Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2013

Une Grand-Place comme un théâtre baroque

Pour débuter nos promenades de vacances, pourquoi ne pas commencer par la Grand-Place de Bruxelles? Que dire à son sujet qui n'a pas encore été dit? Son histoire voit loin et vaut d'être approfondie pour en comprendre son déroulement. Ce 2 et 4 juillet, c'est la parade de l'Ommegang, une occasion de plus. 

0.jpg

"La Grand-Place, le plus beau théâtre du monde", comme disait Cocteau..

Moi, qui la connaît depuis toujours, je ne sais pourquoi la Grand-Place m'attire encore.

Est-ce l'ambiance, l'envie de m'apercevoir que les touristes y viennent de partout avec une certaine fierté? L'ambiance bon-enfant qu'on y trouve avec les jeunes étudiants qui y viennent chanter pour se faire entendre?

C'est chez moi, ma place, quoi... Et plus je regarde, plus j'ai envie de regarder...


La place, un rectangle parfait de 110 mètres de long sur 68 mètres de large, bordée de 31 maisons corporatives.  

En permanence, des guides se font suivre le bras levé avec le parapluie ou ce qu'il en reste, mais surmonté d'un signe distinctif. Dernièrement, des touristes chinois m'avaient intéressé par leurs mimiques, leur besoin d'apprendre un passé qu'ils ignoraient par leur guide.

Guide, je l'ai été moi-même, l'espace d'une matinée avec une famille de Suisses. Je me rappelle encore, j'avais dû me documenter, entre autres, au sujet de la Grand Place. 

Ce 22 juillet, je me trouvais sur la place, un Ivoirien, émerveillé, m'avait adressé la parole pour me questionner. C'était la première fois qu'il venait à Bruxelles.

Est-ce le Palais Royal? Me demanda-t-il en pointant du doigt, la Maison du Roi. Comme j'avais préparé ce billet, je lui ai donné toutes les informations encore fraîches en mémoire. J'avais rendu apparemment, cet Ivoirien, heureux d'être là.

Un jour, au même endroit, de jeunes étudiantes m'avaient demandé si je savais s'il y avait des symboles maçonniques sur les façades de la Grand-Place. Ma réponse fut "oui", sans chercher à les désigner. Avoir eu un premier roi, Léopold Ier, qui était franc-maçon, cela ne pouvait pas être une surprise. 

On dénombre sept entrées pour se rendre sur la place. La rue au Beurre et la rue de la Colline sont les principales rues qui déversent leurs flots incessants de touristes.

La Grand-Place a vu accueillir, avec chaleur, tous les grands de l'histoire comme visiteurs par la population bruxelloise dans un intérêt partagé.

 

Historique

0.jpg

Au départ de l'histoire, une éminence sablonneuse, un ancien banc de sable au milieu de marécages, entre deux ruisseaux, le Spiegelbeek et le Smaelbeek. Rien qui puisse prédisposer le terrain à devenir une capitale.

Mais qu'est-ce qui a pu attirer des marchands pour y tenir un marché vers 979, date qu'on attribue à la naissance de Bruxelles?

Charles de France, duc de Basse Lotharingie, qui vient se reposer en son château de l'île Saint-Géry de Bruocsella et qu'il a fait fortifier comme un nouveau castrum.

Il ne se doute pas qu'il vient de fonder une future capitale.

Les ducs de Brabant en font une étape marchande sur la route entre la Germanie et l'Angleterre. 

Dès le XIIème siècle, des échevins constituant la classe riche qui détenait le pouvoir législatif, font naître l'essor commercial et s'installent dans les rares maisons en pierres avec une tour d'Horloge à l'emplacement de l'Hôtel de ville.

En 1390, les gens du peuple se groupent en corporations dans des boutiques en bois.

Au XIème siècle, la place prend le nom de Nedermarkt (le "marché bas") en recevant les premières pierres sur un espace assez irrégulier, bordé de cabarets et de maisons particulières et protégée par un donjon carré, considéré comme une tour ducale avant de devenir un beffroi comme halle de boulangers et de bouchers. Un rappel de cette histoire par le nom de la rue Chair-et-Pain.   

Les premières rues ne deviennent pavées qu'au XIVème. 

En 1401, s'ouvre la première chambre rhétorique, la "Den Boek" (le Livre) qui a pour devise "Om beters wille" (pour vouloir mieux). Le but s'exercer à la déclamation, de cultiver la poésie et de mettre en scène "mistères", "esbattements" et autres facéties.

En 1421, l'activité bruxelloise est intense et très différente des campagnes.

Les métiers sont spécialisés. 49 corporations sont regroupées en 9 Nations avec chacune un Saint patron.

Les draps et les tapisseries deviennent les emblèmes de Bruxelles par leur finesse. 

Le 8 octobre 1430, Philippe le Bon fait sa "joyeuse entrée" à Bruxelles s'installe au Palais du Coudenberg.
Bruxelles devient la capitale des Etats bourguignons.
Les États du Brabant lui jurent fidélité en échange de concessions sur leurs privilèges et jurent de ne jamais engager de guerre contre la principauté de Liège ou contre l'Angleterre.
Aux dépens de Louvain, Bruxelles devient capitale du duché de Brabant, grâce à la qualité de son drap dont les cours de Navarre, de France et d'Aragon raffolent.
Les ducs de Bourgogne s'installent avec un noyau francophone qui investit la bourgeoisie commerçante qui fait sourire les Flamands avec "le pouvoir parler français". Charles le Téméraire jette son dévolu sur Malines. Marie de Bourgogne signe la charte du Grand Privilège en 1477.

0.jpgLe 5 janvier 1515, Charles Quint, presque âgé de 15 ans, est intronisé prince des Pays-Bas devant les états généraux réunis à Bruxelles. 

Né à Gand, il parle le flamand. 

La Grand-Place est prête pour l'accueillir et l'honorer une première fois comme "prince naturel".  

Dès 1530, Bruxelles devient une première fois, capitale de l'Europe puisque les institutions du "Conseil d'Etat" (conseil pour le politique), du Conseil privé ((le législatif) et du Conseil des finances (la fiscalité et les monnaies) y sont transférées, tandis que le "Grand Conseil" (justice) reste à Malines. 

Le 2 juillet 1549, c'est sa Joyeuse entrée dans la ville.

Elle sera fêtée tous les ans lors de la fête de l'Ommegang.

Bruxelles devient, ainsi, le centre politique et administratif de son empire "où le soleil ne se couche jamais" comme "une capitale européenne agréable à voir et à habiter". La noblesse obtient des postes clés. Ultra-catholique, la cité ouvre ses portes aux exilés de l'histoire.

Côté plus noir, Charles Quint crée l'Inquisition d'Etat et la terreur religieuse règne. Deux augustins réformés, Henri Voes et Jean Van Essen,  sont brûlés vifs.  

Quand, en son Palais de Coudenberg, il abdique, le 25 octobre 1555, son fils, Philippe II, perçu comme un étranger espagnol, prend le pouvoir et fait gronder la révolte des gueux contre la domination espagnole.

Le 5 juin 1568, envoyé par lui à Bruxelles, le duc d'Albe, tyran sanguinaire ou obéissance aveugle à Philippe II, fait décapiter les Comtes d'Hegmont et de Hornes, fidèles au roi d'Espagne, mais qui sont soupçonnés d'hérésie et de crime d'Etat.

0.jpgLe XVIIème siècle se caractérisent en confortant l'indépendance des Provinces-Unies avec à sa tête, l'archiduc Albert d'Autriche et l'infante Isabelle d'Espagne.

Une période de prospérité commence. Elle n'empêche pas les tribunaux d'exceptions pour hérésie et sodomie. Le médecin Van Helmont, du sculpteur Jerôme Duquesnoy, du philosophe René Descartes en font les frais...

En 1648, la Paix de Westphalie est signée.

0.jpg

En 1667, le États bruxellois votent la levée du gigot, l'impôt sur la bière. 

Fait cocasse, si ce n'était la même révolte que les bourgeois reprendront vingt ans plus tard. 

La même année, les troupes du marquis de Castel Rodrio, gouverneur de Bruxelles sont impuissantes face à la déferlante française.

Pour contrer l'invasion, les Provinces-Unies, l'Angleterre et la Suède s'allient contre la France dans une Triple Alliance.

Le 16 octobre 1673, le gouverneur de Bruxelles, Monterey, déclare la guerre à la France.    

Du 13 au 15 août 1695, le Maréchal de Villeroy, envoyé par Louis XIV, choisit de bombarder Bruxelles, pour faire un exemple et surtout, pour redorer son blason auprès du Roi.

De son quartier général à l'abbaye de Dielegem, 25 mortiers et 18 canons à boulets rouges détruisent 16 églises et 3.800 maisons de la ville, dont celles de la Grand-Place. Un gigantesque incendie s'en suivit. L'hôtel de ville et la Maisons du Roi sont touchés.

Mais la ville ne se rend pas, malgré l'affront.

0.jpgAprès le traumatisme, une fièvre de reconstruction réunit plusieurs centaines de milliers de florins.

L'inauguration des travaux aura lieu dès mars 1696.

En 1699, presque toutes les maisons sont reconstruites avec les maîtres d'oeuvre Gian Paolo Bombarda, Guillaume de BruynAntoine PastoranaJean Van Delen, Jean Cosyn...

Dès le XVIIIème siècle, les Pays-Bas deviennent autrichiens.

En 1718, les doyens des Neuf-Nations se soulèvent et refusent de voter des impôts et réclament le retour des privilèges.

Rebelle, François Anneessens est condamné à mort. Le français et le flamand sont déjà des langues concurrentes. 

Le 26 mars 1744, le prince de Lorraine entre à Bruxelles et les hostilités contre l'Angleterre et l'Autriche commencent.  

Assiégée, Bruxelles retombe.

En 1742, deux loges maçonniques "Union" et "Equité" s'ouvrent à Bruxelles.

Le 4 mai 1746, Louis XV y fait sont entrée.

Compter sur la Prusse et Frédéric II semble être la solution. 

0.jpg

Le XVIIIème, le siècle des Lumières, est une période d'envol économique avec le soutien de l'esprit démocratique. Les pénuries, les grèves et d'autres émeutes populaires sous Joseph II, despote éclairé, qui entend soumettre les trois loges maçonniques, vont l'entraver.

La Belgique redevient la zone tampon entre la France et ses ennemis.

La République française anticléricale supprime les neuf départements belges de l'ancien régime.

La ville réalise qu'elle est l'otage d'une culture qui n'est pas totalement la sienne.

En 1793, les Sans-culotte, iconoclastes, s'en prennent aux symboles des pouvoirs royaux et corporatifs..

Le 16 février 1798, Bonaparte entre dans Bruxelles. 

0.jpgAprès 1815, la maison d'Orange-Nasau est appelée à diriger la Belgique, comme nouvelle barrière contre la France.

Elle tente d'imposer la langue "Neerlande".

C'est l'échec, cela ne plaît pas à la partie méridionale et l'anarchisme se développe pour déteindre en volonté d'indépendance qui aboutira à la création de la royauté "Belgique" en 1830.

Une suite à un opéra patriotique, sans grande valeur artistique, joué à la Monnaie.

La ville arbore le français comme un label de prestige tandis que les Flamands, organisés en corporation, s'en insurgent par voie de presse.    

L'industrialisation rapide, les importations de matières premières et les exportations des productions concrétisent l'option libre-échangiste avec le modèle de la puissante Angleterre, alors que les milieux agraires restent favorables au protectionnisme.

Entre 1860 et 1870, Bruxelles s'embellit.

L'eau, le gaz, du rail à l'électricité et le voutement de la Senne insalubre font partie des améliorations...

0.jpgLa Belle époque a commencé pour la ville qui devient la capitale européenne de la science.     

En 1880, le Bourgmestre, Charles Buls, désire conserver l'éclat des maisons de la place et taxe leurs propriétaires en conséquence. L'idée de la valeur patrimoniale de la place prend, ainsi, son essor.
Les dernières invasions seront allemandes lors de deux guerres mondiales malgré la neutralité de la Belgique. 
Trop attiré par la grandiloquence du Palais de Justice, Hitler passera cinq fois à Bruxelles mais ne visitera jamais la Grand-Place.
 
En 1975, le millième anniversaire de la ville est fêté en grand pompe.
Depuis ces années-là, le néerlandais perd son image de langue de pauvres paysans pour être remplacé par celle parlée par le Flamand cossu.
Le bilinguisme s'est installé par la force de l'obligation de trouver un emploi.
 
Le 2 décembre 1998, la place s'inscrit au Patrimoine mondiale de l'UNESCO et des restaurations successives de l'Hotel de ville et de différentes façades sont entreprises. Elles se poursuivront jusqu'en 2016.
 
Visite des guildes de la Grand-Place
 
L'Hotel de Ville D'abord, l'aile gauche, entre 1402 et 1421, faisant le grand chambardement des expropriations d'une quinzaine de maisons.
En 1444, l'aile droite, dont Charles le Téméraire posa la première pierre et de la tour. Charles le Téméraire aimait Bruxelles et était, pour raison d'Etat, sans pitié pour Liège et Dinant.
Sous le patronage du l'architecte, Jan Van Ruysbroeck, l'aile droite de l'Hôtel de Ville fut construite plus courte, parce qu'il ne restait pas suffisamment de place pour la construire en équilibre en largeur. Contrairement à la légende, l'architecte ne se suicida donc pas pour n'avoir pas respecté l'équilibre des dimensions de sa construction. Il mourut, quarante ans plus tard, de vieillesse.
Sur le porche, les statues des saints patrons des Serments, milices qui étaient chargés de défendre la ville, avaient pris place, mais furent remplacés en 1850 lors d'une restauration.
Trois cents statues de personnages importants se partagent la façade (Charles Martel, Pépin Le Bref, Charlemagne, Philippe le Bel...). 
(L'Hotel de ville de Louvain (Leuven), plus petit, suit la même logique avec le même succès).  
Dans la cour intérieure, les statues de l'Escaut et de la Meuse. 

Martin Van Rode fit élever au sommet de la tour de 96 mètres, la girouette de Saint Michel terrassant le dragon en 1454. Girouette dorée de 4,5 mètres qui a été descendue sept fois, pour être restaurée dont la dernière fois en 1996.

Les autres maisons s'ornèrent suivant l'inspiration de la Renaissance italienne du XVIème derrière leurs fiers pignons rutilant d'or, avec leur bannières comme symboles de leurs privilèges. 

A droite, sous le chapiteau, les Moines buveurs et l'Empilement des chaises (skupstoel). A l'intérieur, le vestibule, la galerie des Souverains, la salle du Conseil. Une salle avec plafond qui montre l'assemblée des dieux. La vie de Clovis dans la salle Maximilien et les corporations bruxelloises, les statues des souverains qui règnèrent sur les Pays-Bas dans la salle Gothique.

Avec le dos à l'Hôtel de ville, en regardant de gauche à droite, on trouve successivement les maisons:

Le Renard, la Corporation des merciers (1382) avec le goupil doré, assis qui attend, en façade et saint Nicolas, au sommet de la maison.

Le Cornet, la maison des bateliers (1697) en forme de poupe de vaisseau sur l'un de ses pignons.

La Louve, la guilde des archers, protecteurs de la ville, constitués en milices, avec les statues de la Vérité, du Mensonge, de la Discorde et de la Paix. Les statues de Romulus et de Rémus en façade.

Le Sac, la maison des Ébénistes des Tonneliers (1444) avec un personnage qui tient un sac ouvert entre des vignes.

La Brouette, la maison des graissiers, sanctifiée par saint Gilles avec sa biche à ses côtés.

Le Roi d'Espagne, avec le buste de Charles II d'Espagne et deux esclaves enchaînés, devenu un grand café bien connu des étudiants et de leurs guindailles.

Avant la rue au Beurre...

Les maisons de l'Ane, de la Sainte-Barbe, du Chêne dédiée aux tisserands, du Petit Renard, du Paon, de l'Heaume sont de les toutes premières maisons de Bruxelles, petites. 

La Maison du Roi, la Broodhuis, édifiée comme Halle au pain sur ordre de le jeune roi des Espagnes, Charles Ier, futur Charles Quint. Le but, installer le percepteur des impôts impériaux pour payer les frais occasionnés par les guerres avec la FranceÉdifiée entre la rue Chair et Pain et la rue des Harengs. Elle est devenue un musée après sa reconstruction de 1873. Baudelaire y donna des conférences sans succès. Aujourd'hui, elle abrite les costumes de Manneken-Pis qui plus que le "Cortège de noce" de Pierre Breughel, attirent les touristes.  

Le quartier de maisons suivant a été restauré en 2012. 

0.jpgLa chambrette de l'Amman, l'Ammanskmerke, permettait au représentant du duc de Brabant de donner une meilleure vue pour assister à l'exécutions des sentences.

Le Pigeon, la Corporation des Peintres dès 1510. C'est Victor Hugo, exilé de France, qui en 1852, y trouva refuge et y écrivit son pamphlet "Le Petit Caporal".

La Chaloupe d'Or, maison des tailleurs, avec sur le fronton Saint Boniface, leur patron.

L'Ange, maison connue pour ses dentelles de Bruxelles.

La Maison Anne et Joseph occupée par les chocolats Godiva qui n'ont rien d'une légende.

Le Cerf, étroite avant la rue de la Colline.

La Maison des Ducs de Brabant, restauré en 1990; présente une rangée de bustes brabançons. Ensemble de sept maisons corporatives: la Bourse, La Colline, le Pot d'Etain, le Moulin à vent, la Fortune, l'Ermitage et la Renommée

Le Mont Thabor aux 3 Couleurs.

La maison de la Rose.

0.jpgL'Arbre d'Or qui a changé plusieurs fois de nom et de fonction. Elle est la maison des Brasseurs, mais qui a appartenu successivement aux tanneurs, aux tapissiers et aux cervoisiers, ce qui explique ses caves et son musée de la Brasserie.  Restaurée en 2010, Charles de Lorraine, lui qui a été l'instigateur du style "Grand Siècle", a retrouvé l'or de ses débuts à son sommet. 

La maison du Cygnemaison des bouchers en 1720. Lieu de divertissements, tour à tour cabaret, académie de musique et théâtre, elle devient un restaurant de prestige. Elle a été habitée par Karl Marx en 1845 et a vu la fondation du Parti Ouvrier Belge, le 15 avril 1885.

La maison de l'Etoile, la plus petite maison, reconstruite en 1895 sur une colonnade pour faciliter le passage, détient sous son arche, le monument à Everard 't Serclaes qui chassa les troupes du Comte de Flandre en 1256, ce qui ne l'empêcha pas d'être assassiné et de tomber sous les coups du Sire de Gaasbeek. Il est devenu porte-bonheur pour les passants qui le caressent. Ce qui, à la longue, a envoyé le monument en restauration depuis un certain temps.

Pas de tapis de fleur, cette année. Il a lieu toutes les années paires et le dernier, ce fut en 2012

0.jpgL'Ommegang, j'en ai parlé l'année passée. Elle a lieu, cette année, aujourd'hui ce 2 et le 4 juillet. Pas question de trouver la moindre place. Cette année, Jacques Weber a pris le rôle du personnage "Heraut", avec Bert Kruisman et Jo Lemaire comme première entrée sur la scène de l'Ommegang. L'année passée, c'était le chroniqueur, Stephane Bern qui jouait au commentateur.0.jpg

Conclusions ou constatations

La semaine dernière, Eric Zemmour était de passage à Bruxelles, interviewé à l'occasion de la sortie de son livre "Le bûcher des vaniteux 2". (Interview au complet)

L'interview se termine par: 

-La vanité est-elle un mal typiquement français?

-Oui. Quand on a été si grand et qu’on ne l’est plus, il ne nous reste que la vanité du passé qu’on a eu. En plus, c’est un mal qui a été aggravé par notre système de cour. À partir du XVIe siècle, on a imité les cours italiennes, en le faisant en grand, et on a développé la vanité. Défaut encore accru aujourd’hui parce qu’il n’y a plus la puissance qui existait auparavant. C’est tout ce qu’il nous reste, la vanité.

- Et en même temps, il y a un gros courant en France de "France bashing"…

- Absolument. Et, je ne dis pas France bashing, je dis haine de soi. Mais c’est un courant qui date. Déjà au XVIIIe siècle, Voltaire tape sur la France en permanence, mais ça a pris des proportions énormes depuis la défaite de 1940 et surtout à partir des années 70. Toutes les élites bien-pensantes passent leur temps à vomir la France. Si on les écoute, on a du retard sur tout. Le fond de tout ça a pris corps au XIXe avec la domination de l’Angleterre, c’est "ah qu’est-ce que c’est dommage que la France soit un pays catholique et non pas protestant", on aurait été un pays de commerçants et non pas d’agriculteurs. Après, ça a été "qu’est-ce que ça aurait été bien si on avait été Américains". D’où l’introduction du modèle multiculturaliste alors qu’on avait à mon sens, avec le modèle assimilationniste, le meilleur modèle d’intégration des étrangers au monde, et je pèse mes mots. On a abandonné tout ça pour un mythe anglo-saxon. Après, on a voulu être Suédois, maintenant on veut être Allemand car "ils font tout mieux que nous".

0.jpg- En Belgique, le mariage gay est passé comme une couque. Est-ce que ça vous interpelle?

- Les Belges n’ont peut-être pas la culture du débat idéologique qu’on a en France. Et cette histoire de mariage homosexuel n’est effectivement pas une question qui concerne beaucoup de monde, mais une question idéologique majeure. Je pense que les Belges n’ont pas ce goût des querelles purement théoriques. Ce n’est ni une qualité, ni un défaut à mes yeux, c’est comme ça. J’aime les querelles idéologiques et je pense qu’elles sont importantes car ce sont les idées qui font avancer le monde. Donc, en clair, les Belges sont passés à côté du sujet.

Avec quelques mots, il a compris ce qui nous différencie, Belges et Français. La France est un pays d'agriculteurs, plus tourné vers la terre que vers la mer. Tout ce qui est anglo-saxon est antagoniste pour un Français. 

Bruxelles s'est souvent laissée envahir avec une sorte d'enthousiasmes intéressés. Entrer dans les bonnes grâces de ses envahisseurs avec l'intention de faire des affaires avec eux a généré une tradition d'hospitalité peut-être forcée. L'Ommegang, fêtée tous les ans, n'en est qu'une preuve historique. Tant que la ville profitait de cette collusion, elle n'y voyait aucun inconvénient. Quand les régents exagéraient la ponction des taxes, la révolte finissait par gronder. Le Bruxellois est frondeur, rebelle mais surtout un marchand bourgeois et opportuniste à ses heures. 

Tellement de visiteurs étrangers se sont installés à Bruxelles, temporairement ou à demeure, que la ville est devenue la capitale du commerce libre-échangiste, tounée vers la mer pour les importations et les exportations via Anvers-Antwerpen. Les noms des autres rues qui jouxtent la Grand-Place démontrent l'option marchande: rue des Harengs, du Marché-au-Charbon, du Marché-aux-Herbes...

La ville est devenue la reine de l'assimilationnisme, du multiculturalisme, du cosmopolitisme et n'a pas eu la culture du débat idéologique que revandique Eric Zemmour. Ce qui, aujourd'hui, oblige à s'exprimer, parfois, bien plus qu'en globish pour se sortir de situations inextricables interculturelles dans des affaires relatives au commerce.

L'épisode du bombardement de Villeroy n'a pas été un phénomène banal. Il a été une terrible leçon pour Bruxelles. Se sentant vulnérable sans pouvoir lever une armée, la ville a appris à louvoyer, à composer avec ses ennemis. Profile bas, elle faisait seulement appel à des résistants ou des mercenaires quand ceux-ci la rançonnaient. 

Rien d'anormal à ce qu'en 1831, Léopold 1er débarque d'Angleterre et reçoive une "standing ovation" par la population belge et bruxelloise pour devenir le premier roi de la Belgique indépendante.

Ce fut un espoir de faire table rase des invasions du troisième type même s'il transitait par l'Angleterre.

Bruxelles n'a jamais eu la vanité et le chauvinisme qui dépasse parfois l'entendement d'un Français qui, sans le savoir, ne peut le reconnaître.

L'esprit bruxellois se distingue par un côté très libéral avec une couche zinneke (batarde) qui s'exprime lors de la Zinneke Parade (prochaine en mai 2014). 

Dans les années 1970, on parlait de la Grand-Place comme du plus beau parking de voitures du monde. Etre envahi de voitures quand c'était commode, même si ce n'était pas très esthétique, le Bruxellois n'y voyait pas de drame en la demeure. Aujourd'hui, les voitures n'y sont admises que pour la célébration des mariages du samedi, ce qui ajoute une attraction à la place avec les voitures aux mètres. Weekends pendant lesquels, les vendeurs d'oiseaux venaient vendre leur volière. Remplacés par des vendeurs de plantes et de fleurs, aujourd'hui.

0.jpgC'est peut-être le moment de ressortir un article du journaliste français Quatermer. 

"Bruxelles, une ville sale", comme il le disait... 

Non, peut-être... 

Je ne vais pas aller par quatre chemins et j'avoue que c'est exactement ce que j'ai dit à mes hôtes suisses dont je parlais au début de l'article, en préambule à leur visite. Difficile de faire autrement dans une ville qui véhicule toutes les cultures.

"Une ville qui ne sait pas, suffisamment, mettre son patrimoine en valeur", ajoutais-je, immédiatement après. Il suffit d'aller voir une ville comme Barcelone qui a les mêmes objectifs de représentation de l'art nouveau, pour reconnaitre les différences d'approche.

Une ville pour laquelle il faut lever les yeux sur ses façades et non pas de les laisser rivés au sol pour ne pas glisser.

Le Guardian remettait le couvert, en disant que la Gare Centrale était une gare hideuse. Oeuvre de Horta, elle cache beaucoup de passages souterrains qui valent bien plus qu'un coup général.

La ville n'est pas, uniquement, une Grand-Place.

Se prendre au sérieux avec cela, c'est quoi ça, une fois?

Alors, une question me vient à l'esprit: un Bruxellois, pourrait-il vivre dans une ville trop aseptisée dans laquelle tout est "clean" et "soft"? Je n'en suis sûr.

Qu'entend-on par Bruxellois, d'ailleurs?

Le Bruxellois, s'il a besoin d'être étonné et, qu'entre deux visites, que tout ait changé ou presque, il a dû le constater sans pouvoir donner son avis. Avec une ville est en travaux perpétuels, le voilà comblé, si pas saturé.

La bruxellisation l'avait déjà beaucoup entamée en vue de l'Expo 58. Elle n'est pas terminée.  Elle s'est seulement réveillée à vouloir devenir une "métropole" quitte à risquer de perdre son âme en perdant les dimensions humaines d'une ville.

Ce n'est plus le temps où Bruxelles brusselait. Ok. "Au suivant" comme chantait le Grand Jacques, à condition qu'il reste maître du choix de ce "suivant".0.jpg

Etre patriote, chez nous, c'est quoi? Je me la suis posée. Une question, très personnelle, en définitive.

Le "Bruxelles, je t'aime", un peu trop PS, était-il dit. Il faut s'y faire, tout n'est que politique par un des bouts.

La visite est terminée...

N'oubliez pas le guide, dirait-on dans ce cas...

Cette visite historico-touristique, une fin en soi? Pas du tout. Les hommes passent, les bâtiments et les pierres restent comme patrimoine ou non.

Beaucoup de mystères demeurent encore, sur la présence de certaines statues et décorations qui ornent la Grand-Place, ce qui fait que des légendes circulent.

Il y a les fêtes pour rappeler tout cela.

Beaucoup de livres et de photos touristiques sur Bruxelles, moins sur la Grand-Place.

En annexe quelques photos qui suivent l'ordre de la visite, ou celles de l'Ommegang de 2011.


 

L'enfoiré,

 

Citations:

  • « Une place pour les rêves Mais les rêves à leur place. », Robert Desnos 
  • « Une tête sans mémoire est une place sans garnison.  », Napoléon Bonaparte 

Source: "Sociologie de la Bruxellitude" de Louise-Marie Libert 

 

0.jpgMes sources: Entre autres, le "Guide "Belgique" de la Renaissance du livre, le GEO n°86 d'avril 1986.

 

Mise à jour 15 août 2013: Du 14 au 18 août Floralie sur la Grand-Place. Quelques photos sont ici

 

Je m'en voudrais de ne pas citer ce nouveau livre au sujet de la "Grand-Place", le plus documenté que je connaisse (son site). Je n'ai pas 35.000 clichés, mais j'en ai quelques centaines tout de même.

Je me réserve le livre comme cadeau d'anniversaire...

0.jpg

 

0.jpg

 

 



 

 

0.jpg

0.jpg

Commentaires

J'ai parcouru le livre d'Eric Zemmour et des points précis clairvoyants m'ont interpellé.
La présidence de l'UE est honorifique sans légitimité démocratique.
Elle ne préside rien, elle organise et arrange les bidons pour communiquer au mieux avec le sourire, les échecs des réunions.
Elle tance les pays de réformer en les mettant à l'amende s'ils ne le font pas.
Idéaliser la vie ensemble alors que tous les pays sont à des niveaux différents avec le nivellement par le bas, le plus souvent.
Une manière de mettre la charrette avant les boeufs puisque l'éducation et la formation ne s'harmonisent pas.
Islam contre islamisme.
"Je n'aime pas les femmes, je suis tout contre" disait Sacha Guitry.
Amalgame des partis. Fusion des idéologies.
Mondialisme naïf alors que seuls les intérêts sont en arrière-plan.
Querelle linguistique entre Flamands et Français qui cache l'essentiel: l'immigration.
Talleyrand a inventé la Belgique.
Ingrédients: Argent, pouvoir et sexe

Écrit par : L'enfoiré | 01/07/2013

Tom Wolfe avait écrit aussi une autre version de "Le bûcher des vaniteux" des années 2010.
Il a sorti un bestseller "Bloody Miami"
Miami serait la seule ville d'Amérique où une population étrangère a établi une domination en l'espace d'une génération: les Cubains.

Écrit par : L'enfoiré | 01/07/2013

Mais qui pourrait être Francophobe?
Une question à ne jamais se poser... Francophile, oui.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/les-franciphobes-137890

Écrit par : L'enfoiré | 01/07/2013

La copie en résine du monument à la mémoire d’Everard ’t Serclaes est de retour sur la Grand Place de Bruxelles. Victime d’un acte de vandalisme en mai dernier, elle avait dû être enlevée pour être restaurée. La Ville de Bruxelles avait placé une copie en résine à l’endroit même de la sculpture originale, en janvier 2012. La statue originale, sculptée dans le métal en 1902, devait en effet être restaurée et avait été enlevée en octobre 2011.

http://portfolio.lesoir.be/main.php?g2_itemId=839675

Écrit par : Sapanhine | 12/07/2013

Un 14 Juillet moules-frites-vin rouge

Dimanche, les Français de Bruxelles célébreront leur fête nationale. Dans la capitale, ils représentent la première communauté étrangère. Une ville qu’ils aiment souvent plus que Paris.

http://jn.lesoir.be/#/article/61908

Écrit par : L'enfoiré | 14/07/2013

L'expo "Bazaar Belgïe" est à voir
Claude Blondeel a rassemblé ses oeuvres d'art préférées.
James Ensor, Félicien Rops, Permeke...

http://www.opt.be/informations/evenements_bruxelles__bazaar_belgie__100_meilleures_oeuvres_d___art_belge_selon_claude_blondeel/fr/E/62614.html

Écrit par : L'enfoiré | 15/07/2013

On parle du livre ce jour à la Première

Ce jeudi dans Face aux livres,"Toute la lumière sur... la Grand Place de Bruxelle", de Lillo Chiarenza, Valérie Paelinck et Philippe Denis aux Ed. Queen II + "Guide Bruxelles-Pentagone" de Roel JACOBS, CFC éditions.

La Grand Place de Bruxelles va vivre comme chaque année la plantation du Meiboom, l’arbre de la liberté. L’occasion de revisiter ce joyau national et les quartiers historiques de Bruxelles …

http://www.rtbf.be/lapremiere/emissions_face-aux-livres?emissionId=5169

Écrit par : L'enfoiré | 08/08/2013

Folklore: Le Meyboom est planté.
http://portfolio.lesoir.be/v/regions/bruxelles/2013-08-09/9791817_PhoDoc1__MG_8242_jpg_0MR9TJJR.JPG.html

Écrit par : L'enfoiré | 10/08/2013

Pour compléter l'article, le folklore.
C'était ce dimanche matin
https://plus.google.com/photos/104191234223077588730/albums/5893739924161950113/5926409806242939618?banner=pwa&pid=5926409806242939618&oid=104191234223077588730

Écrit par : L'enfoiré | 23/09/2013

C’est quoi être Bruxellois? Les réponses des partis francophones

La N-VA veut faire cogérer Bruxelles par la Flandre et la Wallonie, imposer aux Bruxellois de choisir leur camp. Inacceptable, avons-nous écrit, ce mardi. Ce mercredi, les ténors politiques francophones ont également donné leur avis.

Vincent De Wolf : la N-VA propose « un marché de dupe »
C’est quoi être Bruxellois ? « Etre Bruxellois en 2013, c’est pour moi, être conscient d’être citoyen d’une région qui a pris son devenir en main et qui est à l’aube de recevoir des compétences majeures. C’est aussi être vigilant contre la volonté de certains de voir disparaître Bruxelles qui a son histoire, son identité et son avenir ».
Que pensez-vous de l’idée de devoir choisir votre « système » social sur une base communautaire ?« Un tel choix est un marché de dupe à rejeter de la manière la plus ferme. La sécurité sociale est le ciment de notre pays et de la solidarité entre les citoyens des différentes régions ».

Didier Gosuin : « Etre Bruxellois, c’est avoir le droit d’influer sur l’avenir de la Région »
C’est quoi être Bruxellois ? « Pour moi être Bruxellois, c’est vivre à Bruxelles et avoir le droit, comme citoyen, d’influer sur l’avenir de la Région ».
Que pensez-vous de l’idée de devoir choisir votre « système » social sur une base communautaire ? « Choisir son système social selon son appartenance communautaire, c’est accepter des droits différents sur un même territoire ce qui est la définition même de l’apartheid ».

Céline Frémault : « Il ne faut pas de sous-citoyenneté à Bruxelles »
C’est quoi être Bruxellois ?« C’est avant toute une belle opportunité : celle de vivre dans une Région capitale d’un Etat fédéral mature, de l’Europe, dynamique et multiculturelle offrant de belles perspectives mais c’est aussi un défi pour ceux qui connaissent une situation plus difficile sur le plan personnel, économique ou social. Notre rôle politique : booster nos atouts et accompagner ceux qui sont en difficulté ».
Que pensez-vous de l’idée de devoir choisir votre « système » social sur une base communautaire ?« Ce n’est pas envisageable et c’est d’ailleurs contraire aux positions défendues par le CDH lors des dernières négociations institutionnelles. Il ne faut pas de sous-citoyenneté à Bruxelles mais encore plus de liens humains entre nos différentes communautés ».

Rachid Madrane : « Bruxelles, un trait d’union entre les deux autres Régions »
C’est quoi être Bruxellois ?« Pour moi, être Bruxellois, c’est être citoyen d’une Région à part entière, une Région ouverte sur le monde. Une Région profondément multiculturelle et multilingue où chacun peut vivre sa diversité dans le respect des convictions et de la langue de chacun. C’est être citoyen d’une région qui est le trait d’union entre les deux autres Régions du pays.
Que pensez-vous de l’idée de devoir choisir votre « système » social sur une base communautaire ?« Choisir son système social selon la langue ou son appartenance communautaire, c’est accepter les sous-nationalités. C’est accepter aussi une forme de ségrégation qui assigne une identité figée à des individus. En ce qui me concerne, il est hors de question d’obliger les Bruxellois à choisir leur système social sur base communautaire ! »

Evelyne Huytebroeck : « Ne pas ériger des frontières sociales entre Bruxellois »
C’est quoi être Bruxellois ? « C’est être une citoyenne urbaine, ouverte aux diversités, désireuse d’une ville durable où mes enfants pourront continuer à vivre en ayant une qualité de vie. Ceci dans une capitale tolérante, ouverte, verte et qui bouge ».
Que pensez-vous de l’idée de devoir choisir votre « système » social sur une base communautaire ? « C’est briser une nécessaire solidarité bruxelloise, c’est creuser des différences, c’est obliger des choix, c’est complexifier les choses et risquer de ralentir les procédures. C’est ériger des frontières sociales entre Bruxellois ».

http://www.lesoir.be/355527/article/debats/chats/2013-11-06/c-est-quoi-etre-bruxellois-reponses-des-partis-francophones

Écrit par : L'enfoiré | 06/11/2013

Le paradoxe bruxellois ( http://www.lecho.be/debats/edito/Le_paradoxe_bruxellois.9429964-622.art ) Martine Maelskaelck)

Quel paradoxe: Bruxelles, la ville dont le nom est devenu le symbole de l'Union européenne à travers le monde, s'enfonce dans un marasme sans précédent, sous les yeux assez indifférents des deux autres régions.

Il y a quelques mois, les responsables bruxellois se sont dits émus et choqués par les commentaires du journaliste français Jean Quatremer qui, dans un article intitulé "Bruxelles, pas belle", énumérait les maux qui frappent notre capitale. Il était pourtant difficile de lui donner tort. Certes, la démographie galopante et la paupérisation des habitants qui en est la conséquence peuvent être considérées comme échappant à tout contrôle. Mais la saleté, l'abandon de certains quartiers, le manque de projets urbanistiques ambitieux, la mobilité désastreuse... ne sont en revanche pas "la faute à pas de chance".
Courtisée par l'Europe, par l'Etat fédéral et par la Flandre, Bruxelles est pourtant une région mal aimée. Ses habitants les plus riches s'éloignent de son centre et les navetteurs attirés par ses administrations et ses quartiers généraux d'entreprises ne sont pas prêts à sauter le pas de venir y habiter –ni d'y dépenser leur argent. Bruxelles a longtemps été la laissée pour compte des réformes de l'Etat, et quand on s'aperçoit (avec effroi?) de la situation inextricable dans laquelle la place son statut de capitale pauvre, les remèdes apportés sont toujours des emplâtres sur une jambe de bois.
Va-t-on laisser Bruxelles s'enfoncer encore longtemps, en oubliant qu'il y va de la réputation de notre pays tout entier, dont la ville, qu'on le veuille ou non, est la vitrine à l'international? Les institutions bruxelloises sont coûteuses et complexes, d'autant qu'elles sont doublées de 19 administrations communales. Elles vont le revenir encore davantage avec la dernière réforme de l'Etat. Ne serait-il pas temps d'envisager, courageusement et sérieusement, de mettre un peu de rationalité dans cet enchevêtrement de compétences? Et tant pis si c'est (un peu) l'idée de la N-VA. Ce n'est pas à elle de régler les problèmes de Bruxelles. C'est aux Bruxellois, y compris les néophytes en la matière, de reprendre leur destin en mains.

Écrit par : L'enfoiré | 13/11/2013

Photos de la ville la nuit
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152005909254571&set=a.129597634570.102421.730004570&type=1&theater

Écrit par : L'enfoiré | 17/11/2013

Restaurations de la Grand Place en images
http://portfolio.lesoir.be/main.php?g2_itemId=896285

Écrit par : L'enfoiré | 08/05/2014

Comme une habitude éternelle, un rite, revoilà la procession de l'Ommegang qui va défiler dans les rues de Bruxelles avant la représentation sur la Grand-Place ce 1er et 3 juillet.

Le Paris-Match belge en parlait.
Comme disait Wikipedia "L'Ommegang est le nom qui a été donné à une opération de la coopération militaire belge avec la 5e Brigade mécanisée sur Stanleyville en 1964. C'est le colonel belge Vandewalle qui est à l'origine de cette appellation. La colonne qu'il dirigeait était composée de forces variées tant du point de vue technique que par leurs origines nationales (mercenaires, troupes régulières, instructeurs belges). Il dit alors « J'ai l'impression de commander l'Ommegang »".
Depuis le nouveau Roi Philippe, d'autres fournisseurs de la Cour ont été nommés et y participent. Le chocolatier Leonidas en fait désormais partie avec la bière Charles Quint.
Bruxelloises depuis 100 ans, les pralines Leonidas sont représentées dans 56 pays dans le monde. Culture et patrimoine associées, donc, et elles se sont associées à l'Ommegang.
L'Ommegang en chiffres est impressionnante avec ses 1400 participants dont 150 appartiennent à la noblesse. 1800 costumes, 47 groupes folkloriques, 300 drapeaux, 3 fanfares, 48 chevaux prêtés par la gendarmerie, des faucons, des chiens, 8 géants dont celui de Saint-Georges qui fait 4,5 mètres de haut et 120 kilos portés sur les épaules d'un seul homme. Un cortège qui s'étire sur 2 kilomètres avec la moitié des figurants.
Trois mois de préparation et de répétitions avant le spectacle.
Après Jean-Pierre Castaldi, Stephane Bern et Jacques Weber, voici Francis Huster qui est l'invité d'honneur et a été nommé héraut pour l'occasion.

Écrit par : L'enfoiré | 30/06/2014

L’enfoiré

Il se passe toujours quelque chose à Bruxelles
Quel bonheur de vivre dans cette ville qui aime tant faire la fête

Écrit par : C’est Nabum | 01/07/2014

Les nobles figurants de l'Ommegang

http://www.rtbf.be/video/detail_jt-19h30?id=2028181
(23:40-27:00)
Emannuel Schmitt est le nouveau narrateur

Écrit par : L'enfoiré | 04/07/2015

Les commentaires sont fermés.