Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2017

Aux Premières Loges maçonniques

0.jpgAprès les réflexions "Noir, jaune, blues" et les comparaisons d'idées, passons au sujet très controversé de la Franc-Maçonnerie.

Celle-ci tourne autour de rites, de symboles, d'initiations, de signes de reconnaissance quasiment codés et des culture du secret. 

Elle fait toujours fantasmer.

Elle fascine et rebute certains en même temps.

Alors pèse-t-elle vraiment, en Belgique ?

A-t-elle une influence ?

Sur qui ? Sur quoi ? A quel moment ?

A-t-elle encore du pouvoir, si tant est qu'elle en ait jamais réellement eu ? 

En une question aujourd'hui: A quoi sert-elle ?


La Franc-maçonnerie intervenait dans plusieurs articles en reculant dans le temps

1. "Les Lumières, un héritage en péril" ?  

Les "Frères" entre ombres et Lumières. L'essor fulgurant de la franc-maçonnerie accompagne et amplifie les élans du siècle des Lumières. Si elle s'affiche cosmopolite et philanthropique, elle n'est pas pour autant révolutionnaire. A l'époque des Lumières, la philosophie de la Grande Loge de Londres prend de la latitude avec les dogmes. Son cosmopolitisme se pratique entre amis choisis comme pères et frères dans une chaîne d'union chrétienne et une société de scientifiques, amants de la lumière mais libres de préjugés. Au 18ème siècles, les loges maçonniques et les élites intellectuelles s'échangent les idées critiques rationnelles avec une volonté réformatrice mais dans un monde où la femme, les domestiques et les Noirs ne sont pas admis.

 

2. "Le poids du secret"

... ce sont les paradoxes de "l'Art royal" au siècle des Lumières. Dès le début du 18ème siècle, l'idéal commun d'une République universelle et fraternelle se forme via des loges qui naissent successivement à Londres, Lisbonne, Madrid, Paris, Rotterdam, Florence, Hambourg, Dresde, Prague, Vienne, Saint-Petersbourg, Stockholm et Copenhague... Le succès considérable est porté par la théorie qui dit d'être tous unis autour du projet de rouvrir le chantier de Babel qui a subit la chute originelle comme sanction du Grand Architecte de l'Univers en réponse à la désunion des ouvriers et à la démesure de leur orgueil. Une profession de foi de cosmopolitisme doit présider aux travaux des ouvriers réunis au sein de la loge. Celle-ci, comme école de vertu, de la tolérance, de la tempérance, porte ainsi le choix de la communauté dans l'élection d'officiers, pris parmi des commerciaux, des banquiers, des diplomates, des artistes qui, en fait, sont les élites du siècle des Lumières. Pratiquement, cela passe par des réseaux de correspondances, de protocoles divers, entourés d'un véritable cérémonial.

Le secret ne fait pas partie du concept, puisqu'il essaye d'attirer le plus de monde possible. Ces loges sont même mentionnées dans les guides de voyages.

Une "Maçonnerie de société" est organisatrice d'une foule d'événements dans laquelle la population est conviée jusqu'à s'associer aux idées chrétiennes ou à être convié à dépasser ces mêmes idées.

La franc-maçonnerie de l'Ancien régime, du renouveau de l'humanisme, n'a plus rien à voir avec l'élite en transition vers le matérialisme et l'égoïsme d'aujourd'hui avec trois niveaux: l'apprenti, le compagnon et la maîtrise.

 

3. "Une Grand-place, théâtre baroque"

Le 18ème, le siècle des Lumières, est une période d'envol économique avec le soutien de l'esprit démocratique.

Les pénuries, les grèves et d'autres émeutes populaires sous Joseph II, despote éclairé, entend soumettre les trois loges maçonniques. Elles l'ont entravé.

La Belgique redevient la zone tampon entre la France et ses ennemis.

La République française anticléricale supprime les neuf départements belges de l'ancien régime. La ville réalise qu'elle est l'otage d'une culture qui n'est pas totalement la sienne.

 

4. "Le rêve américain vit encore"

Religions, sectes, francs-maçons confondus et la laïcité sont mise à l'épreuve comme le serait Satan.

Même le billet du dollar transmet le message.

La Scientologie est reconnue comme religion en proposant une "ascension spirituelle" par le biais d'étapes progressives et payantes.

Le Web devient une "technoliturgie paroissiale" qui n'hésite pas à utiliser les tweets comme propagande et le show comme s'ils venaient de l'au-delà, mais qui brasse des millions de dollars bien terrestres, eux.

La nouvelle Sion, nouvelle Jérusalem, Reagan ne le dément pas. Elle est reprise pour lancer les guerre en Irak et en Afghanistan.

La lutte contre le Mal devient "la" croisade moderne mais le créationnisme n'est pas interdit et agit sur les cerveaux en arrière plan.

 

5. "3000 ans d'énigmes égyptiennes

Les symboles de l'Egypte anciennes font partie des Loges maçonniques pour s'opposer aux symboles religieux.

Au cours de la Renaissance, des mouvements comme les "Rose-Croix" et des Francs-maçons réveillent 3000 ans d'histoire jusqu'à la fascination de ces symboles qui représentent tout ce qu'elles sont. 

Les "Pharaons" ont forgé leur légende à travers l'histoire, parfois en dictateurs, mais il est dit en responsables du passé et de l'avenir de leur peuple.

Les notaires de cette histoire ont été les scribes du règne sur Terre à l'instar du dieu Horus dans le ciel.

Dès leur intronisation, commence la construction de leur tombeau pour une vie dans l'au-delà éternelle.

Après leur mort terrestre, ils se transforment en Osiris, père d'Horus qui dans la légende osirienne, n'ont de cesse de le venger.

Les Pharaons rejoignent Rê, le dieu créateur solaire animateur du cosmos.

Les hommes trament des complots contre eux, se doivent de les châtier, poussés par la déesse Hathor. 

 

6. "Qui mène la danse?"

Les francs-maçons ne sont que l'un des danseurs en jouant dans la confidence comme des peuples des élus de l'Arche de Noé.

L'idée de "Groupe" est une conception élitiste, poussée dans ces derniers fondements de l'homme grégaire qui ne peut trouver par lui-même les solutions à ses problèmes.

En principe, rien de trop méchant, seulement un renversement des instincts à son propre usage, à sa propre idéologie.

 

7. "Réaction en chaînes contrôlées"

La flûte enchantée, c'est l'hymne franc-maçon des fils de la Lumière par excellence, mais c'est aussi le combat entre la nuit et la lumière en espérant la réconciliation ensuite.

Le texte symbolise une quête pour plus de justice et de paix, ce qui est aussi dans son domaine la mission l'AIEA, l'Agence Internationale de l’Énergie Atomique, qui s'est vue décerner d'ailleurs, le prix Nobel de la Paix.

Le livre de Philippe Lienard "Mais que font les francs-maçons en loges?" tente d'expliquer ceux-ci en opposant la foi et la science.

Elles se censurent l'une l'autre entre dogmatisme de l'un et du scientisme de l'autre.

Aujourd'hui, beaucoup d'obédiences nouvelles naissent et fleurissent encore partout.

Les Loges entre équerre et compas comme symbole, scannent les dérapages collatéraux édulcorés ou erronés.

Thérapie de groupe, rassemblement osmotique et transcendantal dans une fraternité constructive spirituelle et sociétal mais dans un rituel non dévoilé et dans une sagesse initiatique.

Le scoutisme est une école des francs-maçons.

Le chiffre "7", sa forme ésotérique.

 

Premières conclusions: Bien des choses ont été dites au sujet de la Franc-Maçonnerie qui elle ne se dévoile qu'avec parcimonie.

Donc, peut-être trop qui entraîne les fantasmes ou pas assez pour clarifier... 

 

Son histoire, la presse et Internet s'en emparent dans les interstices des secrets 

1.jpg2.jpg3.jpg4.jpg5.jpg

 France5 parle "des francs maçon et du pouvoir"

 

En 2014, la Libre-Belgique parlait de ses "Secrets, symboles et influence actuelle". 

Sous forme d'abécédaire de la Franc-Maçonnerie, un hors-série du Vif/L'Express y répondait.

Le secret, le scoutisme, les métaux, les musiciens, la lumière, la laïcité, la liberté, l'initiation, l'humanisme, les femmes, les écrivains, les États-Unis, le droit, le degré, la croix, Bruxelles, les artistes, l'acacia font partie de cet abécédaire dans l'ordre alphabétique inverse  pour des raisons diverses. 

Un Vif hebdomadaire sortait en parallèle, un autre dossier.

Jeudi dernier, dans son émission "Tout s'explique", RTL-TVI sortait "Aux premières Loges". 

0.jpg

0.jpg

Comment y entrer pour en faire partie d'une kyrielle de francs-maçons et d'experts?

Il est dit dans l'émission: "La Belgique compte un peu plus de 25.000 Francs-Maçons sous quatre loges et obédiences".

Les francs-maçons se réunissent pour améliorer le sort de l'humanité dans un laboratoire d'idées d'avant-garde en trava0.jpgillait sur soi-même. 

L'enseignement est leur principale méthode pour y arriver.

Le mystère et le secret qui l'entoure n'existe que pour préserver au mieux la liberté d'expression et pour éviter les interférences avec l'extérieur profane.

De la création de la Franc-Maçonnerie en 1717 en Ecosse à aujourd'hui, cela fait trois cents ans d'évolution avec des hommes et des femmes qui ont marqué l'histoire.

Les traces visibles de la Franc-Maçonnerie se retrouvent dans les rues de Bruxelles.

Un voyage fabuleux dans les temples les plus remarquables de Belgique, pour la retrouve.

Les visites du Petit-Sablon avec les 48 statues des corporations de métiers,  

0.jpg

0.jpgL'obélisque du Marché au Poisson transférée de la Place de Brouckère...0.jpg

La fresque Charles sur un côté de la Grand-Place

L'Université Libre de Bruxelles avec son fondateur Théodore Verhaegen

Parler de la Franc-maçonnerie, c'est constater qu'il y a différents ateliers de réflexions indépendants l'un de l'autre.

Le Grand-Orient en est le plus important.

Mais il y a d'autres Loges comme celle de l'espérance qui a été présidé par Guillaume d'Orange jusqu'en 1842.

Le 8 décembre dernier, la RTBF invitait le grand maître, Marc Menschaert, de la Loge du Grand Orient sur le plateau, dans un "Jeudi en prime" (cliquez sur l'image)

0.jpg

 

Marc Menschaert est le grand maître du Grand-Orient de Belgique. Il apparaissait déjà dans la vidéo de "Tout s'explique" 

C'est le premier responsable de la plus grande obédience maçonnique de Belgique : 11 000 membres et plus d'une centaine de loges composent le Grand-Orient.

- A quoi donc sert la maçonnerie ?, demande le journaliste 

- La franc-maçonnerie sert d’abord à l’amélioration du maçon.

- Bon, tout le monde n'est pas maçon... 

- Le but du franc-maçon, c’est de travailler sur lui-même pour travailler dans la société par un débat maçonnique enrichissant avec le point essentiel de la qualité du débat et de l’écoute.

- Dans quel but?

- Pour pouvoir évoluer, d’entendre des avis différents.

La vérité n’existe pas. Il faut toujours voir les choses de deux manières différentes via plusieurs approches.

Maçon depuis 26 ans et en 26 ans, j’ai changé.

Les maçons se réunissent chaque semaine et participent à des ateliers entre frères.  

- Comment devient-on maçon ?

- Deux méthodes : soit la cooptation, soit la candidature spontanée.

Il y a 4 cooptations pour une candidature spontanée.

- Mais les refus sont plus importants dans le deuxième cas de figure.

- Cela n'empêche pas la diversité dans la franc-maçonnerie : "nous sommes ouverts à toutes les classes de la population". 

- Quelle est votre position vis-à-vis de l'islam et de la laïcité?

- Des positions différentes, entre Franc-Maçons se sont faits entendre, il y a un an, sur la position à tenir face à l'Islam.

Denis Rousseau se proclamait "islamophobe" alors qu'Edouard Delruelle, de son côté, rejetait totalement l'idée qu'islamophobie et esprit maçonnique puisse co-exister.

- Comment se situe le Grand-Orient de Belgique sur cette question ?

- Comme grand maître, je parle en mon nom propre. Je pense qu’on doit faire très attention, surtout aujourd’hui, à propos de l’Islam.

Je constate qu’on raconte un peu n’importe quoi.

L’Islam est une religion de tolérance.

Il y a tous les musulmans que nous n’entendons pas et qui ne sont pas d’accord avec toutes les dérives.

Début 2016, un débat s'était invité à la Chambre sur la question : faut-il insérer la laïcité dans la Constitution ?

2.JPG- Faut-il parler de neutralité ? Comme pour l'avortement ou l'euthanasie, le débat sur la laïcité a-t-il, d'abord, démarré dans les loges ?

- Oui, ça a été débattu au Grand-Orient de Belgique. Mais il n’y a aucune instruction donnée aux maçons, ce sont des initiatives individuelles. Il y a peut-être des maçons qui ont une influence politique et qui viennent tester leurs idées. L’atelier est un laboratoire d’idées. On teste son idée, et l’idée peut évoluer. Si cette personne est un politique, et qu’il vient avec ce projet au Parlement, il le fait à titre individuel. La maçonnerie, c’est l’action de l’individu dans la société. Il n’y a aucune prise de position commune. Il n’y a pas de vote qui fait toutes les semaines, ou tous les mois. On peut donc réfléchir, ajuster, modifier une idée, avant de la porter sur la place publique avec les succès que l'on connait, en matières d'éthiques et au regret de certaines personnalités politiques.

 

Conclusions.

0.jpgLa boucle serait-elle bouclée sans chercher plus loin?

Non, je suis resté sur ma faim.

Les frères initiés semblent se complaire parmi les élus pour faire partie d'un vieux rêve ancestral.

Organisées en obédiences intra-muros.

Une obédience (du latin 'oboedientia', obéissance) désigne l'obé0.jpgissance due à un supérieur, et par extension l'appartenance à un groupe. Groupe qui s'accompagne un certain décorum et cérémonial avec différents degrés hiérarchiques.

Pour les autres, ce mouvement intellectuel reste une fascination qui ne se maintient que par l'intermédiaire du secret et les théories du complot avec du sel, du poivre et du sucre mélangés à la de la suspicion due à l'énigme...

Les questions ne manquent pas. 

Qui choisit les thèmes de discussions toutes les semaines lors de ces réunions que l'on appelle des "tenues"? 

Quel en sont les résultats pratiques qui s'en suivent dans la vie de tous les jours?

Qui et en fonction de quel critère décide-t-on de l'acceptation d'un candidat et de son élévation dans la hiérarchie du groupe? 

Aujourd'hui, ont-ils apporté des réponses aux problèmes d'opposition entre riches et pauvres, entre le haut et le bas de la société, entre les citadins et les campagnards, entre générations? 

C'est là, un rôle d'y répondre que je destinerais à une telle organisation philosophique. 

Quand on en arrive à parler de coups d'Etat dans le cadre de la démocratie en dehors de l'enceinte des rassemblements de discussions philosophiques en principe sans but lucratif, il y a urgence de sortir les résultats pratiques de ces discussions. 

0.jpgA Bruxelles, ce dimanche 30 AVRIL 2017, le Musée Belge de la Franc-Maçonnerie ouvre ses portes de 10h à 17h.

Il est dit que "cela correspond à une volonté d’ouverture de la part de leur association connue pour sa discrétion.

Par le biais de vitrines thématiques et didactiques et dans un souci d'information et d'incitation à la réflexion, cette ouverture rend la démarche maçonnique compréhensible par tous.

Le Musée situé dans un bâtiment néoclassique (Hôtel Dewez) présente des pièces: décors, bijoux, vaisselle, livres du 18ème siècle à nos jours.

Ils sont les témoins et les signes de mémoire qui illustrent l’évolution historique, le fonctionnement, les idées et les structures actuelles de la Franc-Maçonnerie".

J'y suis allé...0.jpg

Dès l'entrée, les préceptes sont bien mentionnés "Chercher la vérité à la lumière de nos consciences dans l'exercice harmonieux des droits et des devoirs, dans le plein amour de tous les êtres humains et dans l'acceptation courageuse de la vie sans vérités dictées. Symboliquement, la Franc-maçonnerie travaille à la construction du Temple par l'intérieur, la progression de l'individu et une meilleure connaissance de soi, par l'extérieur pour les progrès de l'Humanité au rendez-vous avec lui-même et la mort par le passage à l'initiation. La liberté est sa méthode et son fondement par le ciment de ses membres.".

0.jpgAujourd'hui, on ne peut pas parler vraiment de pouvoir, mais le savoir s'associe toujours au pouvoir d'une manière ou d'une autre.

Le Bruxellois confond toujours les verbes "pouvoir" et "savoir" au moment de lire un inscription trop lointaine, il vous répondra:

- Je ne sais pas lire...  

0.jpgDu libre examen, j'en ai connu les préceptes à l'Université Libre de Bruxelles.

La confrérie met ses préceptes en application dans ses cours universitaires.

Apolitique, solidaire ou égocentrique pour cause d'autocensure?

Des questions qui sont loin d'être anodines. 

 


Eriofne,

 

0.jpgMise à jour 12 mai 2017: Nouveau Hors-Série pour le 300ème anniversaire

Le film "Around the world in 80 Lodges" de Tristan Bourlard en est le départ.

"La loge est un aquarium fermé et plongé dans un océan".

Les francs-maçons sont partout... y compris sur la Lune ! Le 1er juillet 1969, Buzz Aldrin, le deuxième homme à y poser le pied après Neil Armstrong, a emporté dans ses bagages une bannière maçonnique. Surprenant ? Pas tant que ça

Née en Ecosse, aux confins des XVIIeet XVIIIesiècles, la maçonnerie spéculative va rayonner avec quelques notions simples : la tolérance, la fraternité, la raison. A une vitesse folle, elle se propage, se mondialise, en à peine une décennie.

Si la franc-maçonnerie passionne, son histoire est souvent ignorée du grand public et des maçons eux-mêmes. Faire connaître et comprendre la riche épopée de la maçonnerie est l'intention de ce hors-série. Tout, ici, est analysé : la véritable histoire des origines et sa part de mystère, les textes et les mythes fondateurs sur lesquels la maçonnerie s'est bâtie, le décryptage des rituels et des symboles, les légendes qui lui sont attachées, ses figures emblématiques, ses heures de gloire, ses heures sombres, la polémique de la mixité, les organisations actuelles. Car, en quelques décennies, la recherche historique sur la franc-maçonnerie s'est professionnalisée et des découvertes spectaculaires ont lieu partout. 

A l'instar des Eglises chrétiennes, qui le perçoivent et le combattent comme un redoutable concurrent, le mouvement maçonnique va connaître de nombreuses scissions et ramifications au cours de ses trois siècles d'histoire. Certaines loges resteront très attachées à la dimension spirituelle des origines, quand d'autres s'en détacheront pour insister davantage sur la dimension politique et sociale, d'où parfois l'image de lobby secret qui lui colle à la peau.

Il n'y a pas une maçonnerie, mais plusieurs. On notera que trois cents ans après sa naissance, et au-delà de ses divergences, de ses organisations, de ses effondrements et de ses renaissances, la confrérie est restée fidèle à ses valeurs fondamentales. C'est ce que disent les maçons quand on part à leur rencontre : tout aurait été écrit sur la franc-maçonnerie... sauf l'essentiel. L'essentiel dont personne ne parle jamais et qui est l'authentique but de la franc-maçonnerie : un ordre initiatique basé sur des mythes et des symboles, qui tend vers la connaissance de soi dans le but de donner un sens à la vie et oeuvre au perfectionnement moral de l'humain. De plus en plus de frères et soeurs témoignent d'ailleurs de leur volonté de revenir à ces valeurs universelles et intemporelles, surtout en cette période de montée des populismes, de flambée de racisme et d'intégrismes, de retrouver une espèce de virginité de départ, sans se mêler de politique.

Il y a aujourd'hui 4 millions de maçons dans le monde. Leur nombre progresse, particulièrement à l'Est, mais stagne partout ailleurs, et la moyenne d'âge ne cesse de s'élever. En France et en Belgique, ils apparaissent parfois comme un organisme en léthargie, aux valeurs "obscures", alors qu'ailleurs, la maçonnerie a su s'adapter. Ils sont menacés de ringardise et suspects par leur culte du secret. Ils sont obsolètes et ridicules par leur résistance à la mixité. Ils sont déconnectés des jeunes générations. Au point que la maçonnerie hypothèque son avenir. Ainsi, affirme Tristan Bourlard, réalisateur de Terra Masonica (lire page 6) "des loges risquent de disparaître en Belgique d'ici dix ans à quinze ans".

Sont cités: Dessguliers, Balsamo, Montesquieu, Casanova, Franklin, Goethe, Mirabeau, Voltaire, Mozart, Maistre, La Fayette, Washington...

Bruxelles capitale maçonnique. Entre 1830 et 1908, tous ses bourgmestres en faisaient partie: Anspach, Buls...

Victor Horta dans "Les Amis Philanthropes" et d'autres de 

Le Métropole, le Parlement présentent des symboles maçonniques.  

 

Commentaires

Ok ton article mais ou est ton avis là dedans ?
Puissants ou pas puissants ?
Qui en font partie ?
Les riches ou les cerveaux ?
Merveilleuse utopie ou un contrôle des pouvoirs ?

Pour moi c’est une société dans la société !
Il y a toute une hiérarchie hyper organisée.
Les petits ne prennent pas de décisions mais peuvent servir.
Ils sont actifs et influents dans tous les domaines .
Tous les secrets , rituels , codes ,gestuels pour se reconnaître ne servent qu’à augmenter leur « aura ».
La transparence signifierait d’office une perte du pouvoir.
Le mystère intrigue et fascine.
Mais ce qui me dérange c’est que quand on prône le savoir et « « la lumière « « c’est un peu paradoxal !

Écrit par : Léopdine | 01/05/2017

Répondre à ce commentaire

"Mon avis là dedans"
C'est très simple théoriquement et difficile pratiquement.
Le confrérie des Francs Maçons est un "Think tank" historique mais qui n'est pas le seul.
Mettons-nous à la place de l'un d'eux comme si on en faisait partie.
Mon enseignement à l'ULB m'a appris à m'y conformer par une théorie qui préconisait à l'arrivée d'hommes libres de penser sans contraintes religieuses, qui acceptent les dissidences d'opinions.
La charte du libre examen que l'on signait à l'ULB, oblige à une utilisation de son cerveau, d'accepter n'importe quelle opinion, n'importe quelle contradiction
Les sujets de discussions présentés lors des "tenues" des F-M, j'ai essayé d'en connaître les références, sans succès sinon avec des réponses évasives.
J'ai été assez critique comme je le disais à mon interlocuteur qui faisait partie d'une loge.
Etre modérateur, c'est être logique avec toi-même et le défendre avec des arguments en référence mais sans imposer à qui que ce soit une opinion.
Etre modérateur, je l'ai été et ai accepté ce qui était contraire à mes propres principes de vie, mais dès qu'ils passer en publication, je commentais et je revenais à moi.
Il y a plusieurs vérités face à une réalité brute et unique. Celle-ci est toujours interprétée en fonction de ses yeux, de ses expériences dans lesquelles transpirent une autobiographie cachée.
Un interlocuteur qui n'a pas cette philosophie de libre-examen et qui se présente d'une seule voix sans apporter de raisons, m'appellera toujours à résister et en finale à jeter l'éponge comme je l'ai écrit dans le 2ème article récent sur le printemps.
Un interlocuteur qui ne se contredit jamais malgré tous les arguments de la logique mais impose sa vision, est pour moi, un manque à gagner et une perte de temps puisqu'il n'a pas l'esprit d'un libre penseur.

"Puissants ou impuissants, ceux qui en font partie?"
Tout dépend de l'intelligence qui s'en dégage.
Tout le monde a un cerveau et un cœur pour l'abreuver en sang. Tous deux travaillent de concert.
Mais tout le monde n'a pas la curiosité de chercher comment cela marche par la logique en comparant la source, le but à atteindre dans l'aboutissement.
Je ne suis pas un humaniste béat.
L'homme a besoin de garde-fous.
L'art exprime et sublime par la symbolique et rejette artificiellement ses malheurs.
"1984" et les paroles prophétiques de George Orwell : "Dans notre monde, il n'y aura pas d'autres émotions que la peur, la rage, le triomphe et l'auto-humiliation. L'instinct sexuel sera éradiqué. Nous abolirons l'orgasme. Il n'y aura plus de loyauté exceptée la loyauté envers le parti mais il y aura toujours l'intoxication du pouvoir. Toujours à tout moment, il y aura l'excitation de la victoire, la sensation de piétiner l'ennemi sans défense.
Si vous voulez une image du futur, imaginez une botte piétinant pour toujours un visage humain.
La morale à tirer de cette dangereuse situation de cauchemar est simple: ne laissez pas cela se produire, cela dépend de vous !".

Même la démocratie n'est qu'une invention humaine qui n'apporte pas naturellement l'assurance de ne pas se tromper.
Chercher la fiabilité de celles-ci n'apporte même pas l'assurance.
Je suis bien plus près de la nature que de l'homme qui elle ne ment pas. Ce n'est pas de l'écologie politique qui me passionne mais ce que la nature apporte comme enseignement.
Dans la nature il y a la chaines des prédateurs de l'un vis-à-vis de l'autre.
Homo sapiens est présent depuis très peu de temps.
Il aura disparu et la nature de la Terre vivra encore sous d'autres formes de vie et peut être bien plus intelligentes.
Tout dépend de l'espace et du temps qu'on lui donne.
"Je pense donc je suis", disait quelqu'un.
"J'épanche donc j'essuie" répondait l'autre.

"Une société dans la société?"
Bien sûr. C'est exactement ce que sont les idéologies et les partis qui se sont crus comme les seules manière d'exister.
Alors, il y a les requins suivis par les rémoras qui ne prennent que les miettes du festin.
Le secret est une force et une faiblesse à la fois pour l'homme.
Il crée des frontières pour son propre confort, pour son individualisme.

Encore une fois, les théories humaines sont souvent dépassées par les pratiques.

Écrit par : L'enfoiré | 01/05/2017

Article passionant, car j' ai toujours été intrigué par cette histoire de franc maçonnerie !

Écrit par : bourgade | 04/05/2017

Répondre à ce commentaire

Nouveau Hors-Série pour le 300ème anniversaire
Le film "Around the world in 80 Lodges" de Tristan Bourlard en est le départ.
"La loge est un aquarium fermé et plongé dans un océan".
Les francs-maçons sont partout... y compris sur la Lune ! Le 1er juillet 1969, Buzz Aldrin, le deuxième homme à y poser le pied après Neil Armstrong, a emporté dans ses bagages une bannière maçonnique. Surprenant ? Pas tant que ça
Née en Ecosse, aux confins des XVIIeet XVIIIesiècles, la maçonnerie spéculative va rayonner avec quelques notions simples : la tolérance, la fraternité, la raison. A une vitesse folle, elle se propage, se mondialise, en à peine une décennie.
Si la franc-maçonnerie passionne, son histoire est souvent ignorée du grand public et des maçons eux-mêmes. Faire connaître et comprendre la riche épopée de la maçonnerie est l'intention de ce hors-série. Tout, ici, est analysé : la véritable histoire des origines et sa part de mystère, les textes et les mythes fondateurs sur lesquels la maçonnerie s'est bâtie, le décryptage des rituels et des symboles, les légendes qui lui sont attachées, ses figures emblématiques, ses heures de gloire, ses heures sombres, la polémique de la mixité, les organisations actuelles. Car, en quelques décennies, la recherche historique sur la franc-maçonnerie s'est professionnalisée et des découvertes spectaculaires ont lieu partout.
A l'instar des Eglises chrétiennes, qui le perçoivent et le combattent comme un redoutable concurrent, le mouvement maçonnique va connaître de nombreuses scissions et ramifications au cours de ses trois siècles d'histoire. Certaines loges resteront très attachées à la dimension spirituelle des origines, quand d'autres s'en détacheront pour insister davantage sur la dimension politique et sociale, d'où parfois l'image de lobby secret qui lui colle à la peau.
Il n'y a pas une maçonnerie, mais plusieurs. On notera que trois cents ans après sa naissance, et au-delà de ses divergences, de ses organisations, de ses effondrements et de ses renaissances, la confrérie est restée fidèle à ses valeurs fondamentales. C'est ce que disent les maçons quand on part à leur rencontre : tout aurait été écrit sur la franc-maçonnerie... sauf l'essentiel. L'essentiel dont personne ne parle jamais et qui est l'authentique but de la franc-maçonnerie : un ordre initiatique basé sur des mythes et des symboles, qui tend vers la connaissance de soi dans le but de donner un sens à la vie et oeuvre au perfectionnement moral de l'humain. De plus en plus de frères et soeurs témoignent d'ailleurs de leur volonté de revenir à ces valeurs universelles et intemporelles, surtout en cette période de montée des populismes, de flambée de racisme et d'intégrismes, de retrouver une espèce de virginité de départ, sans se mêler de politique.
Il y a aujourd'hui 4 millions de maçons dans le monde. Leur nombre progresse, particulièrement à l'Est, mais stagne partout ailleurs, et la moyenne d'âge ne cesse de s'élever. En France et en Belgique, ils apparaissent parfois comme un organisme en léthargie, aux valeurs "obscures", alors qu'ailleurs, la maçonnerie a su s'adapter. Ils sont menacés de ringardise et suspects par leur culte du secret. Ils sont obsolètes et ridicules par leur résistance à la mixité. Ils sont déconnectés des jeunes générations. Au point que la maçonnerie hypothèque son avenir. Ainsi, affirme Tristan Bourlard, réalisateur de Terra Masonica (lire page 6) "des loges risquent de disparaître en Belgique d'ici dix ans à quinze ans".

Sont cités: Dessguliers, Balsamo, Montesquieu, Casanova, Franklin, Goethe, Mirabeau, Voltaire, Mozart, Maistre, La Fayette, Washington...
Bruxelles capitale maçonnique. Entre 1830 et 1908, tous ses bourgmestres en faisaient partie: Anspach, Buls...
Victor Horta dans "Les Amis Philanthropes" et d'autres de
Le Métropole, le Parlement présentent des symboles maçonniques.

http://www.levif.be/actualite/magazine/300-ans-de-franc-maconnerie/article-normal-658045.html

Écrit par : L'enfoiré | 12/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire