Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2017

2017 en douze coups

0.JPGAprès la parodie sexuelle d'un Père Noël, retour à 2017 et à sa rétrospective. Une première année de présidences de Donald Trump et de Macron dans une approches de la population en réciprocité. Un Brexit "Mayday" pour sortir de la CE. Un désir d'indépendance de la Catalogne.

"Une année où la peur a changé de camp pendant laquelle, du jour au lendemain, ce qui était supporté s'éprouve comme insupportable à cause d'un problème de société qui atteint le point de bascule et engendre les révolutions morales avec de rares éclaircies dans la grisaille belge venue de la sphère culturelle.", écrivait Gérald Papy dans l'édito du Vif.

Douze coups du sort sont en transit entre tonnerre, cœur, théâtre, colère, génie, folie, fourrés, poker, blues, grâce, bambou et essai. 

Lire la suite

23/12/2017

Le Père Noël Orgasmique

0.JPG Puisque depuis la semaine dernière, nous sommes tous fous avec l'envie d'avoir envie, cela ne doit pas être très difficile de passer les périodes de fêtes.

Noël m'avait inspirée de manières tellement différentes dans les années précédentes au 2ème ou au 3ème degré.

En 2006,  "Le père Noël n'en a rien à cirer". En 2009, "Décennis horribilis". En 2010, "Chéri, ni parfums, ni or, des terres rares", En 2011, "La solitude, ça n'existe pas" suivi des "Rois Mages en eMages". En 2012, "Une fin en soi" qui rappelait ce grand déballage des Mayas et de leur fin du monde. En 2013, "Le poids du secret" et de ce qui se cache derrière ces héros du passé. En 2014, "Soyons smart, jusqu'au bout des ongles" avec notre modernité. En 2015, "A la croisée des chemins" des Croisades. En 2016, "J'ai honte" d'avoir contribué à la modernité.

0.JPGEncore une fois, il fallait remettre cela de manière différente et pourquoi pas, plus spéciale encore?

Lire la suite

16/12/2017

L'envie d'avoir envie

7.JPGCe dessin de Nicolas Vadot résume bien l'ambiance lors des obsèques de Johnny Halliday dont je parlais, presque par obligation, la semaine dernière.

Après les radios, les télés, voila les magazines qui arrivent sur nos présentoirs et parlent de ses obsèques à Paris et à Saint Bathélémy.

L'hiver nous rend un peu ronchon quand il fait gris, pluvieux...

Parfois cela va jusqu'à une ambiance de saison morte, d'hiver du monde avec des rappels du passé et du présent.

J'en ai eu soupé d'entendre le mot "Johnny", le reste de la semaine.

Lire la suite

09/12/2017

Crimes en feuilletons à la télé

6.JPGJe m'en doutais, mais... les séries de crimes meublent un peu trop nos journées et nos soirées à la télé.

Séries américaines ou françaises défilent sur nos petits écrans à cadence soutenue.

Celle de "Meurtres à ...." (Saint-Malo, Pays basques, Pyla, Rocamadour, Rouen, Guérande, Ile d'Yeux, Etretat, Carcassonne, Mont Ventoux, La Rochelle, Bourgogne, Avignon, Ile de Ré, La Ciotat, Lac Léman, Martinique, Dunkerke, Grasse, Aix-en-Provence, Strasbourg, Auvergne, Sarlat, Landes, Orléan, Valencienne, Pays d'Oléron, Haute Savoie, Cornouaille, Martigues...) n'en est qu'une parmi d'autres.

Suite au prochain numéro... parce qu'il y a encore beaucoup de villes et 35.416 communes françaises.

L'inventaire des séries qui passent sur nos chaînes de télé, fera le reste..

Lire la suite

02/12/2017

All inclusive

0.JPGNon, ne rêvez pas une nouvelle fois de vos vacances "all inclusive" comme ce titre pourrait le laisser penser.
Quoi, vous ne connaissez pas les dernières nouvelles idées? Des nouvelles pour combattre les stéréotypes sexistes en remaniant l'orthographe de "écriture inclusive" et dont tous les francophones se servent tous les matins au petit déjeuner avec  le miel, le sucre et la confiture dans les conversations des réseaux sociaux.
Cette "affaire" sortie toute droite et toute gauche de quelques cerveaux de personnes de l'Académie française, mérite pourtant un ton parodique et ironique. Cela pourrait aller jusqu'à parler d'un "péril mortel", si son adoption n'allait pas, en principe, faire progresser la cause des femmes.

Lire la suite