation de confiance qu'apportent les "providers" et de ce que les internautes en feront.

Généralement, cela devient de plus en plus dur d'y paraître le plus dur pour garder une place sur l'échiquier politique.

« Le vieil adage à propos de l’Internet semble de plus en plus pertinent au fil du temps: si ça ne vous coûte rien, c’est que c’est vous, le produit. Le coût pour la société des plates-formes 'gratuites' permettant de rester en contact et de demeurer informer. Les réseaux sociaux sont des outils de communication puissant. Il crée également des chambres d’écho idéologique, répandent de la désinformation et favorisent la manipulation, sans que personne ne puisse être rendu responsable. Il y a toutes les raisons de croire que si tout le monde quittait Facebook, cela serait ennuyeux sur le plan individuel, mais que ce serait mieux pour nous tous collectivement ».

7.JPGLes GAFA, Google, Apple, Facebook et Amazon, sont-ils des géants aux pieds d'argile, basés sur le vent virtuel d'une plaine imaginaire?

Jusqu'ici, le sonnant et trébuchant, reste bien tangible.

Chacun a compris qu'il fallait réinvestir dans le concret.

L'évolution à grande vitesse demande seulement de garder les informations en mémoire dans un marché de l'immortalité, ce que l'homme ne peut faire avec une capacité de stockage insuffisante devant l'étendue des connaissances du monde.

Il faudra faire attention aux lumières bleues sur vos écrans noirs de vos nuits blanche. Elles sont dangereuses pour vos rétines:podcast

Petit coin de Cafés serrés

Ce mercredi, Bruno Coppens parlait de Facebook "Born to be a Like... Facebook ou le Narcisse 2.0" avec un amour ravageur:podcast

PE redécouvrait au fond des bois le plaisir sans connectique : podcast.

 

 

"La culture, c'est ce qui demeure dans l'homme lorsqu'il a tout oublié" disait Émile Henriot.

5.JPGCelui-ci n'avait pas pensé qu'il y aurait un jour, une culture connectée à ce point et qui aurait voulu en plus tout conserver sans distinction.

Heureusement la culture des petits pois et carottes dans nos assiettes pourraient aussi arriver à devenir un enjeu politique dans le monde de tous les jours, comme le disait le Vif.

0.JPGSi Facebook, seul, ne mange pas souvent de pain, c'est encore plus rare qu'il en construit.

"L'esprit critique, c'est ce qui reste quand on a trop d'informations à se mettre sous la dent", dit un écho.

Les hommes sont ce qu'ils sont mais, il faudra peut être s'intéresser encore plus à ce que les robots auront, eux, dans la tête.

Un nouveau billet dit "Google : vers la domination robotique globale ?" par l'Intelligence dites "artificielle".

Mais comme le disait le mathématicien, Cédric Villani, invité sur ARTE, au sujet de la stratégie de l’Intelligence artificielle via les algorithmes, ne seraient rien sans base de données importantespodcast.

Pour situer Villani, il se targue de trouver 'la convergence vers l'équilibre de l'équation de Boltzmann dans un contexte non perturbatif sous l'hypothèse de régularité uniforme".0.JPG

Alors que ce ne serait pas grave tant que cela restait virtuel.
Les grands s'imagineraient plutôt jouer à faire la file entre gogol et les fakes américains.

Vendredi c'était aussi la journée de l'autisme, l'autiste Asperger, Josef Schovanec suivait comme invité du jourpodcastet ajoutait tellement de vérités et de sagesse dont on aurait à s'inspirer.. (*)

  

Alors, on va tous porter ce samedi des chaussettes bleues au Bois de la Cambre comme signe de ralliement:podcast

0.JPG

 

Eriofne,

 

(*)

Son dernier livre "Nos intelligences multiples. Le bonheur d'être différent", contient 4 chapitres:

  1. Homogénéisation du monde ou la lente mort de l'autre
  2. De l’existence de l'autre univers
  3. De la mort de l'âme
  4. Toutes les formes d'intelligences

Toutes les intelligences ne sont pas porteuses des mêmes prédispositions au milieu social ou à leur pérennité. La performance la plus remarquable préfigure généralement à la fin de l'événement. Le slogan syndical "poursuite de la grève par d'autres moyens", a un sens véritable de l'abandon de la grève. La pensée sauvage est destinée à être démantelée à peine formée pour que la nouveauté nait des fragments".

Il fait référence à J.R.R.Tolkien qui dans son livre "Secret Vices" écrit : "Les choses furent conçues pour demeurer personnelles pour créer des joies privées et pas avec l'espoir d'avoir un quelconque public pour des choses 'trop jolies' sur le plan sentimental mais dans leur sens trivial qui exige les critiques.".

 

A la rencontre "des chaussettes bleues":

Ce matin, j'ai enfourché mon vélo. Je n'avais pas de chaussettes bleues, mais j'avais des gants bleues.

0.JPGEn chemin, passage par le boulevard Schmidt, non pas Eric, mais Louis Schmidt.

Arrivée dans le Bois de la Cambre, encore peu d'activité, Mais on se prépare...

1.JPG2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

4.JPG 8.JPG

9.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Joseph est déjà là.

- Avez-vous une suite à votre roman "Voyages en Autistan"?, demande-je.

- Le deuxième est un manuel de cuisine. Mais la suite paraitra en juin.

Je le laisse à la presse et à ses admirateurs.

Dans la semaine, il parlait de Jean-François Champollion, le père de l'égyptologie :podcast

5.JPG6.JPG7.JPG9.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/4/2018Kiosque sur TV5Monde : "Intelligence artificielle: La machine, avenir de l'humain?":podcast

6/4/2018: Quand Youtube tue la folle Nasim Abghazpodcast

9/4/2018: Zuckerberg devant les autorités: Le scandale Facebook, preuve de l’inutilité des réseaux sociaux et simulacre de la démocratie ?podcast

18/4/2018: Sur ARTE MON FILS AUTISTE, MA BATAILLE
Lorsque le deuxième enfant de Domitille Cauet fait son entrée à la crèche, on annonce à la famille que quelque chose ne va pas. Paul est atteint d’autisme. Sa mère raconte leur histoire dans "Paul en Mongolie : l’autisme est un voyage que je n’avais pas prévu".

Commentaires

Kiosque sur TV5Monde : "Intelligence artificielle: La machine, avenir de l'humain?":

http://vanrinsg.hautetfort.com/media/00/02/3250745634.MP3

Écrit par : L'enfoiré | 01/04/2018

Répondre à ce commentaire

Facebook aura probablement besoin de "quelques années" pour résoudre les problèmes dévoilés par le scandale sur sa protection défaillante des données personnelles, a déclaré le patron du puissant réseau social, Mark Zuckerberg, dans un entretien.
L'un des principaux problèmes de Facebook est son "idéalisme" parce qu'il n'a longtemps vu que les bons côtés de la connexion entre les personnes, a soutenu son patron.
"Nous n'avons pas passé assez de temps à investir dans ou à réfléchir aux mauvais côtés de certaines utilisations des outils. Je pense que maintenant, les gens se concentrent à juste titre sur certains des risques et mauvais côtés. J'aimerais résoudre toutes ces questions en trois ou six mois, mais je pense que la réalité, c'est que résoudre certaines de ces questions va prendre davantage de temps", a-t-il insisté.
Il a répondu à des critiques de Tim Cook, d'après lequel Facebook a eu des problèmes en raison d'un modèle économique centré sur la monétisation des données personnelles: "Je trouve que cet argument --que si vous ne payez pas, nous ne pouvons pas nous soucier de vous-- est extrêmement léger. Et ne correspond pas du tout à la réalité. La réalité est que si vous voulez construire un service qui aide à connecter tout le monde à travers la planète, alors beaucoup de gens n'auront pas les moyens de payer. Et donc, comme avec beaucoup de médias, avoir un modèle basé sur la publicité est le seul modèle rationnel", a-t-il conclu.
C'est son dernier entretien en date destiné à amortir le coup du scandale autour de l'utilisation des données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook par la société de conseil britannique Cambridge Analytica, qui a travaillé à la campagne électorale du président américain Donald Trump en 2016. Les autorités des deux côtés de l'Atlantique ont lancé des enquêtes sur le sujet.

http://www.lalibre.be/economie/digital/facebook-aura-besoin-de-quelques-annees-pour-resoudre-ses-problemes-annonce-zuckerberg-5ac24d12cd709bfa6b231534

Écrit par : L'enfoiré | 02/04/2018

Répondre à ce commentaire

Facebook et Instagram anéantissent nos souvenirs les plus précieux

Selon une nouvelle étude, l'obsession de prendre des photos au moyen d'un smartphone pour ensuite les publier sur les réseaux dépossèdent les personnes de leurs souvenirs les plus précieux. Les scientifiques ont constaté que les utilisateurs étaient tellement distraits par la prise du cliché photographique qu'ils ne pouvaient plus vraiment se souvenir de ce qu'ils avaient observé.
Cette étude publiée dans le Journal of Experimental Social Psychology a déterminé que l'utilisation de smartphones modifiait nos souvenirs en nous éloignant du moment. Il s'agit de la dernière recherche en date qui montre comment les smartphones et les écrans ont des conséquences non seulement sur notre santé, mais également sur tous les aspects de notre vie, explique The Telegraph.

Test de mémoire spontané
Pour aboutir à leurs conclusions, les chercheurs ont réalisé un test de mémoire spontané à plusieurs participants afin d'étudier la manière dont nous utilisons de plus en plus les médias sociaux pour enregistrer et partager nos expériences.
Lors d'une visite autoguidée d'une église, des centaines de participants ont été invités à prendre des notes de ce qu'ils avaient vu, y compris de l'architecture du bâtiment. Une semaine plus tard, ces personnes ont été interrogées sur certains aspects de la visite. Les personnes possédant des iPods avec caméra ont fourni des réponses moins correctes au sujet de ce qu'elles avaient vu que les personnes qui n'étaient équipées que de leurs souvenirs.
Selon les chercheurs, il s'agit de la preuve que les appareils tels que les smartphones munis de caméras nous éloignent de l'instant. Selon la science, lorsque nous créons des souvenirs, les neurones de notre cerveau rassemblent des sensations telles que ce à quoi une chose ressemblait. Mais lorsque nous sommes distraits, ces sensations ne sont pas stockées dans notre cerveau. Au lieu de cela, nous les rassemblons sur les médias sociaux comme Facebook, Twitter et Instagram.

Fuite des souvenirs
"Les participants sans médias se souvenaient davantage de leur expérience que les participants munis de médias", a expliqué Emma Templeton, responsable de l'étude et chercheuse en psychologie du Dartmouth College aux Etats-Unis. Selon Templeton, ces résultats suggèrent que l'utilisation des médias peut empêcher les personnes de se souvenir d’événements qu'ils essaient de préserver.
D'autres études avaient déjà montré que la présence constante d'un smartphone dans notre main a un effet de "fuite des cerveaux", ce qui réduit l'intelligence et l'attention des personnes. Des chercheurs de l'Université du Texas ont constaté que les personnes ont plus de difficultés à effectuer des tâches simples et à se souvenir d'informations lorsqu'ils ont un smartphone dans leur champ visuel. Selon cette étude, les utilisateurs devraient laisser leur appareil dans leur sac ou dans leur poche. Même lorsqu'ils sont éteints tout en étant dans notre ligne de mire, les smartphones favorisent la distraction des personnes.
En outre, la publication de photos sur les médias sociaux est susceptible de modifier notre perception de certains événements. La chercheuse en sciences cognitives, Alixandra Barash, de l'Université de New York, a mené une étude sur la façon dont les smartphones modifient ce que nous observons.
Si l'on demandait à des utilisateurs d'Instagram de se souvenir par exemple de Noël, ils avaient tendance à visualiser ce qui s'était passé d'un point de vue extérieur comme s'ils observaient une photo plutôt que de se focaliser sur l'instant réel. "Lorsque les personnes se situent davantage dans une perspective à la troisième personne, elles auront des émotions moins intenses quand elles revivent l'expérience, tandis que si je reste dans une perspective à la première personne, je revis des émotions sincères ressenties lors de l'échange", conclut Barash.

https://fr.express.live/2018/04/02/facebook-et-instagram-aneantissent-nos-souvenirs-les-plus-precieux?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=la_chine_veut_creer_une_grande_zone_pluvieuse_pour_mettre_fin_a_sa_secheresse_les_previsions_concernant_la_montee_des_eaux_doivent_etre_ajustees_facebook_et_instagram_aneantissent_nos_souvenirs_les_plus_precieux&utm_term=2018-04-03

Écrit par : L'enfoiré | 03/04/2018

Répondre à ce commentaire

Fusillade au siège de Youtube: la tireuse s’est suicidée après avoir fait trois blessés

Les tirs qui ont retenti mardi en milieu de journée sur le site du siège social de Youtube à San Bruno en Californie ont fait trois blessés, selon des détails fournis par la police dans l’après-midi. Une quatrième personne s’est blessée à la cheville dans les événements, en fuyant dans la panique, et le corps sans vie du tireur présumé, une femme, a été découvert sur place. L’auteure des tirs s’est probablement suicidée. La police privilégie la piste du différend personnel.
De nombreux témoins ont décrit des scènes de chaos parmi les personnes présentes dans le bâtiment, en plein cœur de la Silicon Valley. Selon un porte-parole de l’hôpital Zuckerberg General de San Francisco, qui a accueilli les trois blessés par balles, il s’agit de deux femmes de 32 ans et 26 ans, la première étant dans un état « sérieux » tandis que la seconde est atteinte moins gravement. Un homme de 36 ans, est quant à lui, dans un état « critique ».
En arrivant, la police a découvert le cadavre d’une femme « portant des blessures par balles qu’elle semble s’être infligée à elle-même » et qui semble être l’auteure des coups de feu. Selon les policiers, la tireuse présumée, qui a usé d’une arme de poing, « connaissait quelqu’un », ce qui lui fait privilégier la piste du différend d’ordre privé ou familial même si ses motivations restent encore à déterminer.
Plusieurs témoignages ont eux aussi indiqué qu’elle semblait viser quelqu’un en particulier.
La tireuse furieuse contre YouTube
Selon le San Francisco Chronicle, la suspecte, identifiée comme une femme de 38 ou 39 originaire du sud de la Californie, était furieuse contre YouTube, qu’elle accusait sur son propre site internet de censurer ses vidéos, dont certaines, très dures, montraient des animaux maltraités. Selon le Mercury News, le père de cette femme a confirmé qu’elle haïssait YouTube.
Les responsables de YouTube ont réagi après le drame, le patron de Google Sundar Pichai évoquant une « tragédie inimaginable » dans un message aux salariés et diffusé par le groupe. « Nos pensées et nos prières sont avec toutes les personnes impliquées », a tweeté le président américain Donald Trump.

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/petits-crimes-de-guerre-entre-amis-202967?debut_forums=200#forum5178814

Écrit par : L'enfoiré | 04/04/2018

Répondre à ce commentaire

De la nourriture en échange de votre voix : quand la technologie tombe entre de mauvaises mains

Des élections présidentielles auront lieu le 20 mai prochain au Venezuela. Mais les jeux semblent déjà faits : le président Nicolas Maduro pourrait remporter un nouveau mandat de 6 ans. Pour convaincre ses électeurs, il a une tactique imparable : exploiter leur faim.
Dans le cadre d’une enquête nationale, 90 % des Vénézuéliens ont indiqué qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour satisfaire leurs besoins alimentaires. La majorité d’entre eux mangent moins de 3 fois par jour et 75 % de la population ont perdu au moins 8,5 kg en 2015.
Dans un pays affligé par l’hyperinflation et les pénuries, 87 % de la population sont considérés comme étant pauvres, et 60 % sont même extrêmement pauvres.

Des cartons de nourriture
Cependant, dans ses discours, le gouvernement maintient que son objectif est de favoriser les pauvres, et il vante les résultats d’une politique sociale déployée sous le régime du président précédent Hugo Chavez. Mais depuis que la crise a débuté il y a environ 5 ans, la plupart de ces politiques ont été édulcorées, voire supprimées. Et les seuls pans qui subsistent ne visent qu’à forcer les gens à soutenir le régime.
Celui-ci mise désormais sur la distribution de nourriture au travers d’un réseau centralisé par l’armée, les CLAP (Comites Locales de Abastecimiento y Produccion). Ces CLAP distribuent des cartons de nourriture, de façon irrégulière et à des prix variés. Comme leur contenu est parfois aléatoire, les récipiendaires en revendent une partie sur le marché noir.

50 % des Vénézuéliens titulaires d'un "carnet de la Patria"
Les cartons sont distribués sur la base d’un identifiant, créé à la fin de l’année 2016, "el Carnet de la Patria ". Cet identifiant, développé par la société chinoise ZTE, est associé à des informations concernant son porteur : le statut socio-économique, les aides sociales qu'il perçoit, et sa participation aux élections. Près de la moitié des 30 millions de Vénézuéliens sont titulaires de cet identifiant.
Celui-ci est nécessaire pour effectuer des démarches auprès des organismes publics et pour obtenir des bénéfices sociaux. Il vise en principe à empêcher les fraudes électorales et à identifier les personnes les plus démunies. Mais en pratique, le gouvernement l’utilise pour augmenter le taux de participation aux élections du mois de mai.

Quiconque cède ses données à autrui...
Des militants du gouvernement, basés dans des tentes rouges plantées à l’extérieur des bureaux de vote, appelées "puntos rojos", équipés d’ordinateurs et de lignes téléphoniques, sont chargés de rameuter les électeurs, et de leur demander d’activer leur identifiant avant d’aller voter. Ils peuvent également insinuer que le gouvernement est en mesure de savoir pour qui ils vont voter. Les Vénézuéliens réalisent qu’au travers de ce dispositif, c’est leur accès aux cartons de nourriture qui est en jeu.
L’expérience vénézuélienne montre une nouvelle fois comment la technologie peut être utilisée à des fins de répression, lorsqu’elle tombe dans des mains malveillantes. Quiconque cède ses données privées à une institution, privée ou publique, transmet ainsi son destin à des personnes dont il ne peut pas contrôler les intentions.

https://fr.express.live/2018/04/04/de-la-nourriture-en-echange-de-votre-voix-quand-la-technologie-tombe-entre-de-mauvaises

Écrit par : L'enfoiré | 05/04/2018

Répondre à ce commentaire

Quand Youtube tue la folle Nasim Abghaz

Mardi 3 avril, trois personnes ont été blessées, dont l’une est dans une situation jugée sérieuse, dans une attaque à main armée au siège social de YouTube à San Bruno, en Californie (États-Unis). Nasim Aghdam, l’auteure présumée des coups de feu, s’est donné la mort sur place, selon les autorités. Son identité et ses griefs vis-à-vis de YouTube sont désormais au centre de l’attention.

Une Iranienne de 39 ans
Nasim Najafi Aghdam, de son nom complet, résidait à San Diego, en Californie. Elle est née dans la ville turcophone d’Oroumiyeh, dans le nord-ouest de l’Iran. Elle a également vécu en Turquie, avant de s’installer aux Etats-Unis, où elle résidait depuis une vingtaine d’années.
Issue de la communauté azérie, elle déclarait adhérer à la foi bahaïste, jeune religion humaniste et ésotérique d’inspiration chiite et née en Iran, où ses fidèles sont désormais persécutés.
Le père de la tireuse, Ismail Aghdam, avait signalé la veille de l’attaque la disparition de sa fille, et dit avoir prévenu les forces de l’ordre qu’elle risquait de s’en prendre à YouTube. La police l’avait retrouvée en train de dormir dans un véhicule, mais n’avait pas jugé qu’elle constituait une menace. Elle a déclaré que sa famille n’avait « rien mentionné concernant de potentiels actes de violence ».

Quatre chaînes sur YouTube
Polyglotte, Nasim Aghdam gérait quatre chaînes YouTube en turc, en farsi (la principale langue d’Iran) et en anglais, qui ont toutes été fermées mardi soir par Google en raison de « graves violations » aux règles de la plate-forme. Sa chaîne anglophone comptait environ 5 000 abonnés pour un million de visionnages cumulés.
Ses vidéos allaient des conseils d’exercice physique aux parodies de chansons de Taylor Swift ou Justin Bieber. Quand elle ne faisait pas du sport dans ses vidéos, Nasim Aghdam prônait les vertus du végétarisme – elle se disait végane depuis 2009.

http://vanrinsg.hautetfort.com/media/00/02/1305233276.MP3

Écrit par : L'enfoiré | 07/04/2018

Répondre à ce commentaire

Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ?
Nous sommes très intelligents … et très manipulables

https://www.pauljorion.com/blog/2018/04/07/les-temps-qui-sont-les-notres-le-chien-est-intelligent-mais-lhomme-lest-il/

Écrit par : L'enfoiré | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

Des milliers de travailleurs de Google demandent à leur patron "d'abandonner l'industrie de la guerre"

Des milliers d’employés de Google ont signé une pétition réclamant à l’entreprise de cesser de collaborer avec le gouvernement américain sur un projet associant intelligence artificielle, reconnaissance d’images et drones militaires, qui pourrait aboutir à des frappes par drone.
Plusieurs médias ont en effet rapporté que l’intelligence artificielle de Google était utilisée par le département de la Défense américain dans le cadre de son « projet Maven ». Ce projet, lancé en 2017, vise à accélérer le déploiement de l’intelligence artificielle (IA) de pointe au sein de l’armée. Il vise en particulier à mieux intégrer le big data et l’apprentissage machine pour améliorer le ciblage des frappes de drones.
L'utilisation de l'IA pour interpréter des vidéos permet de scruter avec précision des millions d’heures de films et de mieux identifier les cibles humaines d'une attaque, afin de réduire le nombre de victimes collatérales de ces attaques.

"Google ne devrait pas s'impliquer dans l'industrie de la guerre"
Dans leur lettre ouverte, intitulée "Nous travaillons pour Google. Notre employeur ne devrait pas s’impliquer dans l’industrie de la guerre", les 3.100 travailleurs de Google exhortent le CEO de l’entreprise, Sundar Pichai, à abandonner ce projet, en introduisant le sujet de cette manière : "Nous pensons que Google ne devrait pas s’impliquer dans l’industrie de la guerre".
Mais leur courrier ne se contente pas de demander le retrait du programme actuel ; il réclame également d’éviter de s’impliquer dans ce type de contrat à l’avenir.
"Nous réclamons la suppression du projet Maven, et que Google élabore, publie et fasse respecter une politique claire établissant que ni Google, ni ses contracteurs ne construiront jamais de technologies de guerre", affirme le courrier.

Google : "des objectifs non offensifs"
Mais il est très improbable que Google accède à ce souhait. L’entreprise a été consultée pour concurrencer Amazon et Microsoft dans le cadre d’appels d’offres visant à pourvoir les services du cloud pour le Pentagone pour son "Enterprise Defense Infrastructure Cloud procurement program". Or, selon le responsable du département, ce programme est conçu pour "augmenter la létalité et la promptitude".
Google a répondu en expliquant que la technologie utilisée par le département de la Défense "vise à sauver des vies et à épargner un travail hautement fastidieux à des personnes". L’entreprise a affirmé en août que sa participation dans le projet Maven était "spécifiquement modelée pour n’intégrer que des objectifs non inoffensifs".

La combinaison de l'IA et de l'armée soulève de plus en plus de questions
Hasards du calendrier, la lettre ouverte des employés de Google coïncide avec le refus d’un groupe de 50 scientifiques éminents dans le domaine de l’intelligence artificielle de participer au projet de l’université sud-coréenne KAIST de développement d’armes autonomes pour le compte de la firme d’armement Hanwha Systems.
Au fur et à mesure que l’intelligence artificielle se développe, et que ses applications pratiques se multiplient, les questions éthiques qu’elle soulève taraudent de plus en plus les chercheurs et les développeurs qui conçoivent ces systèmes. Cela est particulièrement vrai lorsque ces développements portent sur la conception d’armements.
Ainsi, en août de l’année dernière, 160 entrepreneurs et chercheurs pionniers de la robotique et de l’intelligence artificielle, dont Elon Musk de Tesla et Mustafa Suleyman de Deepmind, ont interpellé les Nations Unies en réclamant l’interdiction des robots tueurs. Dans leur lettre ouverte, le groupe demande à l’ONU d'ajouter les systèmes autonomes à une liste d’armes "moralement mauvaises", qui comprend déjà les armes chimiques et les lasers aveuglants.

https://fr.express.live/2018/04/06/des-milliers-de-travailleurs-de-google-demandent-leur-patron-dabandonner-lindustrie-de-la?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=lestonie_demande_aux_etats_unis_le_deploiement_deffectifs_et_de_missiles_patriot_wall_street_a_aussi_les_yeux_rives_sur_la_marijuana_la_suisse_nest_pas_un_paradis_pour_les_fanatiques_darmes_a_feu&utm_term=2018-04-08

Écrit par : L'enfoiré | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

Le scandale Facebook, preuve de l’inutilité des réseaux sociaux et simulacre de la démocratie ?

http://vanrinsg.hautetfort.com/media/00/00/1568806266.MP3

Écrit par : L'enfoiré | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Mark Zuckerberg pourrait-il perdre sa place à la tête de Facebook?
Mardi soir, Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a été auditionné par le Sénat en fin de journée à Washington. Il a dû expliquer comment les données personnelles de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook ont pu être récupérées par Cambridge Analytica, puis utilisées pour favoriser la campagne électorale de Donald Trump. Expliquer aussi quelles mesures Facebook a prises pour éviter qu'un tel scandale se reproduise, et surtout, Mark Zuckerberg s'est excusé.
"Nous n'avons pas pris de manière assez large nos responsabilités et c'était une grosse erreur. C'était la mienne, et je suis désolé. J'ai créé Facebook, je la dirige, et je suis responsable de ce qui arrive ici."
À ce stade, Marc Zuckerberg a déjà vu sa fortune fondre de plusieurs milliards de dollars. Il n'est pas sur la paille pour autant. Le scandale Cambridge Analytica a fait plonger la valeur boursière de Facebook de quasiment 20 % en quelques jours avant, c'est vrai, de remonter un peu. Et puis surtout, l'image personnelle du fondateur de Facebook a été sérieusement écornée, au point que certains médias américains réclament désormais, carrément, son départ.

Steve Jobs viré d'Apple en 1985
Difficile à savoir si un tel scénario est possible. Mark Zuckerberg semble inexpugnable comme PDG, et surtout principal actionnaire de Facebook. Cela dit, ce n'est pas non plus une garantie absolue. Rappelez-vous Travis Kalanick, le créateur d'Uber, a été poussé à la démission il y a quelques mois par des investisseurs influents pour cause de gestion humaine désastreuse. Désastreuse pour les gens, mais surtout, du point de vue des investisseurs, pour l'image de l'entreprise. Et dans les années 80 autre souvenir, le cofondateur d'Apple, le légendaire Steve Jobs, avait lui aussi été viré. Il a d'ailleurs raconté cet épisode en 2005 devant des étudiants de l'université de Stanford.
"Comment est-ce que vous pouvez être viré d'une entreprise que vous avez vous-mêmes créée ? Eh bien, comme Apple était en pleine croissance, nous avons engagé quelqu'un qui me semblait tout à fait qualifié pour diriger l'entreprise avec moi. La première année, les choses se sont bien passées, et puis nos visions pour le futur d'Apple ont commencé à diverger, on a eu un clash et le conseil d'administration s'est rangé de son côté. Et a 30 ans, j'étais dehors."
Viré en 1985, il reviendra chez Apple 12 ans plus tard. L'entreprise est alors au bord de la faillite, mais c'est aussi pour lui l'heure de la revanche, puisque sous sa direction, Apple va lancer l'iMac, l'iPod, iTunes, l'iPad et surtout, en 2007, l'iPhone qui va faire la fortune de l'entreprise. Aujourd'hui, sept ans après la mort de Steve Jobs, Apple vaut près de 900 milliards de dollars.

https://www.rtbf.be/info/economie/detail_mark-zuckerberg-pourrait-il-perdre-sa-place-a-la-tete-de-facebook?id=9889666

Écrit par : L'enfoiré | 11/04/2018

Répondre à ce commentaire

Google collecte 10 fois plus de données à votre sujet que Facebook

Facebook, le plus grand réseau social au monde, est actuellement sous les feux de la critique car l'entreprise collecte en masse des données en ligne de ses utilisateurs pour les revendre à des tiers. Toutefois, Google va beaucoup plus loin, a indiqué le développeur web irlandais Dylan Curran.
Selon ce dernier, le volume des données détenues par Google est presque dix fois important que la taille de la base de données compilées par Facebook, rapporte le Daily Mail.
Pour aboutir à ces conclusions, Curran a téléchargé toutes les données stockées à son sujet par Facebook et Google. Outre le fait que les informations rassemblées par Google remontaient à 2008, celles-ci comprenaient un niveau de détail qui a choqué l'informaticien.

Trois millions de documents Word
Alors que les données collectées par le réseau social sur chaque utilisateur ont un volume de 600 mégaoctets, soit environ 400.000 documents Word, les informations rassemblées par Google étaient de 5,5 gigaoctets, soit un volume près de dix fois plus important que celui de Facebook et qui correspond à trois millions de documents Word.
Selon Curran, il est pratiquement impossible de déterminer ce que Google sait exactement de tous ses utilisateurs. Ces informations allaient de tous les lieux qu'il avait visité aux sites web sur lesquels il avait cliqué et contenaient même des fichiers supprimés de ses comptes de stockage en nuage sur Google Drive.
Curran a également découvert que Google suivait également tous ses déplacements en arrière-plan ainsi que le temps nécessaire pour voyager entre deux points. La base de données de Google contenaient aussi des détails sur ses passe-temps et intérêts ainsi que des estimations sur son poids et sur ses revenus potentiels.
"C'est une erreur de faire confiance à une entité qui contrôle autant d'informations", a expliqué l'expert IT. "Google essaie juste de faire de l'argent, mais à un moment donné quelqu'un commettra une erreur", avertit-il.

Lieux fréquentés
Les données compilées par Google au sujet de Dylan Curran comprenaient tous ses voyages en Irlande au cours des douze derniers mois, ses déplacements à l'étranger et incluaient également le nom d'un certain nombre de pubs visités, la durée de fréquentation de ces enseignes ainsi que le trajet emprunté pour rentrer chez lui. En outre, Google connaissait également les événements auxquels il avait participé.
Le développeur web souligne que Google stocke aussi un rapport de données des comptes et archives numériques de l'utilisateur.
"Google conserve ainsi une trace de l'historique complet des recherches réalisées par ses utilisateurs".
Toutes les recherches effectuées, même celles qui ont été effacées par l'utilisateur sont stockées par le géant des moteurs de recherche. Mais ce n'est pas tout, Google rassemble également tous les sujets de marketing qui pourraient vous intéresser, thèmes basés sur des facteurs tels que votre âge, votre sexe, votre emplacement et votre activité sur Internet. Toutes les applications que vous avez recherchées, installées ou lancées, ainsi que chaque vidéo YouTube visionnée, chaque e-mail envoyé ou reçu, y compris les messages supprimés et les spams, sont également archivés par Google. Par ailleurs, toutes les informations et fichiers supprimés par les utilisateurs sont aussi compilés.
Le fichier de Google téléchargé par Curran incluait enfin toutes les photos qu'il avait prises avec son smartphone, l'heure et l'enregistrement des images.

https://fr.express.live/2018/04/15/google-collecte-10-fois-plus-de-donnees-votre-sujet-que-facebook

Écrit par : L'enfoiré | 17/04/2018

Répondre à ce commentaire

Google présente son microscope à réalité augmentée capable de détecter le cancer

Google vient de présenter sa nouvelle technologie au meeting annuel de l'Association américaine pour la recherche sur le cancer: un microscope à réalité augmentée. Il serait capable de diagnostiquer instantanément un cancer. Ce nouvel objet est encore en phase de test.
C'est une grande avancée pour la recherche sur le cancer. Lors du meeting annuel de l'Association américaine pour la recherche sur le cancer, Google a présenté son nouveau prototype de microscope à réalité augmentée (ARM). Cette technologie serait capable de diagnostiquer directement les patients atteints d'un cancer.
À première vue, on dirait un simple microscope, mais en réalité, il est bien plus complexe que cela (voir vidéo ci-contre). Il est muni d'un dispositif qui lui permet d'utiliser deux technologies différentes: la réalité augmentée et l'intelligence artificielle.

Agir plus vite
Grâce à cela, le médecin peut observer les images en temps réel et les transférer en même temps sur l'ordinateur. L'intelligence artificielle regarde grâce à des algorithmes si le patient a des cellules cancéreuses. Ensuite, elle envoie en direct les résultats au médecin. Les cellules malades sont entourées et localisées. Il n'y a donc plus besoin de faire une radio et d'attendre les résultats, et de devoir passer par différentes étapes avant de constater la maladie.
Ce qui est intéressant aussi, c'est que cette technologie pourrait détecter aussi d'autres maladies comme la tuberculose et la malaria, peut-on lire dans le rapport. Mais avant de se réjouir, Google est encore en train de faire des tests sur l'outil. Selon le rapport, la machine a encore besoin de "quelques évaluations".

https://fr.express.live/2018/04/17/google-presente-son-microscope-realite-augmentee-capable-de-detecter-le-cancer?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=dix_sept_ecoles_albanaises_resteront_ouvertes_24h_sur_24_et_7_jours_sur_7_la_rencontre_entre_trump_et_kim_jong_un_se_rapproche_la_belgique_seul_pays_de_lunion_europeenne_qui_a_continue_a_vendre_des_produits_chimiques_interdits_a_la_syrie&utm_term=2018-04-18

Écrit par : L'enfoiré | 19/04/2018

Répondre à ce commentaire

MON FILS AUTISTE, MA BATAILLE
Lorsque le deuxième enfant de Domitille Cauet fait son entrée à la crèche, on annonce à la famille que quelque chose ne va pas. Paul est atteint d’autisme. Sa mère raconte leur histoire dans "Paul en Mongolie : l’autisme est un voyage que je n’avais pas prévu".
Familière du couple présidentiel depuis l’école, Domitille Cauet va faire de la reconnaissance de l’autisme en France son cheval de bataille. Pendant la campagne, elle décrit à l’épouse d’Emmanuel Macron, le "véritable scandale sanitaire, social, humain" que constitue selon elle la non-prise en charge de l’autisme en France. Après son élection, le président a fait du handicap une priorité du quinquennat.

https://www.arte.tv/fr/videos/075223-166-A/28-minutes/

Écrit par : L'enfoiré | 19/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire