Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2014

Comprendre la Foi pour un athée

L'été est fini. L'heure des bilans a sonné. Dernièrement, une lectrice s'étonnait que je n'écrive rien au sujet de l'EI. 

0.jpgNon, je n'avais rien écrit au sujet de l'EI. Comment être original à la vue d'une telle abomination quand les réseaux sociaux, la presse regorgent de réflexions horrifiées qui vont toutes dans le même sens? 

Alors, j'ai commencé à glaner les informations disponibles.

Etre choqué avec les images de l'assassinat de James Foley, tous le monde le serait en dehors de l'exécuteur lui-même et de disciples. Comprendre les sources est autre chose. 

"James Foley, un témoin, pas une icone", écrivait Marcel. "Personne n'est anonyme. Ne pas se laisser impressionner par les circonstances de sa mort. Rappelons ce que cela implique. Commémorons-le comme il le mérite puisque sont engagement était de rendre compte".


Qu'on se le dise, d'emblée, les extrémismes et les intégrismes existent dans toutes les religions et même chez les incroyants. Ceux-ci se terminent toujours au pire par des exactions criminelles.

L'Etat Islamique n'est pas là pour transiger et pour installer un esprit de conciliation. 

Ce qu'en disent les musulmans comme première approche est assez troublant.

0.jpg

"Insupportable. L'Islam n'a rien à voir. Nous condamnons. Ras-le-bol de faire des amalgames et de devoir se justifier. Il faut entretenir le dialogue. L'islam est une religion de paix", disent les interlocuteurs interrogés.

Comme première réaction, ce sont de belles paroles et on pourrait dire "ouf".

Les événements que l'on montrent à la télé rien qu'une autre vérité, une autre réalité? Pas vraiment...

Comme seconde réaction, on pourrait se demander s'il faut dialoguer de "Quel dialogue faudrait-il s'entretenir?" Le dialogue serait-il destiné, uniquement, entre les différentes confessions religieuses? 

0.jpg

Il y a plusieurs courants opposés dans l'islam comme dans la religion chrétienne.

Le chiisme et le sunnisme n'en sont que les principaux antagonistes mais d'autres existent sans même parler de sectes.

L'islam de EI, un nouveau schisme, en somme puisque ceux qui étaient interrogés ne semblaient pas suivre la même confession de l'islam et ne se sentaient pas concernés.

Dans ce cas,il s'agit plutôt de salafisme

Un article du Nouvel Obs donne des précisions sur "L'argent, les effectifs et l'organisation EI ou EIIL".

Le livre de Samuel Laurent "Al Qaïda en France" explique très bien cette idéologie radicale qui avec la loi de Dieu, la Charia se met en guerre avec les infidèle de l'islam. Le salafisme est basé sur le Tahwid, l'Al-Wala Al-Barra, le Dawa et le Djihad. Comme soldat de Dieu, on ne s'intègre jamais aux infidèles. Des interviews de salafistes font parties de sont livre et sont très éloquents.  

Le pays de l'Oncle Sam qui critique, tient, pourtant, lourdement, les religions dans ses basquettes avec un président qui prête serment une main sur la Bible.

0.jpgObama est mal pris en Syrie. Il semble avoir mal choisi son camp car les exactions de Bachar Al Assad ont été effacées par celles de ses opposants djihadistes qui ont profité de la situation.

On semble tourner autour du pot en changeant de partenaire dans un tango endiablé. 

On comprendrait que ce rédacteur "Le moine du côté obscur" écrive "La connerie humaine, une plaie".  

Mais ce n'est pas une question de connerie. C'est bien plus profond et cela s'inculque dès la prime jeunesse presque dans le berceau.

Un autre rédacteur, nommé Mohammed Bouhouch, de l'autre coté de la barre, écrivait "Occident contre Islamistes ou les croisades des temps modernes" avec des conclusions opposées comme "Les Jihadistes se disent choqués par les disparités sociales et l’existence déplorable dans laquelle végète l’écrasante majorité des peuples musulmans, au moment où une minorité de privilégiés vit dans une opulence provocatrice.". Faut-il en arriver à cette extrémité nihiliste? 

Ce qu'il oublie c'est qu'il a fallu Charles Martel pour arrêter la conquête musulmane.

Uarticle, plus troublant encore se demandait "Qu'achètent les djihadistes sur Amazon avant de se rendre en Syrie?": L'Islam pour les nuls et Le Coran pour les nuls ... "Des «jeunes hommes qui s'ennuient, la plupart du temps sous-employés, sur-qualifiés et désabusés, pour qui le Djihad est un employeur égalitaire, garantissant l'égalité excitante, glorieuse, séduisante qui les conduit à embrasser le djihadisme. La religion joue un rôle sous une forme politisée et pervertie de l'islam qui sert de « véhicule émotionnel »". 

0.jpg

Un autre article d'un magazine  d'Al-Qaïda précisait les prochaines cibles de l'Occident à attaquer. Une mention de propagande figurait en préambule: « Mon frère musulman, avant que tu ne commences à lire ces instructions, souviens-toi que l’histoire n’oubliera jamais ce type d’opération, si elle est bien préparée, qu’une cible adéquate est choisie, et qu’Allah décrète que tu réussisses. Elle restera dans l’histoire comme une défaite écrasante pour les ennemis de l’islam ».

Tous les autres seraient des "Ennemis de l'islam"'?  L’Etat Islamique est issu d’Al Qaïda en Irak mais il s’est construit en rivalité avec lui. Cette compétition l’a conduit à être de plus en plus violent et a usé de la propagande de la haine. 

La guerre économique à l'occidentale se transforme en guerre de religions.

Ce qui est sûr, c'est qu'un monde sans religions, sans dieux, aurait eu une autre histoire, moins fertile en coup d'éclats, mais moins houleuse et plus souriante comme je le faisais ressentir dans le récent "L'avenir à la burka".

Pour parler de religions, il faut prendre une attitude neutre, non partisane, mais consciente des risques qu'elles engendrent et des bienfaits quelles pourraient apporter aussi. Religions spirituelles ou temporelles, d'ailleurs.

Il y a longtemps, j'avais consacré un triptyque d'articles sans à priori que j'avais intitulé "Le ciel pour horizon". Cela m'a pris énormément de temps pour essayer de comprendre sans y parvenir vraiment. L'athée assume ses erreurs comme ses réussites sans chercher à avoir une sanction ou des félicitations extérieures.

Mon premier article sur le sujet de la religiosité sortait fin 2005. J'avais ressenti qu'il valait mieux postposer l'article suivant puisque nous étions en pleine période de trouble à la suite des caricatures de Mahomet parues dans les journaux. La suite et la fin arrivaient près d'un an après quand l'affaire s'était étouffée. Un an, pas pour l'écrire mais pour tenter de comprendre pourquoi l'on croit via la religion catholique.

Pour l'athée, le paradis après la mort, reste illusoire et il peut vivre sans attendre cette récompense. Même sans Dieu, la vie a un sens à condition de le vouloir au moment où elle est présente. La religion aide plus à mourir qu'à vivre. 

Ne parlons pas du 'Houri", des 72 vierges qui attendraient le bienheureux dans l'au-delà. 

Avec l'humour, on pourrait dire que le mécréant aurait des difficultés à assumer la tâche de dépucelage en tant que Kafir

Gardons l'humour en deçà et au-delà de nous.

En principe, la religion n'aide pas souvent à mieux vivre, mais à mieux mourir en paix avec soi-même après avoir reçu les derniers sacrements.  

0.jpg

L'antisémitisme, l'islamophobie, un délit? 

Pas un délit, mais une contre-indication pour vivre ensemble dans la paix.

Une croix sur l'Irak? Plaidoyer pour la création d'un état arabe chrétien?

Quand on remonte dans le temps, en 1950, Bagdad était une ville magnifique.

D'après la théologie de Marc Vervenne, "La religion judéo-chrétienne s'est développée comme un processus d'épuration. L'Ancien et le Nouveau Testament présentent une image très autonome de l'homme. Homme, indépendant et responsable, il aurait une relation avec Dieu qui ne relève pas de la servilité".

Ce n'est pas ce que l'athée pourrait constater dans les églises et encore moins dans les mosquées lors des prières et des prêches.

Entre l'église ou la mosquée ou le temple, les trois religions monothéistes, quelles sont les différences?

Des lieux de culte, tous trois...

0.jpg

Selon la hiérarchie, on passe de curés, prêtres, évêques, pape, messie des religions chrétiennes, aux muezzins, imams, muftis, mollah, califes, prophète de l'islam. D'un côté, on peut représenter la Messie, de l'autre, on ne peux pas représenter l'image du prophète. On passe de Rome à la Mecque.

Une première remarque, on ne naît pas croyant, on le devient suite au transfert d'une génération sur l'autre et à l'éducation des parents qui se poursuit dans les écoles qui ont une religion en arrière-plan à propager. 

Le nouveau film de Ken Loach "Jimmy's Hall" parle du rôle de l'église dans l'Irlande catholique.

0.jpgLa médersa s'en occupe tout autant dans la culture islamique par un enseignement coranique. 

Le 24 août dernier, ARTE présentait la jeune Azza, tiraillée entre deux cultures, celle de sa mère hollandaise et celle de son père égyptien. Elle parlait de sa religion, de la manière dont elle la pratiquait et titrait "La vie? Pas si simple".

D'entrée de jeu, elle ne pensait pas être une extraterrestre. D'être dans une classe mixte, garçons et filles n'était pas un problème pour elle. On apprenait que les filles ne peuvent pas dévoiler leur beauté aux autres gens mais qu'entre elles, elles peuvent le faire. Le voile serait là pour ne pas être l'objet de convoitise des hommes et les cheveux éveilleraient la jalousie qui est interdite dans l'islam. La femme doit être protégée comme un diamant à garder caché..

Mes questions seraient: "La jalousie n'existerait-elle pas entre filles? Est-ce que la "boîte" ne serait-elle jamais trop petite ou donnerait pas trop chaud en période de grandes chaleurs?" 

La religion, juste une question de voile?

Pas si sûr.

Le voile n'est que la représentation de son appartenance à une entité comme la croix l'est pour le catholique et la kippa pour le juif. 

Sur le ton islamique, une chanson serait-ce celle-ci, dans la joie ou une propagande? 



En Belgique, nous vivons dans un pays multiculturel.

La compréhension mutuelle y est donc obligatoire pour vivre entre communautés.

Pourtant, d'après le lien vers cet article le pays est le plus exportateur de djihadistes de l'Europe de l'Ouest. 36 djihadistes par million d'habitants. On aurait aimé avoir une première place dans un autre domaine, mais comme plaque tournante de l'Europe, trop d'options sont disponibles en marge de la société, en manque d'intégration et où des organisations pro-jihad comme l'a été charia4belgium, recrutent. Ceux-ci "éclairent" les gens et ce qu'ils font ensuite ne dépend plus d'eux. Vendre de la drogue aux infidèles n'est pas proscrit, mais en consommer, bien.

Chocs avec la religion chrétienne? 

0.jpg

Oui. L'évolutionnisme de Darwin a été s'opposer au créationnisme jusqu'en 1996, année où l'ouverture s'est produite pour ressortir de l'incompréhension du "fourre-tout".

La religion entre en conflit avec la science et l'évolution.

Un "préfixé à évoluer". Trop de preuves sont là pour en tirer plus qu'une théorie.

Pas de sélection naturelle, un créateur appelé "Dieu". Un Dieu qui devrait pardonner les erreurs des hommes après une obligation de respecter le repentir. 

Il y a quelques années, la revue scientifique "Nature" avait publié un article avec pour sous-titre "L'athéisme sera toujours plus difficile à vendre que la religion; nous sommes prédestinés à la croyance". "L'humain préfère croire à n'importe quoi plutôt qu'à rien" comme le disait, récemment, Jean-Loïc Quellec.

La religion a un potentiel de survie du genre humain pour œuvrer dans le même "dessein" qu'il soit "intelligent" ou non.

Le but serait de séparer le corps de l'esprit avec l'âme avec des valeurs morales qui n'existent pas dans le monde animal. Alors que la volonté de procréer, d'avoir une descendance est commune dans le monde du vivant. Le bien et le mal comme antagonisme principal sans chercher ce qui ferait la transition entre ces deux extrêmes.

La Bible, comme livre saint, recèlerait toutes les réponses à toutes les questions du monde comme le ferait Coran ou la Torah

0.jpgL'histoire a aussi connu tellement de haut-le-cœurs au "nom de..." au temps des croisades, de l'inquisition, du massacre de la Saint-Barthelemy et j'en passe et des meilleurs. Rien n'est innocent.

A Noël 2013, je tentais d'évaluer "Le poids du secret au nom de Dieu" en repoussant l'histoire jusque dans les petites histoires cachées.

A la suite d'une émission de télé, l'article "Le miracle, c'est d'y croire" était publiée sur le forum citoyen, Agoravox, encore dans les limbes. Le représentant des évêques avait répliqué d'une manière assez menaçante pour faire comprendre qu'il ne fallait pas pousser trop loin dans cette voie.  

A la base, encore une fois, rien de transcendant, de méprisant, dans mes propos.

La modernité n'a rien changé. Elle a seulement permis d'amplifier la polémique par la propagande par les médias disponibles interposés, pour imposer sa propre spiritualité à l'autre dans un monde où les pouvoirs religieux font la loi et quand le pouvoir spirituel prend le pas sur le temporel. Etat Islamique ou Daesh pour exprimer ce qui se passe, n'est qu'une manière plus ou moins autorisée de le définir. Aucune religion ne trône la violence en théorie. Le problème est plus sectaire, plus extrémiste et particulier. Quand une religion impose, fidélise par la force sa vision de pensée par n'importe quel moyen, elle outrepasse cette théorie.

Sous le couvert de phrases telles que "God save America", "God mit uns", "Allahu akbar" pour prouver la foi qu'on est dans son bon droit dans les exactions guerrières... 

Trois religions monothéistes se partagent la Foi après le polythéisme au panthéon de l'histoire.

0.jpg

La troisième religion monothéiste, la juive, ne m'avait pas laisser plus de bons souvenirs dans une première approche sur place dans le "Nouveau pont trop loin".

Jérusalem, la ville aux trois visages qui se disputent un bout de terre, un endroit saint.

Le mur des lamentations se transforment en mur de l'incompréhension et de la honte. Le choc de religions se passe encore devant nos yeux, aujourd'hui, à Gaza.  

Les Israéliens modérés se demandent si tout cela en valait la peine alors que le Hamas crie victoire. Certains... mais pas tous.

0.jpgPuis, il y a eu ces meurtres dans la Musée Juif de Bruxelles qui n'arrangent rien si ce n'est attiser la crainte et la haine.

Qui a raison, qui a tort? Une question à ne pas se poser. Inutile. Le problème, c'est qu'on se la pose de chaque côté et que la réponse vient automatiquement.

La diffusion des mythes de la création et du sacré était à l'honneur dans le "Cahier de S&V" du mois d’août.  

Le mot "mythe" vient du grec "muthos" et se traduit par "discours" ou "récit". Récit qui devient toujours fabuleux.

Le mythe évolue en fonction du paradigme politique et de la culture qui l'héberge. Cataclysme destructeur, déluge, font partie des mythes d'où naissent les croyances.

0.jpg

Mythe de l’Émergence d'origine africaine et mythe du Plongeon eurasiatique. La génétique des mythes s'accompagne du psyché, était-il dit.   

Mais ma question "Etes-vous auto-immune ou polythéistes?" remettait le couteau dans la plaie.

Sous le couvert du "rififi au Saint-Siège", les schismes et les intérêts particuliers existent tout autant.

Entre la théorie et la pratique, entre ce qui émerge et ce qui reste sous le manteau, la marge n'est pas toujours étroite.  

L'intégrisme du message de Benoit XVI  avait presque créé un trouble entre conservateurs et progressistes de l'église romaine. 

0.jpgDepuis, le Pape jésuite, François, semble avoir repris les chose en main et a créé une certaine unanimité de vue avec une "audace réjouissante". 

"La foi chrétienne est une expérience, d'après un ami curé. J'ai fait cette expérience jusqu'à mes 13 ans, et ensuite, j'ai douté pendant 10 ans avant, un jour, de me rendre compte que je ne pouvais plus du tout vivre avec. La prise de conscience définitive, ce fut… au Vatican !", me soufflait un athée.

La foi, un mot qui a beaucoup de sens, qui dans le langage courant, désigne la confiance et une très ferme assurance dans l'espérance d'une chose. Mais, elle ne transporte pas les montagne, comme on l'entend dans les moments d'émotion. Elle tient par les c...

Si, la 'véritable' foi transportait les montagnes, à cause de cela, elle ne saurait être transportée elle-même, par simple décret administratif, dans l'âme de l'incroyant"0.jpg

Le croyant religieux n'éprouve pas le besoin d'avoir une explication définitive à toutes ses questions. 

Karl Marx disait que la religion était l'opium du peuple parce qu'il la considérait comme un dérivatif.

Des chansons plus ou moins contestataires sur le thème catholique. Quelle importance?.

0.jpg

Etre laïc, ce serait ne pas prendre parti pour l'un ou l'autre. Un billet disait "Laïc, c'est le hic", pour dire que c'est aussi se sentir, quelque part exclu, de cette fameuse Arche de Noé. L'athée a toujours eu des problèmes pour se caser parmi ceux pour qui la religion est primordiale. Dénoncer le "privilège disproportionné dont jouit la religion dans nos sociétés dites laïques" en ferait partie. 

L'agnosticisme est une version attentiste, intermédiaire entre le croyant et le non-croyant non-théiste qui, attentiste, n'essaye pas de comprendre et que l'on peut concevoir avoir la Nature comme Dieu faisant fonction.

Les sagesses asiatiques nous aident à mieux vivre, est-il dit. Elles sortent partiellement du cadre des religions occidentales. Ce sont souvent des philosophies sans passer au stade de la religion.

0.jpgAlors, être athée, c'est quoi?

Beaucoup de synonymes à ce mot.

Un incroyant, tout d'abord. Qui nie l'existence de Dieu ou qui n'y verrait aucun intérêt...

Un libre penseur qui s'est affranchi de tout dogme religieux...

Ce  serait l'homme debout ou plutôt l'homme qui vit sa vie sur Terre sans penser à l'après qui croit en l'autre et en lui-même. 

Un mécréant s'affranchit des devoirs moraux par une vision plus péjorative.

Un infidèle qui ne comprendrait pas le bénéfice de la Foi religieuse, en quelques sortes.

Un athée est loin d'être un saint, mais il se doit d'être simplement responsable de ses actes, sans chercher à trouver un intermédiaire, un juge sinon celui qu'a apporté son éducation et son expérience.

L'acte de contrition, il le connait en lui sur le terrain de l'action et pas sous la confession. Il ne cherche ni reçoit aucun réconfort, ni compensations en résultat de ses actes et doit assumer ses réussites et ses échecs. Il aime le hasard.

Il ne se nourrit ni de l'étonnement, ni l'imagination face au mystère du divin. Le mystère, il cherche en permanence à le percer de manière philosophique ou par la recherche dite scientifique ou spirituelle. Il ne peut se nourrir de paradoxes pour dévoiler l'essence des choses dont il se nourrit. Il sait qu'il fait partie intégrante de la vie parmi d'autres types de vie sans se sentir supérieur. Il sait qu'il n'est qu'une étape, qu'il n'est pas un aboutissement dans la genèse et qu'au besoin de l'évolution, il pourra être dépassé par un autre être vivant encore plus efficace que lui.

Il sait que ce qui est bon pour l'un, peut devenir mauvais pour l'autre puisque son imagination ne peut jamais être déconnectée du rationnel et de l'environnement dans lequel il vit. Sa mort, pour lui, c'est passer le flambeau dans la course relais en un cycle continu de l'organisme simple au plus complexe. 

0.jpgLa recherche de la vérité dite "scientifiquement correcte" qu'il trouverait, ne serait qu'une réalité temporaire avant une autre en perpétuel chantier. Ce qu'il ne peut expliquer aujourd'hui, il a le pré-sentiment de pouvoir le faire demain ou après demain.  

Ceux qui croient, peuvent y trouvent une raison de mieux vivre et de moins souffrir dans l'espérance. Ils ont le droit de le faire à chercher des fidèles par la publicité comme c'est actuellement le cas sur Agoravox.

Le biologiste et chef de fille des Nouveaux athées, Richard Dawkins, entendait démontrer que "Dieu est très peu probable, inutile et nuisible" dans son livre "Pour en finir avec Dieu". Il avait déclenché d'énormes polémiques surtout aux Etats-Unis.  

Je n'irais pas jusque là.

Quand les religions cherchent à imposer leur vision du monde par la force ou par ingérence dans l'esprit pour en faire des disciples qui ne réfléchissent plus, il y a problème.

Parler de religions, de foi est souvent une opération à risques. Nous sommes dans un état de guerre latente entre les religions qui ne date pas d'hier. Une hache de guerre, enterrée mais qui ressort à fleur de peau dès la première incartade.

0.jpgWikipedia dit que "Le Coran condamne les « mécréants », incluant tous les non-musulmans mais aussi les adeptes des autres religions abrahamiques, qualifiés d'injustes, mais le verset 62 de la sourate 2 Al Baqara du Coran exclut de l'enfer et promet une récompense aux croyants, juifs, chrétiens, sabéens qui croient en Dieu et au Jour dernier et agissent justementIl indique ainsi que tous les mécréants sont condamnés à finir dans la Géhenne tant qu'ils persisteront dans leur conviction. Cependant, les lectures de l'athéisme en islam sont multiples et complexes et dépendent de l'interprétation faite du Coran. L'athée est considéré comme une personne dans l'« erreur » la plus profonde, personne qui sortirait de son « erreur » en commençant par respecter, tout au moins, les cinq piliers de l'islam. L'opprobre et les persécutions auxquels sont confrontés les musulmans ayant fait acte d'apostasie et devenus athées sont tels que le phénomène de l'athéisme officiel est inexistant et l'athéisme privé difficile à recenser".

0.jpgLà, on passe à la vitesse supérieure. Cette incompatibilité d'appréciation des réalités de deux mondes différents sous deux lois différentes, ne peuvent s'entendre et se confondre que par le doute mutuel dans une laïcité bien comprise. Ce qu'on observe est à côté de la plaque. 

Tout comme il y a des catholiques qui ne pratiquent pas en allant à l'église, il y a des musulmans qui ne prient pas cinq fois par jour et ne comprennent pas l'intégrisme.

0.jpgPour ne pas créer de polémique entre un athée et un croyant, il vaudrait mieux ne pas en parler et ne pas chercher à comprendre. Si comprendre ce qui est religieux pour qui n'a pas la Foi est difficile, comprendre les extrémismes de cette même Foi relève de l'impossible...  

A l'époque, j'avais lu "Je crois, moi non plus, dialogue entre un évêque et un mécréant", Ni l'un ni l'autre, n'étaient parvenus à se convertir dans la doctrine de l'autre.

Dialogues de sourds? C'est comme si nous vivions sur des planètes différentes.

Avoir la Foi en Dieu ne s'explique pas plus que la Foi en soi ou en l'autre.

Mais, « contraria contraiis curantur » disait une locution latine et changer de conviction ne se produit que dans une période de remise en question, de fragilité ou par la force.

La belle parole de Dieu donne, malheureusement, un très bon alibi pour d'autres buts moins avouables.

Toute doctrine peut s'interpréter différemment. Même les incroyants peuvent vivre sans problèmes avec les croyants... si chacun le veut.

Une reprise d'une chanson de Daniel Balavoine pourrait-elle l'expliquer, ce fait d'être athée?  

0.jpg

"Carpe diem". Je parlais de bilan de l'été dans chapeau de ce billet. Une envie me prend de relancer le billet "Vivement l'automne". Pas question de chanter "Tout va très bien, Madame la Marquise". Entre Ukraine, la Malaysianne Airlines, le bisou du mur des lamentations qui devient en coran alternatif des baffes roquetteuses, l'EI qui se change en tache huileuse, les mini-tornades qui font penser aux yankees sans se déplacer, l'Ebola qui parachève le travail, y a de quoi s'envoyer en l'air avec quelques antidouleurs dans la valoche. Tout cela est à envoyer en soins intensifs.

 

L'enfoiré,

 

Citations:

  • « Un athée est un homme qui croit qu'il est là par accident.  », Francis Thompson
  • « Il est difficile d'être athée, de se passer du petit zeste sacré, car on a toujours un Dieu quelque part.  », Patrick Grainville
  • « Vous me demandez si je suis athée ? ... Je suis plus intéressé par notre vin d'ici que par leur au-delà.  », Francis Blanche
  • « Catholique par mère, musulman par mon père, un peu juif par mon fils... et athée grâce à Dieu.  », Marcel Mouloudji

0.jpg1.jpg2.jpg

 

 

1.jpgL'occident s'organise après s'être effrayé.

 

Le livre de Philippe Geluck "Peut-on rire de tout" avait un chapitre au sujet des musulmans.

0.jpg

 

0.jpg

"Peut-on rire des musulmans ?  

Oui, mais à tes risques et périls.  Les musulmans cultivent plus volontiers la pastèque ou les dates que sens de l'autodérision, mais il y a plusieurs degrés comme pour le judo reconnaissable à ceinture. Le sommet de l'échelle de Richter de la foi, c'est quand ils refusent aux enfants l'histoire des "Trois Petits Cochons". 


Peut-on rire de Dieu ?  Oui, car il l’a bien cherché. 
Faut savoir que Dieu a créé la main sur la couture du pantalon, que cela ne se discute pas et même ce qui fait du bien doit être proscrit et, donc, pas prescrit. 

 


0.jpgMise à jour 29/09/2014: Ouverture du procès contre les ShariaForBelgium.

Mise à jour 12 mars 2015: Les cours de religions facultatifs

Mise à jour 06 mai 2015Parler de civile comme Gabriel Ringlet, voilà la meilleure solution comprise par tout le monde:

podcast

Mise à jour 26/05/2015: Jean-Claude Carrière était interrogé au sujet de son livre "Croyance"

podcastpodcast

 

0.jpg1.jpg

 

Mise à jour 27 aout 2015: Bruno Coppens réagissait au sujet des iconoclastes de Palmyrepodcast

Commentaires

Quid de la réciproque pour être complet en ce qui concerne le deuxième volet : comprendre l'athéisme pour un croyant

Écrit par : zelectron | 31/08/2014

Répondre à ce commentaire

Bonne question.
La connaissance vient partiellement de l'acquis par l'expérience, une autre l'inné par le transmis de génération en génération.
Un exemple de transfert très connu dans l'histoire est celle de Liszt qui en fin de vie est devenu religieux.
Est-ce la peur de mourir, un moyen d'avoir encore la reconnaissance de ses contemporains qu'il avait perdu en tant que musicien ou encore une manière de vivre qui ne nécessitait plus d'une représentation qu'il ne pouvait plus assumer et que la religion lui apportait?

Cette situation est à creuser de manière très précise.
Si vous avez des réponses à cette question ou aux vôtres, j'ouvre cette occasion pour en parler en commentaire ou même dans un article qui expliquerait ce que je n'ai pas fait.
Un article qui s'intitulerait par exemple: "Je crois donc je suis. Les athées ne comprennent rien".
Croire comme ne pas croire ne peuvent absolument pas avoir d'exclusive.

Écrit par : L'enfoiré | 31/08/2014

Je vous ai fait part de ma position il y a un certain temps déjà, à savoir qu'il n'y a pas chez les humains de positions figées pour "l'éternité" encore moins tout au long de leur vie : de l'athéisme le plus absolu avec une certitude du même acabit, en passant par l’agnosticisme mouvant, jusqu'au déisme intégral sans aucun doute que ce soit. Tout ceci avec moult nuances variant selon les états d'âme, le temps incertain, l'environnement propice ou non et puis que sais-je ...
Cependant je m'étonne de la certitude absolue de certains et par malice ( et parce que ça m'arrange, bien que je doute que ceci soit aussi à prendre en compte absolument ) Einstein disait: on reconnait l'intelligence en ce qu'elle doute ...

Écrit par : zelectron | 31/08/2014

Répondre à ce commentaire

Tout à fait.
Le mot "doute" est cité par 5 fois dans cet article. Tous les sujets existentiels sont à garder sous ce couvert.
Cette phrase de l'article dit tout "Cette incompatibilité d'appréciation des réalités de deux mondes différents sous deux lois différentes, ne peuvent s'entendre et se confondre que par le doute mutuel dans une laïcité bien comprise."
Le doute est à la base de l'esprit scientifique. C'est sa motivation, sa raison de vivre et ce qui intrigue.
Un scientifique doit pouvoir se remettre en question au cours de toute sa vie.
Einstein disait encore « Celui qui ressent sa propre vie et celle des autres comme dénuées de sens est fondamentalement malheureux, puisqu'il n'a aucune raison de vivre. »
Cette citation efface toutes les autres.
Lorsque le dialogue devient difficile, il vaut mieux temporiser et de parler d'autres choses.

Écrit par : L'enfoiré | 31/08/2014

A notre époque, la communion solennelle entre le plus souvent dans un premier stade dans la vie d'un jeune.
Puis, il faut comprendre qu'après avoir reçu une baffe, ce n'est pas en tendant l'autre que l'on se fait respecter.
L'esprit s'écarte de l'église. L'admiration des lieux église ou mosquée reste.
Les cours de morale font une autre césure.
L'univ et le libre examen termine l'éducation scolaire.
Agnosticisme du départ ne s'accorde pas avec un esprit scientifique.
Le numérique prouve, ensuite, que pour arriver à un but prédéfini, c'est une affaire très personnelle avec de multiples chemins, avec un seul bon, celui qui va à l'essentiel qui ne va pas nécessairement à Rome.

Écrit par : L'enfoiré | 01/09/2014

C'est beau la foi dans l'athéisme :-)

Écrit par : zelectron | 01/09/2014

Répondre à ce commentaire

je ne crois pas dans l'athéisme, je crois dans l'autre, je crois en moi
Comme le chantait Claude Nougaro

https://www.youtube.com/watch?v=_xSFY2iOm4E

Écrit par : L'enfoiré | 01/09/2014

L'Italie lance une alerte mondiale après qu'un rapport a affirmé que le Pape François était 'dans la ligne de mire' de l'Etat islamique

Le journal Il Tempo affirme que le pape François est dans la ligne de mire de L’Etat islamique (EI). Ce journal tiendrait cette information de sources israéliennes. Le pape serait ciblé parce qu’il est le plus grand représentant des religions chrétiennes et qu’il est le «porteur de fausses vérités ».
Le Vatican a nié catégoriquement cette information. « Il n'y a rien de sérieux dans cela. Il n’y a aucune inquiétude particulière au Vatican. Cette information n’a aucun fondement. », a indiqué Federico Lombardi, le porte-parole du Vatican à la Catholic News Agency.
Mais la même agence de presse a aussi affirmé que l'Italie avait lancé une alerte terroriste internationale, bien qu'il n'y ait aucune menace ou preuve que de possibles attaques pourraient être imminentes.
Le ministre de l'Intérieur italien Filippo Bubbico a dit que l'Italie et le Vatican couraient autant de risques que l’EI lance des attentats terroristes contre ce qu’ils estimaient être des «cibles sensibles » à Rome et ailleurs. En particulier, les ambassades étrangères de l’Italie et celles du Saint-Siège, les bus et les gares, les ports, les aéroports et les agences de voyage pourraient être visés.
Les autorités italiennes envisagent de restreindre l'accès à l'espace aérien au-dessus du Vatican et le ministère italien des Affaires étrangères, tandis que des forces de police seront déployées dans les centres de transports publics et les sites touristiques très fréquentés tels que le Coliseum et la place Saint-Pierre.
« L’IS pose une menace pour l'Europe et le reste du monde, et nous en Italie, nous sentons particulièrement exposés » a déclaré Bubbico à la chaîne de télévision italienne Sky News.
Selon le journal Corriere della Sera, une cinquantaine d’Italiens combattraient dans les rangs de l’EI. 80% d'entre eux seraient de « vrais Italiens», et les 20% restants seraient des fils d’immigrés, ce qui a écarté l’hypothèse selon laquelle l’immigration clandestine pouvait avoir joué un rôle dans leur recrutement.
Le journal a également publié cette semaine une interview du recruteur de djihadistes Imam Bilal Bosnic, qui a admis avoir tenté de recruter des musulmans italiens convertis pour combattre avec l’EI, et financer l’organisation terroriste. L’homme a défendu l'enlèvement de deux travailleuses humanitaires italiennes enlevées en Syrie et la décapitation du journaliste américain James Foley:
Je comprends que cela puisse sembler terrible à entendre, mais nous sommes en guerre, et c’était une tactique de guerre. Nous, musulmans, sommes convaincus que le monde entier sera un jour un État islamique. Notre objectif est de veiller à ce que même le Vatican soit musulman. Je ne serai peut-être pas en mesure de le voir, mais ce jour viendra. »

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=litalie-lance-une-alerte-mondiale-apres-quun-rapport-a-affirme-que-le-pape-franois-etait-dans-la-ligne-de-mire-de-letat-islamique&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 01/09/2014

Répondre à ce commentaire

Le Monde diplomatique a un article dont le titre est "Etat islamique, un monstre providentiel"
La conquête militaire de l'EIIL a surpris les pays occidentaux par leur rapidité.
La cause: la confusion générale. Obama a déclaré que ces pays n'avaient qu'à régler leurs problèmes en local.
L'EI n'a pas de frontières d'Etat. C'est la tache d'huile qui fonctionne.
L'invasion militaire de 2003 de G.W.Bush est encore dans les esprits.
Al-Qaida avec l'aide d'Al Jesira ont trouvé de l'air dans les peuples qu'ils traversent.
La guerre confessionnelle s'est institutionnalisé en interne, entre chiite et sunnites avec une logique fratricide.
L'apostat considéré comme traîtres dans le même camp sunnite.
L'autodestruction s'est mise en marche. Pas ou plus d'ingérence dans les affaires d'autres pays.
Who's who? La question ...
Guerre contre le terrorisme? L'occident pris dans un tourbillon de propagande...
... choisit un cheval. : répliquer en Syrie contre le gouvernement en place, pourtant légitimé de Bachar qui n'est pas un saint, mais qui l'est?
La polarisation est en place dans l'Umma ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Umma_(Sumer) ).
La boucle est bouclée... que dit-on dans ce cas-là?
Que le meilleur gagne?
Le communisme est mort, le capitalisme est dit à l'agonie par ceux qui en font partie, comme une contre-publicité, une propagande à l'envers.
Comme pour un djihadiste, la mort ne fait pas peur et qu'avec le paradis, la vie commence....
La solution: l'islam...

Écrit par : L'enfoiré | 01/09/2014

voici ma lecture de cet article du Monde Diplo:

« La focalisation sur cet épouvantail commode épargne à tous des remises en question douloureuses. » Par qui? Donc par nous les grands démocrates. Lorsque la seule idéologie est le capitalisme alors le résultat pratique ne peut être que la confusion.

……En revanche, il nous en apprend beaucoup sur la situation du Proche-Orient, et notamment sur celle des Etats de la région, sans parler des politiques étrangères occidentales.
L’Iran, qui a fait plus que leur offrir un soutien inconditionnel : dans le monde arabe, Téhéran poursuit une politique étrangère qui se résume de plus en plus à l’entretien de poches de miliciens chiites, ce qui contribue à la polarisation confessionnelle. Tu as probablement vu dans le magazine moustique la caricature montrant Obama se posant la question fondamentale de nos grands stratège « …les chiites se sont les gentils ou les méchants?

N’oublions pas les monarchies du Golfe, dont les pétrodollars, jetés à tout vent, financent une économie islamiste partiellement occulte. Et La Turquie donc…

Pour faire simple, le monde sunnite peine autant à rendre compte de son passé qu’à envisager son avenir. Un XXe siècle décousu, qui faisait suite à une longue occupation ottomane perçue comme une période de recul, s’est soldé par une série d’échecs : anti-impérialisme, panarabisme, nationalismes, socialisme, diverses formes d’islamisme, capitalisme n’ont débouché que sur des expériences ambiguës et amères.
Pendant ce temps, le monde chiite, lui, a enregistré des succès, même partiels : l’Iran s’est imposé comme un interlocuteur indispensable pour l’Occident et entend jouer un rôle toujours plus grand dans le monde arabe ; dixit le message de la Russie depuis des mois. Mais les russes sont le méchants donc ……

L’Occident n’est pas en reste. Si le sort des Yézidis, mourant de faim après une fuite éperdue dans les montagnes du Sinjar, préoccupe au plus haut point les chancelleries de l’Ouest, celui des habitants des quartiers assiégés de Damas, où un nombre plus important de sunnites sont affamés par le régime, laisse de marbre. Donc de la géostratégie à deux balles. Ou tout simplement une idéologie similaire qui a conduit à la chute de l’URSS.

Tous ceux qui abhorraient la « guerre contre le terrorisme » de M. Bush, y voyant soit une idée naïve de pompier pyromane, soit la rémanence aberrante d’une logique impériale, entonnent désormais cette antienne, parce que cela leur évite de réfléchir aux vrais dilemmes que pose la région. Donc de la géostratégie à deux balles. Ou tout simplement une idéologie similaire qui a conduit à la chute de l’URSS.

Les Etats-Unis : on n’intervient pas en Syrie parce que Daesh nous menace, mais on frappe en Irak parce que... Daesh nous menace. Cela est de la géostratégie peut-être - celle de l’incompétence certainement.

L’Etat islamique a donc de beaux jours devant lui, si les principaux acteurs continuent d’exploiter sa présence pour se dédouaner de leurs errements.

On peut percevoir les liens très étroits entrent les politiques et les religions. L’un utilise l’autre en fonction de ses besoins du moment.

Qui peut encore croire que ses religions ou sectes représentent des courants de pensées philosophiques cohérentes et surtout ayant une origine spirituelle et surnaturelle??

NB: encore une autre vision dite géostratégique de nos grands stratèges et démocrates (démocrates = droits de l’homme donc la vérité infuse); je viens d’entendre l’interview de Nina Bachkatov (Dr Science politique - professeur à l’ULG) suite à la difusion de déclaration faite par Poutine qui aurait déclaré qu’il fallait discuter de la partition de l’Ukraine: en résumé il y avait erreur de traduction du russe en anglais puis en français.
Ils sont cons ou ils nous prennent pour des cons. mais si leur géostratégie est de préparer les peuples européens à la guerre alors chapeau bas mes frères….

Sans éducation sans instruction digne de ce nom, donc sans esprit critique l’homme est réduit à l’obéissance, à la croyance…… vis à vis de celui qui sait, qui dit qui sait, qui crie qui dit qui sait. Après moi le déluge donc religieux en qq sorte…

Désolé mais je dois vomir just now

Écrit par : Donquichotte | 02/09/2014

Merci pour ce complément de lecture avisé.
Que j’acquiesce, bien sûr.

Concernant l'interview de Nina Bachkatov que j'ai écouté avec attention, oui, le problème de traduction est souvent à la base de mauvaise interprétation.
Pas encore de langue internationale reconnue par tous.
L'anglais ou plutôt le globish fait office
Je vais l'introduire à la suite de mon billet sur la Russie.

Écrit par : L'enfoiré | 02/09/2014

Jean d'Ormesson, 84 ans, s'interroge dµface aux mystères de l'univers dans son livre "Comme un chant d'espérance".
Pour lui "Croire en Dieu, c'est vouloir qu'il existe".
Dieu ne peut nous apparaître qu'à travers les hommes et la nature.
Sa manifestation apaarait dans le chant grégorien, le Concerto n°21 de Mozart...
Catholique agnostique.
La seule façon de servir Dieu est de servir l'homme.
Il est appelé "Écrivain du bonheur" dans un monde dur qui donne la mélancolie...

Écrit par : L'enfoiré | 02/09/2014

Répondre à ce commentaire

«Ignoble, dégueulasse»: écoeurement des Occidentaux après la décapitation d’un second otage

http://www.lesoir.be/643415/article/actualite/monde/2014-09-03/ignoble-degueulasse-ecoeurement-des-occidentaux-apres-decapitation-d-un-second-o

Écrit par : L'enfoiré | 03/09/2014

Répondre à ce commentaire

A quelques jours de l'anniversaire du 11/9, les services secrets de l'Afrique du Nord sont nerveux: 11 avions de ligne ont été dérobés à l'aéroport de Tripoli

En Libye, des milices islamiques se sont emparées d’une douzaine d’avions de ligne le mois dernier, et les services secrets de pays occidentaux ont mis en garde contre une possible utilisation de ces avions dans des attentats en Afrique du Nord. Ces attaques pourraient coïncider avec le 13ème anniversaire des attaques du 11/9/2001 contre New York et Washington, et le second anniversaire de l’attaque de l’ambassade américaine à Benghazi, au cours de laquelle 4 Américains avaient été tués, y compris l’ambassadeur américain Christopher Stevens.
Les avions auraient été dérobés à la fin août, lorsque la coalition de milices islamistes Farj Libya (‘Aube de la Libye’) a pris le contrôle de l’aéroport de Tripoli, situé à environ 30 km au Sud de la capitale Tripoli.
Au même moment, la chaîne de télévision Al Jazeera avait fait état de rapports des services secrets occidentaux évoquant une menace terroriste à la suite du vol de 11 aéronefs commerciaux. En conséquence, la Tunisie et l’Egypte, inquiètes que ces appareils puissent être utilisés dans des missions suicide, ont toutes deux interdit les vols en provenance d’aéroports libyens, et les armées de certains pays d’Afrique du Nord (Maroc, Tunisie, Algérie Egypte) ont été placées en état d’alerte.
Des avions militaires égyptiens ont déjà mené des frappes sur le territoire libyen contre les positions de Farj Libya. Selon des officiels américains, certains signes pointent vers une intervention de plus grande envergure des forces de l’armée égyptienne pour empêcher que le pays riche en pétrole ne tombe complètement aux mains d’extrémistes islamistes entretenant des liens avec Al-Qaïda.
Abderrahmane Mekkaoui, un expert militaire marocain, a expliqué à la chaîne de télévision Al Jazeera que l’alerte concernant les avions de ligne volés était préventive et qu’elle couvrait la zone s’étendant de la capitale égyptienne du Caire à la métropole de Lagos, au Nigeria. Il a affirmé que c’était le groupe d'Al Moulathamoune, la « Brigade des Masqués », une organisation libyenne qui a été qualifiée de terroriste par le Département d’Etat américain en décembre de l’année dernière, qui s'était emparée des appareils. Il a également dit que des rapports d’intelligence « crédibles » remis aux différents gouvernements des pays de la région indiquaient que cette organisation envisageait de les utiliser pour lancer des attaques sur l’un des pays du Maghreb à l’occasion de l’anniversaire du 11/9.
D’après Sebastian Gorka, un expert du contre-terrorisme, si ce vol est confirmé, les avions de ligne pourraient être utilisés de deux manières : soit comme des missiles, comme cela a été fait lors des attentats du 11/9, ou bien comme un moyen de transport trompeusement anodin pour permettre à un grand nombre de terroristes d’atterrir sur une destination choisie sans éveiller l’attention des forces de sécurité locales.
Michael Rubin, un spécialiste du contre-terrorisme de l’American Enterprise Institute, a rappelé qu'ils pouvaient constituer des armes redoutables:
Qui a besoin de missiles balistiques, quand on peut utiliser des avions de passagers ? Même vides, mais remplis de carburant, ils peuvent être dévastateurs. Chacun pourrait faire un millier de victimes, s’ils sont exploités pour optimiser leur effet dévastateur. »
Au cours de ce weekend, le gouvernement libyen a annoncé qu’il avait perdu le contrôle de Tripoli. En août, le parlement libyen avait qualifié les organisations islamistes de Farj Libya et d’Ansar al Sharia d'organisations terroristes qui mettaient tout en œuvre pour renverser le gouvernement.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=a-quelques-jours-de-lanniversaire-du-119-les-services-secrets-occidentaux-sont-nerveux-11-avions-de-ligne-ont-ete-drobs-a-laroport-de-tripoli&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/des-satellites-espions-des-avions-156268

Écrit par : L'enfoiré | 06/09/2014

Répondre à ce commentaire

Une guerre peut en cacher une autre

Il faut avoir foi dans son bon droit et dans sa force pour s’engager ainsi franc battant dans la guerre, ce moment paroxystique dont nul ne ressort intact. En décidant hier de s’aligner aux côtés des Etats-Unis dans une série d’opérations menées contre Daesh en Irak, la Belgique a tenu à faire savoir qu’elle a bonne conscience.
Mais cette guerre est-elle légale ? Est-ce une guerre juste ? Est-ce la seule solution ?… Les questions que soulève tout conflit dans une démocratie bien faite n’ont semble-t-il pas mérité cette fois qu’on leur consacre de longs débats. L’énumération quotidienne des actes barbares commis par l’« Etat islamique » conjuguée au risque de voir Bagdad tomber entre ses mains paraît devoir tout justifier.
A des milliers de kilomètres de là, en Algérie, la décapitation de l’otage français Hervé Gourdel n’a fait que conforter ceux qui prônent l’urgence de se ruer en guerre. Que faire sinon agir ?
Mais l’art de la guerre, ce serait aussi « de soumettre l’ennemi sans combat », a écrit au VIe siècle avant J.-C. le général chinois Sun Tzu – qui en connaissait un bout en la matière. Deux millénaires et quelque plus tard, on est loin du compte. La solution militaire s’est imposée en Irak, en Afghanistan ou en Libye sans rendre le monde meilleur, loin s’en faut. Or voilà pourtant la Belgique prête à s’envoler vers un nouveau conflit qui ne résoudra pas l’instabilité maladive de la sous-région. Parce que la paix ne se gagne pas au seul son des canons, mais en collaborant durablement avec ceux que l’on a prétendu ainsi délivrer.
Au lieu de cela, le risque est pris ici de s’aliéner ces femmes et ces hommes qui, largement majoritaires de par le monde, veulent croire en un islam pacifique.
Cette nouvelle expérience guerrière pourrait nous valoir bien des drames. Demain, des F-16 belges prendront peut-être pour cible des… Belges. Des gars et des filles de Courtrai, Anvers ou Molenbeek que l’islam radical aura poussés dans l’ornière du djihadisme. Le droit sera sans doute du côté de nos soldats, mais notre société, elle, aura à prendre toute la mesure de son échec. L’échec d’une intégration ratée, le résultat de ce peu de perspectives qui pousse les amers et les révoltés à choisir les solutions extrêmes. Sans parler du risque de représailles au pays.
A l’heure où la suédoise se prépare à prendre des mesures sévères contre le radicalisme et le terrorisme, il est temps de songer aussi à réinvestir dans le vivre-ensemble. Par l’échange, l’école et le travail. Ce combat-là, six F-16 ne le gagneront pas. Il est pourtant fondamental pour les années et les décennies qui viennent. Pour la paix intérieure. Celle du pays. Et celle de tout un chacun.

http://www.lesoir.be/663221/article/debats/editos/2014-09-25/une-guerre-peut-en-cacher-une-autre

Écrit par : l'enfoire | 25/09/2014

Répondre à ce commentaire

https://www.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DJbAj1VW-5XE&h=6AQGjzNhR
L'état Algérien veut l'anéantissement des chrétiens de Kabylie, mais ce tragique évènement, qui a mis en pleine lumière le martyr de l'otage français Hervé Gourdel, va l'obliger à changer de position
Persécution des chrétiens en Algérie : Un citoyen de Zerkoun saisit la cour pénale internationale de La Haye
C'est après avoir épuisé toutes les démarches auprès des autorités nationales algériennes et des instances internationales que Slimane Bouhafs, citoyen de la commune de Bousellam, dans la daïra de Bouandas rattachée à la wilaya de Sétif, plus précisément résidant au village Zerkoun, est arrivé à l'ultime recours, à savoir, saisir par écrit le tribunal international de La Haye , Pays Bas.
Le seul « tort » de Slimane Bouhafs est de s'être converti au christianisme en 1997.
En attendant Slimane Bouhafs se bat quotidiennement pour ses droits élémentaires sans se passer de ses convictions malgré le comportement inhumain d'une société qui n'a jamais cessé de vanter son caractère " tolérant ".
En fait, la réalité quotidienne prouve le contraire.
http://messianique.forumpro.fr/t356-un-reveil-spirituel-en-kabylie

Écrit par : zelectron | 25/09/2014

Répondre à ce commentaire

Et que fait-on de "Al-Takia" ou l'Art de tromper l'ennemi chez les islamistes ?
Taqiya=mensonge encouragé ou mensonge obligatoire si c'est au bénéfice de l'islam ?
Les "personnalités" en question se sont bien gardées depuis des décennies de condamner les actes de barbarie des islamistes. Aujourd'hui sachant que l'opinion publique se retournerait contre eux, il leur a bien fallu à leur tour former un "collectif" pour déclamer à qui mieux mieux leur réprobation du crime commis sur la personne d'Hervé Gourdel ... avec toute la sincérité requise !

Écrit par : zelectron | 26/09/2014

Répondre à ce commentaire

http://mobile.agoravox.fr/actualites/international/article/qui-sont-tes-parents-petit-eiil-157240

un article qui explique bien le dilemme d'aujourd'hui

Écrit par : l'enfoire | 26/09/2014

C'est parti. On ne sait pas où on va mais on y va dans la coalition

http://www.lesoir.be/664982/article/actualite/monde/2014-09-26/voici-carte-des-pays-qui-vont-lutter-contre-l-etat-islamique

Écrit par : l'enfoire | 26/09/2014

Répondre à ce commentaire

La vraie vie dans l'État islamique (résumé d'un article de l'Echo)

Têtes tranchées exposées sur la place publique, femmes fouettées parce qu’elles ne portent pas le niqab selon les règles, enfants qui s’entraînent à décapiter la tête de leurs poupées, et dans les écoles, suppression de toute référence à la poésie et à l’art. C’est le quotidien des habitants de l’État islamique.
La ville de Raqqa conquise en juin par le calfat autoproclamé de l'EI a une police islamique d'Etat, "hisbat" qui véridµfie si l'alcool n'est pas ditribué, si les cigarettes sont bien prohibées dans le respect de la charia. Les parents de jeunes enfants reçoivent de l'argent pour qu'ils les envoient dans des camps militaires.
Dire que l'EI n'est pas organisée en un Etat serait faux. Mais il faut savoir que ce qui ne fait pas partie de lui est contre lui.
Tout est basé sur la soumission.
Soi-disant pas de racisme, mais les étrangers sont toujours considérés en tant que tel

Écrit par : L'enfoiré | 29/09/2014

Répondre à ce commentaire

Le mégaprocès du djihad à Anvers: un des prévenus défend Fouad Belkacem (vidéos)

Activiste ou victime?

http://www.lesoir.be/666204/article/actualite/belgique/2014-09-29/megaproces-du-djihad-anvers-un-des-prevenus-defend-fouad-belkacem-videos

Écrit par : L'enfoiré | 29/09/2014

Répondre à ce commentaire

Le Britannique décapité par l’EI était un chauffeur de taxi «au grand coeur»

Alan Henning s’était porté volontaire pour aider les victimes de la guerre en Syrie.
lan Henning, que les djihadistes de l’Etat islamique (EI) disent vendredi avoir décapité, était présenté par tous ses proches comme un chauffeur de taxi de Manchester au grand coeur, qui voulait aider les victimes de la guerre civile en Syrie.
Le Britannique de 47 ans, marié et père de deux adolescents avait été enlevé en décembre alors qu’il s’était porté volontaire pour acheminer de l’aide dans un camp de réfugiés syrien.
Son apparition dans une vidéo des extrémistes sunnites le 15 septembre dernier a ému tout le Royaume-Uni où la presse le montrait souvent souriant avec un enfant syrien dans les bras.
Son sort a soulevé une mobilisation importante, notamment auprès de la communauté musulmane, et sa femme n’a cessé d’implorer les djihadistes de l’EI d’épargner son mari, lors de plusieurs messages vidéo déchirants.

Volontaire « au grand coeur »
Surnommé « Gadget » pour son goût prononcé pour les nouvelles technologies, Alan Henning n’était pas un professionnel de l’humanitaire.
Touché par les souffrances de la population civile syrienne, il avait décidé de s’associer à un groupe d’amis musulmans qui avaient fondé une association caritative, « Aid4Syria » – une appellation qu’il s’est fait tatouer sur le bras, afin d’amener de l’aide humanitaire dans des camps de réfugiés de ce pays ravagé par la guerre civile.
« Alan est un homme plein de compassion », a déclaré au Guardian Kasim Jameel, également chauffeur de taxi dans le grand Manchester, et l’un des organisateurs des convois humanitaires auxquels Alan Henning avait pris part. Selon la presse, il s’était rendu à quatre reprises dans le pays.
D’après Kasim Jameel, Alan Henning avait insisté pour participer au dernier convoi au lieu de passer les fêtes de fin d’année avec sa famille. « Je pourrais raconter beaucoup d’anecdotes sur le bien qu’Alan a fait et sur la manière, dont ce non-musulman a aidé des musulmans qui souffraient de ce conflit », a-t-il ajouté.
Décrit par ses amis comme « un homme au grand coeur », il s’était également activement engagé dans la collecte de fonds pour financer l’équipement médical et l’aide alimentaire que le groupe a ensuite apportés en Syrie.

Arrêté le 20 décembre
Les véhicules du convoi humanitaire informel, qui ont quitté le Royaume-Uni le 20 décembre, ont été arrêtés par un groupe armé après avoir franchi la frontière turque.
« Ils ont mis tout le monde dans une pièce et ont commencé les interrogatoires », a rapporté, sous couvert d’anonymat, un ami du Britannique au Times.
« Ils parlaient anglais parce que personne dans le convoi ne parlait arabe. C’était un mélange de Libyens et d’Algériens et ils n’ont pas bien traité Alan parce qu’il n’était pas musulman », a-t-il ajouté.
Alan Henning a ensuite été séparé de ses camarades, selon leur récit fait à leur retour au Royaume-Uni, après avoir été libérés.
Plusieurs journaux britanniques rapportaient qu’il avait ensuite été déplacé jusqu’à Raqqa, au nord de la Syrie, présentée par les djihadistes de l’EI comme leur capitale.

« Désintéressé »
A la demande du ministère britannique des Affaires étrangères, ses proches et sa famille avaient depuis gardé le silence sur son enlèvement.
Une journaliste de la BBC, Catrin Nye, a croisé son chemin en octobre dernier alors qu’il remplissait une ambulance de couches et de petits pots pour enfants.
« C’était quelqu’un de marrant, il faisait beaucoup de blagues (.) et il était porté en haute estime par ceux qui allaient voyager avec lui », se souvient-elle.
« Les gens, ajoute-t-elle, le décrivaient comme quelqu’un de très gentil, désintéressé, un mec ordinaire, un père, un chauffeur de taxi, un amateur de pêche, quelqu’un qui voulait et veut toujours aider les civils syriens. »

http://www.lesoir.be/671419/article/actualite/monde/2014-10-04/britannique-decapite-par-l-ei-etait-un-chauffeur-taxi-au-grand-coeur

Écrit par : L'enfoiré | 04/10/2014

Répondre à ce commentaire

Manifestations dans les aéroports de Bruxelles et Liège contre Daesh

Les manifestants exigent une intervention de la communauté internationale à la suite des violents combats dans la ville de Kobané

http://www.lesoir.be/673103/article/actualite/belgique/2014-10-07/manifestations-dans-aeroports-bruxelles-et-liege-contre-daesh

Les commentaires sont tout aussi intéressants.

Écrit par : L'enfoiré | 07/10/2014

Répondre à ce commentaire

'Les musulmans non-islamistes doivent purger leur théologie de tout ce qui est contraire aux droits de l'homme et à la démocratie'

Le conflit avec l'islamisme est considéré comme une confrontation politique. Mais on oublie alors de prendre en compte une particularité que l’extrémisme islamiste partage avec les idéologies fasciste et communiste : l’idée qu’il faut supprimer tous ceux qui ne conforment pas à un certain modèle d’individu. Comme ces idéologies, l’islamiste conduit donc au meurtre, analyse Jacques Schuster du journal allemand Die Welt. Il rappelle que la chute du Mur de Berlin est la conséquence d’une « idée qui a brillé dans l’obscurité », d’une façon de penser différente, dissidente à l’idéologie en place.
« Il est étrange que personne ne souligne cela dans la lutte contre le djihadisme et le combat que les Islamistes mènent pour dominer le monde. L’une des raisons qui explique ce manquement est qu’à l’ère du politiquement correct et de la tendance généralisée à la circonspection, peu en Occident ont le courage de mettre l’Islamisme en parallèle avec les idées totalitaires du 20ème siècle. Pourtant, d’innombrables paroles et actes prouvent cette affiliation. (…)
Soyons clairs : le fascisme, le communisme et l’islamisme, ont beaucoup de choses en commun. (…) Tous les trois partagent une pensée commune. Elle culmine dans l’idée de l’éradication de ce qui est soi-disant « nocif » et « superflu », pour assurer la bonne marche d’un mouvement, ce qui équivaut finalement au phénix qui renait de ses cendres, à la nécessité de construire un homme d’un nouveau genre. Si vous deviez caractériser le fascisme, le communisme et l’islamisme par une règle générale, elle serait la suivante : ils ont abouti tous les 3 à un commandement commun, « Tu tueras ». (…)
Il est temps de traduire des romans et de les distribuer dans ces Etats - sous la forme de livres, ou au moyen d’internet – où les jeunes ont soif d’apprendre, mais où, privés d’espérance, ils cherchent des idées, et ne trouvent aucune alternative aux émanations spirituelles de l’islamisme. »
L'islamisme est aussi un problème dans notre pays, écrit Rudi Dierick sur de Bron :
« Les musulmans modérés se plaignent aussi de la grande domination du mouvement islamiste dans les mosquées flamandes. Les imams et les théologiens démocratiques sont rares, encore plus que dans les autres pays occidentaux. (...) D'autres soulignent (...) la négation « politiquement correcte » de l'islamisme et d'autres facteurs endogènes. (...)
L'extrémisme n'a pas sa place dans notre société. Nous ne renouerons pas avec la paix sans des mesures difficiles et des lois fermes pour gagner le respect. Cela devrait comprendre l’organisation de poursuites pour tous ceux qui prônent l'extrémisme, et l'interdiction de retour au pays, la révocation du passeport et de la nationalité pour tous ceux qui participent à des crimes islamistes ou ceux qui voyagent dans les zones sous contrôle islamiste. Des centaines d’actions sont nécessaires pour assurer l’intégration.
Cependant, les musulmans (non-islamistes) portent une responsabilité cruciale. Ils peuvent purger leur théologie de tout ce qui est contraire aux droits de l'homme et à la démocratie, et contribuer à réduire l'ignorance chez les musulmans du monde. »

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=les-musulmans-non-islamistes-doivent-purger-leur-theologie-de-tout-ce-qui-est-contraire-aux-droits-de-lhomme-et-a-la-democratie&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 08/10/2014

Répondre à ce commentaire

Éradiquer le terrorisme de l'EI, c'est possible... par l'ouverture des chambres de compensation comme Clearstream
Elles sont sont le centre névralgique de toute la corruption mondialisée : les prostituées, la drogue, les armes, les « dessous-de-table », etc

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/comment-eradiquer-tout-simplement-157756

Écrit par : L'enfoiré | 09/10/2014

Répondre à ce commentaire

Nobel de la Paix : une réponse aux extrémistes islamistes

Les lauréats 2014, Malala Yousafzay et Kailash Satyarthi, sont honorés pour leur combat en faveur de l'éducation des enfants. La distinction de la jeune Pakistanaise est aussi un appel à la résistance à l'extrémisme de tous les islamistes

http://www.levif.be/actualite/international/nobel-de-la-paix-une-reponse-aux-extremistes-islamistes/article-normal-316183.html

Écrit par : L'enfoiré | 10/10/2014

Répondre à ce commentaire

Mais passons à l'église catholique romaine:

LA SAINTE CHAPELLE, PAR LA VOLONTÉ DE SAINT LOUIS

En 1248, le roi Louis IX fit édifier à Paris et à son usage quasi exclusif une chapelle afin d’abriter la Sainte Couronne d’épines de Jésus crucifié. Chef-d’oeuvre de l’art gothique, la Sainte-Chapelle servit surtout de catalyseur religieux pour son peuple qui vit dans ce roi couronné à 12 ans un protecteur et un rassembleur.
Louis IX n’aura jamais atteint son but ultime : reconquérir Jérusalem et vider la Ville sainte des impies. Les deux croisades qu’il entreprit en 1248 et 1270 furent deux échecs retentissants – la première aboutissant à sa capture, la seconde à sa mort –, mais lui assurèrent la considération du pape. S’il marqua l’histoire de la chrétienté, ce fut dans son propre royaume, en plein cœur de Paris. En 1248, il fit édifier à son usage quasi exclusif une chapelle afin d’abriter la Sainte Couronne d’épines de Jésus crucifié. Chef-d’œuvre de l’art gothique, l'édifice servit surtout de catalyseur religieux pour son peuple qui vit dans ce roi couronné à 12 ans un protecteur et un rassembleur. À défaut de pouvoir y pénétrer, les fidèles lui étaient reconnaissants de pouvoir approcher le plus prestigieux reliquaire du monde. Alors qu'on célèbre cette année le huit centième anniversaire de la naissance de saint Louis, le film de Martin Fraudreau raconte la passion mystique de ce souverain martyr puis canonisé. Servi par de somptueuses images de la chapelle et de ses mirifiques vitraux, il établit un parallèle foisonnant entre l'ambition architecturale et l'engagement christique d’un ascète qui, par son exemple, tenta de moraliser la vie publique.

http://www.arte.tv/guide/fr/052417-000/la-sainte-chapelle-par-la-volonte-de-saint-louis?autoplay=1

Écrit par : L'enfoiré | 12/10/2014

Répondre à ce commentaire

'L'armée de l'Etat islamique (EI) compte 200.000 hommes'

Un officiel kurde affirme que l’organisation terroriste de l’Etat islamique (EI) a recruté une armée de près de 200 000 hommes, un chiffre 7 ou 8 fois plus élevé que les estimations de la CIA, rapporte The Independent.
« Je parle de centaines de milliers de combattants, parce qu’ils sont capables de mobiliser des jeunes hommes arabes dans les territoires dont ils se sont emparés », a déclaré Fuad Hussein, Chef d'état-major et proche du président kurde Massoud Barzani, au journal, au cours d’une interview.
Il pense que l’EI contrôle désormais un territoire qui représenterait un tiers de l’Irak et un tiers de la Syrie grand comme la Grande-Bretagne, avec une population d’entre 10 et 12 millions de personnes. Un territoire aussi vaste fournit un vaste potentiel de candidats pour rejoindre l’organisation terroriste.
Hussein justifie ses estimations par les différents fronts sur lesquels l’organisation est présente simultanément : « Ils se battent à Kobani. Au Kurdistan, le mois dernier, ils ont attaqué 7 endroits différents, dont Ramadi [la capitale de la province d’Anbar, à l’Ouest de Bagdad], et Jalula [une ville proche de la frontière iranienne]. Il est impossible de parler de 20 000 hommes, ou d’un nombre similaire », a-t-il déclaré, faisant probablement référence aux évaluations de la CIA, qui avait estimé que les effectifs de l’organisation se montaient à entre 20 000 et 31 500 combattants en septembre.
La sous-estimation de la taille de l’armée de l’EI pourrait expliquer pourquoi les Etats-Unis et les différents pays qui combattent l’organisation terroriste ont été constamment pris par surprise au cours des 5 derniers mois, et pourquoi l’EI a continué de remporter des victoires sur l’armée iraquienne, les rebelles syriens et les peshmergas kurdes. Elle suggère qu’il sera très difficile de venir à bout de l’organisation au moyen de seules frappes aériennes.
Vendredi dernier, le Général Martin Dempsey, chef d'état-major de l'armée américaine, est arrivé à Bagdad, et a qualifié l’EI de « bande de nains », tout en concédant que la campagne durerait probablement plusieurs années. Plus tôt dans la semaine, il avait indiqué au Congrès américain qu’il faudrait 80 000 hommes pour vaincre l’organisation terroriste.
Selon Hussein, les combattants de l’EI démontrent une grande habileté à utiliser les équipements dont ils se sont emparés sur leurs ennemis après avoir remporté des batailles, et notamment après la chute de Mossoul, le 10 juin dernier. Ce professionnalisme militaire pourrait s’expliquer par l’exploitation des connaissances d’anciens combattants irakiens ou syriens. Le chef d'état-major kurde a également indiqué que les peshmergas avaient été impressionnés au cours des combats par l’entrainement et la discipline des hommes de l’EI. Il a également vanté la qualité de leurs tireurs d’élite.
Une étude réalisée par le bureau du Conseil de la Sécurité nationale de Bagdad corrobore les propos d’Hussein. Elle a conclu que chaque fois que 100 djihadistes de l’EI s’emparaient d’un territoire, ils parvenaient à recruter entre 5 et 10 fois plus de combattants. En outre, des rapports ont montré que beaucoup d’hommes ont rejoint l’organisation lorsqu’elle a mené son avancée irrésistible vers Bagdad cet été. Il est probable que ce succès se soit tassé lorsque les pays occidentaux ont décidé de lancer des frappes aériennes contre les sites stratégiques du groupe terroriste.
Dans une région pauvre où il est difficile de trouver du travail, le salaire mensuel d’environ 300 euros proposé par l’organisation peut sembler tentant.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=larmee-de-letat-islamique-ei-compte-200-000-hommes&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 22/11/2014

Répondre à ce commentaire

Je reviens un peu en arrière "Agnosticisme du départ ne s'accorde pas avec un esprit scientifique" quelle est la définition de l'agnosticisme ?

Quant à EI, "c'est un détail de l'histoire" !

Écrit par : zelectron | 22/11/2014

Répondre à ce commentaire

La définition de wiki me parait correcte:

"L’agnosticisme ou religion de l'interrogation est une attitude de pensée considérant la vérité de certaines propositions concernant notamment l'existence de Dieu ou des dieux comme inconnaissable : à la différence des croyants, considérant probable ou certaine l'existence de telles divinités, ou des athées l'estimant impossible, les agnostiques refusent de trancher. Si le degré de scepticisme varie selon les individus, les agnostiques s'accordent pour dire qu'il n'existe pas de preuve définitive en faveur de l'existence ou de l'inexistence du divin, et affirment l'impossibilité de se prononcer."

Au départ, je croyais être agnostique. Puis, avec l'expérience et la vie, je ne crois plus en rien.
J'observe et je compte les points de chacun. Je suis mon dieu (avec un petit "d")
L'idée de "que le meilleur gagne" ne m'est pas étrangère.
Pour moi, ce qui ne s'explique pas aujourd'hui, s'expliquera demain ou après-demain.
C'est ça l'esprit scientifique. Combler n'importe quel doute par la recherche.
Je ne sais pas si je réponds à ta question. Mais c'est ce qui me vient à l'esprit.

https://www.youtube.com/watch?v=QpBiRuGU928

Écrit par : L'enfoiré | 22/11/2014

Agnosticisme (ce mot a été forgé par Thomas Huxley en 1869)
Merci pour ta réponse et tant pis pour moi si je sors des sentiers battus et des définitions (définitives) qu'en donnent TOUS les dictionnaires
Revenons à l’étymologie: a est le préfixe privatif que tout le monde connait et la gnose (gnosis) c'est le savoir (connaissance) en grec.
Les dérives de la signification et les interprétations du sens du concept d'agnosticisme me troublent quant au fait du manque de rigueur d'usage.
On en déduit que cela signifie "ne pas savoir" mais quoi donc au fait ? Eh bien à mon très humble (et plus que ça) avis : je ne sais pas si Dieu existe ou n'existe pas, je n'ai aucune preuve ni dans un sens ni dans l'autre de son existence ou de sa non-existence.
C'est donc une position là d'expectative, de neutralité, de volonté de ne pas trancher qui concerne les uns ou les autres qui ne veulent ou ne peuvent se démarquer.
Il faut examiner aussi entre la position "absolutiste" de l'agnostique parfait (qui n'existe pas non plus) celles infiniment bien plus nombreuses de ceux qui ont des tendances à croire ou refuser de croire avec des millions de nuances de ce spectre théosophique (qui confine aux raisonnements sur les limites du zéro et de l'infini)
De même j'espère avoir éclairé ta lanterne

Écrit par : zelectron | 22/11/2014

Répondre à ce commentaire

Ok.
Einstein disait alors: "Dieu ne joue pas aux dés". La réplique de Bohr "Einstein, cessez de dire à Dieu ce qu'il doit faire!" est célèbre.
Stephen Hawking, grand scientifique, se réfère toujours en finale à Dieu.

Je vais te faire une autre analogie pour que tu comprennes mieux.
Tu connais un peu d'informatique.
On y travaille en numérique avec des 0 et des 1.
On compare les valeurs numériques entre elles. Le résultat est soit =, > ou < entre deux nombres.
Il existe une autre fonction que l'on appelle NULL.
Tu la compares avec d'autres valeurs, < > , cela ne donne rien. Aucun résultat.
Tu ne peux avoir que différent ou égal à NULL qu'avec la même fonction NULL (je ne parle pas de valeur ni de nombre).
En fait, qu'il y ait un dieu ou non, importe peu à un athée.
La neutralité est là.
Si tu as lu "La clé de psi" http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2014/09/30/la-cle-de-psi.html
Tout allait bien, nous restions dans le scientifique pur, jusqu'à la fin, aux dernières pages, dans lesquelles on pouvait comprendre où l'auteur voulait arriver et que j'ai relevé ainsi:
Dans l'épilogue du livre, il était dit que l'Univers est un écrivain conscient avec des personnages de romans ou de fictions.
"Le fait est que l'Univers est conscient.... dans le macroscopique, où la conscience de l'auteur crée littéralement une réalité, un personnage de fiction avec le simple produit de l'imagination de son imagination consciente de l'Univers qui l'a créé.".
Dire cela, c'est se rapprocher du dessein intelligent (hypothèse selon laquelle certaines observations de l'univers et du monde du vivant seraient mieux expliquées par une cause intelligente que par des processus non dirigés tels que la sélection naturelle).

Écrit par : L'enfoiré | 22/11/2014

Pour l'humour:
"Y a pas 36 solutions, soit Dieu a été créé par un super Dieu et dans ce cas, soit il a tout créé et dans ce cas, il s'est aussi créé lui-même et un type qui se crée lui-même, ça porte un nom, cela s'appelle un schizophrène" le Chat de Geluck

Écrit par : L'enfoiré | 22/11/2014

Zelectron,

Je viens d'introduire un texte à lire qui fera peut-être mieux comprendre.

http://vanrinsg.hautetfort.com/media/00/01/1199802260.517.jpg
http://vanrinsg.hautetfort.com/media/01/02/2249021524.159.jpg
http://vanrinsg.hautetfort.com/media/01/00/535772757.16.jpg

Écrit par : L'enfoiré | 23/11/2014

Un devin prédit un accident d'avion... La compagnie décide de changer son numéro de vol

La compagnie aérienne brésilienne TAM a changé l’un de ses numéros de vol après qu’un devin célèbre a prédit qu’un avion qui porterait ce numéro irait s’écraser peu après son décollage, a rapporté l’Agence France Presse.
Jucelino Nobrega da Luz, un médium brésilien qui affirme qu’il avait prévu la mort de la princesse Diana et celle de la légende brésilienne de la F1, Ayrton Senna, a informé les autorités qu’il pressentait que le vol JJ3720, qui devait décoller le 26 Novembre prochain de Sao Paulo à destination de la capitale brésilienne Brasilia, développerait un problème de moteur peu de temps après son décollage, qui le conduirait à s’écraser sur la piste principale de l’aéroport.
La compagnie aérienne a alors décidé de changer le numéro du vol, qui est devenu JJ4732, se justifiant d’avoir reçu « des informations indispensables », et que la sécurité des passagers était constamment sa première préoccupation.
Selon les médias brésiliens, Nobrega da Luz a également prétendu qu’il avait prophétisé la mort du candidat à la présidentielle brésilienne Eduardo Campos, dont l'avion s’est écrasé en août dernier.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=un-devin-predit-un-accident-davion-la-compagnie-decide-de-changer-son-numro-de-vol&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 24/11/2014

Répondre à ce commentaire

Dossier de Mariane "Pourquoi les religions les rendent fous".
La perte de repères d'un monde sans boussole.

Les religions commencèrent par vouloir ordonner le monde avec les dieux en alchimistes célestes. qui on voulu transformer la boue de la condition humaine en or d'éternité sous forme de temples, de cathédrales, de mosquées avec les cantiques et les bibliothèques comme support.
Anciens temps de la création, ils sont devenus ceux de la destruction.
Des anciens lieux saints condamnés d'apostasie ont été détruits par les nouveau plus purs, plus authentiques sous le couvert de religions de cendres et dans un nihilisme barbare.
La métamorphose des religions en sectes criminelles s'est produite au niveau identitaire religieux totalitaires dans une puritanisme d’authenticité.
Les raisons:
1. L'effondrement du communisme qui a endigué les fléaux de la pauvreté, des inégalités sociales.
Les religions offrent l'illusion d'une communauté protectrice, d'un holisme réparateur avec l'absolutisme comme force d'attraction
2. L'opposition à la globalisation du monde par un altermondialisme qui trouverait sa conclusion dans une vrai vie "ailleurs".
Un intégrisme vampirise et décerne des bons et des mauvais points à la gouvernance et s'oppose en confondant politique et théologie. La société ouverte n'a plus cours.
3. Les médias ont fait entrer le loup dans la bergerie en invitant les "plus...".
Le Net est venu en aide.
4. L'asile des ignorances paraphrasé par Spinoza s'est mis en place dans une crise bipolaire pour s'affirmer en faussant les messages initiaux pour soutenir ceux de la "nouvelle cause".
Appliquer la charia sans ajustement avec l'époque.

"Le monothéisme, cause de toutes les tragédies" puisque Dieu bénit les crimes et les croisades perpétrées au nom du bien.
"Depuis 1979, Dieu est revenu en politique" avec un reflex qui marche sur les pas de sectes qui ne produisent pas de culture, d'où la folie.


Le philosophe athée, Michel Onfray, auteur de "Traité d'athéologie" dit que les religions constituent une solution de facilité pour rendre le monde plus simple.
La laïcité ne peut rien contre les prosélytismes en laissant une porte ouverte aux surenchères religieuses.
L'histoire se fait avec les minorités agissantes et pas avec les majorités silencieuses.
Les représentants religieux sont sollicités pour tout alors que les athées sont non représentés dans un comité d'éthique.
Se dire athée est considéré comme antisémite par les juifs et islamophobe par les religieux de l'islam La laïcité comme respect de toutes les religions, c’est la porte ouverte aux surenchères religieuses. Il n’est pas dans la nature du judaïsme d’être prosélyte, on naît juif ou on ne l’est pas. Le christianisme n’a plus les moyens d’être prosélyte – encore qu’il reprenne du poil de la bête avec les succès engrangés par l’islam, ce qui lui donne des idée 

Écrit par : L'enfoiré | 25/11/2014

Répondre à ce commentaire

Ça commence à me chauffer, les athées peuvent aussi devenir fous, il n'y a pas d’exclusive voir les massacres des religieux/ses en Union Soviétique, les athées peuvent être aussi intolérants que les autres, que ceci soit dit, et bien dit

Écrit par : zelectron | 25/11/2014

Répondre à ce commentaire

Tout ça porte à croire que les athées sont des bisounours innocents, c'est une galéjade ?

Écrit par : zelectron | 25/11/2014

Répondre à ce commentaire

Innocents?
Pourquoi le seraient-ils plus que les autres?
Si tu ne l'as pas encore remarqué, on n'a jamais trouvé autant d'articles sur ce sujet dans les médias et sur Internet.
As-tu lu le "Traité d'athéologie" de Onfray?
Perso, non?
Mais j'ai eu l'occasion de lire en diagonale d'autres ouvrages de son cru.
Il y a longtemps, bien avant, cette galéjade dont tu parles, j'écrivais "Etre laïc, c'est le hic". ( http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2006/08/24/laic-c-est-le-hic.html ).
A cette époque, je confondais encore des termes, que certains commentateurs d'Avox n'ont pas manqué de me faire remarquer ( http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/laic-c-est-le-hic-19050 ).

Écrit par : L'enfoiré | 25/11/2014

Le laïcisme et l'athéisme sont subrepticement mélangés afin d'entretenir le maximum de confusion et la charge contre TOUTES les religions montre à quel point les marxistes matérialistes ont réussi à instiller le poison que reprennent les socialistes d'aujourd'hui (avec la l'inversion de l'un par rapport à l'autre). Aux limites chanter les louanges du vide, pourquoi pas chacun est "lib" !
Quant à Onfray ...un redoutable dialecticien qui sous un flot de paroles occupe le temps de réponse de ses vis à vis sans leur donner aucunes chances de répondre. Son traité d'athéologie je n'en ais lu que ce qu'on appelle les bonnes feuilles, mais je n'y adhère pas le moins du monde et plus encore de par sa certitude définitive et rédhibitoire.

Écrit par : zelectron | 25/11/2014

Répondre à ce commentaire

Ah, ça je n'avais pas encore lu.
Le lien entre communisme et athéisme....
Ce que Poutine a rectifié en remettant la religion orthodoxe en premier plan.
Le communisme matérialisme, ça je n'aurais jamais osé lancer.
Je crois que les liens dont j'ai parlé n'ont rien à voir ce vide que tu mentionnes.
L'énorme différence avec un athée, c'est que pour l'athée, il vit sa vie aujourd'hui, JAMAIS dans un après.
Oui, être athée rend heureux, sans contrainte.
Pas de bons et de mauvais. Cela n'existe pas. Cela ne se conçoit même pas autrement que par l'usage de l'expérience de la vie en société.
Pour lui, c'est du cinéma.
La religion fait passer sa responsabilité par une tierce personne.
Dieu sert d'intermédiaire qui va donner son absolution en échange avec quelques prières.
L'athée n'a pas d'intermédiaire, il assume ses erreurs et ses succès.

Écrit par : L'enfoiré | 25/11/2014

L'athéisme a été obligatoire en URSS et satellites pendant plus de 70 ans sous peine de prison et autres joyeusetés (avec caresses [gratuites] du KGB comme il se doit)

Écrit par : zelectron | 25/11/2014

Répondre à ce commentaire

Exact. C'est d'ailleurs un des points que je copiais de Mariane.
Poutine a tenu son secret de croyance dans sa manche, alors qu'il était patron du KGB.

Mais, crois-tu que je sois communiste d'après ce que j'ai écrit?
Aucune influence.

J'ai lu beaucoup de livres sur les philosophies par deux fois
Je l'ai écrit.
http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2006/12/22/vous-avez-dit-%C2%AB-philosophie-%C2%BB.html
http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2006/06/23/vous-avez-dit-phylosophie-2.html

A toi, d'écrire un billet qui pourrait venir en opposition à la philosophie.
Oui, la philosophie est l'outil du sens http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2012/12/03/la-philosophie-l-outil-du-sens.html

Écrit par : L'enfoiré | 25/11/2014

Samuel Lieven disait dans le Vif que l'explosion démographique du christianisme fait peur car il représente le pluralisme et souvent, un idéal d'égalité et de citoyenneté qui contraient à beaucoup d'intérêts locaux.
Sand dédouaner les chrétiens de toutes leurs responsabilités historiques, il faut observer qu'aujourd'hui ceux-ci refusent d'entrer dans une logique de conflit.
La prière a un pouvoir de mobilisation et de transformation intérieure.
L'athée Andre Comte-Sponville manifestait plus de solidarité sans hésitation sans liens avec les religions.


Mais, comme tout peut se terminer par de l'humour
"Le domaine des dieux" peut être ça:
http://www.dailymotion.com/video/x2aqnc9_asterix-le-domaine-des-dieux-bande-annonce_shortfilms

Écrit par : L'enfoiré | 26/11/2014

Répondre à ce commentaire

'L'image d'invulnérabilité de l'EI est révolue et le groupe commence à s'effriter'

En juillet, le groupe terroriste de l’Etat islamique avait publié une carte montrant qu’il avait l’intention de « libérer » la totalité de la partie nord de l’Afrique, et de larges pans de l’Asie et de l’Europe, y compris l’Espagne, d’ici 2019. Ensuite, le groupe partirait à la conquête du reste du monde… Mais le groupe terroriste enregistre de plus en plus de revers, et son image d’invulnérabilité commence à s’effriter, affirme le journal Die Welt.
Depuis le 8 août, le groupe est régulièrement bombardé sur les positions qu’il tient en Irak, et depuis le 23 septembre, il l’est également en Syrie. On estime qu'un millier de ses hommes ont été tués au cours de ces frappes, mais aussi qu’elles l’ont privé de plusieurs centaines de véhicules, de dépôts, d’armes, et d’autres installations militaires qui ont été détruits.
« Bien sûr, l’EIIL a été affaibli », affirme Hisham al-Hashimi, un expert irakien de Bagdad. « Outre la destruction, ils ont perdu leur liberté de mouvement. Ils ne peuvent utiliser que de petits véhicules pour se déplacer. Pire, ils doivent limiter leurs communications à l'extrême minimum, pour ne pas se faire repérer ». Pour lui, l’effondrement du groupe n’est plus qu’une question de temps. « Depuis que les Etast-Unis ont bombardé les champs de pétrole qu’ils contrôlaient, ils perdent quotidiennement 1 million de dollars de recettes ». Un rapport des Nations Unies a indiqué que l’EI tirait entre près de 700.000 euros et 1,3 millions d’euros de recettes quotidiennes de ses ventes de pétrole. Et le groupe risque de se voir confisquer de plus en plus de camions chargés de d’acheminer son pétrole vers ses clients frontaliers qui acceptent de le lui acheter.
Mais le coup dur le plus important pour son financement a été la défaite de Baiji, une ville de 60.000 habitants de la province de Salaheddine, qui recèle la plus grande raffinerie du pays, et qui a été récemment reprise par l’armée irakienne. En empêchant le groupe de devenir un acteur important du marché pétrolier, cette défaite le cantonne à trafiquer du pétrole brut.
L’EI a également subi plusieurs défaites dans le Kurdistan, et la semaine dernière, les Peshmergas ont lancé une grande offensive du côté de Sadia and Kirkuk. Selon Ismet Sheik Hassan, le ministre de la Défense auto-proclamé de la région de Kobani, l’EI serait également en train de battre en retraite dans la ville de Kobani, où le groupe avait lancé une attaque avec des milliers de djihadistes pour prendre cette ville kurde en Syrie située à la frontière avec la Turquie. « Ils ont tenu près de la moitié de la ville. Maintenant, ce n’est probablement plus que 10 à 20% », dit-il.
Il estime que cette défaite risque d’avoir une grande influence sur le moral des troupes du groupe terroriste : « La plupart d’entre eux ne sont même pas de bons combattants. Seuls quelques-uns de leurs leaders comprennent le commerce. Les autres ne sont qu’une bande de peureux », affirme Hassan.
L’image d’invulnérabilité du groupe est le produit de son attaque éclair en Irak, un coup de maître qui lui a permis d’avancer sans encombre jusqu’aux abords de Bagdad. A Mossoul et dans beaucoup d’autres villes, plutôt que d’authentiques victoires, le groupe a bénéficié de la fuite des forces irakiennes stationnées sur place. Les Pesmergas ont pratiqué ce qu'ils ont appelé un « retrait tactique » dans les villes de Qaraqosh et Sinjar.
Mais l’équilibre des forces s’est renversé, avec l’arrivée des milices chiites en Irak entraînées par l’Iran, les livraisons d’armes aux Peshmergas, et l’intervention d’experts tactiques occidentaux. Enfin, et bien sûr, il y a les frappes aériennes de la coalition des pays occidentaux, qui infligent de lourdes pertes à l’EI.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=limage-dinvulnerabilite-de-lei-est-rvolue-et-le-groupe-commence-a-seffriter&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 29/11/2014

Répondre à ce commentaire

Les combattants de l'Etat islamique méprisent l'Occident... Mais pas ses gadgets électroniques et ses friandises

Des milliers d’Occidentaux ont passé la frontière syrienne pour rejoindre les troupes de djihadistes de l’Etat islamique (EI), et créer un califat régi par la charia la plus austère. Mais ils n’ont pas perdu leur goût pour les friandises et les gadgets de l’Occident pour lequel ils éprouvent tant de mépris, note le Financial Times.
Les résidents des zones dont l’EI a maintenant le contrôle tentent de survivre à la crise économique qui sévit dans le pays au terme de 3 années de guerre civile. L’alcool et la cigarette étant interdits, en raison de l'application de la charia, de nombreux cafés ont dû fermer. La séparation entre les hommes et les femmes a également décimé un grand nombre de restaurants.
Mais certains ont trouvé un nouveau moyen de subsistance : fournir aux combattants de l’EI les paquets de chips, les barres chocolatées, les boissons énergisantes, les téléphones portables et autres treillis militaires que ceux-ci ont été habitués à consommer, et qu’ils ne parviennent plus à trouver dans leur pays d’accueil.
« L’économie dans les zones contrôlées par l’EI dépend maintenant des combattants étrangers. Tout le reste est à zéro », affirme Saleh, un vendeur de vêtements de la ville de Raqqa en Syrie.
Beaucoup de ces commerçants n’avaient jamais entendu parler de boissons énergisantes comme Red Bull, ni ne vendaient de barres chocolatées comme Snickers ou Bounty avant l’arrivée des combattants occidentaux de l’EI. « Ces snacks étaient ou bien inconnus, ou bien des produits de luxe que nous ne pouvions nous permettre d’acheter… Mais lorsque les combattants les ont réclamés, je n’ai posé aucune question. J’ai couru voir mon fournisseur, et je lui ai passé commande. Pringles et Snickers ? Les gars de l’EI les achètent par boîtes entières pour les partager sur le front », explique un commerçant qui a souhaité rester anonyme.
Dans l’Est de la Syrie, les boutiques d’électronique proposent des smartphones dernier cri. Les djihadistes ont le choix entre les derniers modèles Android et iPhone, alors que la population locale doit souvent se contenter de ses vieux téléphones portables Nokia. Les combattants venant des pays du Golfe en seraient particulièrement friands, et seraient très soucieux de se procurer les derniers gadgets lancés par leur marque favorite.
Toutes ces marchandises proviennent le plus souvent de Turquie. A Raqqa, une cannette de Red Bull est vendue près d’un euro, et à Deir Ezzor, un tube de Pringles coûte près de 4 euros. Mais le prix n’est guère un problème pour les combattants de l’EI. Les locaux affirment qu’ils sont payés au moins 160 euros par mois, le double du salaire moyen dans les zones contrôlées. De plus, ils perçoivent une indemnité pour leurs repas, et de fréquentes primes, sans parler du butin qu’ils peuvent s’approprier lorsqu’ils se livrent à des pillages.
« Ils nous gouvernent au nom de la religion, mais ils mènent la belle vie pendant que tous les autres souffrent », conclut l’un de ces commerçants.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=les-combattants-de-letat-islamique-meprisent-loccident-mais-pas-ses-gadgets-electroniques-et-ses-friandises&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 02/12/2014

Répondre à ce commentaire

Ces 64 pays ont un symbole religieux sur leur drapeau national

Le think tank Pew Research Center a mené une étude afin de savoir combien de pays avaient un symbole religieux sur leur drapeau national. Il est apparu que dans le monde, un drapeau sur trois fait référence à la religion. Environ la moitié des symboles sont chrétiens (48%) et un tiers (33%) sont des symboles religieux islamiques.
Parmi les 196 pays que compte le monde, 64 ont choisi d’inclure un symbole religieux sur leur drapeau. Certains pays en ont même plusieurs. Ainsi, l’ « Union Jack » du Royaume-Uni comprend les croix de St. George, de St. Patrick et de St. Andrew. Le « chakra » bleu au milieu du drapeau de l’Inde est un symbole religieux commun aux hindouistes et aux bouddhistes. En outre, les croix du drapeau anglais sont aussi reprises, par exemple, par l’Australie et par la Nouvelle Zélande.

La croix et l'étoile
L’Espagne, la Grèce, la Norvège et la Slovaquie ont intégré la croix chrétienne sur leur drapeau national. Les symboles religieux islamiques se retrouvent sur les drapeaux de 21 pays, principalement en Afrique et au Moyen-Orient. La plupart du temps, il s’agit d’un croissant de lune et de l'étoile islamique (en Turquie, au Brunei et en Algérie par exemple), mais le petit Etat du Bahrein a choisi cinq triangles blancs qui symbolisent les cinq piliers de l'Islam. Singapour arbore également le croissant de lune et l'étoile islamique, mais ils n’ont pas de signification religieuse.
Les symboles bouddhistes et hindouistes se retrouvent sur cinq drapeaux nationaux. Ainsi, sur le drapeau du Cambodge figure le temple d’Angkor Wat, un lieu de culte historiquement associé à l’hindouisme et au bouddhisme. Le Népal a aussi un drapeau avec des symboles de ces deux religions.
Le seul pays avec des symboles juifs sur son drapeau est Israël : l’étoile de David mais également le fond rayé bleu et blanc qui représente le un châle juif traditionnel porté lors de la prière.

Le soleil
Des pays ont également choisi un symbole issu d’autres religions locales. Ainsi le soleil levant du drapeau japonais est un signe issu de la tradition Shinto qui est encore pratiquée par environ 80% des Japonais.
Un certain nombre de pays d'Amérique du Sud, comme l’Uruguay et l’Argentine, ont choisi le soleil pour orner leurs drapeaux, symbole de la culture Inca qui représente le dieu du Soleil Inti. Enfin, sur le drapeau mexicain, on retrouve la divinité aztèque Huitzilopochtliqui, représentée par un aigle perché sur un cactus avec un serpent dans son bec.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=ces-64-pays-ont-un-symbole-religieux-sur-leur-drapeau-national&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 06/12/2014

Répondre à ce commentaire

'L'Etat islamique a fait entrer clandestinement un dispositif radioactif en Europe'

Un homme qui prétend fabriquer des armes pour le groupe terroriste de l'Etat islamique (EI) affirme que celui-ci est parvenu à faire entrer clandestinement un « dispositif radioactif » dans un endroit non précisé en Europe, selon une note du groupe d’intelligence SITE.
Il le tient des messages publiés sur Twitter par l’utilisateur Muslim-Al-Britani, qui affirme être un armurier djihadiste indépendant, qui collaborerait actuellement pour l’EI.

Twitter a désactivé le compte de l'homme.
Cette déclaration intervient alors que l’on a appris récemment que le groupe terroriste pourrait détenir une "bombe sale", c'est à dire une bombe conventionnelle contenant des éléments radioactifs susceptibles de contaminer durablement l'environnement, qui aurait été fabriquée avec l'uranium qui a été dérobé d’un centre de recherche de l'Université de Mossoul.
Ces rapports proviennent également de tweets d’Al-Britani, et même si les services secrets américains ne sont pas en mesure de vérifier la véracité de ces allégations, ils s’inquiètent de la possibilité que l’EI puisse faire sortir des matériaux radioactifs de l’Irak.
En Juillet, l'Irak avait informé l'ONU que les terroristes s’étaient emparés de matières radioactives à Mossoul. Selon les rapports, ils auraient saisi plus de 40 kg d'uranium.
Les djihadistes de l’EI ont pris le contrôle de Mossoul, la seconde plus grande ville en Irak, au cours de la seconde semaine du mois de juin, après avoir expulsé les unités de l'armée irakienne stationnées sur place. En fait, des responsables irakiens ont indiqué que deux divisions irakiennes, soit presque 30.000 hommes, ont fui lorsqu’ils ont vu les 800 combattants islamistes arriver. Des milliers d'habitants de la ville ont également quitté la ville.
Deux jours auparavant, les djihadistes avaient réussi à prendre possession d’Al-Muthanna, un dépôt d’armes chimiques installé sur le site d’une ancienne usine chimique datant du régime de Saddam Hussein, situé à une soixantaine de kilomètres au nord de la capitale irakienne Bagdad. Mais les autorités américaines ont estimé que compte tenu de la vétusté des locaux et de l’ancienneté de ce stock, il était peu probable qu’ils puissent en tirer parti, ou produire de nouvelles armes chimiques.
« Peut-être que Britani ment, et peut-être pas. Mais les officiels occidentaux seraient fous de croire que parce qu’une chose ne s’est encore jamais produite, elle ne peut pas arriver» a déclaré Michael Rubin, un ancien conseiller du Pentagone:
Ces groupes terroristes sont motivés, et grâce au vide laissé en Irak après le retrait [des troupes militaires américaines], ils ont les moyens de frapper l'Occident comme jamais ».

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=letat-islamique-a-fait-entrer-clandestinement-un-dispositif-radioactif-en-europe&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 10/12/2014

Répondre à ce commentaire

la précipitation de Twitter de supprimer ce compte empêche les services secrets de surveiller les conversations et surtout d'y introduire une ou des taupes, mais ce que j'en dit . . .

Écrit par : zelectron | 10/12/2014

Répondre à ce commentaire

'L'islam comme religion échouera s'il ne parvient pas à reprendre le contrôle sur ses radicaux'

Mardi, au moins six militants d’un groupe de talibans ont mené un raid dans une école gérée par l’armée dans la ville pakistanaise de Peshawar. Plus de 140 personnes, incluant 130 enfants, ont été tués au cours de ce massacre. Il s’agit sans aucun doute de l'attaque la plus sanglante depuis des années, mais ce n’est pas un cas unique. Les écoles sont une cible privilégiée des extrémistes talibans. Les chiffres de la Global Coalition to Protect Education From pour Attack (GCPEA ) montrent que, entre 2009 et 2012 on a dénombré au moins 838 attaques menées sur des écoles pakistanaises.
Cependant, le journal autrichien Salzburger Narchrichten attribue pour partie la responsabilité de cette tragédie aux leaders de l’islam modéré :
« Ceux qui ont le pouvoir de stopper les radicaux fous du monde musulman ne se soucient pas de ce problème. Quand, nous demandons-nous, les gardiens autoproclamés des sites saints islamiques en Arabie Saoudite commenceront-ils à protéger leur communauté religieuse des fanatiques fous qui font plus de mal à l’islam qu’aucune croisade chrétienne n’en a jamais fait ? Quand les financiers secrets des Etats du Golfe reviendront-ils à la raison ?
L’islam comme religion échouera s’il ne parvient pas à reprendre le contrôle sur ses radicaux. »

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=lislam-comme-religion-echouera-sil-ne-parvient-pas-a-reprendre-le-controle-sur-ses-radicaux&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 18/12/2014

Répondre à ce commentaire

CE N’EST PAS DIEU QUI NOUS SAUVERA !

A l’arrière-plan du film ’Interstellar, il y a un athéisme radical.
« Oui, c’est hollywoodien », effectivement, il y a un « Hollywood ending », comme on dit en anglais, et « Hollywood end » comme on dit en français, un Deus ex Machina qui fait que tout finit par s’arranger, qui paraît tout à fait artificiel, parce que ça doit être beaucoup plus compliqué dans la réalité…
« C’est un film très très américain », il faut remarquer que que les frères Nolan sont Britanniques, et que, par conséquent, ce n’est pas particulièrement américain de ce point de vue-là. A aucun moment, à aucun moment on ne vous parle d’un Dieu qui va venir sauver toute cette histoire, qui va intervenir d’une manière ou d’une autre. Il y a une allusion au fait que ça pourrait être des extraterrestres qui sont en train de nous tendre la main, etc., et pour ceux qui n’ont pas vu le film, mais c’est un film où les hommes essayent de s’en tirer tout seuls. C’est en retroussant nos propres manches qu’on sortira de cette affaire.

La réflexion à propos de Keynes, à ce point de vue-là, c’est que Keynes commence sa vie avec ce sentiment quand à Eton, il est lycéen en se disant que l’ennemi, c’est la religion parce qu'elle a conduit aux massacres que nous constatons autour de nous. Puis sa pensée évolue, – et il y a en particulier une discussion qu’il a avec Virginia Woolf et dont elle rend compte – il se rend compte que l’ennemi principal, ce n’est peut-être pas la religion. Pourquoi ? Parce qu’il y a dans la religion en général une éthique qu'on ne la trouve pas ailleurs. Et par conséquent, si on jette le bébé de la religion avec l’eau du bain, il y a quelque chose en trop qu’on jette, il y a quelque chose qu’on devrait garder, c’est la morale et l’éthique.
Et sa pensée continue d’évoluer. Il arrive à la conclusion que l’ennemi, au-delà de ce qu’on peut dire de la religion, c’est ce qu’il appelle « l’utilitarisme benthamite », que nous appelons aujourd’hui l’ultralibéralisme. C’est ce que j’appelle « la philosophie spontanée des marchands », La philosophie spontanée des marchands, on peut l’appeler aussi le Veau d’Or. C’est le calcul de l’homo œconomicus, assis sur son tas d’or, et dont le seul problème dans la vie, c’est de savoir comment il va, en fonction de l’utilité marginale, assigner son or à une chose ou à une autre. En fait, la chose sur laquelle il se concentre, c’est accroître encore la quantité d’or sur lequel il est assis.
Ce n’est pas Bentham, le type qui voulait que les femmes votent aussi, etc., mais un type probablement sympathique dans la conversation quotidienne. Il a fait un mal fou en suggérant que cette philosophie spontanée du marchand de soupe était la chose qui allait nous sauver et qui allait nous conduire à un paradis sur terre. Le résultat donne les von Hayek, ça donne les von Mises, les Murray Rothbard, le [libertarianisme, le Tea Party aux Etats-Unis et ainsi de suite, c’est-à-dire le Veau d’Or comme nouvelle religion: celle des gens qui arrivent à faire de l’argent et qui en fait ne consacrent leur vie uniquement qu’à ça. C’est l’ennemi chez Keynes, dans sa conclusion finale.
Pour ce qui est de la religion, quel est le problème ? Le problème, ce n’est pas, évidemment, qu’elles créent des morales, le problème c’est qu’elles arrivent toujours, finalement, à la conclusion qu’il y a deux sortes de personnes: ceux qui sont moraux ceux qui – « Gott mit uns ! » – qui avons Dieu avec nous : « God on our side ! », Dieu de notre côté, etc., arrivent toujours à la conclusion que, du coup, si il y a un Dieu, eh bien, ce Dieu, il est de notre côté. Une raison supplémentaire pour se débarrasser des autres. Ce qui se passe le nouveau califat en ce moment , ce n’est pas la bonne direction.
Ni la religion, ni le Veau d’Or ultralibéral, etc., alors, qu’est-ce qu’on peut faire ?
Un raisonnement sur ce qu’il faudrait faire, qui soit un athéisme radical.
Ajouter une petite note sur Keynes, parce qu’elle est intéressante, qui envisage une religion athée. Il a l’impression que ce qui nous sauvera, un jour, c’est une religion, c’est-à-dire quelque chose qui nous relie entre nous et qui soit athée. Et c’est pour ça que quand il parle du léninisme, il dit : « Quand je parlerai du léninisme, j’appellerai ça une religion », effectivement athée non religion théiste, le léninisme, ni dans la représentation de Keynes, ni dans la réalité. « Il y a là, peut-être, les linéaments de quelque chose ». Sans concession sur le communisme soviétique, il a des mots extrêmement durs, en particulier après avoir visité l’Union Soviétique avec son épouse, et par la suite également.
Donc, la religion n’est pas une solution non plus. Il faut trouver quelque chose qui nous permette de nous retrousser les manches, qui nous relie et qui dans ce sens-là pourrait renvoyer au mot « religion », religio, dans son sens étymologique (« qui nous relie entre nous »). Cela pourrait être le fait d'un autre credo qui serait de dire : « C’est une bonne chose », sans qu’on puisse savoir exactement pourquoi on dit ça, c’est un « mystère », au sens de la religion chrétienne. Une bonne chose de sauver la race humaine, ou le genre humain.
En anglais, ce qu’on appelle le genre humain en français, on appelle ça « the human race », la race humaine. L’expression en français, « race humaine » au lieu de « genre humain ».
Une religion athée de la survie de l’humanité, sans pouvoir avancer de bonnes raisons, c’est un mystère pourquoi on dit qu’il faudrait sauver cette engeance qui n’a vraiment pas été très convaincante jusqu’à présent. Dire : « il faut la sauver », c’est un pari sur l’avenir…
Aristote, Léonard de Vinci, Einstein, Wittgenstein font qu'on a fait des choses quand même assez remarquables, du point de vue technologique qui n’ont probablement jamais été faites ailleurs, on ne discrimine pas beaucoup entre le bon et le mauvais…
Comment fonder cet athéisme radical ? Pas de chance parce que le seul penseur qui nous a vraiment conduits dans cette direction était un type pas sortable que le genre humain a
considéré que la meilleure chose à faire, c’était de le garder derrière des barreaux de prison, voire dans un hôpital psychiatrique, le plus longtemps possible: un certain Donatien de Sade, marquis, qui est notre penseur de l’athéisme radical. Malheureusement, c’était associé à une absence totale d’éthique, à une absence totale de morale dans la vie quotidienne… Il n’en a vraiment pas tiré les conclusions qu’il fallait. Si c’est la personne qu’il était, une représentation de type psychanalytique sur la personne qui s’invente des histoires pour expliquer pourquoi elle se conduit comme ça. Il y a un tas de gens, avant Annie Le Brun qui se sont essayés à comprendre Sade et qui ne sont arrivés à rien du tout.
Sade, c’était probablement la personne qu’il était qui l’a conduit à essayer de tenir un discours cohérent à partir de ce que c’était, sans qu’il y ait le corps d’un côté et la tête de l’autre. C’est un gros objet, splendide à l’intérieur qui se passe dans l’exposition, avec de très belles phrases représentant, exprimant l’athéisme absolu de Sade, présentées sur les murs.
Pas de chance, la personne qui a peut-être poussé la réflexion la plus radicale dans cette direction-là, c’est quelqu’un qui n’a pas su faire de sa vie. Il y a un événement admirable dans la vie de Sade, le fait que quand il doit voter la mort du roi ou non, il vote contre la mort du roi, ce qui est quand même assez paradoxal si on lit les bouquins de Sade où la vie humaine n’a pas beaucoup de prix. Il vote contre la mort du roi – pas parce qu’il considère que le roi est innocent : le roi s’est associé à la trahison de Marie-Antoinette – mais parce qu’il est contre la peine de mort : il est contre, dans une perspective d’athéisme absolu.
Notre tâche est difficile. On n’a pas beaucoup de soutien à obtenir du côté des religions, à voir ce qu’elles ont fait et ce qu’elles font. Des messages qui, sur le papier, sont tout à fait admirables. Le message de Jésus-Christ est un message absolument admirable. Ce qu’en ont fait les adeptes c'est comme s’ils ne savaient pas lire, comme s’ils ne savaient pas entendre, etc. Tout ça, parce que ça se dévoie effectivement assez rapidement en : « Puisque j’ai compris ça , c’est la preuve que Dieu est de mon côté, et donc je peux aller massacrer les autres. »
Pas grand-chose à tirer des religions pour nous aider à l’avenir, elles ont produit des éthiques, mais il faut les déconnecter absolument de leur fond théiste, parce que ce n’est pas Dieu qui viendra nous sauver, ce n’est pas les extraterrestres envoyés par Dieu non plus, ni venant de leur propre mouvement…
C’est amusant, c’est le thème de la seule histoire de science-fiction que j’aie écrite , c’était sur la thèse que les sociétés de type humain, quand elles arrivent au point de pouvoir partir vers les étoiles, elles sont dans un tel chaos social que la chose n’a pas lieu. Il n’y a pas d’extraterrestres qui viennent. Une malédiction qui fait qu’une société de type humain de la complexité nécessaire pour construire une technologie qui permettrait d’aller visiter les étoiles, c’est une société qui entre dans le chaos du point de vue de son organisation sociale.
Des choses pessimistes, mais absolument pas. Il faut d’abord se débarrasser de toutes les religions. Il faut en plus, parce que Keynes est arrivé à la conclusion qui s’impose : le plus grand danger, finalement, au-delà des religions, c’est le calcul utilitariste qui nous fait devenir des esclaves des objets, qui nous fait sortir entièrement de toute tentative de spiritualité : un matérialisme absolu qui fait de nous les esclaves d’un tas d’or. Un tas de métal brillant fait de nous des esclaves. Notre salut, on le tirera uniquement de nous-mêmes, on peut à la manière, un petit peu, de Saint-Simon (1760-1825) , le libéralo socialiste – convaincu par quelque chose qui nous relie véritablement autour d’un idéal, fondé sur des bases qu’on ne peut pas prouver, qu’il faudrait sauver la race humaine, et que la raison pour laquelle il faudrait le faire, c’est un mystère, c’est simplement la raison pour laquelle il faut le faire, eh bien, c’est parce que c’est nous, pas parce qu’on est les meilleurs, mais parce que c’est nous et que nos enfants sont des êtres humains, que nous le sommes nous-mêmes, que les gens qu’on aime bien, nos amis, sont des êtres humains, etc., et aussi, que les robots, c’est sympathique, mais il suffit de voir la série Real Humans pour voir que ça conduit tout de suite à des problèmes: que dès qu’on fait des robots qui sont vraiment bien humains, ils deviennent homophobes, racistes, etc., exactement de la même manière que nous.

Extrait de la vidéo de Paul Jorion http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/25/ce-nest-pas-dieu-qui-nous-sauvera-retranscription/ )

Écrit par : L'enfoiré | 19/12/2014

Répondre à ce commentaire

"Pour en finir une fois pour toutes avec ce débat sur Dieu"

Je vais essayer, en réponse, d’aller à l’essentiel.
Pour commencer, je donne personnellement à ce billet le titre suivant, que je trouve d’avantage conforme à son contenu: « Pour en finir une fois pour toutes avec les religions théistes ». En fait, c’est avec Dieu que vous voulez en finir une fois pour toutes. Et moi, à travers ce billet, c’est avec ce débat sur Dieu que je veux en finir « une fois pour toutes ».
Il se fait que s’est opéré récemment dans mon esprit, à l’occasion d’une retraite, une réconciliation radicale entre « la religion » et « la paix », réconciliation à mon sens tout aussi radicale que l’étaient vos propos sur Dieu. Il n’y a là, dans mon chef, aucune naïveté ni déni du réel. Il ne suffit en effet pas de dire : « notre religion est porteuse de paix » pour qu’elle le soit effectivement. Ça, c’est une constatation assez facile, à laquelle vous arrivez aussi. Entièrement de votre avis sur le fait que l’enseignement du Christ, dans sa radicalité, a jusqu’à présent été extrêmement mal compris par la très grande majorité de ses disciples. Mais, pour paraphraser les bouddhistes, nous pourrions appeler cela « la voie longue » qu’emprunte l’humanité depuis qu’elle a conscience du « mal » (événement relaté dans la Bible par le récit mythique de la « chute », c’est-à-dire l’acquisition par l’homme de la « connaissance du bien et du mal ») : chacun projette le « mal » à l’extérieur de lui, et ça donne, exactement que puisque Dieu est de mon côté, l’autre côté, c’est celui du « mal », et puisque Dieu me « demande » d’éliminer le « mal », la conclusion est vite déduite.
Mais il y a aussi une voie « courte », et c’est précisément la voie radicale proposée par le Christ. Elle consiste, grosso modo, à accueillir l’ennemi, celui qui est soi-disant porteur du « mal »… en commençant par constater que tout ce que j’appelle « mal » est une projection de ma propre conscience divisée en deux entre « bien » et « mal ». La « chute » à l’intérieur de ma conscience, mais ce n’est pas un héritage du passé, je suis co-responsable de cette situation. Le « bien » est – bien entendu ! – de mon côté, et le « mal »,… projeté à l’extérieur. Je « lance le deux », ce qui nous renvoie à l’étymologie du mot « diable ». Je pourrais donc en déduire que la religion chrétienne a été vécue jusqu’ici, par beaucoup de ses adeptes de façon « diabolique »: le porteur du mal, c’est le gars dans la tranchée d’en face.
Mais ceci n’est pas un privilège des religions, nous sommes tous concernés ! Et pourtant, la quête de la paix est une quête qui traverse toute l’humanité. Lorsque je me donne l’impression d’avoir « raison » et que l’autre, en face, a « tort », et que j’essaye de le convaincre, je perds la paix intérieure. J’ai donc décidé d’arrêter – autant que faire se peut, car « on ne se refait » que très lentement – ce petit jeu-là.
Et tout particulièrement pour ce qui concerne la religion.
Dans tout ce débat sur « la religion », je n’ai pu que constater, une fois de plus, qu’en matière de religion, sur un fil de commentaires, le plus sublime côtoie les lieux communs les plus éculés. En particulier, il est de bon ton de se jeter indifféremment sur Dieu et sur la religion (comme si c’était la même chose) en criant « Haro sur le baudet », comme on se défoulerait sur un ennemi désarmé et déjà à terre.
Ce qui ne m’a pas empêché, comme je l’ai dit, de lire et de trouver des choses sublimes. « Reste le souffle du vent sur la peau, et parfois la main de l’Autre dans la sienne, sans mot dire. », « un spaghetti au Vicomte peut avoir quelque chose de cela… ce qui n’a rien de décourageant, bien au contraire. »
La barre est très haute . Mais, rien de décourageant, bien au contraire !
Un spaghetti au Vicomte peut être de l’ordre du repas eucharistique. Vous voyez que je peux moi aussi placer la barre très haut ! Blague à part, si on arrive à faire quelque chose qui, comme vous le dites, « pourrait renvoyer au mot « religion », religio, dans son sens étymologique , créer une communion, une fraternité…
J’utilise le vocabulaire religieux exprès.
Car il n’y a pas de raison que les religions théistes s’approprient quoi que ce soit, que ce soient des mots, des idées, des réalités. Saint Paul le prophétise : les religions disparaîtront, mais ce qui ne disparaîtra pas, c’est l’amour.
Pourquoi, alors, s’acharner sur « Dieu » ? Pourquoi préconiser – que dis-je, prôner – une religion athée?
A quoi pourrait-elle bien servir ? N’est-ce pas pure perte de temps et d’énergie que cela ?
Pourquoi ne pas laisser les croyants être croyants et les athées être athées, tout en recherchant, ensemble, les solutions à nos problèmes ?
Ne trouvez-vous pas que des problèmes, nous en avons déjà suffisamment comme ça pour encore nous en inventer ?
Et d’ailleurs, est-ce qu’une « religion athée » éviterait de facto l’écueil que vous dénoncez à propos des religions théistes ? Rien n’est moins sûr ! Il me semble d’ailleurs que le témoignage de Keynes est de cet ordre-là : la « religion » de Lénine ne vaut apparemment guère mieux !
Alors vivons, aimons, et surtout, arrêtons de voir « le mal » en dehors de nous… si ce « mal » n’est qu’une projection de notre propre conscience divisée en deux.
C’est une intuition qui m’a été soufflée à l’oreille, mais que j’ai fait mienne, de penser l’homme, dans sa quête de paix, comme étant fondamentalement un être de paix.
De penser qu’en fait, cette paix, si nous la cherchons, c’est parce que, fondamentalement, c’est ce que nous sommes nous-mêmes. Ce qui, par conséquent, nous montrerait à quel point nous nous voyons très rarement tels que nous sommes !
Pour ma part, c’est cela, à partir de maintenant, auquel je m’emploierai « de tout mon cœur, de toute mon âme et de tout mon esprit ». Il s’agit à présent pour moi de suivre ce conseil de Saint Séraphin de Sarov : « Acquiers la paix intérieure et une multitude d’hommes trouveront leur salut auprès de toi ».
Il ne s’agit pas de « jouer au sauveur », bien au contraire. Il s’agit de faire un pari : celui de croire que je suis, effectivement, fondamentalement un être de paix, et donc d’œuvrer à la coïncidence avec mon être profond.
Et peut-être qu’un jour je découvrirai avec joie que la promesse liée au conseil de Saint Séraphin est une réalité. En attendant, si ça ne me fait pas de bien, au moins, ça ne me fera pas de mal !
Si je me suis permis de vous livrer ces réflexions, c’est parce que ma démarche est motivée par une intention, assez naïve, j’en conviens: qu’éventuellement vous puissiez voir, au sujet des religions théistes, autre chose que des images d’Epinal.
C’est-à-dire que j’essaye de vous faire comprendre pourquoi, selon moi, ce n’est pas Dieu qui est le problème. Et que Dieu n’apparaisse pas dans votre conscience n’a, pour moi, vous l’aurez compris, rien à voir avec ça.
Vous dites que vous n’avez pas à vous en soucier, mais ne vous en souciez pas, alors ! Pas du tout !

Un chrétien de gauche.

http://www.pauljorion.com/blog/2014/12/11/pour-en-finir-une-fois-pour-toutes-avec-ce-debat-sur-dieu-par-un-chretien-de-gauche/

Écrit par : L'enfoiré | 19/12/2014

@Chrétien de gauche,

Si au moins les magazines, les journaux, les médias qui reviennent à la surface, sous toutes formes, ne remettaient pas le couvert à tous ces moments très chrétiens, très religieux, on pourrait au moins faire comme vous dites: "vous n’avez pas à vous en soucier, mais ne vous en souciez pas, alors ! Pas du tout !"
C'est la répétition qui crée l'organe de retour de flamme.

L'enfoiré

Écrit par : L'enfoiré | 19/12/2014

'L'Etat islamique prépare la plus grande campagne de nettoyage religieux que le monde ait jamais connue'

Je pense que l’Etat islamique est bien plus dangereux que les dirigeants de l’Occident ne le pensent. Ils croient en ce pour quoi ils se battent et ils préparent la plus grande campagne de nettoyage religieux que le monde ait jamais connue».
Cette déclaration, c’est celle que Jürgen Todenhöfer, un auteur allemand de 74 ans qui vient de passer une dizaine de jours dans le « califat » de l’Etat islamique (EI), a faite dans une interview donnée à CNN à son retour.
Todenhöfer a notamment visité les villes de Raqqa et Deir Ezzor en Syrie, ainsi que Mossoul, en Irak. Sa conclusion, c’est que la vie quotidienne sous le règne de l’EI a retrouvé une certaine « normalité ». Même s’ils redoutent les terribles sanctions qu’ils encourraient an cas de transgression des règles strictes de la charia imposée par le groupe terroriste, les gens apprécient la stabilité qu'il leur a apportée, malgré le départ des Chrétiens, chassés de la ville, de la fuite des musulmans chiites, et du meurtre de plusieurs personnes.
Todenhöfer a particulièrement été frappé par la dévotion et l'enthousiasme manifestés par les combattants. Il affirme qu’une cinquantaine de candidats se présentent quotidiennement pour être admis dans les rangs des troupes de l’EI. « Et l’éclat de leur regard était incroyable. Ils avaient l’impression d’être arrivés sur une terre promise, comme s’ils combattaient pour la bonne cause. Ce ne sont pas des gens idiots. L’un de ceux que nous avons rencontrés venait d’obtenir son diplôme de droit, on lui avait proposé de très bons emplois, mais il avait préféré y renoncer et partir au combat », relate-t-il, expliquant que l’un des plus grands atouts de l’organisation, c’est la volonté de ses combattants, prêts à se sacrifier pour elle sur le champ de bataille.
Mais l’un des moments clés de cette visite a été la rencontre avec un djihadiste allemand qui a expliqué les ambitions de l’EI à Todenhöfer, qui lui demandait si le groupe avait l’intention d’étendre son influence en Europe :
Nous conquerrons l’Europe un jour. La question n’est pas si nous conquerrons l’Europe, mais plutôt quand cela arrivera. Mais c’est certain… Pour nous, les frontières n’existent pas. Il n’y a que des lignes de front. Notre expansion sera perpétuelle (…) et les Européens doivent comprendre que lorsque nous arriverons, ce ne sera pas beau à voir. Ce sera avec nos armes. Et ceux qui ne se convertiront pas à l’islam, ou qui refuseront de payer la taxe islamique, seront tués ».
Et lorsque Todenhöfer lui a demandé comment ils avaient l’intention de traiter les croyants des autres religions, et en particulier les Chiites, qui refuseraient de se convertir à leur islam sunnite, l’homme lui a répondu : « 150 millions, 200 millions ou 500 millions, ça ne compte pas pour nous. Nous les tuerons tous ».

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=letat-islamique-prepare-la-plus-grande-campagne-de-nettoyage-religieux-que-le-monde-ait-jamais-connue&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 23/12/2014

Répondre à ce commentaire

L’Etat islamique abat un avion militaire jordanien
Le groupe État islamique (EI) a abattu pour la première fois un avion militaire de la coalition anti-djihadiste en Syrie.

Les extrémistes ont capturé le pilote, Maaz al-Kassasbeh, un sous-lieutenant de 26 ans, sorti vivant du crash de son appareil, vraisemblablement un F-16.
La Jordanie a confirmé que l’un de ses appareils était « tombé » lors « d’une mission militaire menée par plusieurs avions de l’armée de l’air contre les repaires de l’organisation terroriste EI dans la région syrienne de Raqa ». « Le pilote a été pris en otage », a précisé une source du commandement général des forces armés jordaniennes citée par l’agence jordanienne Petra.
La branche de l’EI à Raqa, « capitale » du groupe extrémiste qui contrôle de larges pans de territoire en Irak et en Syrie, a publié sur des sites djihadistes des photos montrant des combattants entourant le pilote capturé.
L’une d’entre elles montre le jeune homme, vêtu seulement d’une chemise blanche, porté par quatre hommes qui le sortent d’une étendue d’eau. Une autre le montre à terre, encerclé par une douzaine d’hommes armés, dont certains affichent leur satisfaction.

Avec un missile sol-air
Dans la légende d’une photo qu’il a distribuée, l’EI indique avoir utilisé un missile sol-air muni d’un détecteur infrarouge qui permet au missile de s’accrocher à une source de chaleur, en l’occurrence le réacteur d’un avion.
Pour Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), l’appareil a été abattu par « un missile sol-air vraisemblablement de fabrication russe, pris aux rebelles ».
Eliot Higgins, expert dans les armes utilisée durant le conflit, souligne que l’EI possède des missiles de fabrication russe et chinoise, dont le plus répandu est le Sam-7 russe qui se porte à l’épaule.
Le jeune pilote est sorti de l’école de l’armée de l’air Roi Hussein et s’est fraichement marié, selon le site jordanien Saraya, généralement bien informé.
Son père, Youssef al-Kassabeh, a indiqué que le chef de l’armée de l’air jordanienne lui avait assuré que le roi Abdallah II suivait attentivement les efforts menés pour sauver la vie de son fils.
« Je demande au roi de faire revenir mon fils et j’espère que Dieu distillera de la pitié dans le coeur de Daech (acronyme en arabe de l’EI) pour le libérer », a ajouté ce père de quatre garçons et quatre filles.
Nael Moustafa, un militant présent à Raqa, a affirmé à l’AFP via internet que les djihadistes étaient divisés sur le sort de leur otage. « Les Tchétchènes veulent sa mort mais les Irakiens veulent le maintenir en vie. Depuis un certain temps, il existe des dissensions entre eux sur qui doit avoir le commandement », a-t-il dit.
Selon ce militant, la décision sera prise par le Conseil consultatif (« Majlis ach Choura »), une instance où sont représentés toutes les nationalités.

26 morts en Irak
La perte de l’avion intervient trois mois après le début des frappes de la coalition en Syrie, le 23 septembre, plus d’un mois après le lancement de la campagne en Irak.
Les États-Unis, qui mènent cette coalition, ont réalisé 85 % des frappes aériennes en Syrie, qui ont causé la mort de plus d’un millier de djihadistes, selon l’OSDH, et ont notamment permis de faire reculer l’EI dans la ville kurde de Kobané, dans le nord.
Outre les États-Unis et la Jordanie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn participent aux frappes en Syrie. L’Australie, la Belgique, la Grande-Bretagne, le Canada, le Danemark, la France et les Pays-Bas prennent part aux frappes en Irak aux côtés des États-Unis.

http://www.lesoir.be/742366/article/actualite/monde/2014-12-24/l-etat-islamique-abat-un-avion-militaire-jordanien

Écrit par : L'enfoiré | 24/12/2014

Michel Onfray à "On n'est pas couché".

https://www.youtube.com/watch?v=HVHqbm_RuIY

Écrit par : L'enfoiré | 20/01/2015

Répondre à ce commentaire

Apprendre l'histoire des hommes avant de les vénérer

L'autocrate du moyen âge:
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mahomet-l-autocrate-du-moyen-age-162461

Écrit par : L'enfoiré | 22/01/2015

Répondre à ce commentaire

Il n’y a pas de versets méchants dans le Coran?

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/il-n-y-a-pas-de-versets-mechants-162452

Écrit par : L'enfoiré | 24/01/2015

Répondre à ce commentaire

L’Etat islamique menace de faire exploser des voitures piégées en Belgique

Dans une vidéo d’une rare violence, des militants de l’Etat islamique menacent de décapiter Barack Obama dans son bureau de la Maison Blanche. Avant de couper la tête d’un soldat kurde, les combattants s’exclament : « Barack Obama, sachez que nous atteindrons l’Amérique. Et que nous la transformerons en province musulmane ».
Dans le même message vidéo, la Belgique et la France ne sont pas épargnées, après les attentats qui ont touché Paris et l’opération antiterroriste menée par les autorités sur notre territoire : « Nous viendrons chez vous avec des voitures piégées et des charges explosives, et nous couperons des têtes ».

L’Etat islamique perd le contrôle de Kobané
La vidéo, traduite de l’arabe et diffusée par Memri TV, intervient deux jours après l’annonce de la reprise du contrôle de la ville de Kobané en Syrie par les forces kurdes. Une défaite cuisante pour le groupe Etat islamique qui, à ce sujet, se fait à nouveau menaçant : « Chaque fois que vous lancerez un missile, nous trancherons la tête d’un de vos soldats ».
Lundi, le porte-parole de l’Etat islamique Mohammad Al-Adnani avait déjà appelé à de nouvelles attaques terroristes en Europe : « Nous promettons aux bastions chrétiens qu’ils continueront de vivre dans un état de terreur, de peur et d’insécurité. Vous n‘avez encore rien vu »

http://www.lesoir.be/770525/article/actualite/belgique/2015-01-28/l-etat-islamique-menace-faire-exploser-des-voitures-piegees-en-belgique

Écrit par : L'enfoiré | 28/01/2015

Répondre à ce commentaire

En 2050, les musulmans représenteront 30% de la population mondiale et les chrétiens, 31%

Le profil religieux du monde évolue rapidement en fonction des différences de taux de natalité et des densités des populations jeunes au sein des grandes religions mondiales. Durant les quatre prochaines décennies, les chrétiens resteront le groupe religieux le plus important mais l’islam connaitra une croissance plus rapide que toutes les autres religions de la planète.
Les projections pour 2050 indiquent que le nombre de musulmans sera presqu’égal au nombre de chrétiens à travers le monde, les deux groupes étant loin devant la population bouddhiste dont la taille sera la même qu’en 2010, et devant les populations hindoue et juive.
Selon une étude publiée par Pew Research Center, le nombre de musulmans va croître de 70% et atteindra presque le pourcentage de chrétiens de par le monde à la moitié de ce siècle.
Selon Bloomberg View, les projections indiquent également que dans les pays occidentaux, une personne sur dix sera musulmane, soit 30% de la population mondiale, contre 31% de la population mondiale en ce qui concerne le christianisme. Selon ce rapport, le nombre de musulmans et de chrétiens sera bien au-dessus de celui des hindous, des bouddhistes, des juifs et des athées.
Ces changements de panorama religieux au niveau mondial seront motivés par le pourcentage élevé de conversion dans le monde occidental, par les migrations et les naissances de nouvelles générations de musulmans aux Etats-Unis et en Europe.
Les autorités doivent prendre en compte les problèmes qui pourraient survenir suite à une modification du profil religieux mondial rapporté par Pew Research Center. « Dans un monde parfait, cette tendance sera accueillie comme un ajout de richesse à la diversité des cultures et des croyances qui composent toute société libérale pluraliste. Mais dans la pratique, cela augmentera probablement la pression sur des pays dont l’image de tolérance a été confrontée à la réalité de la persistance de préjugés et de malaise envers les personnes qui sont différentes », écrit Bloomberg.
Bloomberg cite plusieurs exemples de ces confrontations dues aux modifications du paysage religieux:
En Allemagne, le mois dernier, un tribunal a levé l’interdiction de l’usage du foulard pour les enseignants. Pendant ce temps-là, les marches réalisées par des groupes antimusulmans organisés par des Européens patriotiques attirent des milliers de partisans.
En France, après l’attentat contre la revue Charlie Hebdo, le ressentiment au sein de la société française a augmenté alors que les projections pour 2050 concernant la croissance des musulmans dans le pays seraient de 45%.
En Italie, selon une étude, deux personnes sur trois affirment avoir des opinions défavorables au sujet de la population musulmane. Le gouvernement de la région de Lombardie a adopté une loi qui limite la construction de mosquées.
Au Canada, les projections indiquent que la population musulmane devrait tripler en 2050. Pour le gouvernement canadien, l’islam est une culture d’oppression de la femme.
Le monde change et l’Occident sera visiblement le théâtre de modifications religieuses importantes. Par conséquent, les autorités devront commencer à trouver des solutions pour incorporer cette réalité au sein de la société.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=world&item=en-2050-les-musulmans-representeront-30-de-la-population-mondiale-et-les-chretiens-31&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoire | 14/04/2015

Répondre à ce commentaire

A voir, le débat de
"Ce soir ou jamais"
Quelle place laissez aux religions dans notre pays?

http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais

et discuté ici:

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ce-soir-ou-jamais-quelle-place-166108

Écrit par : L'enfoire | 16/04/2015

Répondre à ce commentaire

Un débats entre Zemmour et Onfray

http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/exclusif-onfray-zemmour-le-debat-50163

Écrit par : L'enfoiré | 08/06/2015

Répondre à ce commentaire

L’émission satirique irakienne qui se moque de l’Etat islamique

Dans le monde arabo-musulman, certains ont choisi le rire pour combattre l’Etat islamique. Exemple en Irak avec le vrai-faux JT satirique «Al-Basheer Show».
http://www.lesoir.be/954402/article/culture/2015-08-05/l-emission-satirique-irakienne-qui-se-moque-l-etat-islamique

Écrit par : L'enfoiré | 05/08/2015

Répondre à ce commentaire

Interview au sujet du livre "2084, la fin du monde" de Boualem Sansal

L’Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, «délégué» de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l’amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions.
Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion…
Boualem Sansal s’est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d’un récit débridé, plein d’innocence goguenarde, d’inventions cocasses ou inquiétantes, il s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=2046453

Écrit par : L'enfoiré | 29/09/2015

Répondre à ce commentaire

Est-ce ainsi qu'il faut comprendre la naissance de Daech?.

L’État Islamique en Irak et au Levant, Daech en arabe, contrôle aujourd’hui un territoire grand comme la moitié de la France, à cheval sur deux pays, la Syrie et l’Irak. Sa fortune est comparable à celle d’un pays africain. L’organisation est devenue une sorte d’État hors la loi qui attire militants et combattants du monde entier. Inconnue il y a un an, cette start-up du terrorisme, née en Irak sous l’occupation américaine, est devenue une multinationale de la terreur. Comment est apparue Daech et quel est son modèle économique ? Peut-elle encore étendre son territoire ? Comment lutter contre une structure qui ne dépend plus de financements extérieurs ? Les journalistes Jérôme Fritel (Goldman Sachs – La banque qui dirige le monde) et Stéphan Villeneuve sont partis un mois en Irak, en novembre 2014, pour enquêter sur cette organisation terroriste qui bouleverse tous les enjeux géopolitiques de la région. Cette investigation, tournée comme un "road movie", nous emmène aux différentes frontières du territoire de Daech, côté irakien, kurde et turc.

À l'image des cartels du crime
À 60 km au sud de Bagdad, dans une région nommée Jurf al-Sakhr, reprise à Daech après de féroces combats à l’automne dernier, se dévoilent des paysages défigurés par la guerre : palmiers déchirés par les obus, carcasses de chars, maisons détruites ou désertées. Une guerre de religion se déroule ici, qui oppose les sunnites, regroupés autour de Daech, aux chiites, au pouvoir à Bagdad, et aux Kurdes, et s’accompagne d’un nettoyage ethnique à grande échelle. À travers les témoignages de ceux qui l’ont vécue, le film retrace aussi la prise de Mossoul. Comment la deuxième ville d’Irak a-t-elle pu tomber aussi vite ? "Casse du siècle", cette conquête a fait tomber dans l'escarcelle de Daech près de 500 millions d’euros de cash qui dormaient dans les banques. Les djihadistes se sont également emparés des puits de pétrole, ainsi que des réserves de gaz naturel, de phosphate, de blé et d’orge situées dans le grand ouest irakien. En prenant Mossoul, l’organisation est devenue milliardaire et s’offre une assise administrative quasi étatique.
Le film donne la parole à ceux qui, de gré ou de force, travaillent sous la domination de cette organisation et décrit le fonctionnement de cet État autoproclamé. Les responsables actuels et passés du gouvernement irakien expliquent comment Daech dépouille l’Irak d’une partie de ses recettes. Par l’intermédiaire des établissements situés sur son territoire, l’organisation accède également aux réseaux bancaires internationaux. Cette enquête montre que, derrière ses succès militaires et sa puissance de feu, Daech affiche le visage d’une vaste entreprise commerciale, fonctionnant un peu à l’image des cartels du crime. Enfin, plusieurs experts – Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, Romain Caillet, chercheur au Centre français du Proche-Orient de Beyrouth, spécialiste reconnu des mouvements islamistes, et Jean-Charles Brisard, enquêteur économique auteur d’un rapport complet sur l’argent de Daech – analysent les conséquences géopolitiques de l’apparition de ce nouvel État terroriste

http://www.arte.tv/guide/fr/056621-000-A/daech-naissance-d-un-etat-terroriste?autoplay=1

Écrit par : L'enfoiré | 04/11/2015

Répondre à ce commentaire

En 2050, un seul pays de l'UE recensera plus de musulmans que la Belgique

Dans les 35 prochaines années, la population musulmane va augmenter dans tous les pays du monde. Au cours de cette période, le nombre total de musulmans dans notre pays va même monter de 6% à 11,8% de la population totale, selon une étude réalisée par le Pew Forum on Religion and Public Life.
Notre pays est ainsi devenu le deuxième pays de l'UE où la population musulmane va dépasser 10%. Il n’y aura qu’en Suède où la population musulmane sera proportionnellement plus importante que celle d’ici.
Le rapport montre que la population musulmane va presque doubler en Europe entre 2010 et 2050, passant de 5,9% à 10,2%. Pew attribue ce phénomène à une série de facteurs, y compris le taux de natalité plus élevé chez les musulmans et l'augmentation de l'immigration.
Toutefois, moins de 53% de l'augmentation projetée sera due aux nouvelles vagues d'immigration ont indiqué les chercheurs.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=en-2050-un-seul-pays-de-lue-recensera-plus-de-musulmans-que-la-belgique2&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 09/11/2015

Répondre à ce commentaire

ARTE "Face aux Salafistes"
Le salafisme, branche la plus radicale de l’islam connait une expansion considérable en Europe. Prônant des préceptes pourtant archaïques, il parvient à séduire de plus en plus de jeunes à la dérive qui s’engagent dans une guerre sainte contre les "infidèles". Comment s’organisent ces réseaux et quels sont les principaux acteurs ? En quoi internet a-t-il contribué à leur essor ?
Branche la plus radicale de l’islam, qui prône une interprétation à la lettre des versets coraniques, le salafisme est le mouvement religieux qui connaît l’expansion la plus rapide en Europe. De plus en plus tournée vers la lutte armée, cette mouvance terrifie autant qu’elle fascine, au point de remettre au goût du jour les théories du "choc des civilisations". Comment les préceptes archaïques que prônent les salafistes parviennent-ils à séduire tant de jeunes gens, jusqu’à les embrigader dans une guerre sainte contre les "infidèles" ? Comment des jeunes femmes deviennent-elles les victimes consentantes de cette idéologie patriarcale ?

Ce documentaire met en lumière une structure profondément sectaire, qui exploite les crises sociales et identitaires ainsi que "l’analphabétisme religieux" pour recruter des jeunes en quête de repères. Dans une société occidentale qui peine à intégrer une partie de sa jeunesse, salafisme et djihadisme apparaissent comme des idéologies aptes à s'imposer. En France, en Allemagne, en Autriche et au Royaume-Uni, Helmar Büchel mène l’enquête sur les implacables mécanismes de la radicalisation et sur ses acteurs – notamment des prédicateurs virulents comme l’Allemand Pierre Vogel, véritable star dans la communauté musulmane de son pays. Spécialistes du salafisme, convertis et proches de jeunes tombés dans ses filets dévoilent, notamment, le rôle que joue désormais Internet, nouveau terrain d’entraînement au djihad.

http://www.arte.tv/guide/fr/049281-000-F/face-aux-salafistes?autoplay=1

Écrit par : L'enfoiré. | 02/12/2015

Répondre à ce commentaire

En matière de religion, la tendance montante, ce n'est pas l'islam... C'est l'athéisme

La montée de l'Etat islamique et du fanatisme islamiste peuvent peut-être vous faire penser que, loin de perdre du terrain, la religion revient en force, écrit Matt Ridley du Times. Mais c'est l'inverse qui est vrai : la croyance qui croît le plus rapidement dans le monde est la non-croyance, dit-il.
En Arabie Saoudite, 5% des sondés d'une enquête réalisée en 2012 se décrivaient eux-mêmes comme athées, et 19% comme non-croyants – une proportion plus importante qu'en Italie. Au Liban, le pourcentage était de 37%.
Les gouvernements arabes ont déclaré la guerre à l'athéisme - l'Arabie Saoudite le considère même comme un délit, et le punit en conséquence – mais "c'est un signe non pas de de confiance, mais d'alerte", tout comme le fanatisme d'un petit nombre de djihadistes révèle leur fureur devant la propagation de la laïcité.
Mais les efforts des militants pour restaurer la foi seront vains: l'expansion du matérialisme, du rationalisme et du scepticisme est trop forte. Que vous soyez Chrétien, Juif ou Musulman, il y a "quelque chose à propos de la vie en société avec les restaurants et les téléphones mobiles, les universités et les réseaux sociaux, qui fait qu'il est plus difficile de croire" que la moralité est définie par une loi divine.
Le djihadisme est une grave menace aujourd'hui mais soyez certains que "la laïcité et les formes moins fortes de religion gagneront à long terme", conclut-il.

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=en-matiere-de-religion-la-tendance-montante-ce-nest-pas-lislam-cest-latheisme&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré. | 11/12/2015

Répondre à ce commentaire

L'Etat islamique entretient des armées fantômes

L’Etat islamique (EI) est de plus en plus gangrené par la corruption, affirme le Financial Times, qui indique que le soi-disant califat ressemble de plus en plus aux régimes qu’il a délogés, dans ce domaine.
Ainsi, selon des anciens combattants, certains commandants de l’armée de l’EI prétendent avoir des troupes plus nombreuses qu’elles ne le sont en réalité, pour percevoir la solde des combattants “fantômes”. “Un commandant de la ligne de front de l’EI pourrait réclamer des salaires pour 250 personnes, alors qu’il n’en a que 150”, explique Omar, l’un de ces anciens commandants. “Quand les responsables ont découvert ces combines, ils ont commencé à envoyer des administrateurs financiers pour donner les salaires. Puis les administrateurs ont commencé à se mettre d’accord sur les arnaques avec les commandants”.
Les responsables de l’EI ont souvent repris les mêmes systèmes développés par les dirigeants de l’Irak et de la Syrie pour la gestion des zones qu’ils contrôlent, de l’agriculture en passant par les aides alimentaires. Ils ont également adopté leurs formulaires et leurs tampons. “Il n’y a aucun doute que certains des effets de ce pouvoir sont de les transformer en quelque chose qui ressemble à un régime autocratique corrompu”, observe un officiel des services d’intelligence occidentaux qui suit l’EI.
Cependant, l’EI est encore moins corrompu que les régimes auxquels il a succédé, ce qui est probablement une des clés de son maintien dans la région. Mais les Syriens et les Irakiens qui sont soumis à son régime indiquent qu’ils sentent qu’il est de plus en plus vulnérable à la corruption. Ainsi, comme il est interdit pour les habitants de ces zones d’en sortir, on assiste à une prolifération des trafics hors du territoire. Les résidents donnent des enveloppes aux combattants qui en contrôlent les points d’accès pour qu’ils leur permettent d’en sortir, ce qui implique que les frontières sont de plus en plus poreuses.
Les anciens combattants évoquent aussi des histoires d’émirs qui se seraient volatilisés en Turquie après avoir fait fortune en levant la Zakat, une forme d’impôt. Un émir de la province de Deir Ezzor, Abu Fatima al-Tunisi, se serait ainsi enfui avec une somme de 25.000 dollars. Avant de partir, il aurait laissé un message à ses anciens camarades sur Twitter:
Quel Etat? Quel califat? Vous n’êtes qu’une bande d’idiots”

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=letat-islamique-entretient-des-armees-fantomes&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 22/12/2015

Répondre à ce commentaire

Un magazine parle de "Histoire des guerres de religions du 16ème siècle à l'islamisme"
et celui-ci confirme
http://www.histoire-france.net/temps/reforme

Écrit par : L'enfoiré | 14/07/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire