Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2016

Le bonheur, c'est toujours pour demain

Si Paris vaut bien une messe, alors notre situation vaut bien un sketch entre un jeune français et un vieux belge.

0.jpg- Eriofne vous allez parler du bonheur. vous rêvez ou quoi? Vous n'êtes pas au courant de la situation?

- Salut Nicolas. Non, je ne rêve pas. C'est la presse et l'actualité qui me poussent à en parler....

- Même avec le terrorisme, les Panama Papers, les psychoses qu'apportent l'ambiance morose que vous décriviez la semaine dernière, Bruxelles qui vous craque entre les doigts dans du Belgium bashing ... Vous êtes fou...


- Je connais tous les problèmes récents de Bruxelles et vous en oubliez. J'en ai marre du bashing... voyez-vous.

Après les attentats, nous avons eu la résilience et nous avons eu aussi un rassemblement mais avec beaucoup moins de participants, un mois par après. Ce n'était pas pour cause de manque de fraternité, de solidarité, mais c'était différent de chez vous.   

0.jpgEt bien, allons-y pour un coup de folie, pour vous apporter quelques différences.

Commençons avec les philosophes qui essayent de nous dire comment vivre avec les problèmes de notre temps et avec la science qui explique les fondations du bonheur. "L'art du bonheur" serait constitué de la sagesse et de la sérénité au quotidien d'après le Dalai Lama. Faisons preuve se cette sagesse...

- Et comment essayent ces philosophes de vous influencer?

- Je vous le donne en mille, ils temporisent. Il y a Thomas d'Ansembourg. qui dit qu'"Etre heureux, ce n'est pas nécessairement confortable". Pour le prouver, il parle des pièges anti-bonheur, du besoin de se retrousser les manches, de sortir de la culpabilité pour la seule responsabilité, de préparer la paix et le futur avec le sourire pour ne pas déclarer la guerre.

- Merde et c'est ainsi qu'il faudrait garder le moral? Comment certains ont-ils encore le courage de parler du bonheur ? Je ne change pas mon idée de départ.

- Oui, c'est un peu fort de café, en effet. En France, vous avez le tournis sur un pied et puis sur l'autre et vous vous casser la pipe. Ces derniers temps, on ne rie pas souvent en France. Les médias y jouent les intermédiaires et cherchent des raccourcis sur le chemin entre le passé, le quotidien et imaginent des prospectives sur les deux fronts en fonction de raisonnements en dehors du quotidien. Pour couronner le tout, ils se payent un conflit de générations du style "New wave" contre "Nostalgies", entre cultures et idéologies droite et gauche.... Mais, jeune, vous êtes dans la Matrix, non?  J'ai vu le 2ème épisode, hier soir. Il parait même qu'une startup américaine entend entend faire de la réalité virtuelle que le cerveau humain ne pourra pas distinguer du monde réel. Cela devrait vous donner des idées moins noires, non? La stagflation guette. Vous savez ce genre de truc qui tire des deux côtés de la même corde. La stagnation séculaire crée un immobilisme. Ou cette corde lâche et casse ou c'est un des deux côtés qui à force de tirer se plante le cul au sol. Le pouvoir est à ceux qui ont de l'imagination. 

- Il faut être fou pour parler de cela sous cet angle. Le virtuel est bien éloigné du réel. Ils ne travaillent pas à l'usine ou sur un chantier.

- D'accord. Il faut des idées et oublier la force brute dans d'autres voies. Mais vous aimez en faire partie de cette "Seconde vie". C'est pour cela qu'on va essayer de creuser sous le champ de mines, tout de même... Calmez-vous. Asseyez-vous...

Figurez-vous que la recherche du mieux-vivre se fait par certaines clés du bonheur. Il faut un sésame et oublier de regarder dans l'assiette des autres. 

Je m'explique. Quand le regard des autres vous inquiète par leurs compliments ou leurs critiques comme on le voit sur Facebook, c'est par la reconquête de l'estime en vous-même et en reprenant le contrôle sur vous sans être influencé outre-mesure par l'extérieur que les solutions commencent à pouvoir s'envisager.  

- Ah... Je vois. Je dois donc devenir "individualiste" comme un Américain en me foutant du regard oblique des passants honnêtes. Brassens le chantait... 

- C'est un peu ça. Enfin, cela dépend. Je vous dirais donc que c'est en partie ça. Je conseillait de "Connaitre l'homme pour mieux te connaître".

- Là, je vous sens venir. Cela va être fortiche.

- En 2012, les Nations Unies ont fait du 20 mars la "Journée internationale du bonheur".

0.jpg- Et qu'est-ce qu'on a fait à cette occasion chez vous à Bruxelles?

- Ben, Manneken Pis n'a plus lâché ses ablutions dans la foule, cette fois-là. Il suffisait d'y penser. Tout est bon pour exprimer sa manière de réagir vis-à-vis des aléas de la vie. Vous ne pensez pas?

- Et ailleurs? Qu'est-ce qu'ils ont fait? Ils n'ont ni un Manneken Pis ni notre humour surréaliste. 

- J'ignore. Selon le rapport du programme « Réseau de solutions pour le développement durable de l’ONU » charger de classer les pays selon leurs conditions de base, la Belgique figurait en 18e position des pays les plus heureux au monde.

- 18ème position? C'est pas le top, non plus. Et quels pays sont encore plus surréalistes que vous?

- Le classement s'établissait en prenant en compte 157 pays pour déterminer l’impact des inégalités sociales. La France est rongée par l'égalitarisme, le nationalisme, le conservatisme, l'intellectualisme et en finale par le déclinisme en s'opposant farouchement au libertarisme. Comme en 2012 et 2013, le Danemark apparaissait comme le pays le plus heureux.

- Les Danois, vous rigolez? Un pays de froidure...

- Oui. Mais le climat ne fait pas tout. Il ne fait pas beaucoup plus beau chez nous. L’année d'avant, c’était la Suisse. Les cinq premières places du classement sont toujours occupées par des pays du nord de l'Europe, le Danemark, la Suisse, l’Islande, la Norvège et la Finlande, suivis par le Canada, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et de la Suède. La France arrivait bien plus tard dans la liste. 

0.jpg- Est-ce vraiment une façon de reconnaître le bonheur comme un objectif fondamental universel pour impliquer les organismes publics et les individus dans cette quête du bonheur en dansant?

- Je n'en suis pas sûr pour tout le monde qui pourrait se sentir déforcé, défoncé et donc comme des "maltraité" pour toutes les raisons sociales du monde. Cela pourrait devenir des nœuds. 

- Maltraité? Quel mot terrible, mais c'est un peu ce que je ressens...

- "Calimero" alors si vous préférez. Ce serait pour le moins, ne pas tenir compte de l'environnement qui est déterminant pour rendre les choses plus ou moins acceptables et même agréables. Vivre dans une ville, dans une campagne, dans un désert, dans un pays chaud, froid ou tempéré, ne donnent pas les mêmes espérances de vie et les mêmes conclusions à prendre en considération. En France, vous avez de grandes villes qui marchent bien et des déserts économiques à d'autres endroits. Le livre "Pathologie politique française" de Alain Duhamel en parle.

- Peut-être. Mais, comme je le pense, le bonheur est un sujet qui ne cesse de fasciner les chercheurs.

- Tous veulent apporter un élément de réponse à la même question : « Qu’est-ce qui fait le bonheur ? ». Vous ne vous souvenez pas du BIB, du Bonheur Intérieur Brut? Stiglitz en avait écrit un rapport commandé par Sarkozy. Qu'en a-t-on fait? Perdu dans un tirroir? Un rapport construit avec des données qui provenaient de partout en général avec l'aide de la philosophie mais souvent en oubliant quelques psychologies particulières.

Comment trouvez-vous "Les règles d'or pour mener une bonne vie?

1.jpg2.jpg3.jpg4.jpg0.jpg6.jpg7.jpg8.jpg9.jpg10.jpg

- Bof, cela ne casse rien. Comme si des règles d'or apportaient les clés du bonheur en vrac, indépendamment des personnalités de chacun...

- Exact. Ce n'est pas tout, attendez... Voici, les "découvertes remarquables sur le bonheur", c'est encore plus top. 

Ce sont des découvertes tellement banales que j'hésite à les citer sinon sous leur forme originale.

01.jpg0.jpg5.jpg6.jpg7.jpg

- Oui, avec ça. Là, on n'est pas encore sorti de l'auberge espagnole.

- Ole! Je continue dans une auberge du même type avec les "méthodes scientifiquement prouvées pour booster la confiance en soi" 

2.jpg

3.jpg

1.jpg

4.jpg5.jpg0.jpg7.jpg

- Stop. J'ai déjà jeté l'éponge. Si on suit les scientifiques et leurs probations, on est mal parti.

- Vous n'écoutez pas ou vous ne lisez pas correctement. Ce sont des études, des réflexions de philosophes. Cela n'a peut-être rien à voir avec vous. Je n'ai pas dit qu'ils ont le soutien des psychologues, des psychiatres et de tous les gens qui ont des noms avec "psy-' et qui auraient plus de chance à vous remettre sur la voie du bonheur. Je ne vais même pas parler du cas des malades. Vous êtes jeune et pas incurable. Mais, c'est vrai, j'ai eu l'impression d'enfoncer les mêmes portes ouvertes à certains moments. 

- Les psys, j'adore. Ils vont tout organiser, j'en suis sûr. Ils ont l'habitudes avec les maladies de l'esprit. Et moi, je dois en faire partie à la lecture de tout cela, comme vous dites.

0.jpg- Passons à la pratique des psychologies.

Le magazine Psychologies actuel a fait parler l'actrice, Karin Viard.

Elle proposait des exercices et disait qu'il fallait écouter son corps. Que l'ego est ce qui nous définit en tant qu'individus singuliers qu'il faut maintenir à la bonne hauteur. Elle le faisait avec de nouveaux conseils:

  • rester fidèle à l'enfant en soi
  • être dans l'accueil
  • refuser la position de victime 
  • lâcher prise
  • avouer sa fragilité
  • savoir demander de l'aide
  • regarder la mort en face

Dans une deuxième phase, elle parlait des fardeaux qu'il fallait se débarrasser:

  • l'agressivité
  • l'inquiétude
  • l'exigence

- Là, je me sens déjà mieux dans le bain sans laisser le bébé trempé dans l'eau. Mon thermomètre a baisser la température de quelques degrés. Mon manque de bonheur et ma dépendance diminuent. J'ai l'impression que j'accentuais mes problèmes à la lecture de vos conseils généraux. Cette pénurie de bonheur avec le terme de ma vie qui se rétrécit, je ne la vois pas encore.

Oui, cela me botte. Je suis preneur. Je suis encore jeune. Il y a justement les autres qui ne sont pas assez ouverts d'esprit.

- Voilà, le problème. Vous vous comparez aux autres. Vous comparez votre existence avec les autres qui comme par hasard, ont réussi et qui sont dans les magazines people. Puis, vous vous sentez canalisé par votre formation et vos professeurs qui vous ont "appris à vivre" comme un bon citoyen mais qui ont oublié de vous dire qu'il faut se battre pour réussir. 

En fait, vous faites semblant comme le chantait Delpeche dans une vielle chanson ....

- Faire semblant, c'est un bon principe, une bonne technique en s'amusant, en buvant un bon coup avec les copains. Vous devriez aussi revenir en courte culotte en bons disciples de cette philosophie.

- Boire un coup, c'est ça qu'on apprend entre copains? Tout votre enseignement a été communiqué par l'intermédiaire d'une version intermédiaire alors, et cela ne marche quand vous réussissez, à votre tour, sans examens de passage. Pour résumer, il faut plaire et être dans la note de ses juges de touche comme au foot. 

- Quoi qu'on dise, on ne peut pas ni plaire à tout le monde ni espérer que les amis de nos amis soient nos amis.

- Tout à fait. Ce sont des triangulaires, sans plus et il faut savoir s'en sortir.. Le plus grave, c'est que plus il y a aura de monde sur Terre, plus les difficultés s'intensifieront avec des schismes d'idéologies. Ce ne seront plus des triangulaires mais des combats aux angles multiples. Et si vous vous souvenez, quand il y a une multitude d'angles, qu'advient-il? Un cercle.

- Oui, et on tourne en rond.

- N'oubliez pas que Facebook a été créé pour attirer des rentrées sonnantes et trébuchantes pour ses créateurs, pas pour vous faire des amis. Vous écrivez sur des murs de ceux qui semblent avoir vos affinités, comme si vous lanciez des bouteilles à la mer. C'est la même attitude que de vouloir faire des selfies avec votre entourage. Le bonheur, ce n'est pas ce qu'on trouve dans les pubs à l'américaine. C'est plus subtile que ce qu'apporte cette vidéo:

- Il faut donc que j'apprenne à travailler en créant la confiance en moi et autour de moi pour tolérer les désaccords sans changer de personnalité et en reprennant le contrôle.

- Là, on approche. Il faudra que, en bon opportuniste, vous vous adaptiez au mieux aux nouvelles situations pour rien que survivre, si ce n'est pas vivre. Faites aussi semblant en riant de tout et de rien et surtout de votre sort.  

- Rire? Ce n'est pas se mentir en prétendant que tout va bien avec la méthode Coué? 

- Bien au contraire. Cultivez vos relations et osez dire "non" avec une critique constructive et humoristique. Réfugiez-vous parfois dans votre solitude pour vous ressourcer. N'essayez pas de prouver aux autres ce que vous ne parviendrez pas à vous prouvez à vous-même avec ce fameux Principe de Peter qui ne vous collerait pas à la peau et dans lequel il ne faudra pas tomber. 

- Rien à prouver aux autres en espérant qu'eux aussi feront le même processus d'évaluation d'eux-mêmes. 

- Ça vous le découvrirez très vite par vous-même.

- Plus j'ai mal, moins j'ai de bonheur et plus je stresse. Cela me semblait logique. Je vous remercie de cette confrontation d'idées qui me semble très actuelle. Mais le bonheur, en définitive, c'est quoi. 

0.jpg- Difficile de répondre à cette question. C'est diminuer le stress en programmant sa vie, en établissant des règles et des balises, c'est parfois aussi retourner vers le passé pour déterminer là où il y a eu une déviance avec ce qu'il fallait faire, un dysfonctionnement pour réussir et prévoir la correction dans le futur. Une sorte de commission d'enquête personnelle. 

- Donc, je n'ai pas à fermer ma gueule.

- Non. Surtout pas. Ceux qui se sentent plus intensément heureux disposent de plus de matière grise dans la région précunéus du cerveau en pratiquant la méditation.

- Donc, il faut investir du temps à la méditation et pas courir derrière l'argent? Du temps, j'en ai mais pas d'argent. 

- Une autre étude a permis d’observer que le bonheur grandissait avec l’âge et qu’il ne décroissait pas autour de la quarantaine.

- Je n'ai plus qu'à attendre de passer la quarantaine. 

- Ceux qui accordaient la priorité au temps et non à l’argent déclaraient être plus heureux. Ces personnes utilisent leur temps libre pour entreprendre des activités pleines de sens comme le bénévolat pour des œuvres de charité pour augmenter leur bonheur. Il y en a qui proposeraient même de partir en vacances pour mettre pendant un temps, les problèmes au vestiaire et tout oublier.

- Oui mais pour cela, il faut du blé. Sur Facebook, il ne faut pas trop de blé . Tiens, est-ce que les réseaux sociaux favorisent-ils mon mal-être ?

- Une étude avance que Facebook pourrait rendre malheureux. Après une semaine passée à l’écart du réseau social, des participants ont rapporté être plus satisfaits de leur vie. Selon les chercheurs, les utilisateurs de Facebook seraient à 39 % plus susceptibles de se sentir malheureux que les non-inscrits.

3.jpg- Mais alors puisque j'ai du temps, comment vais-je le meubler si je n'ai pas de travail?

- Là est le problème de demain. Il y a des "Astuces pour mettre fin à une mauvaise journée qui est à fonds perdus. 

- C'est encore une fois, sans doute, l'idée d'un esprit sains dans un corps sain.

- Je vous laisserai lire les dix astuces sous le lien, mais il est dit "C'est essentiel pour mettre votre cerveau en mode 'redémarrage'. En éteignant votre système afin de le redémarrer ensuite. Vous verrez l'événement frustrant sous un autre angle. Isolez-vous un instant, respirez profondément durant cinq minutes et donnez-vous la possibilité de vous détourner de vos émotions négatives".

- Je vais essayer. 

- Jeudi, on apprenait la mort de Prince des suites d'une overdose d'opiacé. Enfin, c'est ce qu'on annonce... 

En 1983, Prince, James Brown et Michael Jackson apparaissaient ensemble sur le podium. 

Prince, a-t-il été seulement heureux en dehors de la scène?

La question n'est pas anodine avec sa chanson fétiche, "Purple rain", une fois traduite:

Pluie violette

Je n'ai jamais voulu te causer de chagrin
Je n'ai jamais voulu te faire de mal
J'ai juste voulu une fois te voir rire
J'ai juste voulu te voir rire sous la pluie violette
J'ai juste voulu te voir prendre un bain sous la pluie violette
Je n'ai jamais voulu être ton amoureux du week-end
J'ai juste voulu être une sorte d'ami
Bébé je n'ai jamais pu te voler à un autre
C'est si dommage que notre amitié ait dû finir
Chérie je sais, je sais, je sais que les temps changent
C'est le moment de tendre la main pour quelque chose de nouveau
Ça veut dire que toi aussi
Tu dis que tu veux un chef
Mais tu ne sembles pas te décider
Je pense que tu ferais mieux de ne pas réfléchir
Et me laisser te guider jusqu'à la pluie violette
Si tu sais de quoi je chante ici même
Viens tends ta main
Je veux juste te voir, juste te voir
Sous la pluie violette


- Il n'y a pas que la chanson....

- Bien sûr. Vous connaissez Michel Cymes? Dans son livre "Vivez mieux et plus longtemps", il donne des ficelles pour sortir par la bonne porte en continuant à pouvoir cuire les carottes en s'attelant à des exercices physiques.

- Dire comment il faut faire ou ne pas faire pour être bien dans sa peau, c'est aussi du business, non?

- Absolument. Tout n'est que business. Comme cuire les carottes à faire la cuisine. Je ne sais si vous avez remarqué, nous n'avons pas cité une seule fois, le mot "emploi" dans notre échange.

Je vous ai parlé d'humour...

0.jpgDans le Vif de cette semaine, les humoristes de tous poils étaient à l'honneur et on parlait d'eux comme les nouveaux leaders d'opinion. Vous en connaissez plusieurs si vous avez participé à la lecture de ce blog.

J'ai podcasté plus de 1000 "Cafés serrés" depuis 2012, ce qui occupe plus de 4.5Gb. Plus de 2000 Kroll de tous les horizons d'idées.

Anciens fous du roi, les humoristes ont depuis squatté tous les espaces médiatiques avec leur humour par le dessin ou la parole.

Aujourd'hui, le rire joue un rôle politique et social.

Il permet d'apprivoiser sa voix intérieure.

Florence Servan-Schreiber découvrait qu'au bout du compte, ce n'est qu'un jeu et que les récompenses se trouvent dans notre satisfaction dépendante de l'intérêt que nous y trouvons. 


Les paroles d'humoristes sont plus fréquentes, plus écoutées pour cogner sur tout ce qui fait déjà mal en apportant un sas de décompression avec l'actualité.

Je lisais par l'un d'entre eux qu'en tant qu'humoriste, on est "naturellement" de gauche et qu'il faudrait davantage d'équivalents de droite pour tuer l'impertinence dans l’œuf

C'est évidemment parfois nécessaire de dépasser cette ligne rouge par la provocation gratinée de l'humour à la belge, une fois à gauche, une fois à droite.

Mais je ne suis pas si sûr que tous les humoristes soient de gauche.

Jeune, on est souvent de gauche. Puis avec les plombes qui s'additionnent, on commence à aimer ce qui est beau, quitte à virer dans un luxe modéré.

Puis, quand on a une profession qui a un lien direct et évident avec le capitalisme, on change d'optique tout aussi "naturellement".

C'est pour cela que je dis "Tabou, casse-toi", "Rions un bon coup", même quand ce n'est pas le 1er avril.

A part quelques rares trucs en sucre en poudre ou en poivre piquant, rire demande beaucoup plus de sel, qu'on pourrait le penser.

Si cela fait rire à perdre la raison de ceux qui se se sentent touchés, c'est gagné.

Qu'importe s'ils dérangent les certitudes et que la subjectivité entame quelque peu l'objectivité.

C'est le résultat qui compte et le message passe mieux avec l'humour de circonstance en léger décalage.

Je ne connais qu'une exception dans toutes la série des Cafés serrés où cela avait dégénéré une tempête dans un verre d'eau entre Thomas Gunzig et l'invité du jour, Alain Destexhe en février 2014: podcastce qui avait fait réagir Alex Vizorek: podcastet moi d'écrire dans "Zo dom & Go more" "Le Maestro 'DesText' n'avait pas été content de sa description, par trop précise alors qu'il avait casser dans son livre l'image dichotomique de Bruxelles entre croissance et déclin. "DesText", allait-il tout changer ou tout casser? Si oui, avec quoi, avec qui? D'autres terrassiers? N'en aurait-on pas assez dans notre capitale de ce genre de candidats u_taupistes?"...

Mais tout cela est oublié... 

Alors, si vous voulez devenir humoriste dans une entreprise qui ne connait pas la crise... Ecoutez ou voyez ...

Je vais initialiser par la même le "coin humour":

"Rien n'est éternel" écrivait Thomas Gunzigpodcast

"Une bienvenue" accueillait de Guillermo Guizpodcast

"On n'est pas dans la merde en leader d'opinion", s'étonnait Alex Vizorek de son nouveau rôle:podcast.

- Mais, vous, Eriofne, êtes-vous de gauche ou de droite?

En mécréant, je vous répondrai en disant ni de gauche ni de droite, ni en haut, ni en bas. Ou alors, avec plus d'humour, ce serait en "courant alternatif".

Non, je n'ai pas dit "Coran alternatif", parce que cela existe aussi.

Wiki dit : "La gauche se rassemblent généralement dans la promotion d'idéaux progressistes et d'égalité, la critique de l'ordre social et le souci d'une plus grande justice sociale. La droite désigne généralement l'ensemble des courants politiques ayant une doctrine, une tradition ou une idéologie plutôt conservatrice, économiquement libérale ou non".

Pour critiquer la gauche, je dirais qu'il faudrait que tout le monde soit constitué de la même manière, sous le même moule: soit espérer que les autres comblent ses propres manques d'idées.

Pour critiquer la droite, je dirais que le conservatisme tue l'invention et l'économie. 

Quand on écrit "Au diable les partis", que l'on ajoute "Gauche, droite, gauche...", on ne peut qu'espérer de reconstruire la classe moyenne en majorité sur la courbe de Gauss qui s'est trop aplatie ces derniers temps.  

4.jpgEn 2014, Prince est passé au Botanique.

Si vous passez à Bruxelles, voici des adresses de bars atypiques et décalés.

Le Goupil et l'Hyperion vous attendent à la rue de la Violette que Prince n'aurait pas renié, même si ce sont des chansons françaises qui y sont interprétées. 

Dans quelle ville, vit-on le mieux?

Brussels bashing, disiez-je?

Bruxelles appairait à la 21ème position dans une liste et Paris, en 37ème..... .  

0.jpg

Je ne sais si je suis parvenu à vous apporter un peu de bonheur, mais je vous ai apporté des bons pour des heures de multimédias en mixant du texte, des dessins, des sons et des vidéos. 

La prochaine fois, nous allons chercher où se cache ce "putain" de bonheur, car je vous sens un peu fatigué.  

Le bonheur, voyez-vous, c'est toujours pour demain:   

 

Eriofne, 

 

Citations:

  • "Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience", René Char
  • "Je crois que le sentiment d'imposture est inévitable quand on obtient le succès", Karin Viard

 

La loi des séries:

Mise à jour 24 avril 2016: Papa Wemba n'est plus.... Toute l'Afrique est en deuil.


 

Mise à jour 25 avril 2016: Billy Paul et Me & Mrs Johes sont morts


 

Mise à jour 25 avril 2016: Le ministre président de Bruxelles, Rudi Vervoort, répondait aux questions, mais c'est Bruno Coppens qui eu la bonne idée d'appeler Céline Dion pour nous trouver des solutions aux problèmes:podcast

Commentaires

Pascal Bruckner: "L'argent est plus qu'un mal nécessaire, il fluidifie l'existence"

- Quel sens donnez-vous à cette "sagesse de l’argent", tandis que se répand cyniquement le constat des "riches plus riches" et "des pauvres plus pauvres" ?
- Je dis d’abord qu’il est sage d’avoir de l’argent; l’argent est un bien positif, c’est plus qu’un mal nécessaire. C’est aussi ce qui nous permet de fluidifier l’existence. Et puis, évidemment, il est sage de s’interroger sur l’usage qu’on fait de cet argent, tant au niveau public que privé. Quant à dire que les riches sont plus riches et les pauvres sont plus pauvres, la situation est quand même plus complexe. Sur le plan international, l’on voit apparaître des classes moyennes qui s’enrichissent et une grande partie de la population mondiale est arrachée à la misère. Il y a eu en tout cas un vrai progrès en Europe pendant les Trente Glorieuses, et au moins jusqu’au début des années 2000, où les classes populaires ont réussi à s’arracher au dénuement et à monter dans la société.
- Vous dites dans votre livre que le numéraire est apparu dans la ville assyrienne d’Ur, il y a près de trois mille ans. On vivait jusque-là dans une société d’échange et de troc ?
- Dans toutes les sociétés, il y a toujours eu un moyen d’échange. Longtemps, c’était les bœufs. Le mot "pécuniaire" vient d’ailleurs du latin "pecus", qui signifie bétail. Puis, cela a été l’acier, le bronze, l’argent. Il y a toujours eu un moyen d’échange pour que les hommes puissent commercer entre eux.
- Il y a eu des modèles de société très égalitaristes dans l’histoire. Quelles ont été les sociétés égalitaires les plus réussies ?
- A part peut-être les petites sociétés primitives, je n’en connais pas. Les sociétés grecques étaient belles, certes, mais fondées sur l’esclavage.

http://www.lalibre.be/debats/opinions/pascal-bruckner-l-argent-est-plus-qu-un-mal-necessaire-il-fluidifie-l-existence-571a393f35708ea2d4cba40e

Écrit par : L'enfoiré | 24/04/2016

La ressemblance n'est pas frappante, mais on a retrouvé le 3ème frère des Bogdanov

Écrit par : Bouillon de cultures | 25/04/2016

A lire, peut-être, "Trois amis en quête de sagesse"
Christophe, le psychiatre, Alexandre le philosophe chrétien et bouddhiste zen, ainsi que Matthieu, moine bouddhiste, scientifique de formation et traducteur du Dalaï Lama.

http://www.babelio.com/livres/Andre-Trois-amis-en-quete-de-sagesse/808702

Puis si cela ne suffit pas, peut-être rechercher les raisons du pourquoi dans les pouvoirs du cerveau
http://www.arte.tv/guide/fr/057414-002-A/les-pouvoirs-du-cerveau-1-2?vid=057414-002-A_SHOW_ARTEPLUS7_FR_fr

Écrit par : L'enfoiré | 26/04/2016

Yann Barthès quitte le Petit Journal et claque la porte de Canal Plus.
L'animateur de la chaîne qui avait été primé en 2009 comme meilleur talent, était connu pour son impertinence satirique.
Ses émissions quotidiennes attiraient 50.000 euros de recettes publicitaires.
D'autres horizons médiatiques l'attirent.
Laurent Ruquier, TF1 peut-être.
Les critiques désabusées, le management intrusif, clanique, omniprésente ne sont pas en odeur de sainteté quand les élections approchent.
La réduction des coûts de production demandée au passage, la volonté de retourner au crypté pour l'infotainement.
Les poils à gratter même bosseurs acharnés, se doivent de sortir de l'ombre. Mais pour cela il faut que tous le comprennent

http://www.lemonde.fr/televisions-radio/video/2016/05/10/le-depart-de-yann-barthes-confirme-que-le-clair-n-est-plus-la-priorite-de-canal_4916680_1655027.html

Écrit par : L'enfoiré | 10/05/2016

Le secret du bonheur des Danois

Les Danois sont officiellement les gens les plus heureux du monde, et le secret de leur bonheur résiderait dans la philosophie de vie « hygge ». L’hygge signifie profiter des petits plaisirs de la vie avec les êtres qui nous sont chers.
Dans un pays où les hivers sont longs, sombres et froids, cela signifie par exemple enfiler des chaussettes chaudes ou allumer un bon feu. Ce terme est souvent traduit par « confort », et les Danois savent certainement rendre leurs maisons chaleureuses et accueillantes, affirme Sinead Moriarty dans l’Irish Independent.
Mais l’hygge est détaché des choses matérielles, il signifie trouver calme et contentement en passant du temps avec sa famille et ses amis proches dans une atmosphère chaleureuse. Bien sûr, ce n’est pas une notion uniquement danoise. Mais ce qui est peut-être unique est la préoccupation des Danois à appliquer cette idée à tout.

Le consensus
Cela peut devenir quelque peu contraignant, commente Richard Orange dans The Observer. Malheur à qui commence à parler de politique – ou autre sujet controversé – et risque de ruiner l’ambiance hygge.
Et c’est bien là le problème, ajoute Michael Booth dans The Guardian. Hygge signifie toujours s’en tenir au consensus, et honnêtement, cela peut être un peu ennuyeux.
De plus, il y a d’autres raisons possibles du bonheur des Danois : ils sont riches, ils ne travaillent pas tant que ça, et ils prennent plus d’antidépresseurs que la plupart des autres pays. Pas sûr que l’hygge soit le secret de leur satisfaction.

Source: https://fr.express.live/2016/10/12/secret-bonheur-danois/

Écrit par : L'enfoiré | 15/10/2016

Les commentaires sont fermés.