Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2017

Des machines pour changer de vie?

0.jpgDernièrement, L'Echo invitait ses lecteurs à la rencontre des pionniers belges qui préparent notre futur.

Les chercheurs ne cessent d’"augmenter" l’être humain, d’améliorer ses performances, de prévenir ses maladies et, partant de là, de dépasser les limites liées à sa propre nature.

Ayant fait partie de ce qu'on appelle aujourd'hui, le "numérique" pendant des années du temps où cela s'appelait encore "informatique", j'ai "pondu" quelques billets parfois critiques sur se blog, qui en donnaient des côtés parfois positifs et parfois négatifs.

Si Descartes avait tout faux en disant que le corps est né divin et donc parfait, dans la bagarre que se livre l'évolution, certains points du monde du vivant ont progressé et d'autres régressé en arrivant au stade de l'homme.

Fan de nouveautés de la technologie dans le passé, j'observais l'évolution du numérique en pointant parfois des pertes de fonctionnalités qui existaient dans une version précédente d'un logiciel mais qui avaient disparues dans une nouvelle.

Pas de triomphalismes, donc.

Un hold-up de la Raison?

Oui et non...


1. La machine dote d’un second cerveau

Vigo Universal - HoloLens

HoloLens est un casque sans fil dispose d’un ordinateur intégré et de verres transparents qui laissent voir l’environnement autour de soi.

Il apporte une passerelle entre le monde réel et le monde virtuel pour interagir entre eux dans un nouveau dialogue entre l’homme et la machine pour passer à des réalités dites "alternatives".

L'interaction idéale conçue comme un prolongation de son comportement et que l'on ne remarquerait pas serait idéale à atteindre.

Abolir les distances en interagissant sur un objet virtuel dans deux endroits différents par codes prédéfinis: un pincement entre le pouce et l’index pour ouvrir ou fermer une fenêtre, deux doigts collés pour déplacer un élément et des commandes vocales pour compléter la palette d’interactions.

L’apprentissage par cœur va disparaître et laisser place à l’interaction directe avec la machine sous la forme de procédures accélérées pour rendre l’apprentissage par l’expérience tout au long de la vie.

Lors de ses sept années d’études, un médecin n’étudie que 66% de la matière dont il a besoin pour exercer.

A la fin de son cycle, 30% des connaissances acquises sont dépassées.

Aux États-Unis, on l’exploite pour soigner le syndrome de stress post-traumatique affectant les vétérans de guerre ou pour former le personnel soignant.

La réalité augmentée fait partie des technologies émergentes qui permettent de répondre à l'autoformation.

Le danger: risques d'évasion de données personnelles et convoitées.

 

 

2. La machine surveille votre état de fatigue

Les lunettes de la spinoff Phasya via des algorithmes  surveillent en permanence les mouvements des yeux des conducteurs qui les portent et détectent l’endormissement du conducteur de voitures.

La vitesse de fermeture des paupières, scrutée 120 fois par seconde donne des signes de fatigue apparaissent et le système donne l’alerte.

Cela fonctionne sur base d’une caméra unique, via un miroir chaud placée sur le tableau de bord qui réfléchit le rayonnement infrarouge.

La voiture, de plus en plus intelligente et de plus en plus autonome, surveille l’état de son pilote et devrait inopinément reprendre le contrôle de la machine…

Le danger: trop d'alertes non justifiées par la réalité du terrain.

 
 

 

 

3. La machine voit à l’intérieur du corps

0.jpgLe robot d’imagerie en temps réel Zeego permet d'augmenter la précision chirurgicale en voyant l’intérieur du corps comme pour le travail sur la colonne, à quelques millimètres de la moelle épinière avec le risque d’opérer la mauvaise vertèbre, par exemple…

Il fat tourner un système de radiographie fluoroscopique tout autour du patient durant l’intervention en permettant de voir son ossature, mais aussi ses organes internes.

Le robot mémorise la position exacte à laquelle l’image a été prise ainsi que tous les paramètres.

L’intégration du robot «imageur» (qui voit où est le patient) et du robot «effecteur» (qui tient le bistouri) est aussi au cœur de la recherche.

En combinant l’imagerie en temps réel et un robot qui guide la main du médecin, on arrivera à corriger les mouvements naturels du patient en cours d’opération. 

Le danger: la dépendance et ne plus pouvoir s'en passer et perdre en créativité et en réactivité 

 

 

4. La machine travaille aux côtés des ouvriers

Le "cobot" collaboratif, « Baby Geert », programmé pour réaliser automatiquement une tâche répétitive, devient un engin semi-intelligent qui interagit par le geste et la lumière avec les ouvriers!

Il n’est pas isolé des ouvriers par une cage de verre ou de métal mais interagit et communique avec le personnel humain de l’usine.

Il est l’enfant naturel du programme de recherche "ClaXon".

C’est quasi un collègue qui encolle des pièces diverses, soudées sur la caisse d’une voiture comme un cyclope muni de divers capteurs qui communique avec les ouvriers, sourit, fait la grimace, vire au rouge en cas de problème. Le personnel communique avec lui par gestes.

« Contrairement à l’ouvrier, le robot applique exactement la bonne dose de colle sur chaque pièce et au millimètre près »

Le danger: la tendance à menacer l'emploi des ouvriers

 

 

 

 
 5. La machine observe le regard

En un clic, des algorithmes sont capables de déterminer ce qui attire le regard d’un être humain.

Derrière les formes et les volumes des appareils de domotique se cachent de nombreuses études et analyses réalisées intégralement sur ordinateur. 
En une fraction de seconde, elles permettent de déterminer si une machine est bien pensée telle quelle ou si des modifications doivent y être apportées.

La spin-off Ittention travaille sur l’«attention computationnelle», à savoir l’analyse automatisée des processus de l’attention visuelle par un ordinateur.

L’algorithme qu’elle développe, permet de savoir ce qui tape dans l’œil d’un utilisateur lorsqu’il est confronté à un support visuel sans analyser directement son regard.

Le danger: La vie privée et les robots qui prendraient des initiatives et des décisions qui ne s'expliquent pas.


 

 

6. La machine transporte dans un monde virtuel
0.jpgLa caméra de Skemmi détecte les gestes, les sons et les couleurs par interaction du spectateur dans un monde virtuel où il devient acteur du message.

L’expérience qu’il vit par le jeu, génère des effets psychologiques et sociaux mesurables comme puissant outil de communication en utilisant ses mains ou sa voix.

Cette plateforme développée par Lionel Lawson, dédié au traitement du signal, permet de créer des expériences de sensibilisation dans le domaine de la publicité interactive, de réaliser des campagnes dans les cinémas.

L’une d’entre elles consiste à sensibiliser les enfants aux dons d’organes à travers un jeu interactif collaboratif.

De la suggestion à la persuasion, il n’y a qu’un petit pas…

Cette réalité augmentée transforme le spectateur en acteur du message.

Le danger: Pas assez protégé, qu'il entrerait dans de mauvaises mains et deviendrait un outil de persuasion et de propagande.

 

 

7. La machine détecte le dérèglement des organes
A l’aide de toutes sortes de capteurs,  le Dr. Chris Van Hoof espère bientôt parvenir à éradiquer le stress, la dépression, l’alcoolisme, le tabagisme ou l’épilepsie par une véritable révolution qui s’accélère de jour en jour.
Casque conçu par l'ImecImaginez, un appareil est capable de prédire les situations stressantes sur la base des rendez-vous, de recommander en temps réel d’aller marcher quelques minutes au moment où vous êtes sur le point de craquer à cause d'un important projet.

Un appareil similaire à une montre, un autre sous forme d’un patch apposé sur le torse mesurent en temps réel les différents paramètres liés au stress et permettraient d'éradiquer les burnouts.

L’Institut de micro-électronique et composants (IMEC)  travaille aussi sur des lentilles de contact mesurant l’insuline chez les diabétiques, sur des ceintures de sécurité capables de détecter un problème de santé inopiné sur la route, sur des pulls intelligents permettant un suivi des paramètres vitaux de malades de longue durée… ou sur les «ingestibles», pilules avalées en vue de mesurer différents paramètres.

Le danger: Le manque de confidentialité et de sécurité

 

8. La machine simplifie la vie
Quimesis fabrique des robots industriels dans un vrai mouchoir de poche à Mont-Saint-Guibert.

Des robots utiles qui ont pour objectif de rendre le travail physique moins pénible ou moins dangereux.

Des robots qui n’ont pas vocation à remplacer l’homme mais à l’accompagner pour le rendre plus efficient.

La start-up wallonne Quimesis construit des robots pour aider l’homme dans sa besogne en réduisant sa charge de travail.
"La machine ne va pas remplacer l’homme, elle n’est qu’un moyen de lui faciliter la vie", estime François Baudart, co-fondateur de Quimesis.

Fondée sur les bases d’un club de robotique de l’UCL, la société regroupe une brochette d’experts en robotique et mécatronique, spécialisée dans la production de robots industriels, d'appareils intelligents et les objets connectés.

Parmi ses collaborations ou réalisations, on compte des tondeuses à gazon, Lylo, un routeur intelligent qui rend le WiFi et la domotique de la maison facile à utiliser ou encore un robot laveur de panneaux solaires.

La robotique est un marché peu concurrentiel en Belgique.

Pour favoriser l’innovation, Quimesis a également créé la Quimbox, un contrôleur universel de robots avec le rêve que tous les projets en robotique deviennent réalité.

Le danger: La mort de l'emploi ou sa transformation fondamentale

 

 

9. La machine s’implante dans le cerveau

Auparavant, un ordinateur remplissait toute une pièce. Ensuite, nous avons pu l’installer sur la table de la cuisine, puis sur nos genoux, et enfin dans la poche de notre pantalon.

Prochaine étape: l’intérieur de notre corps.

Notre smartphone pourrait communiquer avec notre cerveau avec la partie audio, reliée à l'ouïe et les informations visuelles, reliée à la vue.

"Nous le voyons déjà dans l’évolution des écouteurs qui deviennent de véritables prothèses auditives."

Jan Rabaey appelle l’homme moderne "Homo Technologicus, l’inévitable enchevêtrement entre l’homme et la technologie".

Et, par absorption, il voit la création d'un "internet humain" où les capteurs implantés dans notre corps nous permettront d’élargir nos connaissances et nos capacités.

Elon Musk vient d’annoncer la création d’une nouvelle société, Neuralink, dont l’objectif sera de relier notre cerveau à des composants électroniques afin d’en augmenter les capacités.

Science-fiction?

Le danger: L'éthique et l'équilibre à respecter.


 

 

10. La machine s’inspire du corps pour l’aider

Le corps humain est une machine formidablement complexe tout en ayant des déficiences que des prothèses motorisées et des exosquelettes doivent pallier de manière intelligente… comme les fictions de Robotcop et de Terminator.

Reproduire fidèlement le mouvement humain et créer l’interaction entre l’homme et la machine par les recherches mécatroniques s’inspirent directement de la biologie.

Les recherche de Louvain Bionics portent sur la reproduction virtuelle du travail des muscles humains dans le cerveau du robot.

Le moteur simule l’action du muscle par un processus de transfert d’énergie entre les différentes articulations pour doter la prothèse d’une autonomie performante par des méthodes de communication non-intrusives et par un décodage de l’information via des capteurs sur la peau.

Mais cette technologie a évidemment un coût de développement important.

Le prix d’acquisition et de recherche est donc un des freins importants de l’accès du plus grand nombre à cette technologie. 

Le danger: Comment arrêter l'homme augmenté dans le domaine militaire et... dans le domaine sportif?

 

 

Conclusions: Si ce n'est pas merveilleux de s'inspirer de la machine...

Elle fait tout pour nous.

Et bien, non... pas vraiment... si pour certains c'est le cas.

Le numérique fait plus encore dans une vision et fait moins dans une autre.

L'article "Presque humain" parlait, il y a deux ans, des avancées en intelligence artificielle.

Nous étions à l'époque d'Obama.

0.jpgAujourd'hui, c'est Donald Trump qui a pris les commandes et c'est le monde entier que ce changement a touché si celui-ci ne réagit pas sans lui...

Bien sûr, notre monde actuel essaye de rassembler les idées par l'intermédiaire des réseaux sociaux.

Mark Zuckerberg vient de recevoir un diplôme "Honoris causa" à l'université de Harvard, devient officiellement docteur en droit et l'a annoncé tout fier à sa mère.

Un discours lui a permis d'exprimer son passé et sa vision du futur : « Trouver votre but n’est pas suffisant ! Le défi pour notre génération est de créer un monde où chacun d’entre nous réalise un projet qui a un sens. Aucune idée ne dispose du pouvoir de changer le monde sans avoir explicité la finalité avec optimisme et persuasion pour les autres ».

On aurait une larme à l’œil pour moins que cela.

Patron de Facebook, il a rêver transformer automatiquement les pensées pour les publier sur son réseau social. Rien que cela...

Un fantasme est loin de faire partir de mon pragmatisme.

Comprendre comment fonctionne le cerveau, reste déjà une énigme dans les grandes mesures.

Commander une machine par télépathie en plus pour qu'elle puisse comprendre des tâches complexes, c'est tomber dans les affres de l'abîme.

L'homme qui souffre d'un handicap physique, peut à force d'entraînement, de persévérance et de concentration, réussir à faire bouger timidement le fauteuil roulant que lequel il est installé par des ordres simples, mais sans plus. 

Le reste relève de la magie et du spiritisme.

Les interfaces actuels entre l'homme et la machine sont performants et ergonomiques, pour ne pas devoir passer à un niveau supérieur pour perdre en discrétion. 

Pour rappel, une entreprise commerciale comme Facebook, n'a pas comme priorité, le bien commun.

Prendre de bonnes décisions, c'est au niveau politique et dans l'imagination saine et proactive des buts à atteindre du même gabarit que cela commence et pas dans des rêves chimériques.

Zuckerberg a été un déclencheur d'un processus dont il ne soupçonnait pas l'impact au départ.

Alors la créativité a bon dos. Facebook a plus été créé comme un œuf de Colomb.

 

Face bouc pour les nuls


Non, je ne suis pas là pour cracher dans la soupe Facebook.
Mais, Facebook n'est pas un truc en plumes.
 
0.jpgIl y a une autre soupe dans laquelle les États-Unis sont tombés.
C'est Internet dans son ensemble qui est dans la voie dévoyée  dans laquelle Donald Trump avec ses tweets est plongé.
La décision qu'il a prise de sortir des accords de la COP21 de Paris en dehors des idées des scientifiques, des entreprises de demain et des véritables créatifs, va changer, pour un temps, la prise en charge du monde par d'autres nations.
Donald n'est plus le leader du monde de demain à cause de son autisme face à l'évolution.
Macron prend une option pour un autre leadership européen.
 
Le numérique est détesté par une partie de population, mais il est écologique dans son contexte de faire plus avec moins de moyens.

En 2008, j'écrivais "L'éconologie, rêve ou réalité?".1.jpg

Un article qui tentait de rassembler les bénéfices de l'économie et de l'écologie.

La version 2.0 dans laquelle les technologies se retrouvent, pourrait passer au 3.0 en leur associant des fonctionnalités plus essentielles de réduction des "overheads" comme actions superflues qui se présentent souvent en parallèle à ces évolutions stratégiques des technologies.

Oui, on utilise beaucoup l'anglais dans cet environnement tandis que beaucoup d'anciens se réfugient dans la foi des enseignements du passé et des valeurs associées d'un autre temps.

La réponse à ce noble sentiment: "Il n'y a pas de valeur en soi. Une valeur n'a aucune objectivité, universalité ou idéalité. Elle dépend du point de vue de celui qui l'exprime".

Dans le numérique ou ce qu'on appelait anciennement l'informatique, Il y a des réussites que l'on présente et référence et des échecs que naturellement l'on tait.

Ce qui veut dire comme dans toutes comptabilités, qu'iil faut en faire une balance en pertes et profits et mettre en relation ce qui est budgété et ce qui est réalisé.

Ce billet "Comment raté sa transformation digitale" explique que pour arriver à une réussite, il faut de bons paramètres, de véritables créatifs qui fassent la jonction entre l'activité d'origine d'une entreprise avec celle qui serait demandée par la digitalisation pour que les collaborateurs en ressentent une valeur ajoutée et complémentaire, une utilité personnelle et pas un frein à la vie.

Mon ancien billet "J'ai honte" n'était qu'un leurre de ma part.

Acte de contribution mais pas acte de contrition.

Les développeurs ont été et le sont peut-être encore, les vrais gagnants de l'économie du numérique.

Si je répands quelques mises en forme et en garde avec un humour qui peut paraître sarcastique, il n'en demeure pas moins que qui n'avance pas, recule irrémédiablement dans notre monde qui change.

La bonne évolution sociétale serait de perfectionner les méthodes de l'éducation pour en comprendre les nouvelles obligations.

Le numérique y aide déjà. Il pourrait aller plus loin.

Comment rester dans le coup face aux nouveaux humanoïdes qui arriveront sur le marché?

  • en repensant les manières de consommation par des énergies renouvelables
  • en réduisant au maximum la mobilité inutile et le coût de production,
  • en ajustant la production de nourriture en fonction de ce concept tout en restant de qualité.

0.jpgC'est aussi ça, l'écologie.

Cela impose d'apprendre tout au long de la vie pour se mettre à jour et s'adapter aux progrès qui n'ont jamais été aussi rapides. 

L'intelligence artificielle date de 60 ans mais ce sont ces dernières années qu'elle a pris un impact importante sur la vie de tous les jours.

Les objets connectés, l'ère du Web en sont les catalyseurs, la vitesse de calcul des processeurs qui doivent traiter images et vidéos.

Le Sunway Tailhulight chinois atteint 93 millions de milliards d'opérations par seconde. La puce Google passera à la vitesse 13 fois supérieure de la GPU.

Les jeunes sont déjà au stade 2.0 en suivant la suivant alors que les évaluations PISA ne se sont pas encore adapté et donne des notes en baisses par rapport au passé.

Leur intelligence naturelle a été supplantée par l'intelligence artificiel d'une manière ou d'une autre.

Le document de l’Écho commençait par des réflexions très terre à terre du professeur d'informatique à l'ULB, Hugues Bersini. 0.jpg

Il disait que les "répercussions pour l'emploi sont un leurre et que les robots ne vont pas prendre nos jobs et ces technologies pour être mise en place, cela va générer de l'emploi à tous les nouveaux".

C'est vrai et c'est faux à la fois.

Tout dépend de quels jobs dont on parle.

Ce sont entre autres les jobs de comptables, laborantins, de traducteurs et marketeurs que Stephan Amarsy cite comme à disparaître dans son livre "Mon directeur marketing sera un algorithme".

Le vaisseau Soyouz de Thomas Pesquet a quitté l'ISS pour revenir sur Terre.

Une nouvelle preuve que les États-Unis ne sont plus totalement à la pointe du progrès et que l'Europe peut prendre la relève.

0.jpgCe n'est plus dans les couches manuelles mais très ... intellectuelles que cela se passera. 

Combien de fois n'ai-je pas entendu lors de review de fin d'année, le boss de service lancer: "We wouldn't be here without you. You have created the momentum that has brought us to where we are today".

C'est exact. Nous devons assumer cette responsabilité et celle du système en entier quand elle est profitable à tous et pas à certains d'entre nous.

Non, un machine numérique ne sert pas uniquement à écrire des tweets.

Nietsche disait "L'homme de l'avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue".

La résultante serait que plus on se souvient du passé, mieux on peut prévoir l'avenir.

1.jpgQu'arrivera-t-il si demain Mr Cobot remportera toute la mise sur Mr Cowboy et qu'il l'enverra se rhabiller en disant "reviens quand tu seras habilité pour me parler?".

Le Cowboy n'aura pas totalement compris les implications que Cobot voulait dire.

Hier, vendredi, revenant de Paris, Alex Vizorek rappelait des vérités adaptées à la situation de la semaine:podcast
Jeudi sortait sur la chaine RTL le film de Walt Disney  "TRON: l'héritage".

Ce n'était pas un chef d’œuvre en la matière mais qui faisait réfléchir. (Le synopsis).

Quelques phrases prises au hasard dans les dialogues sont caractéristiques.

  • - Qu'est-ce qu'on va rajouter à la nouvelle version 11 de notre logiciel?
  • - Un 12 sur la boîte, comme réponse
  • - Il n'a pas de disque d'identification, c'est donc un vagabond. Il doit être envoyé à la dissolution.
  • - Le concepteur est tyrannique
  • - D'accord, mais le numérique à l'anatomie humaine pour une société idéale avec le paradoxe de l'obsession de la perfection.

 


C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité qu'une technologie veut envelopper notre existence et se substituer à notre esprit.

Les technologies autour du jeu permettent d'évaluer l'évolution de la machine puisque le jeu demande de l'imagination.

Nouvelle défaite par le jeune maître, KeJie, au jeu de Go après une autre raclée contre AlphaGo de DeepMind Google, c'est dire que le numérique a toutes les cartes binaires dans ses circuits.
 
0.jpgQue le Trends Tendance parle de l'intelligence artificielle passe encore, mais que le S&V Junior parle de "La révolution Internet qui a changé nos vies et ce n'est qu'un début" à ses jeunes lecteurs, démontre qu'un ver pourrait se trouver dans la pomme si on n'y prend garde.

Les développements technologiques ne sont encore qu'à l'orée d'une forêt qui s'élargit exponentiellement. 1.jpg

La philosophie du numérique apporte une occasion de se remettre en concurrence avec la machine avant qu'elle nous étouffe.

Elle apporte les outils qu'il faudra manipuler au mieux mais elle ne cherche pas à apporter le bonheur pour autant.

Ces outils, petits ou grands sont devenus de véritables "usines à gaz" à travers lesquelles tout peut transiter.

Si elle impose des comportements trop 'standards' pour nous faciliter la vie mais en contournant nos capacités de choix et en s'adressant à nos affects par réflexes, il faudra prendre le recul nécessaire par l'esprit critique et l'organisation de l'information non commerciale.

"Va-t-on vers une société automatique peuplée d'hommes automatiques", comme le dit le philosophe Mark Hunyadi.

Oui, si les dérapages sont importants et que les bénéfices ne compensent pas les pertes de fonctionnalités dans la suite des versions.

Une société qui ne se contenterait que d'automatismes serait condamnée à périr par implosion sur elle-même. 

Koen De Leus dans son livre "L'économie digitale est une économie de gagnants" écrit "Les jeunes doivent se concentrer sur ce qu'un robot ne saura jamais faire. C'est l'entreprise proposant le meilleur produit parmi les GAFAM (Google, Apple, Facebook,Amazon, Microsoft), les géants du Web, qui décroche la plus grosse part du gâteau. Les autres se partagent les miettes.

La pensée critique et innovante, l'économie de l'intelligence et de la créativité. La concurrence arrive d'où on ne l'attend pas. Le job à vie, c'est fini".

Les actions Amazon sont en hausse et dépassent toutes les autres industries en pesant bientôt 1000 milliards de $: podcast.

La créativité, le mot est lancé.

Que contient-elle comme processus qu'elle soit dans la nature par l'évolution des êtres vivants ou artificielle par l'intelligence humaine d'un programme?

  • L'intuition d'un nouveau problème, d'un manque dans un environnement donné à un moment donné.
  • La recherche de solutions différentes pour y répondre et y trouver une compensation à ce manque par l'imagination
  • La détermination d'un but à atteindre qui en principe, représente la solution idéale
  • La fixation des paramètres et de leurs limites
  • La structuration en arbres et des itérations successives
  • Les déductions sur les gains du futur
  • Les extrapolations qui peuvent s'envisager dans les versions suivantes
  • La réalisation en suivant les règles prédéfinies
  • Les tests
  • Le retour à la case départ quand il y a erreurs, insuccès ou quand le processus est obsolète
0.jpgParfois, les développements semblent faire partie du domaine des gadgets sans véritable impact direct, mais, parfois, ces mêmes gadgets auront une influence non négligeable sur le temps et l'espace.

Parfois encore, les projets morts nés sont abandonnés. Ce qu'on appellera "chaînon manquant" dans l'évolution.

Le pragmatisme est plus une attitude philosophique qu'un ensemble de dogmes. « Pragmatisme » vient du grec pragma (le résultat de la praxis, l'action en grec) ce qui atteste du souci d'être proche du concret, du particulier, de l'action et opposé aux idées considérées comme abstraites et vagues de l'intellectualisme.

Tout cela pour dire qu'être préparé pour ne pas être largué en chemin, est vital pour continuer à se marrer en connaissance de cause.

L'ordi reste toujours un facteur d'exclusion pour une partie de la population.

La vidéo qui suit a été tournée le 18 mars 2016 au Théâtre Joliette-Minoterie à Marseille

pour Le Cabaret de la dernière chance

me parait la plus adaptée à la situation

par son humour

 

Eriofne,

 

Le passage du Moyen âge à l'écologie

par une vidéo que vous verrez si vous cliquez

sur l'image ci-dessous et qui

a été créée de manière automatique par Google

à partir de quelques photos...

0.jpg

 

 

Commentaires

Merci pour cette réflexion très intéressante mais non suivie de décision(s) et d'action(s), ce qui en réduit l'utilité.
0,000000000...1, ce n'est pas zéro et 99,9999999....9, ce n'est pas cent. Cela doit expliquer les erreurs dans les diagnostics humains, encore mais dans une moindre mesure dans les diagnostics des machines.
Dans notre société d'humains, on vit et puis, un jour, on meurt faisant place au(x) suivant(x) qui meur(en)t également.
Dans un monde de machines, elles disparaissent également quand on n'en a plus besoin ou qu'une autre plus performante apparaît. Le "à la casse" est moins rapide, il me semble.
Le cancer serait dû à des cellules qui ne veulent pas mourir alors que c'est leur tour de mourir ...
Autre chose, notre sécurité sociale est financée par les taxes sur le travail des hommes (actifs). Y a-t-il vraiment une taxe sur le travail des machines ? Donne-t-on un préavis aux machines ?

Écrit par : Yllliw | 04/06/2017

Répondre à ce commentaire

Merci aussi pour ce commentaire qui pose une question existentielle "A quoi sert-on?"
Y a-t-il une action à attendre, un rendement aux choses?
Alors j'ai cherché des philosophes pour y répondre et j'ai trouve Dominique Lestel, un philosophe qui travaille depuis vingt ans sur les intoxications conjointes de l’humain et du non-humain.

A quoi sert l'homme ?
L’humanisme occidental a favorisé non seulement une coupure entre l’homme et la nature, mais il s’est construit sur une véritable haine vis-à-vis d’elle qui finit par s’appliquer à l’humain lui-même dans le rêve de le remplacer par des machines. Le post-humanisme contemporain réalise l’humanisme dans toute sa splendeur – ou plutôt dans son désastre : il achève le fantasme mortifère de l’autonomie de l’humain par rapport au monde.
Nombreux sont les écrivains et les philosophes à avoir mis en garde contre les techniques ; mais ils l’ont fait sur un registre moral, alors que l’enjeu est écologique et spirituel. Il faut assumer l’idée que l’homme et la nature sont ontologiquement consubstantiels. À quoi sert l’humain ? À tenir sa place dans le monde.
Alternant les analyses philosophiques et les dialogues avec un penseur chinois atypique, cet essai profond, polémique et jubilatoire décloisonne l’héritage philosophique occidental en faisant appel à un animisme dont nous avons grand besoin aujourd’hui pour réapprendre à vivre dans ce monde.
http://www.fayard.fr/quoi-sert-lhomme-9782213693927

Ce matin, j'étais au Cinquantenaire où deux événements avaient lieu et s'entrechoquaient (je dois en faire encore une petite vidéo prévue pour demain).
1. Un recul au Moyen Age organisé tous les ans pour tenter de montrer comment on vivait à cette époque
2. La fête de l'environnement et de l'écologie.
Au cours de celle-ci, je suis resté très longtemps à écouter un étudiant qui parlait de l'apiculture et des abeilles.
Un très jeune garçon était à côté de moi et il avait enregistré tout ce qui se disait et répondait aux questions de manière intuitive.
Je posais aussi quelques questions amusantes au sujet de la vie des abeilles: comment les ouvrières élisaient une reine abeille ou comment la reine faisait sa propagande pour rester la maitresse de la ruche.
Suffirait-il uniquement de gelée royale ?
Sommes-nous tellement différents avec nos neurones que l'évolution nous a accordés?
Les abeilles ouvrières ne vivent qu'un bon 40 jours environ.
Il faut empêcher la reine de partir et de créer une autre colonie ailleurs alors on la séquestre.
Quand quelqu'un veut se débarrasser d'un essaim d'abeilles gênant, cela se fait à un moment précis dans la journée pour ne pas décimer ou éparpiller les efforts de la ruche en formation.
Encore une fois, temps et espace se confondent et donnent une réponse commune existentielle.
Le mot travail, il faudra s'habituer à l'éliminer de son vocabulaire d'humain.
L'homme n'a pas été créer pour travailler dans le sens original du mot. Il est là pour utiliser sa boîte crânienne.
Mais ce sera une révolution et plus une évolution puisque le temps s'est rétréci anormalement avec le numérique.

Écrit par : L'enfoiré | 04/06/2017

ARTE: Au coeur des robots

Nous sommes à la veille d’une révolution, celle des humanoïdes. Ces robots à visage humain sont de plus en plus performants : ils marchent, voient, entendent, parlent... Ils nous ressemblent comme deux gouttes d’eau, sont prêts à entrer dans nos vies, nos maisons, et sont même capables de nous en apprendre sur notre propre condition. Les roboticiens estiment que, dans dix ans, les androïdes feront partie de notre quotidien au même titre que les ordinateurs individuels. Sommes-nous prêts ?

Quête scientifique
Fil rouge de ce documentaire, le photographe et médecin américain Max Aguilera-Hellweg se passionne pour l’histoire des robots, avec une interrogation constante : que signifie être humain ? Dans l’objectif de son appareil, ces créatures exceptionnelles prennent une dimension quasi fantastique dans un savant jeu d’ombres et de lumières. Le film suit l’artiste du Vermont au Japon, de New York à Osaka, où il pousse les portes des laboratoires à la pointe du progrès en robotique, nous entraînant dans une quête scientifique aux images exceptionnelles. Jamais l'homme n'a été aussi proche de la machine, au point que sa propre identité s’en trouve remise en question.

http://www.arte.tv/fr/videos/050269-000-A/au-coeur-des-robots

Écrit par : L'enfoiré | 06/06/2017

Répondre à ce commentaire

La sortie des États-Unis de l’accord sur le climat de Paris va provoquer l’exode des scientifiques américains

L’annonce de Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, va certainement conduire à l’exode des scientifiques américains, écrit Basav Sen , directeur du Climate Policy Program sous l’égide de l’Institute for Policy Studies, dans un article du magazine Quartz.
En outre, selon Sen, la décision de Trump aura également un impact négatif sur l’économie locale et nationale.

France
Suite à la décision de retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, le président français Emmanuel Macron a rapidement réagi et a invité les scientifiques et experts de l’énergie américains dans son pays.
« Indépendamment de la décision des scientifiques et ingénieurs d’accepter ou non l’offre de Macron, la tentative malheureuse de Trump pour relancer les combustibles fossiles minera l’innovation américaine et les progrès technologiques », écrit Basav Sen.
Le mépris affiché du gouvernement américain pour les spécialistes du climat va inciter d’autres pays à suivre l’exemple de Macron, estime le directeur du Climate Policy Program.
Selon Basav Sen souligne, l’American Environmental Protection Agency sera lourdement touchée par les mesures économiques de Trump. Un certain nombre de programmes environnementaux de la NASA sont également mis en péril. Au total, des milliers d’emplois dans le domaine scientifique américain risquent de disparaître, explique Basav Sen.
« Le licenciement de milliers de scientifiques mènera à moins de dépenses dans les économies locales et moins de recettes fiscales pour les gouvernements des États et des collectivités locales », conclut-il.

Source: https://fr.express.live/2017/06/02/sortie-etats-unis-de-laccord-climatique-de-paris-va-provoquer-lexode-scientifiques-americains/

Écrit par : L'enfoiré | 06/06/2017

Répondre à ce commentaire

La fin de la frappe ?

Les technologies de l’image et de la parole sont devenues si sophistiquées au cours de ces dernières années, que les experts prédisent maintenant que les deux remplaceront bientôt la frappe traditionnelle, pour communiquer ou regarder des choses.
Selon le bureau de recherche e-Marketer, l’utilisation d’assistants numériques à commande vocale devrait croître jusqu’à 130 % cette année, tandis que Google estime que la moitié de toutes les requêtes de recherches seront ordonnées de manière verbale d’ici 2020. Un quart des propriétaires d’Amazon Echo utilisent l’assistant vocal Alexa pour lui demander de leur communiquer les actualités.

L’imagerie
La technologie d’imagerie progresse aussi rapidement, avec des plates-formes contrôlées par les images telles que Snapchat et Google Lens, qui permettent en temps réel grâce à l’intelligence artificielle (machine learning, ou apprentissage automatique) de générer des informations pertinentes sur les sites et la température sans que les utilisateurs aient besoin de faire quoi que ce soit.
Dans le courant de cette semaine, l’oracle américaine de la technologie Mary Meeker de Kleiner Perkins a rapporté dans son étude annuelle sur les tendances de l’Internet que plus de 70 % de toutes les requêtes de recherche qui étaient commandées de manière vocale étaient communiquées en langage courant normale (langage naturel/conversationnel).

Comment parler à un robot ?
Cela a évidemment des conséquences, parce que peu de gens écrivent de la même façon dont ils parlent. Les éditeurs Internet devront apprendre à adapter au mieux leur stratégie de référencement pour que les recherches vocales accèdent facilement à leur contenu. Mais les consommateurs devront aussi s’adapter et essayer de parler le plus couramment possible pour communiquer avec les sites Web et plus tard, les robots.
Il y a 50 % de chances que l’IA remplace tous les emplois humains dans les 120 prochaines années
Selon une nouvelle étude des universités d’Oxford et de Yale, il y a une chance sur deux que l’IA permette d’automatiser tous les emplois dans les 122 prochaines années, mais pour certains emplois, ce processus sera encore plus rapide :
- L’IA rendra les traducteurs superflus dès 2024 ;
- En 2026, elle offrira un meilleur travail que les étudiants en fin d’études à l’université ;
- En 2027, elle remplacera les chauffeurs routiers ;
- En 2031, elle se substituera à presque tous les emplois du commerce de détail;
- En 2049 elle rédigera les best sellers de librairie

Et en 2053, elle remplacera les chirurgiens

Source: https://fr.express.live/2017/06/02/fin-de-la-frappe-technologie-vocale-imagerie/

Écrit par : L'enfoiré | 06/06/2017

Répondre à ce commentaire

Geert Noels s’est particulièrement distingué par son analyse sobre mais bien fondée. Mais c’est surtout son intervention sur la question [posée par une série d’hommes politiques] d’une taxe sur le CO2 sur les produits américains qui a été très appréciée sur les médias sociaux. Mais il a aussi émis d’autres commentaires intéressants :
Sur la décision de Trump de se retirer de l’accord sur le climat :
« Nous sommes encore en train de nous énerver ici au sujet d’un certain nombre de questions, peut-être aussi de décider de le prendre comme si sa politique ne devait jamais être ajustée alors que l’on sent de façon sous-jacente que – pour la première fois de l’histoire, je pense – des gouverneurs, des chefs d’entreprise ont immédiatement contredit leur président concernant une décision importante. Cela laisse encore beaucoup de place pour un ajustement ».
« Le plus important est qu’il y ait eu un accord, mais de façon sous-jacente, il n’était pas si fort. Il serait naïf de s’attendre à ce que le réchauffement climatique ou le changement climatique s’arrête grâce à cela. L’important n’était pas que les États-Unis y participent, mais que la Chine y participe. La Chine est un problème bien plus important que les États-Unis. La pollution affecte bien plus durement la population, en termes d’eau et de pollution atmosphérique et en termes de santé. Les problèmes rencontrés là-bas par la population (cancer) ont constitué un facteur de motivation bien plus grand pour que la Chine s’y implique ».

Écrit par : L'enfoiré | 06/06/2017

Répondre à ce commentaire

Plus une entreprise a de la valeur, et plus son effectif est réduit ?

Que l’économie numérique érode la classe moyenne n’est pas une nouveauté. Par exemple, au sommet de sa gloire, l’effectif de Kodak se montait à 140 000 salariés, mais quand Facebook a racheté Instagram en 2012 pour 1 milliard $, cette entreprise employait exactement 13 personnes. (Instagram ne valait pas un milliard parce que ces 13 employés étaient vraiment exceptionnels, mais plutôt parce que des millions d’utilisateurs contribuaient volontairement au réseau sans exiger de rémunération).
Facebook est une société de technologie, comme les quatre autres sociétés dotées de la plus grande capitalisation boursière du monde (Apple, Amazon, Google et Microsoft). Ces firmes partagent toutes la même caractéristique : elles exigent beaucoup moins d’employés pour leur fonctionnement que leurs prédécesseurs industriels. La valeur boursière d’Amazon est exactement le double de celle de Wal-Mart, mais son effectif se monte à moins du quart de celui de cette dernière.

Plus de valeur avec moins d’emplois
Ces cinq entreprises de haute technologie sont ainsi symboliques du débat sur l’emploi dans la nouvelle économie, dominée par la technologie, l’automatisation et l’intelligence artificielle.
Le constructeur automobile américain Ford emploie 200 000 personnes et sa valeur boursière n’atteint que le dixième de celle de Facebook, qui fait à peine travailler 17 000 personnes.

Young and strong
Le succès de ces entreprises de haute technologie souligne également à quel point le monde des affaires américain évolue à un rythme toujours plus rapide. Trois des 5 entreprises mentionnés ci-dessus ont été créées il y a moins de 25 ans. Microsoft et Apple sont âgées d’une quarantaine d’années. Le fait que des entreprises relativement jeunes dominent le monde des affaires américain reflète le taux de roulement élevé des entreprises américaines.
Le conseil Innosight a réalisé une étude à ce sujet. Elle conclut qu’en 1965, les sociétés demeuraient 33 ans en moyenne dans l’indice boursier S&P 500. En 1990, cette durée était déjà tombée à 20 ans, et d’ici 2026, elle devrait se réduire à 14 ans.

Source: https://fr.express.live/2017/06/08/entreprise-rapport-effectifs-capitalisation/

Écrit par : L'enfoiré | 09/06/2017

Répondre à ce commentaire

‘Une introduction massive des lunettes à réalité augmentée aura lieu à partir de 2018’

« Tout le monde dit : Oh dans 5 ou 10 ans. Je ne sais pas d’où ils tiennent cette information. C’est ridicule. Quand les lunettes à réalité augmentée seront-elles disponibles en masse pour les consommateurs? En 2018. Il n’y a aucun doute à ce sujet. »
C’est ce qu’a déclaré Ralph Osterhout à la conférence Rutberg-FM en Californie. Osterhout s’est fait un nom en réalisant des gadgets pour des films de James Bond et se concentre depuis longtemps sur les lunettes RA (à réalité augmentée).
Ces lunettes sont tout à fait ordinaires, mais elles projettent sur les verres divers objets que l’utilisateur peut voir dans le monde réel. Il peut s’agit d’un e-mail, d’un bulletin météo ou encore d’une playlist Spotify. Par conséquent, ce type de lunettes pourrait finalement remplacer le smartphone.
Selon Osterhout, investisseur américain, CEO de l’Osterhout Design Group (ODG), seule la batterie pose encore un problème. A part cela, rien n’entrave la progression des lunettes RA. Il prévoit que ces lunettes ne coûteront pas plus cher qu’un smartphone haut de gamme, qu’elles sauront faire tout ce que fait un téléphone intelligent, qu’elles pourront reconnaître des visages et bien plus encore.

Les lunettes RA ont pour objet l’information et les personnes
Osterhout prédit un bel avenir pour les lunettes RA, tant dans le domaine des affaires que dans l’utilisation privée, car elles se centrent sur l’information et les personnes.
« Les vendeurs pourront demander des renseignements sur les habitudes d’achats et les prises de décision des clients qu’ils visitent et savoir où en sont leurs stocks. Les consommateurs pourront avoir accès à des informations qui pourront les aider à prendre des décisions quotidiennement. »
Après les ordinateurs portables, les tablettes et les smartphones, les lunettes RA sont la prochaine plateforme logique pour l’informatique et la communication. Selon Osterhout, notre tête est un endroit adéquat pour l’intégration d’un tel dispositif :
« Demandez-vous : où, sur l’être humain, se situe la vision, l’odeur et le goût ? Un dispositif intégré sur notre tête est d’un point de vue logique, le prochain endroit. »
Google Glass
Au sujet des Google Glass, le projet de lunettes RA, enterré par le géant d’Internet, Osterhout est clair:
« Il s’agissait d’une tentative ambitieuse de produire quelque chose, mais ils l’ont fait trop tôt. Etait-ce une mauvaise idée? Non, cela a montré au monde que les possibilités des RA sont énormes. »

Source: https://fr.express.live/2017/06/23/introduction-massive-de-lunettes-a-realite-augmentee-aura-lieu-a-partir-de-2018/

Écrit par : L'enfoiré | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

La fin de la frappe ?

Les technologies de l’image et de la parole sont devenues si sophistiquées au cours de ces dernières années, que les experts prédisent maintenant que les deux remplaceront bientôt la frappe traditionnelle, pour communiquer ou regarder des choses.
Selon le bureau de recherche e-Marketer, l’utilisation d’assistants numériques à commande vocale devrait croître jusqu’à 130 % cette année, tandis que Google estime que la moitié de toutes les requêtes de recherches seront ordonnées de manière verbale d’ici 2020. Un quart des propriétaires d’Amazon Echo utilisent l’assistant vocal Alexa pour lui demander de leur communiquer les actualités.

L’imagerie
La technologie d’imagerie progresse aussi rapidement, avec des plates-formes contrôlées par les images telles que Snapchat et Google Lens, qui permettent en temps réel grâce à l’intelligence artificielle (machine learning, ou apprentissage automatique) de générer des informations pertinentes sur les sites et la température sans que les utilisateurs aient besoin de faire quoi que ce soit.
Dans le courant de cette semaine, l’oracle américaine de la technologie Mary Meeker de Kleiner Perkins a rapporté dans son étude annuelle sur les tendances de l’Internet que plus de 70 % de toutes les requêtes de recherche qui étaient commandées de manière vocale étaient communiquées en langage courant normale (langage naturel/conversationnel).

Comment parler à un robot ?
Cela a évidemment des conséquences, parce que peu de gens écrivent de la même façon dont ils parlent. Les éditeurs Internet devront apprendre à adapter au mieux leur stratégie de référencement pour que les recherches vocales accèdent facilement à leur contenu. Mais les consommateurs devront aussi s’adapter et essayer de parler le plus couramment possible pour communiquer avec les sites Web et plus tard, les robots.
Il y a 50 % de chances que l’IA remplace tous les emplois humains dans les 120 prochaines années
Selon une nouvelle étude des universités d’Oxford et de Yale, il y a une chance sur deux que l’IA permette d’automatiser tous les emplois dans les 122 prochaines années, mais pour certains emplois, ce processus sera encore plus rapide :
L’IA rendra les traducteurs superflus dès 2024 ;
En 2026, elle offrira un meilleur travail que les étudiants en fin d’études à l’université ;
En 2027, elle remplacera les chauffeurs routiers ;
En 2031, elle se substituera à presque tous les emplois du commerce de détail;
En 2049 elle rédigera les best sellers de librairie
Et en 2053, elle remplacera les chirurgiens.

Source: https://fr.express.live/2017/06/02/fin-de-la-frappe-technologie-vocale-imagerie/

Écrit par : L'enfoiré | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

Les luddites avaient expliqué que les machines avaient aussi des points négatifs.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Luddisme

http://www.pauljorion.com/blog/2017/07/21/le-temps-quil-fait-le-21-juillet-2017/

Écrit par : L'enfoiré | 22/07/2017

Répondre à ce commentaire

ARTE 28 minutes ;ILS INVENTENT LE GOOGLE ET LE FACEBOOK FRANÇAIS DE DEMAIN Roxanne Varza baigne depuis une dizaine d’années dans le monde des start-up. À 32 ans, elle est la directrice de la station F, le plus grand campus de start-up au monde, financé par Xavier Niel, le patron de Free, avec qui elle collabore depuis deux ans. Selon l’entrepreneuse, également membre du Conseil national du numérique et du Conseil européen de l’innovation, la nouveauté de la station F réside à la fois dans sa taille, 34 000 m2 pour 1000 start-up, et dans son concept. Il ne s’agit pas d’un simple incubateur mais d’un campus où se mêlent lieux de travail et lieux de vie. Roxanne Varza considère que l’élection d'Emmanuel Macron est un vecteur positif pour l’écosystème des start-up. 28’ reçoit la directrice de la Station F, plus grand campus de start-up au monde, Roxanne Varza.

http://www.arte.tv/fr/videos/075225-013-A/28-minutes

Écrit par : L'enfoiré | 27/07/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire