Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2008

Journal d'une quille

Quand la retraite sonne, on ose espérer qu'elle ne sera pas celle de Russie. Voilà, la suite de "l'après travail".

vie,retraiteDu "Gendarme et les Gendarmettes" à Saint Tropez, avec De Funès qui avait pris sa retraite forcée, du film « Le Chat » avec Jean Gabin et Simone Signoret, on s’en souvient et cela fait réfléchir sinon avec une certaine crainte le jour où il faut raccrocher son tablier après une carrière pleine. Rappelez-vous en guise de "testament professionnel", j'avais écrit "Et si c'était à refaire". En fin de texte, je le léguais à tous mes anciens collègues et amis.

Le show théâtral que j'avais organisé et présenté alors est maintenant dans ma librairie de DVD, consultable à désir, c'est à dire, sans en perdre la mémoire. "Rock around the clock" avais-je nommé cet événement.

Lire la suite

22/10/2008

Et la raison fut

Lundi 13 octobre, on observait un vif rebond à New York. Le 15, rechute en Europe. Un "lundi rose" qui virait au rouge, deux jours plus tard. Depuis, la chute semble freiner sa course en plus de douceurs mais toujours aussi volatile. La Bourse, c'est comme la vie, cela respire. Alors, tirer une leçon d'une crise ou de plusieurs? C'est le même prix...

0.jpgA quand la sortie du tunnel? Qui oserait le dire aujourd'hui? Le brouillard de l'inconnu? Rien ne déplait autant la Bourse que les inconnues. Le pessimisme s'est propagé et a été tellement fort qu'il faudra du temps pour relancer la confiance.

L'optimiste a fait semblant de ne rien entendre. Le neutre a été attentiste, ouvert à toutes les rumeurs pour virer au quart de tour. Le pessimiste a perdu, à jamais, son épargne dans les statistiques.

Lire la suite

15/10/2008

"In vino", carré d'as ?

Que ne ferait-on pas pour un verre de vin? Tout le monde n'est pas nécessairement d'accord. Pardon, Messieurs les producteurs, viticulteurs et consommateurs.

boisson,vinL'émission de "L'envoyé spécial" de septembre 2005, parlait du vin et s'intitulait: "Des flacons d'éternité", déjà une rediffusion de décembre 2004. Je le ressors de sa boîte une nouvelle fois, comme on le fait le plus souvent quand les vendanges sont là et en fonction de l'actualité.

A l'époque, le texte l'annonçant sur la chaîne, disait :

"Ils ont entre 100 et 150 ans, plus parfois… Et pourtant, ces vins-là ont gardé une jeunesse étourdissante. On les appelle vieux millésimes. Ils ont été élaborés, vinifiés lors d’années exceptionnelles et aujourd’hui ils n’ont pas une ride....

Lire la suite

07/10/2008

Sommes-nous tous devenus mazos ?

J’ai toujours aimé jouer le rôle d’enfoiré. Cela fait un bail que les premiers lecteurs me suivent dans ma démarche. Enfoiré, mais jamais masochiste, même si les sujets étaient parfois très sérieux.

0.jpgDrastique et pragmatique sont les adjectifs que j’aime m’ajouter.

Je ne jouerai jamais un des rôles de sadique ou de masochiste qui, lors d'une rencontre, verrait le premier répondre par la négative après la demande du second de lui faire mal.

Les Réflexions du Miroir renvoient parfois une obligation de changer son fusil d’épaule à son auteur quand il n'est plus compris dans ces objectifs.

Nous nous apercevons de plus en plus qu’on aime se faire peur.

Il y a depuis toujours les médias qui se doivent de prévenir et il y a depuis la dernière décade les blogs et les sites citoyens qui en ajoutent une couche.

Lire la suite

05/10/2008

L'Amérique, présidence pragmatique ?

Que de choses n'a-t-on pas dit et écrit pour définir ce qu'est avoir l'esprit américain? Du "Grand Satan" au "monde de demain". L'Europe, au milieu, s'interroge sur les différences et les résultats des élections américaines qui pourraient influencer le monde entier. Cette fois, dans l'incompréhension totale de ce qui lui est arrivé suite aux dérives de cette Amérique. Après la crise, un peu de confiance revient avec le coup de poker de 700 milliards de dollars. "Bien loin de la "vieille Europe", l'Amérique, mais encore..." Article qui avait été ébauché dans "Tout va mal, non peut-être..."


 Les USA ont l'habitude de se retrouver dans l'opposition dans un état de (presque) guerre. Adulés ou mal aimés, les États Unis contre tous, mal compris de tous. Cela l'a toujours obligé d'ouvrir, plus que partout ailleurs, la bourse au budget militaire.

Lire la suite