Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2017

Tous otages de notre mobilité

6.JPGCette semaine, trois événements se sont télescopés pour augmenter le temps et le stress.

Le viaduc Herrmann-Debroux relie la Wallonie à Bruxelles par l'autoroute et donnait tout à coup des signes de faiblesse. Celle-ci demandait une révision de sa structure en catastrophe planifiée sur 5 jours.

Une grève générale des transports était planifiée pour mardi.

Le Premier ministre, Charles Michel, avait son discours d'entrée devant La Chambre.

Nous sommes tous otages de notre besoin de mobilité. Quelle soit en "Mobilité contrôlée", "super contrôlée", "en douceur" ou même "numérique". Rien ne semble le résoudre de manière drastique et définitive à Bruxelles.


Lundi,  au viaduc Herrmann-Debroux, le système à une file a évité l'infarctus au viaduc "Hermann de brousse" et à son collègue carrefour Léonard dont chaque Bruxellois connait les embouteillages.

La commune se voulait optimiste, même si l’impact total de cette fermeture n’était pas mesurable. 

Le chaos annoncé a de quoi donner des idées de redessiner l’entrée de ville sans son viaduc comme cela l'a été avec le viaduc Reyers qui a été une réédition de Jurassic park lors de sa démolition. 

Si d’autres adaptations que les mesures d’urgence doivent être prises, elles prendront plus de temps".

Préparer un événement peut toujours épargner un chaos et le temps nécessaire le répéter.

Le "service minimum" a pris une autre dénomination "service garanti" pour revenir à nouveau dans sa première version.

PE avait son Café serré à ce sujet podcast

 

Mardi, "transports en commun, distribution du courrier, administrations, hôpitaux, police... services publics ont été fortement perturbés ce mardi, voire quasiment paralysés, en raison d’un appel à la grève lancé par la CGSP".

La fonction public et les fonctionnaires en question.

Le soir, 118 kilomètres d'embouteillages sur la petite ceinture.

Comme en France ou les dépenses dépassent 56% du PIB. Plus de 120 manifestations sont prévues dans toute la France pour protester contre plusieurs mesures prévues par le gouvernement, comme la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires sur 5 ans, et dénoncent une conception "libérale" de l'État appliquée aux services publics. 2.JPG

Comparaison n'est pas raison...

Bruno Coppens pour son Café serré se pointait comme faisant partie de la bande de briseur de grève: podcast

Qu'est-ce que ce foutu viaduc était venu faire dans la galère?

La vétusté du viaduc n'est pas une coïncidence puisque, installé en 1973, il devait avoir un véritable coup de vieux.

Alors pourquoi cette semaine la gréve et les travaux du viaduc ont surfé sur la même planche?

0.JPGOn ne saura jamais...

Le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet dit "Je dérange à Bruxelles, mais je sais pourquoi".

«  J’opère un changement de paradigme à Bruxelles, je veux que ce ne soit plus une ville pour des voitures, mais pour les gens. Une partie du MR y est allergique. Ils veulent continuer à rouler avec leur bagnole de luxe à n’importe quelle vitesse. Je suis leur ennemi.  Il faut toujours négocier avec dix-neuf communes, dont certaines renâclent ou changent d’avis chaque semaine. Tout est lent et compliqué parce qu’il faut négocier tout le temps ! ».

Nicolas Vadot a une autre épineuse question: "Qu'est-ce qui fait marcher l'humanité?

0.JPG

Le pouvoir, le pognon et le sexe, bien sûr, cela c'est d'une manière généraliste, mais il y a des spécialistes avec des expertises qui méritent de se faire oscarisées... mais jamais grâce à la grande mobilité.

 

Mardi, le Premier ministre, Charles Michel, avait son discours d'entrée devant La Chambre dans une autosatisfaction programmée. La Chambre lui a accordé sa confiance.

- Ça n'a pas pété?

- Oufti, tu déconnes. On a le vent dans les voiles et la tempête Ophélia aux fesses. En fin de parcours, nous gardons sa chaleur, sans ouragans comme aux Caraïbes.0.JPG

- Donc , tout va bien...

- Oui. Apparemment. Il a pris son air inspiré en disant "Je ne vais pas dire du mal" en imitant Sarkozy et a dit "Les affaires marchent. Les statistiques de l'emploi le prouvent.

Il clôturait la séance par son slogan "jobs, jobs, jobs".

Cela sans dire comment ni vraiment pour qui ils étaient destinés...

Jobs de longues durées ou précaires?

Fabrizio Rongione qui se vantait d'être un chômeur professionnel  hautement qualifié dans la précarité:podcast.
Cyndia Izarelli, elle, imaginait le Premier en Dieu 
podcast

Mais, même Dieu est aussi complètement obsolète dans le cas où son aspect physique ferait penser à une Nuit sur le Mont Chauve.

C'est obsolète si on pense que le mot "job" veut dire "travail", non? 

Marre du travail...

- Obsolète, mais qu'est ce qui ne l'est pas alors?

- Obsolète parce que nous sommes devenus des otages de notre mobilité.

- Les alternatives à la mobilité existent. Sont-elles tellement véreuses ou vénales par un bout ou un autre?

- Elles ont chacune des points positifs et négatifs. Mais les habitudes ont la vie dure. 

1.JPGPhysiologiquement, dans nos veines, le sang circule et quand il y a un caillot qui bloque, il cherche une autre voie à part quand c'est une grosse artère comme autoroute du sang. Quand cela ne va plus, il y a le pontage, mais pas de viaduc.

Dans la tête, quand il y a un crash des neurones avec les synapses bouchés, c'est l’embolie ou l'AVe Conception... 

Les petits jeunes ont pris l'habitude de tapoter sur les touches de leur clavier en  "Home sweet work". Mais, cela ne marche pas malheureusement pour toutes les professions.

Le vélo, aidé par l'électricité, redevient vraiment à la mode dans les courtes et moyennes distances.

Le co-voiturage partage l'espace de la route. Mais, il faut être du type du fonctionnaire et terminer à la même heure et avoir des points de chute à proximité: podcast.

Les transports en communs permettent de se sortir du mauvais pas mais avec quelques retards sur l'horaire, ne mènent pas toujours là où on l'espère et tombent en grève. Ils sont loin d'être gratuits à Bruxelles. STIB Tarif : 2,10 € en possession d'une carte MOBIB personnelle ou MOBIB Basic de 10 voyages au prix de 5 €. Pourquoi ne pas payer un voyage avec un Smartphone? 

Prendre congé,  le nec plus ultra quand il reste des jours de congé à prendre.

La voiture a du plomb dans l'aile, c'est évident. La voiture, notre liberté?

Tu parles d'une liberté...

Mercredi un flash marathon: plus de 35.000 conducteurs ont été flashés en excès de vitesse.

0.JPGLes embouteillages coûtent 105 millions d'euros à Bruxelles. Il y a près de 9 millions d'heures pour 400.000 véhicules en circulation chaque jour donc multiplier ces heures par une moyenne de 11,72 euros par heure, faites le compte. La durée moyenne des déplacement a augmenté de 20% en 3 ans.

La facture pour Anvers s'élève même à 150 millions d'euros.

Alors, il faudra un karaoké sur un air connu mais avec d'autres paroles...

Tu le trouveras en fin de notre entretien (*)

Le viaduc dont il était question, a introduit une véritable autoroute dans la ville en faisant passer 25.000 véhicules par jour dans les deux sens avec ses nuisances. Pas étonnant qu'on pense le faire disparaitre. C'est à l'étude et déjà programmé mais cela va créer encore plus d'embouteillages pendant les travaux.

L'élimination du viaduc Reyers est toujours en panne de rapidité pour le remplacer avec des déviations qui créent files et embouteillages.

Pour réduire l'usage de la voiture en ville, en touchant au portefeuille par l'importance des péages comme à Londres ou les prix exorbitants des parkings de Paris...

La sociologie d'une ville ne correspond pas d'office à celle d'une autre.

On  apprend en plus que ni un péage ni le RER ne désengorgeront Bruxelles

A courtes distances, on a oublié les jambes et la marche. Les esclaves de la bagnole se reconnaîtront en allant chercher du pain au coin de la rue avec leurs quatre roues sous le capot. Les muscles non utilisés s'atrophient, non? 

Rendre accessible et sensible sans que cela ne touche ni les entreprises ni les usagers, navetteurs de la mobilité? ... impossible.

Faut pas s'étonner que les gens reviennent dans le centre de Bruxelles pour bouffer la pollution ou à sa périphérie pour se rapprocher du lieu de travail.

Plus d'arrivées au boulot, déjà excité ou fatigué, dès le matin et plus de soirée, souper et puis au lit. Mais, bon...

Mais, tout est plus cher en ville. Le revenu cadastral atteint des sommets. On ne mange pas sain avec des produits qui viennent des grands magasins.

- C'est exact, mais tu es encore une fois, trop matérialiste. Une ville mérite parfois un surcoût pour raison de facilité et pour ménager ses nerfs. 

- Reprenons le billet qui me semble le plus futuriste en "la mobilité super-contrôlé". Qu'est-ce qui a été amélioré depuis 2006?

- Plus de pistes cyclables réservées aux vélos. Des vilos non électriques en location et des sociétés privées comme Govelo qui apporteront le vélo électrique en location...

C'est la topographie de la ville qui dessinera l'avenir de la locomotion et le numérique qui assurera sa pérennité par son automatisme. 

Un coup d’œil sur la mobilité dans la ville futuriste de Tokyo est intéressant.  

- Donc, la réponse à la mobilité serait "Y a plus qu'à" en rendant moins chers les transports en commun pour ne plus rester les otages de la mobilité. 

 Presque d'accord avec toi. Les transports en commun restent occasionnels et le trajet unique, sans abonnement, reste cher. La carte de dix places n'existe plus. 

- Un karaoké sur le temps et sur les problèmes de la route?

- Un peu, tu verras. Mais continuons à analyser les événements de la semaine.

- Ne t'énerve pas. Obsolète pour les questions de mobilité.

Tu sais, depuis que le dimanche sans voiture existe, il est devenu le point culminant de la semaine de la mobilité.

PE avait pour l'occasion, sorti son sketch "La Belgique championne paralympique de la mobilité"podcast... avec le Ministre de la Mobilité et des Transports.... plus léger que l'air conditionné.

Il y en a quelqu'un qui m'a dit à cette occasion que "cela devrait être tous les jours dimanche" tellement il s'est amusé avec ses gosses. Tout excité, il avait oublié d'ajouter "dimanche sans voiture".

- Je suppose qu'il rêvait encore de ses dernières vacances.

- Probablement.

Va-t-on droit dans le mur avec la mobilité à Bruxelles?

- Non. On pourrait sauter le mur ou le faire devenir virtuel. Mais il faut réduire la mobilité. Cette journée sans voiture m'a donné des idées.

A-t-on vraiment besoin de se déplacer nous-même pour réaliser les choses?

Le eBusiness prend de l'ampleur.

Amazon a dans l'idée de fournir ses colis de fournitures par drones.

Cette société a un projet secret. Elle le ferait même avant que tu as commandé les fournitures pour gagner du temps. podcast

Anticiper les achats des consommateurs, n'est ce pas le rêve des commerçants mais qui pourrait donner de l'embonpoint aux consommateurs qui ne penseraient pas consommer sans cette incitation d'Amazon, sans pour cela se faire pousser dans le dos par un producteur et ses pubs?

Un futur de singularité technologique avec l'appui de l'intelligence artificielle forte, une autre solution dans la suppression de la mobilité exagérée?

Les transports dans l'espace en 3D ou des véhicules sans chauffeurs sur le sol en 2D, n'est-ce pas la solution de la mobilité?

Dans l'ère du numérique, le travailleur pourrait même déléguer  son travail à distance à son propre double humanoïde, parfait morphologiquement et intellectuellement, devenus comme son ombre restée sur le lieu de travail dans le cas de grandes nécessités. 

Un téléguidage, soit par télépathie ou par téléportation via écrans et caméras interposés comme une maman suit déjà les agissements de son gosse à distance dans la nurserie.

0.JPG

 

Dans ce cas, plus de déplacements inutiles.

0.JPGL'intuition et l'imagination ne fait pas encore partie de l'intelligence artificielle, mais sont-elles toujours présentes chez les humains et même nécessaires dans tous les cas?

Non, tout le monde serait servi et content dans la plupart des cas.

Il y en a qui ont déjà compris le système en touchant des jetons de présence sans prester à Ondraf, Publifin & Co....

PE le disait le "no-job" est bien mieux, c'est un job parfaitpodcast
0.JPG

- Mais, c'est un scandale...

- Bien sûr, si ce n'est pas généralisé à tous les postes et toutes les classes de la société.

Mais qui payera les salaires et les pensions de retraites si ce sont des humanoïdes qui font le travail?

- A ton avis? Les remplaçants des humains, bien sûr... Clones de nous mêmes, ils seraient fiables et n'auraient besoin que de petites révisions de logiciels pour leur maintenance. Et si cela va plus, un hologramme pourrait faire l'affaire.

Tu te souviens de Star Trek? 

- Bien sûr.

- Et bien, ici, ce serait des Stars sans le Trekking...

Pour les humains, l'activité (merde, j'allais dire "le travail") serait vraiment devenu la santé pour correspondre à la prescription du médecin Henri Salvador.

Mais il faut dégrossir et consommer moins en consacrant plus de temps à faire de l'exercice pour passer le temps....


 

Quelques photos de cette journée de ce 17 septembre.

 

Eriofne,


Impact des voitures de sociétés en Belgique: podcast

 

Enquête sur la mobilité à Bruxelles et à Paris:

IMG_0001.jpgIMG_0002.jpgIMG_0003.jpgIMG_0004.jpgIMG_0005.jpgIMG_0006.jpgIMG_0007.jpg

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Citations:

  • "De nombreux comportements suggèrent que ce que fait un individu ou son entreprise à des être humains ou à l'environnement n'a vraisemblablement aucune importance, du moment qu'ils soient suffisamment riches et prospères. L'argent, en fait, relègue tout au second plan", Jeffrey Pfeffer
  • “Léger, l’enfant se plaît dans la mobilité ; Le vieillard, dans la gravité.”, Cornélius Gallus
  • “Les êtres ont la mobilité et l'éphémère durée des vagues ; seules les choses qui leur ont servi de témoins sont comme la mer et restent immuables.”, Edouard Estonie
  • “Mobilité et stabilité ne sont pas antinomiques : un cycliste n'est stable sur sa bicyclette qu'en avançant.”, Jacques Chirac

 

(*)


"Les voitures d'abord"

Ce n'était pas l'Herrmann-Debroux 
Qu'il usera de son courroux  
Qu'on se le dise du fond des files, 
Dis au fond des files, 
Pas question de rouler en père peinard 
Dans le fond, il n'en a jamais mare
Il estime sa voiture d'abord 
Sa voiture d'abord.

Son "fluctuat nec mergitur" 
C'est avoir une grosse voiture, 
Qui lui plait par sa vitesse, 
Avec le feu aux fesses, 
Chauffeur seul, sans co-voiturage 
Conducteur comme le roi mage, 
Comme une amie franco de port, 
Ami de son auto d'abord.

C'est son amie de luxe 
A la fois, Castor et Pollux, 
Sur la route de Sodome à Gomorre, 
Capable de provoquer des morts, 
Sur ses kilomètres choisis 
Entre Bruxelles et Wallonie, 
Usant la pédale de plus en plus fort, 
De sa bagnole d'abord.

C'est pas un ange sur le viaduc, 
Là, il se voyait le Grand Duc, 
Il arrive toutes voiles dehors, 
Toutes voiles dehors, 
Lignes blanches continues et compagnie, 
Le code pour lui n'est qu'une litanie 
Son Crédo, son Confitéor, 
C'était sa voiture d'abord.

Au moindre coup de Trafalgar, 
C'est son GPS qui prend le quart, 
Qui seul lui montre le nord, 
Lui montre le nord. 
Et quand il est en détresse, 
Son main-libre lance un S.O.S., 
On aurait dit un sémaphore, 
Qui brille d'abord.

Au rendez-vous qu'il organisait
S'il n'était pas très frais
Quand fatigué il manque a bord
C'est qu'il est mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Personne de lui se rappelait
Mais de sa bagnole, copine de sort
Chacun s'en rappelait encore

Des bagnoles j'en ai pris beaucoup
Mais la seul qu'ait tenu le coup
Qui n'ai jamais viré de bord
Jamais viré de bord
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Mais ne s'appelait plus l'auto d'abord
Plus l'auto d'abord

 

17/10/2017: La guerre des intelligences

Aujourd’hui, l’Intelligence artificielle (IA) progresse bien plus vite que tous les pronostics avancés : la rapidité d’apprentissage de l’IA est multipliée par 100 chaque année. Il faut trente ans pour former un ingénieur ou un radiologue, quelques heures pour éduquer une IA !

De l’autre, une école qui n’a pas évolué depuis 250 ans qui forme aux métiers d’hier et qui n’a pas intégré le bouleversement inévitable que l’IA va provoquer sur le marché du travail. Comment faire pour que nos cerveaux biologiques résistent à l’IA et restent complémentaires ? Comment nos enfants pourront-ils rester compétitifs face à l’IA ? Comment l’éducation, non totalement darwinienne, trouvera-t-elle sa place à côté des cerveaux de silicium boostés par les moyens presque infinis des GAFA et autres géants américains et chinois ?

Quels scénarios l’Humanité devra-t-elle choisir ? Faut-il accepter le vertige transhumaniste qui nous « upgrade » biologiquement mais nous maintient Homme ? Fusionner avec l’IA en devenant des cyborgs ? Interdire ou limiter puissamment l’IA ?

2.JPG3.JPG

Commentaires

“D’ici 20 ans, des implants d’intelligence artificielle seront injectés aux humains”

D’ici 20 ans, des nano-machines dotées d’intelligence artificielle seront intégrées aux humains pour leur permettre de réparer mais aussi de perfectionner leurs muscles, leurs cellules et leurs os, estime John McNamara, chercheur britannique du IBM Hursley Innovation Center.
Récemment, McNamara a présenté ses preuves au Comité sur l’Intelligence Artificielle de la Chambre des Lords, organisme qui étudie les conséquences économiques, éthiques et sociales de l’intelligence artificielle.
Selon McNamara, dans une vingtaine d’années, la technologie pourrait avoir tellement progressé que les humains et les machines aient fusionné, ce qui permettrait de réaliser des progrès importants sur le plan de la conscience et de la cognition humaines.
« Nous pourrions aboutir à des nano-machines dotées d’intelligence artificielle. Celles-ci nous fourniront des avantages médicaux énormes tels que la capacité de réparer les dommages des cellules, des muscles et des os et seront peut-être même capables de les développer. »
Via la technologie développée actuellement, nous observons la création d’une technologie qui se mêle à la biologie et qui peut être en mesure d’améliorer directement la capacité cognitive humaine, d’offrir des capacités mentales potentiellement améliorées et d’utiliser de vastes puissances de calcul pour augmenter nos systèmes de pensée, a encore ajouté John McNamara.
« Lorsque nous utiliserons cette technologie injectée dans nous-mêmes et au sein de notre environnement, nous commencerons à pouvoir contrôler notre milieu rien qu’avec notre pensée et nos gestes. »

Développements
Des scientifiques de sociétés comme Microsoft développent déjà un ordinateur conçu à partir d’ADN. Cette machine serait capable de vivre au sein de nos cellules et de dénicher les failles de nos réseaux corporels telles que le cancer. Elle serait en outre capable de redémarrer le système et de supprimer les cellules malades.
Cependant, McNamara met en garde contre les perturbations importantes que pourrait engendrer l’avènement de l’IA, principalement dans les secteurs du commerce du détail et des services. Nous pourrions aboutir à une période de chômage généralisé, présage-t-il.
« De nos jours, être pauvre revient à ne pas pouvoir se payer le dernier smartphone. Demain, la pauvreté pourrait reposer sur la différence existant entre un groupe de personnes au potentiel extraordinaire sur le plan physique, cognitif, sanitaire et de la durée de vie et un autre groupe de personnes qui en est dépourvu. »
« Le danger immédiat est qu’en déléguant les décisions et le contrôle aux machines, les humains commencent à considérer ces décisions comme correctes ou meilleures que leurs choix et cessent d’y faire attention », a déclaré Noel Sharkey, professeur d’intelligence artificielle et de robotique à l’Université de Sheffield.
Enfin, Miles Brundage et Allan Dafoe, scientifiques du Future of Humanity Institute de l’Université d’Oxford, ont averti que l’intelligence artificielle était susceptible de surpasser les performances humaines dans la plupart des domaines cognitifs. « Cela comporte des risques de sécurité importants », concluent-ils.

https://fr.express.live/2017/10/16/dici-20-ans-implants-dintelligence-artificielle-seront-injectes-aux-humains/

Écrit par : L'enfoiré | 18/10/2017

Répondre à ce commentaire

19 choses que vous reconnaitrez si vous allez au travail en vélo

Prendre votre vélo pour aller au travail, c’est idéal. Vous faites votre sport, vous ne consommez pas de CO2, vous gagnez sans doute du temps… Il n’y a que des avantages! Mais il faut avouer, aller en vélo au bureau, ça relève parfois du parcours du combattant. Bref, voilà 19 choses que vous reconnaîtrez sans doute si vous allez au travail en vélo.

1. La première chose que vous faites le matin quand vous vous levez: vous regardez le temps qu’il fait
Vous devez quand même savoir comment vous habiller.

2. Mais même quand il fait beau, vous prenez toujours un petit pull ou une petite veste avec vous
On ne sait jamais, un coupe-vent ça peut toujours servir.

3. Vous n’allez pas le cacher, ça vous arrive d’arriver trempé au boulot
Parfois le soir quand vous repartez, vos affaires ne sont même pas sèches.

4. Vous vous maudissez quand vous oubliez de regonfler vos pneus
Parce que du coup, vous avez l’impression de faire du surplace.

5. Même chose que vous avez oublié de tester vos phares avant de partir
Les catadioptres c’est bien, mais ce n’est pas le plus efficace.

6. Ça vous arrive aussi de rouler super vite lorsque vous êtes en retard pour le boulot
Tu regrettes parfois d’avoir trop mangé au petit-déjeuner.

7. Le vent est devenu votre ennemi juré quand vous êtes sur votre vélo
Le vent de face de grand matin, ce n’est vraiment pas gai.

8. Mais les montées… vous ne les aimez pas beaucoup non plus
C’est tout, c’est comme ça.

9. Vous n’aimez pas beaucoup les rails de tram aussi
Levez la main si vous êtes déjà tombé(e) à cause de ces fichus rails.

10. Il vous arrive aussi d’avoir vraiment peur
Les voitures, les taxis, les bus qui passent à deux centimètres de vous… Pas très rassurant.

11. Et quand vous respirez et que vous sentez les gaz d’échappement… Vous trouvez ça immonde
C’est si dommage, alors que le but est de prendre un bon bol d’air.

12. Autre chose: Il vous arrive régulièrement que lorsque vous êtes à pleine vitesse, le feu passe au rouge
Et là, vous avez perdu tout votre élan.

13. Encore pire: quand vous devez freiner en pleine montée
Pas facile de redémarrer ensuite.

14. Ou aussi quand vous vous faites dépasser à fond par quelqu’un de plus âgé et qui est plus chargé que vous
Là, vous avez comme un sentiment de… Voilà.

15. Mais tout ça est compensé largement par le bon air frais auquel vous avez droit quand vous prenez votre vélo
Vos muscles et vos poumons sont remplis d’oxygène, parfait pour bien commencer la journée!

16. Et vous pouvez profiter de la nature…
La belle lumière du matin…

17. … Et du soleil sur votre visage dès le matin!
Idéal.

18. Même si parfois, vous arrivez tout(e) suant(e) au boulot
Mais pas de problème, vous avez l’habitude et c’est soit la douche, soit les vêtements de rechange… Ou les deux!

19. Et quand il vous arrive de devoir aller en voiture au boulot…
Parfois vous êtes obligé(e)…
… Vous êtes bien content(e) quand vous pouvez de nouveau sauter sur votre vélo le lendemain matin!

https://fr.express.live/2017/10/16/19-choses-reconnaitrez-allez-travail-velo/

Écrit par : L'enfoiré | 18/10/2017

Répondre à ce commentaire

Les parkings d’aéroport coûtent maintenant plus chers que les billets d’avion

Les parkings d’aéroport sont devenus nettement plus chers au cours des dernières années. C’est ce qui ressort des chiffres du site de voyages néerlandais Vliegveldinfo, qui a comparé le coût du stationnement dans les aéroports où se rendent les voyageurs flamands et néerlandais pour prendre l’avion.
Le site affirme qu’il est arrivé à la conclusion que les aéroports belges ont augmenté leurs prix en moyenne de 20 % au cours des 5 dernières années.
Or, il se trouve que les frais de stationnement dans les aéroports en Belgique étaient déjà plus élevés qu’en Allemagne et aux Pays-Bas. En outre, on constate que les réservations en ligne sont de plus en plus populaires.
En Belgique, les voyageurs doivent s’acquitter d’au moins 77,70 euros pour garer leur voiture pendant une semaine dans une place de stationnement de l’aéroport. Il y a 5 ans, ils devaient payer 65 € pour le même service. Cela implique que le surcoût en Belgique est de 13,80 € par rapport aux aéroports néerlandais. En Allemagne, un parking à l’aéroport coûte même 30 € de moins qu’en Belgique.
Brussels Airport à Zaventem demeure le parking d’aéroport le plus cher de la région, avec un montant de 99 euros par semaine. L’aéroport Schiphol d’Amsterdam, où on a récemment enregistré une forte augmentation des prix, arrive maintenant à la 2e place, avec un montant de 95 €.
Anvers
L’aéroport le moins cher de Belgique reste l’aéroport d’Anvers, où il faut compter une somme de 56 € pour le même service. Cependant, il faut se souvenir que les voyageurs pouvaient s’y garer gratuitement il y a encore 2 ans. À l’aéroport de Liège, il faut payer 90 €, contre 73 € à l’aéroport d’Ostende et 70 € à l’aéroport de Charleroi.
Vliegveldinfo note qu’au cours des 5 dernières années, tous les aéroports belges ont augmenté leurs frais de stationnement. La seule exception est fournie par l’aéroport de Charleroi, qui a réduit ses frais de 14 %. De plus, on note que les aéroports régionaux aux Pays-Bas et en Allemagne facturent des tarifs sensiblement plus faibles. En Belgique, la différence est beaucoup plus discrète.
Vliegveldinfo met également en évidence la tendance croissante des voyageurs à réserver leurs places de parking à l’aéroport en ligne. C’est un choix judicieux, car ils peuvent ainsi réaliser d’importantes économies sur la plate-forme. À l’aéroport de Bruxelles ils peuvent ainsi réduire la note de 45 €.
D’ailleurs, les passagers ne s’y trompent pas, et la réservation en ligne du parking d’aéroport est de plus en plus la norme.

https://fr.express.live/2017/10/18/parkings-daeroport/

Écrit par : L'enfoiré | 19/10/2017

Répondre à ce commentaire

AlphaGo Zero : Google conçoit un ordinateur beaucoup plus intelligent que les humains

Le cerveau humain ne peut rien contre l’intelligence artificielle. C’est ainsi qu’AlphaGo Zero, un ordinateur autodidacte de Google, a réussi à se qualifier dans une partie du jeu de go, un jeu de société complexe. Dans un match contre les meilleurs joueurs du monde, l’ordinateur a gagné avec une grande facilité.
Les ordinateurs peuvent jouer depuis longtemps aux échecs, aux dames, ou à des jeux de société complexe comme le go, un ancien jeu de stratégie chinois. Environ 4 millions de personnes y jouent, et l’on compte 1000 joueurs professionnels. En soi, il n’y a rien de nouveau à ce que des ordinateurs tentent de jouer à un jeu : il ne s’agit rien de plus que de problèmes mathématiques complexes avec des centaines options à résoudre rapidement. Du moment qu’ils sont correctement programmés, cela fonctionne plutôt bien.

Autodidacte
Ce que DeepMind fait différemment, c’est que ce programme est capable d’apprendre par lui-même. Les résultats de l’étude ont été publiés dans Nature. Au cours de la première phase, il y a 2 ans, l’ordinateur a commencé à étudier des milliers de jeux entre 2 fantastiques joueurs humains pour apprendre les techniques des gagnants. Ce système, nommé AlfaGo, a remporté un grand succès.
Mais la 2e phase de l’étude était encore plus radicale. Car l’ordinateur n’a reçu pour toute information, outre son logiciel AlphaGo Zero, que les seules règles du jeu et son objectif. « Il apprend le jeu simplement en jouant contre lui-même et en s’améliorant ainsi. De cette façon, l’ordinateur peut dépasser rapidement tous les niveaux humains. Et de cette manière, AlphaGo Zero a battu son prédécesseur AlphaGo 100 fois de suite », explique Demis Hassabis, qui dirige le programme DeepMind . Il a présenté les résultats en compagnie de Lee Se-Dol, un célèbre champion de go, qui a perdu contre AlphaGo Zero.

Une expertise bien plus efficace
DeepMind a ainsi créé une expertise qui ne vient pas de l’homme, mais qui a été purement développée par l’intelligence artificielle. Et celle-ci s’est avérée bien plus efficace, parce qu’elle est partie d’une feuille blanche. Le go est en soi un jeu très complexe, avec beaucoup plus de mouvements possibles que dans tout autre jeu. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’il n’y a pas de hasard : ce n’est pas un jeu où l’on peut être chanceux ou malchanceux. Ce qui est très différent des jeux ayant recours à des dés ou des cartes.
En 3 heures, AlphaGo Zero avait atteint le niveau d’un débutant humain, qui n’est pas encore capable de développer une stratégie approfondie du jeu. Mais au bout de 19 heures, le système était bien plus avancé. Après 70 heures d’apprentissage, AlphaGo Zero a atteint un niveau qui dépasse de beaucoup celui de l’homme.
DeepMind va essayer d’appliquer ses connaissances à de véritables problèmes complexes, afin de voir si les ordinateurs peuvent apporter des réponses plus intelligentes que les hommes. Google n’a pas communiqué quelles sont les applications commerciales sur lesquelles il envisage de transposer ces technologies.

https://fr.express.live/2017/10/20/alphago-zero-intelligence-artificielle-autodidacte/

Écrit par : L'enfoiré | 20/10/2017

Répondre à ce commentaire

Jeff Bezos serait-il l’homme le plus malin du monde ?

Tout le monde connaît Jeff Bezos, le fondateur et CEO de la boutique Internet Amazon. Cette entreprise s’est accaparée la moitié des ventes sur Internet en moins de 10 ans. La société se développe maintenant tellement rapidement qu’elle a lancé une sorte d’appel d’offres. Les villes sont invitées à postuler les unes contre les autres. L’enjeu : le second quartier général d’Amazon. Le siège d’origine est situé dans l’État de Washington, près de la ville de Seattle.
50 000 nouveaux emplois, 5 milliards de dollars d’investissements
L’enjeu ne peut pas être sous-estimé. Quel maire ne serait pas intéressé par la promesse de Bezos de créer 50 000 emplois et d’investir 5 milliards de dollars dans la construction d’un nouveau siège ?
La liste des exigences d’Amazon est assez stricte : l’entreprise veut avoir accès à un aéroport international, à un bassin de personnel hautement qualifié, et last but not least… à un énorme paquet de subventions.
La demande de Bezos a conduit à une guerre des enchères entre des dizaines de villes, dont Austin, Boston, Chicago, New York et Toronto. Pendant ce temps, les politiciens promettent toujours plus d’argent du contribuable pour remporter le projet. En conséquence jour après jour, la mise est surenchérie. L’état du New Jersey parie sur Newark et promet 7 milliards de réductions d’impôt. L’État du sud de la Géorgie promet de construire une toute nouvelle ville qui prendrait le nom… D’Amazon.

Le précédent Boeing
Mais d’autres villes ont jeté l’éponge. Ce sont celles qui se souviennent du précédent avec Boeing. L’avionneur a reçu en 2013 8 milliards de subventions de l’État de Washington, à la condition que l’entreprise s’y installe et qu’elle y crée de nouveaux emplois. Mais entretemps, Boeing a supprimé 15 % de ses emplois.
On ne saura pas avant l’année prochaine qui sera le gagnant final. Les principaux prétendants sont Dallas, Atlanta et Washington D.C.

Conclusion : les entreprises vont et viennent. Un maire serait donc fou de parier sur les promesses d’une entreprise pour brader sa ville.
Pour le moment, il semble que Bezos y parvienne plutôt bien.

https://fr.express.live/2017/10/19/bezos-amazon-siege/

Écrit par : L'enfoiré | 20/10/2017

Répondre à ce commentaire

Pourquoi les machines deviennent-elles très rapidement beaucoup plus intelligentes que nous ? C’est une question de culture. Une machine qui apprend toute seule n’est pas contrainte par la nôtre, celle des humains.

Comme l’explique David Silve, une machine apprend toute seule, en essayant de se battre elle-même, améliore sa performance à partir de rien : « from scratch », à partir de zéro, de la tabula rasa, à partir de l’ignorance totale.
Tant que la machine apprend à partir de la manière dont nous résolvons les problèmes, parce qu’on lui enseigne en lui disant de battre un adversaire dans des parties « historiques », elle participera de la « culture » que nous avons bâtie, nous humains, sur la manière de jouer ce jeu. Mais dès que la machine redécouvre entièrement le jeu, à partir de rien, elle n’est plus liée par nos conventions implicites relatives à ce que c’est que bien jouer. Vous vous souvenez peut-être de cette percée en 2015 quand, dans le jeu vidéo vintage casse-briques, la machine avait soufflé tous les anciens joueurs de ce jeu en allant casser des briques par au-dessus, en allant ricocher sur le plafond de l’écran.
Nous étions victimes d’une convention implicite propre à notre culture d’humains qui voulait qu’on ne casse évidemment les briques que d’en-bas.
AlphaGo de DeepMind (groupe Google) avait appris à partir de parties de Go jouées par des humains. Elle ne jouait pas si mal : elle avait battu tous les champions humains. AlphaGo Zero a elle appris toute seule, en essayant de se battre elle-même. Elle a battu AlphaGo par … 100 à 0.
AlphaGo était une classe au-dessus des humains. AlphaGo Zero est une classe au-dessus de AlphaGo.

https://www.pauljorion.com/blog/2017/10/20/pourquoi-les-machines-deviennent-tres-rapidement-beaucoup-plus-intelligentes-que-nous/#more-99839

Écrit par : L'enfoiré | 22/10/2017

Répondre à ce commentaire

La machine ne s’embarrasse pas de sentiments. Elle fait une erreur. Elle corrige, mais ne récidivera jamais la même erreur.
Elle a condamné la route qui a mené à l'erreur et l'a détourné par ses algorithmes de correction.

Écrit par : L'enfoiré | 22/10/2017

17 preuves que c’est votre premier jour de travail

Le grand jour est enfin arrivé… Vous commencez un tout nouvel emploi, intégrez une nouvelle équipe et paniquez déjà à l’idée de travailler toute votre vie. Ces 17 signes ne trompent pas, c’est bien votre premier jour de travail.

1. Entre l’impatience et le stress, vous ne parvenez pas à fermer l’œil
Toute la nuit vous vous êtes tourné(e) et retourné(e), découvrant des coins de votre lit où vous n’aviez encore jamais mis les pieds.

2. Surtout que vous n’arrêtez pas de penser à ce que vous allez mettre
Est-ce que l’ensemble que vous avez préparé la veille montre vraiment que vous êtes quelqu’un de responsable, déterminé et de sympa en même temps?

3. Quand le réveil sonne, la seule chose à laquelle vous pensez : ” fini les grasses matinées “
Et c’est parti pour les quarante prochaines années… au minimum!

4. Vos proches vous encouragent comme si vous partiez au combat
À part affronter votre reflet dans le miroir à 7h du matin et le trafic aux heures de pointe, vous n’allez rien affronter du tout.

5. De peur d’arriver trop tard, vous arrivez beaucoup trop tôt
Et vous regrettez déjà ne pas être resté(e) plus longtemps dans votre lit.

6. Et une fois sur place, vous tentez tant bien que mal d’être à l’aise
Pas évident avec tous ces étrangers qui vous tournent autour.

7. Tout le monde connait votre nom alors que vous vous les confondez tous
Oups…

8. Quand vient (enfin) la pause de midi, vous ne savez pas à côté de qui vous asseoir
C’est à ce moment précis que votre téléphone devient votre meilleur ami.

9. Quand vous cherchez quelque chose, vous ouvrez toutes les armoires avant de tomber sur la bonne
Et vous espérez qu’aucun collègue ne vous a vu.

10. Vous avez rêvé toute la journée de parler avec quelqu’un et quand on vous donne la parole pendant le meeting, vous perdez vos moyens
Vous avez perdu votre langue? Allez au suivant. Merci d’avoir été là!

11. À 16 heures, vous êtes le/la seul(e) dont le ventre gargouille
Quoi, on ne prend plus de goûter quand on travaille ?

12. À la fin de la journée, vous n’osez pas partir avant les autres
Vous vérifiez alors l’heure toutes les deux minutes. Ils veulent passer la soirée ici ou quoi?

13. Sur la route, vous découvrez les joies des embouteillages de l’heure de pointe
Alors que vous pensiez qu’on buvait des verres, après le travail…

14. Ou encore l’affluence dans les bus et les trains aux heures de pointe
“Laissez moi sortiiiir!”

15. Avec un frigo vide, qu’est-ce que vous allez bien pouvoir inventer comme souper?
Comment ils font tous ceux qui travaillent, gèrent leurs stocks et s’occupent de leurs enfants en même temps? Va falloir s’organiser!

16. Après avoir mangé des pâtes (pour changer), vous rêvez déjà de votre lit
Et vous pleurez en vous rappelant que ça sera comme ça pendant les quarante prochaines années.

17. En mettant votre réveil, vous vous dites déjà: “vivement vendredi soir”
Bienvenue dans le monde du travail!

https://fr.express.live/2017/10/23/17-preuves-cest-premier-jour-de-travail/

En fait, c'est une répétition d'une entrée des classes

Écrit par : L'enfoiré | 25/10/2017

Répondre à ce commentaire

Des robots visionnent YouTube pour prédire le comportement humain

Ces dernières années, Google a réalisé des progrès importants sur le plan de l’intelligence artificielle. Récemment, l’entreprise s’est mise à former des robots à la compréhension et à la prédiction du comportement humain. Pour ce faire, les machines ont visionné une quantité impressionnante de séquences vidéo sur YouTube.
Via cette expérience, Google souhaite doter les robots d’ « intelligence visuelle sociale »afin qu’ils puissent comprendre ce que les humains font, ce qu’ils pourraient faire et ce qu’ils tentent d’accomplir.
En outre, cette expérience permettrait d’apprendre aux machines à agir en fonction d’intentions humaines visibles.
Les clips vidéo visionnés par les machines durent trois secondes et sont issus de programmes de télévision du monde entier. Google a sélectionné 57.000 séquences vidéo, chacune en rapport avec une action spécifique d’un individu. Les vidéos ont ensuite été compilées dans la base de données Atomic Visual Actions (AVA) et subdivisées en 80 types d’actions différentes.

Publicité
En associant chaque activité à une personne spécifique, AVA a été capable d’analyser plusieurs actions simultanément et d’identifier le comportement de chaque personne. L’expérience s’est également focalisée sur des actions plus complexes durant lesquelles deux personnes interagissaient.
Dans certains cas, les machines ont pu prédire le comportement humain, fournir de l’aide et même anticiper une action.
« Malgré les percées réalisées ces dernières années dans le domaine de la reconnaissance et de la classification de sujets en images, l’identification d’actions humaines continue d’être un défi majeur », souligne les développeurs d’AVA. « Cela se doit au fait qu’une action humaine est moins définissable qu’un objet. »
Enfin, selon certains observateurs, cette technologie pourrait également être utile pour l’activité publicitaire de Google. « Il serait plus facile d’envoyer des publicités ciblées en fonction des actions des consommateurs ».

https://fr.express.live/2017/10/27/robots-visionnent-youtube-predire-comportement-humain/

Écrit par : L'enfoiré | 31/10/2017

Répondre à ce commentaire

"La fabrique de cerveau"
Dans les laboratoires du monde entier, la course au cerveau artificiel a déjà commencé pour tenter de transformer l’homme en être digital afin de le libérer de la vieillesse et de la mort.
La science-fiction a inventé depuis longtemps des robots "plus humains que l’humain", mais ce fantasme n’a jamais été plus près d’advenir. Aujourd’hui, des neuroscientifiques et des roboticiens se sont donné pour objectif de créer un cerveau artificiel capable de dupliquer le nôtre. Leur but : extraire l’ensemble des informations "programmées" dans notre cerveau pour les télécharger dans une machine qui nous remplacera et vivra éternellement. Rêve ou cauchemar ? Du Japon aux États-Unis, pionniers en la matière, Cécile Denjean ("Le ventre, notre deuxième cerveau") enquête aux frontières de la science et de la fiction, sur des recherches aux moyens démesurés.

Éternité digitale

La "brain race" ("course au cerveau") a aujourd'hui remplacé la "space race" ("course spatiale"). Après le séquençage du génome, la cartographie complète des connexions neuronales humaines, le Connectome, constitue le nouvel horizon de nombreuses recherches en cours. Cette "carte" du cerveau, récemment esquissée, comporte encore beaucoup de zones inexplorées. Pourra-t-on un jour "télécharger" les données d'une conscience individuelle comme on installe un logiciel ? Les enjeux diffèrent considérablement selon les acteurs. Dans le cas de grands projets scientifiques financés par les gouvernements, il s'agit de mieux comprendre le cerveau. Pour les transhumanistes, le but avoué est d’atteindre l’immortalité. Quant à l’empire Google, qui s'y intéresse également de près, il ambitionne de créer une intelligence capable d’apprendre et d’interagir avec le monde. Cette quête insensée, si elle aboutit un jour, offrira-t-elle l’éternité digitale à quelques milliardaires ? Donnera-t-elle naissance à une intelligence artificielle mondiale et désincarnée ?


https://www.youtube.com/watch?v=7lHoq-uJjR8
https://www.arte.tv/fr/videos/057415-000-A/la-fabrique-du-cerveau/

Écrit par : L'enfoiré | 31/10/2017

C'est Halloweeen
et Bruno Coppens en parle
https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-cafe-serre-de-bruno-coppens?id=2272132

Écrit par : L'enfoiré | 31/10/2017

Répondre à ce commentaire

Les Robots font maintenant agents de sécurité et ils ne coûtent que 6 dollars de l’heure

Dans plusieurs villes américaines, on a commencé récemment à utiliser des robots comme agents de sécurité. Les robots sont équipés de scanners laser, de matériel audio et vidéo, de capteurs qui recueillent tous types de signaux, et de thermomètres. Ils sont moins chers que les humains, travaillent 24 heures par jour, et ne nécessitent pas de sécurité sociale.
Les robots sont actifs dans 10 États différents, dans des villes telles que Boston, Atlanta, Dallas et Tampa. À san José (Californie) ils sont par exemple employés dans le centre commercial de Westfield Valley Fair .
Les robots sont la propriété de la start-up californienne Knightscope, qui peut déployer 4 types de robots pouvant être utilisés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur
Selon Stacy Dean Stephens, la cofondatrice de Knightscope, cette technologie sera de plus en plus utilisée. Elle prévoit que « quelques centaines » d’exemplaires seront opérationnels l’année prochaine, contre 47 aujourd’hui.

Qu’en est-il du cadre règlementaire ?
Les robots combinent 3 des plus grandes innovations mondiales : la technologie de déplacement autonome, l’intelligence artificielle et la robotique. Mais c’est aussi là que se situe le problème, parce nos sociétés n’ont toujours pas défini de cadre réglementaire dans aucun de ces domaines. De ce faite, ces robots ne peuvent être utilisés pour le moment que dans des entreprises privées, et non dans le domaine public, où ils pourraient être confrontés à des piétons.
« Il y a encore beaucoup de questions sans réponse concernant la réglementation des robots », explique le professeur A. Michael Froomkin de l’University of Miami Law School. « Comment peut-on s’assurer qu’ils ne blessent pas les gens, qu’ils ne roulent pas sur leurs pieds par inadvertance, qu’ils ne renversent pas des petits-enfants ou des chiens ? Et qui voulez-vous appeler quand les choses tournent mal ? Toutes ces questions sont pertinentes, il y a déjà eu des incidents ».

Ils coûtent moitié moins cher qu’un véritable agent de sécurité
Knightscope loue les robots à moyen terme à ses clients, et cela coûte environ 7 $ (si euros) par heure. Comme les robots sont toujours utilisés en combinaison avec des agents de sécurité humains, les entreprises qui utilisent deux robots avec un agent de sécurité humain peuvent économiser rapidement 50 % de leurs coûts.

https://fr.express.live/2017/10/31/robots-agents-de-securite/

Écrit par : L'enfoiré | 31/10/2017

Répondre à ce commentaire

La banque suédoise Nordea va remercier 6000 personnes : “La moitié des emplois bancaires vont disparaître”

La banque suédoise Nordea, qui emploie 31 500 personnes, va réduire son effectif de 6000 travailleurs. Cela comprend 4000 employés, soit 13 % de ses effectifs totaux. De plus, 2000 consultants quitteront l’entreprise. Selon le CEO Casper von Koskull, il ne s’agit pas d’un exercice de réduction des coûts. La mesure marque la transformation du secteur bancaire à l’ère numérique.
Selon von Koskull, dans 10 ans, le secteur bancaire emploiera la moitié du personnel qu’il fait travailler aujourd’hui. « Nous recrutons aussi beaucoup », explique le CEO. « Mais nous avons besoin de personnes avec des profils très différents de ceux des employés que nous avons aujourd’hui ».

Les syndicats ont qualifié cette décision de « choquante » et « brutale ».
Au cours des dernières années, le secteur bancaire a enregistré un très grand nombre de licenciements. Selon les chiffres de la fédération bancaire européenne, on y recenserait désormais 14 % de personnel de moins qu’avant 2008.
Dans une interview accordée à Bloomberg, von Koskull affirme que ce que Nordea s’apprête à faire est le reflet de l’avenir du secteur bancaire. Seules les banques les plus pragmatiques en termes de main d’œuvre, qui se seront dotées d’une certaine avance du point de vue numérique, pourront survivre.
Le CEO de Nordea s’est montré surpris par la réaction des syndicats. « Ils savent ce qui arrive. Cela fait 2 ans que nous en parlons ».
« Nous répondons à une tendance qui ne fera que se manifester de plus en plus fort dans le secteur financier. La transformation vers une industrie hautement numérisée est en cours. La combinaison de la numérisation et de l’intelligence artificielle, avec une touche humaine, est l’avenir ».

La robotisation
Il y a exactement 6 semaines de cela, l’ex-CEO de Citigroup, Vikram Pandit, avait mis en garde contre la perte d’un million d’emplois dans le secteur bancaire européen. Il avait affirmé qu’au cours des 5 prochaines années, au moins un travailleur sur 3, soit un total de 1 million de personnes, allaient perdre leur emploi. La raison : la robotisation de leur poste.
Selon Pandit, qui a présidé la banque américaine jusqu’en 2012, les procédures du secteur bancaire peuvent être simplifiées par des robots. Dans une interview accordée à Bloomberg, il a expliqué que emplois dans des services de back-office devraient être rapidement automatisés.

https://fr.express.live/2017/10/30/nordea-licenciements-secteur-bancaire/

Écrit par : L'enfoiré | 31/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire