Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2012

2012, une nouvelle année de transition à la belge, avec un peu de tout

La Belgique à l'heure des bilans de 2012Une année qui ne compte pas moins de 70 élections dans le monde   (Sénégal, Russie, Serbie, Algérie, Grèce, États-Unis, Chine...). A la veille d'une démocratie mondiale? Mais alors, de quelle démocratie faudrait-il parler? Mais, restons en Belgique, si vous le voulez bien... 

0.jpg

A l'heure de clôturer l'année 2012, il s'agit de confronter les espoirs d'il y a un an, avec les réalités ... 

Avec un certain humour non dissimilé, une banque avait, alors, sauté l'année 2012 et souhaité une bonne et heureuse année 2013 en promettant d'y veiller ensemble en 2012. Pas beaucoup de précisions sur la technique à adopter... 


Fin de l'année passée, en Belgique, il s'agissait de transformer les difficultés en nouvelles opportunités pour suivre le Premier ministre belge, Di Rupo, fraîchement institué, après une crise de 541 jours. Le pays était entrée dans le Guiness book des records à la recherche de compromis gouvernementaux. 

La récession européenne est plus que jamais à l'ordre du jour.

La pauvreté est toujours à l'orée de l'horizon avec des dettes jusqu'au dessus de la tête qui créent la panique pour certains.

Était-ce une année pour rien, comme les précédentes?

Constater après coup est toujours plus intéressant que de faire des pronostics sur le futur. Une année, c'est comme une heure, une minute, une seconde, pas grand chose en définitve.

0.jpg

Le Vif-L'Express de fin décembre 2011 titrait, « 2011. La chute des icônes + Tous les défis de 2012 ».

Alors, que pouvait-on faire en 2012?

L'année de toutes les trahisons?

La rédactrice en chef signait son édito par ces mots: "2012: annus mirabilis". Les articles se suivaient et déclinaient le passé avec des vue sur le futur.

« La génération 2011, c'était "Indignez-vous" », d'après Hessel. Force est de constater que les indignés se sont souvent résignés ou se cherchent une renaissance. Le G1000 a pu constater que la démocratie était en crise, perdue entre populisme et technocratie et dont son initiateur demandait une petite dépression post-natale (Rapport final du G1000).

0.jpgRuper Murdoch, "De magnat à paria" est entré au purgatoire dans une retraite dorée.

Au sujet de Michel Daerden, on lisait "Le ridicule peut tuer". Il est décédé avec le pathos en plus mais sans ridicule. 

Pour Jean-Luc Delarue, "Come-back raté". Celui-ci le restera avec en plus le mystère dans les charnières.

Hosni Moubarak, le "Raïs déchu" a été remplacé par un successeur. Tout aussi gourmand, il est rejeté par 46% de la population.

Silvio Berlusconi, s'y revoit déjà. Chante-t-il "Ça s'en va et ça revient" dans sa version "remake"? 

Jean-Luc Dehaen, "l'icône" est aux oubliettes dans une retraite dorée.

0.jpg

Bart De Wever, "De l'exploit aux abois?. La N-VA règne, mais ne gouverne pas". Il est en stand-by à Antwerpen.

Les analyses, elles, énuméraient, dans le détail, les points qu'on attendait de 2012 au vu des évènément de 2011.

« La Belgique, peut-être, engagée dans une longue phase de tensions sociales », c'est bien le cas entre riches et pauvres.

« Faire ceinture et croiser les doigts », c'est avec beaucoup d'austérité et une pincée infime de relance avec les trous trop larges dans la ceinture pour la fixer.

0.jpg« Le cap des 11 millions d'habitants », franchi perdus parmi 7 milliards sur notre Terre.

« Pippa, c'est du pipeau », Kate a repris le flambeau dans une année du style "Astrid".

« La dynamite Dexia », a bien explosé comme une bombe à fragmentation.

« Mittal éteint la sidérurgie » et on aperçoit les derniers feux. C'est à Florange en France que les dernières étincelles crépitent.

« Etre compatible avec le processus démocratique », on pourrait désormais à la lecture de certains commentaires se demander qu'est-ce que la démocratie?

1.jpg« Révolutions arabes, une longue marche » et « L'islam ira où il veut aller » La longue marche ressemble à une course aux alouette avec, en plus, de l’endurance, de la persévérance et beaucoup d'innocence, à la recherche d'un point extrême islamafistise. 1.jpg'Les Frères Musulmans payent des hommes de main pour agresser les manifestantes sur la Place Tahir au Caire"

« L'atome, energia non grata », une réaction qui, dans l'immédiateté des réflexions, pourrait mener à l'extinction des feux de l'amour.

« Kabila rempile sans vraie légitimité », S'il l'assume, le M23, lui, rabaisse la légitimité. 

« Qu'est-ce qu'un personnage comme DSK a réellement de gauche? » Aujourd'hui, parler de la gauche serait répondre "La gauche? 

C'est par là que je me lève le matin, non". DSK, l'inconscient de la République, comme il était dit, vient de conclure son "affaire de jambes en l'air" au prix fort.

« Ces oracles qui nous gouvernent », toujours attentistes les agences de notation, se branchent sur Wikileaks en véritables faucons crécerelles dans une position de "Saint-Esprit" avec la tête immobile.

Un coup de frein sur la création d'entreprises en 2012.

1.jpg

De 2012, on retiendra les rétros souvenirs des radios publiques francophones, qui se sont succédées cette semaine.

Celle de Suisse, la RTS, est entrée en communion avec celle de la Belgique, par un drame, une nuit du 13 mars ou 14 mars.

Alex Vizorek était chargé,  cette semaine, de reprendre le flambeau des 'cafés serrés' avec les événements de 2012 en Belgique avec humour.


podcast

Vadot a construit ce poster de 2012 avec le fil rouge de la crise économique qui donnait l'idée d'un jeu de quilles (best of). 

0.jpgPour le Vif-L'Express de fin 2012, l'année a été celle des trahisons. Le Realpolitik a eu son sortège de duperies dans lequel le chacun pour soi a été de la partie.

Il se pose la même question au sujet de DSK, un an plus tôt: "Di Rupo est-il de gauche?". 

L'alphabet de 2011 faisait partie du magazine récapitulatif de l'année 2011, mentionné plus haut.

 

Comme on est jamais mieux servi que par soi-même, voici, l'alphabet de mon année 2012: 

 

A: Amérique

B: Bruxelles ou Bluzz 0.jpg

C: Capri ou Cappadoce

D: Dérision

E: eBusiness ou Elections

F: Fidélité

G: Griffes ou Google

H: Histoire

I: Inventeurs

J: Jaunes (pages)

K: Kodak

L: Laos ou Londres

M: Monétarisme, Morane 

N: Nanotechnologie 

O: Ommegang

0.jpg

P: Pessimisme ou Photos ou Psychopathe 

Q: Québec

R: Rituel

S: Spéculation ou Solidarité ou Statistiques

T: Timeline ou Tabou

U: Uilenspiegel

V: Vendredi ou Vengeance ou Vieillir

W: Wépion

X: CompleXité (des Maths)

Y: Yéyé

Z: Zéro et un

Quant aux élections, les américaines et françaises ont été les plus  médiatisées. Celles de la Chine, tout aussi importantes, sinon plus, s'est produite dans plus de discrétion. 

0.jpg
0.jpg
1.jpg0.jpg


0.jpg


1.jpg
 
0.jpg





 

0.jpg

0.jpg

Quelles sont les certitudes sans appeler Madame Soleil? Assimiler 2013 à une cinquième année charnière?
 
Les mots clés seront réformes des pensions, austérité, compétitivité, déficits, gel des salaires, faillites, restructurations, chômage...
 
Après avoir frôlé la récession avec une croissance au raz des pâquerette et être entré plus en stagflation que de récession pure et dure, pour des consommateurs qui ne veulent plus consommer mais qui épargnent pour des jours meilleurs qui n'arrivent pas assez rapidement.
 
Pas bon tout cela !
 
0.jpg
La Belgique est devenu un paradis fiscal pour les plus riches et un puits sans fond pour les moins riches ou plutôt un tremplin vers d'autres horizons encore plus "efficaces".
 
Depardieu devenu le Manneken fisc pour les Français, a bien compris son avantage, mais, c'est le bourgmestre d'Estampuis qui se demande si l'on avait déplacé la Tour Eiffel en Belgique.
 
Lors de ces fêtes de fin d'année, les départs en avion ont toujours été là avec à l'horizon de pays plus ensoleillés. Les transactions bancaires virtuelles ont brisés des sommets. La Belgique en pince toujours pour le homard canadien. Tout ne serait donc pas totalement perdu. 
 
Le gouvernement Di Rupo recevait un bulletin en demi-teinte. Ouais...
 
0.jpgLe discours du Roi de Noël n'en finissait pas de faire des vagues d'indignations dans le Nord et de justifications dans le Sud. Trop se traduit, peut-être, en "te veel" dans le Nord...
Le Paris Match a qualifié de courage dans la volonté de défendre son pays alors qu'en Flandre on parle de creuser sa tombe.
Le livre "Le(s) Question(s) royale(s)" de Deborsu avait, il est vrai, jeté un froid glacial dans la cour royale. Une réaction mesurée était nécessaire.
 
Alors, quand on n'a toujours pas plus de pétrole, il faut des idées, au minimum, géniales.1.jpg
 
Beaucoup regrettent le temps pendant lequel il n'y avait pas de... gouvernement...
 
Les projets de réformes tombent comme la pluie fine de cette fin de décembre.
La définition du mot "réformer" est "modifier en apportant des améliorations". Non, peut-être. 
 
Quelques bons points, tout de même...
En 2012, le Bel20 a retrouvé sa jeunesse par un rebond de 20% en dépassant les 2500 points. Tenir le cap est la préoccupation basi... basique.
Le taux de référence est descendu à 2,06%, alors que la France était déjà descendu sous la barre des 2%. Passe, impair et manque. Partie remise. 
 
Réduire les C4 pour éviter l'hémorragie.

1.jpg

Trouver un équilibre entre licenciements et les engagements sera une entreprise qui demandera une attention de tous les instants pour faire changer la tendance.
C'est là où il aura redondance dans les postes que les éclaircissements seront les plus apprents. 
 
Alors, on voit plus loin.
On parle d'une dynamique à l'Horizon 2022 pour la Wallonie.
Le nouveau patron de Dexia voit une sortie de sa crise de foie (ou de foi) pour 2018.
 
Des ponts trop loin? 
 
On apprend que les enseignants seraient, alors, tous payés au même salaire, ce qui, vu les commentaires, ne serait pas du goût de tout le monde. Le communisme n'est pas la solution.
 
Les étudiants deviennent des Tanguy à charge des parents pendant cinq ans au lieu de trois. Ce qui permet, au moins, de postposer le besoin de chercher un emploi et de ne pas faire "chomardiser" les nouvelles recrues.
 
0.jpgHeureusement qu'il y a la santé, dit-on...
Enfin tout dépend de quelle santé, on parle.
 
Attention, séparons les pouvoirs et les problème entre le législatif, l'exécutif et le judiciaire.
 
La Justice, un autre domaine, un autre défit remisé à cette nouvelle année 2013 et pas au calendes grecques.
0.jpg
Tout le monde crie en langage SMS: "Moi, vouloir sous.". Sans le "Stop" final mais plutôt dans un hoquet chevrotant du bout des doigts. Il fallait bien souhaiter, de manière intéressante, le vingtième anniversaire de ce système de communication moderne.  
 
Que va-t-il en sortir du chapeau? Un lapin aux oreilles bien dressées ou au contraire, bien plombées?
Pour Wallonie-Bruxelles, décrète 2013 "l'année de la compétence". Des compétences, spontannées, acquises en accéléré ou sur le tas.
  
Tout demande, manifestement, plus de temps pour assumer ses charges. Du temps, encore du temps, est demandé, alors que celui-ci fuit à toute allure, dans une sorte de tempête.
 
L'émission d'OLO est prévue pour lever 37 milliards d'euros.
Le budget prévisionnel s'élèverait à 39,99 milliards d'euros, soit 3,4 milliards de moins qu'en 2012.
Un signe positif d'austérité ou la mort du cygne en manque à gagner?

0.jpg

Les Agences de la dette pensent lier les obligations à l'inflation en panne de nouvelles décotent.
Que l'idée, elle est bonne. La population bruxelloise a vu proportionnellement l'augmentation la plus forte mais au 3/4 par la voie de l'immigration.
 
S'il y en a qui entrent, il doit y en avoir aussi qui sortent.
 
La solution serait-elle de rejoindre les 300.000 Belges qui sont à l'étranger? Question à cent sous, à même pas un euro.
 
Les latino Américains sont les plus positifs du monde, d'après un sondage de Gallup, destiné à estimer l'état mental de la population adulte.
 
0.jpg
Pour 2030, Washington s'est posé la question et répartissait le monde en quatre mondes possibles, mais on précisait que "La responsabilité des individus et la diffusion du pouvoir par les États et des États vers des réseaux informels aura un impact spectaculaire".

0.jpg

 
Alors, ne lésinons pas sur les dépenses, j'aime les chiffres ronds. Je ne veux pas jouer à Cassandre en Madame Soleil à la longue échéance. 
 
Je lisais encore "Il faudra risquer davantage sa peau en 2013" avec "Question: Pourquoi certaines personnes sont-elles incitées à 'bien paraître" plutôt qu'à bien faire? Réponse: L'absence de risque individuel.".
 
0.jpg
C'est vrai, la prise de risque a été récompensée en 2012 pour les fonds, mais la palme du rendement revient au marché turc avec plus de 60% de progrès.
 
"Le monde entre dans une troisième révolution industrielle au croisement des énergies renouvelables et des technologies de l'information et des communications. Il en va de notre survie de l'économie et de la planète, alors qu'on est dans un monde qui stagne et étouffe" disait Jeremy Rifkin.
Pour faire bonne mesure et bonne figure, si on se souhaitait:
 0.jpg
Bonne et heureuse année 2020 comme le fait une pub d'une certaine marque d'un véhicule qui y voit sa longueur de garantie.   
 
De se retrouver, ici, dans sept ans, si c'est pas de l'optimisme, ça...!!! 
 
Des photographies d'ambiance de Bruxelles, pourraient-elles vous en donner plus d'envie? C'est ici, avec un seul clic.
 
 
Pour 2013, pourquoi pas risquer un poème tout simple?
 
 
L'arrivée de l'année 2013,
Une année entre deux chaises
Dans laquelle, les fadaises 
Ne seraient plus à leur aise.
 
Voilà, à nouveau 365 jours
Qu'on espère plein d'amour
Que l'on veut sans détours
Chaque jour sortir du four.
 
Une année faites de pensées
Qui ne seraient pas une diarrhée
Dans une volée de mots outrés
Mais qu'il faudra chercher à sublimer.
 
Une année à chercher le meilleur
A lui donner des couleurs
Et, parfois, dans la sueur
Tomber sur le bide du malheur. 
 
Une année où l'on n'oublie pas les plaisirs
Pour harmoniser avec ses soupirs
Et ainsi éviter à tous prix, le pire
En gardant, toujours pour la fin, les (sous)rires.
 
 
 
0.jpg
0.jpg
L'enfoiré,
 
 
PS: Je le remercie pour l'occasion, ainsi que Kroll pour avoir eu l'amabilité de m'autoriser à utiliser leurs caricatures dans mes articles.   
 
 
Citations:0.jpg
 
  • « La Belgique? C'est le pays le plus bizarre de la planète », Amélie Nothomb
  • « La Belgique, c'est un terrain vague où des minorités se disputent au nom de deux cultures qui n'existent pas. », Jacques Brel
  • « Il ne faut pas toujours tourner la page, il faut parfois la déchirer.  », Achille Chavée
  • « Le pire n'est jamais sûr, mais le meilleur se mérite », Attali
 
1.jpg
Et dans le monde? C'est le monde émergent qui va poursuivre son inexorable ascension. Quinze pays qui font les BRIC et les "Next 11", avec les 2/3 de population mondiale, vont, à leur tour, s'atteler à la croissance mondiale.
0.jpg
 
C'est la crise des valeurs de l'Europe d'après George Soros. Loin d'une association volontaire, l'UE est maintenue par une discipline de fer dans un arrangement hiérarchique dans lequel le centre dicte la politique avec la périphérie progressivement subordonnée au lieu de la fraternité et la solidarité dans des stéréotypes hostiles.
0.jpg
L'Europe en déclin et PSY, le pop-coréen danse le Gangnam Style.
 
Pour retrouver le sommet de 1989, le Nikkei de Tokyo devrait gagner 264% en 2013.
 
Le KFX danois ne devrait monter que de 1,1% pour dépasser son record de 2007 à 517,67 points tandis que Shanghai, c'est 173%.  

   
0.jpg

Commentaires

Le directeur des Restos du Coeur belges tire la sonnette d’alarme

Les Restos n’ont jamais été aussi fréquentés. Et Patrick Dejace, directeur de leur fédération, craint que la situation se détériore encore. Il a envoyé une lettre ouverte au Soir.

Cette nuit, je vais faire un cauchemar. » Ainsi commence la lettre que Patrick Dejace a adressée au Soir.
L’horrible songe couché sur papier par le directeur de la Fédération des Restos du Cœur belges, c’est l’abaissement du budget alloué par l’Europe au programme d’aide alimentaire aux plus démunis. Rien n’est décidé, mais il pourrait passer de 500 à 360 millions d’euros par an. « Ce serait une catastrophe », confie Patrick Dejace. Pourquoi ? Ces dons vont aux associations qui distribuent des colis alimentaires aux pauvres. « Aujourd’hui, vous voulez qu’on explique à nos bénéficiaires que si l’aide apportée ne couvre que 33 % de ce qu’un être humain doit manger par an pour vivre, demain elle ne sera plus que de 20 %. »
L’impact pour les Restos du Cœur serait indirect : les personnes ne recevant plus de colis alimentaires viendront frapper à leurs portes.
« Il y a des limites de place : si cela continue, on devra refuser des gens, s’inquiète le directeur. Ce sera une catastrophe humanitaire. »

http://www.lesoir.be/146023/article/actualite/belgique/2012-12-28/directeur-des-restos-du-coeur-belges-tire-sonnette-d%E2%80%99alarme

Écrit par : L'enfoiré | 29/12/2012

Les années 30, le miroir?

Albert II renvoie aux années 30. Parfum de guerre. Info ou intox ?
es discours populistes » qui « existent dans de nombreux pays européens et aussi chez nous », alors que « la crise des années 30 et les réactions populistes de cette époque ne doivent pas être oubliées ».
En réservant quelques lignes de son allocution de Noël aux « discours » et « réactions populistes », le roi Albert II a ému plus d’un nationaliste flamand. Ce n’était pas une première. Mais en se référant aux années 30, il a en quelque sorte ajouté un facteur aggravant, puisque les « populistes » – mot fourre-tout dans lequel on peut ranger une large gamme d’acteurs de l’antidémocratie – ont conduit alors l’Europe et le monde à la guerre. Bilan : cinquante millions de morts, militaires et civils.
Le Roi n’a-t-il fait qu’agiter avec ce discours un épouvantail outrancier ? Ou au contraire la référence aux années 30 est-elle plus indiquée que jamais ? La réponse à ces questions est moins évidente qu’il n’y paraît. Si les historiens n’aiment pas les anachronismes, jugeant chaque situation unique en soi, ils savent aussi que l’Histoire a ses tendances lourdes, qu’elle repasse les plats. Aux politiques d’éviter qu’elle ne s’étrangle.

http://www.lesoir.be/145457/article/actualite/belgique/2012-12-28/ann%C3%A9es-30-miroir

Écrit par : L'enfoiré | 29/12/2012

malgré l'absurdité de l'ordre mondial (Berlu et Monti, cacophonie française, Bernard Tapie etc), la mollesse de nos dirigeants, l'incurie des journalistes:
"bart de wever a parlé en historien", tu parles.
"populisme" serait un mot non scientifique (dixit à la télé un "sociologue"... de l'ulb), il correspond pourtant si bien au "völkisch" nazi
disons "nationaliste-populacier" impliquant le rejet de l'autre et la glorification d'un "nous" mythique. Les gens sont prêts à voter pour qui
donne si habilement l'air de savoir ou il va en sautant sur ttes les opportunités.
Pour moi le roi exerce son serment: maintenir l'intégrité du territoire. Faut-il le museler? Un de wever Mussolini, Horthy ou Antonescu non merci!

Écrit par : Bernard | 29/12/2012

Le Roi, un homme comme un autre?
Peut-il avoir ses opinions personnelles?
J'ai été voir ailleurs ce qu'on en disait.
Marcel Sel a son blog qui traite de tout cela avec les détails nécessaires.
http://blog.marcelsel.com/archive/2012/12/26/le-discours-royal-lost-in-trans-nation.html
C'est aussi une opinion d'un citoyen lambda qui est suivi de commentaires d'autres.
Etre mitigé? Est-ce la bonne solution, quand d'autres ne le sont pas?

Écrit par : L'enfoiré | 30/12/2012

Verhofstadt démonte la stratégie de Bart De Wever

Le leader de la N-VA a attaqué frontalement le Roi dans la presse du Nord. L'ex-Premier Verhofstadt ose une contre-attaque tout aussi frontale. Pour le libéral flamand, la sortie du président de la N-VA n'est que stratégie: à travers le Roi, c'est la Belgique qu'il attaque.
n attaquant ce qui constitue, par excellence, le lien qui réunit ce pays, Bart De Wever a démontré plus clairement que jamais quelles étaient ses véritables intentions. La seule chose qu’il souhaite, c’est la fin de la Belgique, la scission du pays et la création d’une Flandre indépendante. »
Quand notre ancien Premier ministre, retiré sur ses terres européennes, prend la plume pour démonter la stratégie du leader indépendantiste flamand, il y va franco. C’est d’ailleurs l’absence de franchise qu’il reproche à Bart De Wever dans son entreprise. Et notamment dans sa dernière attaque contre le Roi, après son discours de Noël. Jugeant qu’Albert II n’est plus un Roi neutre, Bart De Wever estime qu’il faut lui retirer ses prérogatives en matière de formation du gouvernement.
« On ne peut pas, écrit Guy Verhofstadt, en “stoemelings” (comme le disent les Bruxellois dans leur langage si imagé), les priver tout à la fois de leur pays, de leur démocratie, de leur Constitution et de leur chef de l’Etat. Si c’est cela qu’on veut, il faut être sincère et conséquent. Il faut alors avoir le courage de le dire avec autant de mots. Il faut alors appeler les citoyens à rejeter la Belgique. »

http://www.lesoir.be/146513/article/actualite/belgique/2012-12-31/verhofstadt-d%C3%A9monte-strat%C3%A9gie-bart-wever

Un coup en dessous de la ceinture, un pas de plus vers l'indépendance recherchée
http://www.lesoir.be/146511/article/debats/cartes-blanches/2012-12-31/verhofstadt-sur-wever-%C2%ABun-coup-sous-ceinture-un-pas-plus-vers-l%E2%80%99ind%C3%A9pendance%C2%BB

Écrit par : L'enfoiré | 31/12/2012

Merkel : «L’environnement économique sera plus difficile en 2013»

« L’environnement économique ne sera pas plus facile, mais plus difficile l’an prochain. Cela ne doit pas nous décourager, mais au contraire nous stimuler », affirme Angela Merkel. Évoquant la crise économique en Europe, la dirigeante de la première économie européenne a appelé à la patience, dans cette allocution qui sera diffusée ce soir sur les télévisions allemandes.
« Les réformes que nous avons décidées en Europe commencent à produire leurs effets. Mais nous avons encore besoin de beaucoup de patience. La crise est encore loin d’être surmontée », a estimé la chancelière.
Angela Merkel a également indiqué qu’il restait encore beaucoup de travail à accomplir quant à la supervision des marchés financiers internationaux.
« Le monde n’a pas encore tiré toutes les leçons de la crise dévastatrice de 2008 », a-t-elle déclaré.
Même si l’Allemagne bénéficie d’une conjoncture économique meilleure que la plupart de ses partenaires européens, elle a ralenti tout au long de l’année 2012. Le pays a ainsi enregistré une croissance de son produit intérieur brut (PIB) de 0,2 % au troisième trimestre, après +0,3 % au deuxième trimestre et +0,5 % au premier.
De nombreux économistes prévoient un recul du PIB au dernier trimestre.

http://www.lesoir.be/146525/article/economie/2012-12-31/merkel-%C2%AB-l%E2%80%99environnement-%C3%A9conomique-plus-difficile-en-2013-%C2%BB

Écrit par : L'enfoiré | 31/12/2012

Bruno Colmant était interrogé ce matin sur la rétrospective de 2012 avec une vision vers 2013.
Fin de l'Etat providence dans un processus lent. Injustice sociale qui doit chercher un équilibre avec les marchés et les Etats.
La planche à billets pour relancer l'économie et pour sauver l'euro.
L'Europe existe grâce au respect des différences.
D'où le risque vu les différences qui sont moins bien acceptées. Ce qui crée les populismes.
L'espoir est dans la jeunesse des idées et des hommes

http://www.rtbf.be/info/emissions/article_bruno-colmant-est-l-invite-de-matin-premiere?id=7900017&eid=5017893

Écrit par : L'enfoiré | 31/12/2012

Mais, encore une fois, quand tout n'est pas rose, l'humour reste seule à bord pour faire vivre.
http://www.rtbf.be/info/emissions/article_cafe-serre?id=7900040&eid=5017893

Écrit par : L'enfoiré | 31/12/2012

Ce matin, était interrogé Louis Michel.
Je n'aime pas trop le personnage, mais ce qu'il disait sur le discours du Roi m'a intéressé

http://www.rtbf.be/info/emissions/article_louis-michel-est-l-invite-de-matin-premiere?id=7901144&eid=5017893

Précédé comme il se doit par Thomas Gunzig qui le disait avec humour
http://www.rtbf.be/info/emissions/article_cafe-serre?id=7901145&eid=5017893#audios

Écrit par : L'enfoiré | 03/01/2013

En 2012, le cinéaste belge Joachim Lafosse a sorti son film "A perdre la raison", un des plus fort et significatifs.
"Ce fut une année formidable, je n'ai jamais tant appris que durant ces 12 mois".
Un film qui préparait au pire, avec à la clé scandale, procès, diffusion empêchée.
35.000 spectateurs en Belgique, plus de 200.000 en France après la présentation au festival de Cannes.
Il ne veut pas dissocier la question de son travail et celle de la réception du public.
L'histoire de l'Arche de Zoé sont sujet pour 2013.

Écrit par : L'enfoiré | 05/01/2013

Ce dimanche, c’était l’heure du bilan pour la 11ème édition des Plaisirs d’hiver. « On a eu plus de monde grâce à ce vilain sapin », a annoncé Freddy Thielemans, le bourgmestre de la ville de Bruxelles.
Entre le 30 novembre et le 6 janvier, l’événement a attiré quelque 1,5 million de visiteurs, un nombre stable comparativement aux dernières années.
Les chiffres provisoires de l’occupation des hôtels en décembre corroborent cette impression avec une augmentation de 3 % à 4 % par rapport à décembre 2011, le taux passant de 62 à 65 %.
« Le buzz sur le sapin électronique a permis de coller une image avant-gardiste à Bruxelles alors que nous nous efforçons justement de casser son image de ville ennuyeuse », s’enorgueillit pour sa part l’échevin du tourisme, Philippe Close.
Tout en promettant aux Bruxellois qu’ils retrouveront dès la prochaine édition un sapin traditionnel, il relève l’importance de la médiatisation internationale offerte par ce simulacre artistique qui s’est vu consacrer dans plus de 200 sujets internationaux et 100 nationaux et s’est illustré sur plus de 50 chaînes télévisées.
Par ailleurs, malgré la météo maussade, 6.936 personnes sont montées à sa cime, avec une moyenne de 230 par jour. Les 8.130 euros de bénéfices générés ont été reversés au Samusocial.

http://www.lesoir.be/149542/article/actualite/regions/bruxelles/2013-01-06/bilan-positif-pour-plaisirs-d%E2%80%99hiver-gr%C3%A2ce-au-%C2%ABvilain-sapin%C2%BB

Écrit par : L'enfoiré | 06/01/2013

10 tendances économiques peu connues qui gouvernent le monde

1. L'énergie solaire est concurrentielle
On croit souvent le cliché selon lequel l'énergie solaire est un caprice coûteux de gouvernements qui ne peut survivre qu’à coups de subventions. Mais ce n’est plus vrai, et depuis les années 1970, le prix des cellules photovoltaïques a diminué de plus de 99%. Les coûts d'installation et de maintenance ont aussi chuté de façon spectaculaire. Dans les régions bien ensoleillées, le solaire peut maintenant concurrencer les combustibles fossiles, sans besoin de subvention. Dans certains pays, on taxe même les panneaux solaires pour les faire contribuer à la maintenance du réseau électrique.

2. L’ « asiatification » de l’Amérique
L'immigration mexicaine s'est complètement effondrée depuis 2008 aux États-Unis, sous l'influence de l'évolution démographique et de la crise. Désormais, ce sont des Asiatiques qui émigrent vers les Etats-Unis. Chaque année, ils sont environ un demi-million à s’y installer. Le pourcentage d'Américains d'origine asiatique a récemment atteint 6%.

3. L’implosion de la population chinoise
En 2012, la population active chinoise a chuté de 3,45 millions par rapport à 2011, et cette année, la chute devrait être encore plus forte. Cette tendance devrait se poursuivre jusqu'au cours de la décennie 2030. Cela signifie que la réserve inépuisable de main d’œuvre chinoise bon marché va s’épuiser rapidement, ce qui va forcer la Chine à développer des industries à plus forte valeur ajoutée, ou elle se condamnera à tomber dans la trappe des revenus intermédiaires.

4. La baisse des émissions de CO2 aux États-Unis
La révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis, et le boom du gaz naturel qui en résulte, font que les émissions de CO2 y sont retombées aux niveaux qu’elles avaient au début des années 1990, et l’on s’attend à la poursuite de la baisse. Le titre de plus gros émetteur de CO2 est désormais attribué à la Chine.

5. Les diplômes universitaires sont moins importants
Le revenu supplémentaire tiré d'un diplôme universitaire a augmenté chaque année pendant des décennies, mais désormais, il stagne. Cela signifie que les diplômes ne gagnent plus de valeur.

6. Nous nous déplaçons de moins en moins en voiture
Confrontés à l’augmentation du prix des carburants et à la crise, les Américains et les Européens ont adapté leur style de vie, et ils ont de plus en plus recours aux transports en commun et à la bicyclette.

7. Les déficits budgétaires se réduisent aux Etats-Unis
Les coûts des soins de santé augmentent plus rapidement que la croissance, mais ils augmentent plus lentement qu’avant. Quant au déficit budgétaire, il s’est réduit de plus de la moitié par rapport à 2009 et ce trimestre, le gouvernement fédéral américain a même l’intention de rembourser une petite partie de la dette du pays.

8. La Chine est le seul BRIC qui poursuit un développement rapide
Il ya quelques années, tout le monde pensait que les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) allaient rapidement éclipser l’Amérique, l'Europe et le Japon. Cependant, la Chine est le seul pays BRIC qui continue de se développer relativement rapidement (7,5%). Les autres tigres des années 2000, la Russie, le Brésil et l’Inde, ne croissent plus qu’au rythme de 2% ou 3% par an, un rythme comparable à celui des pays riches.

9. Les investissements passifs dominent l’univers de la finance
Jusqu'à récemment la plupart des investisseurs faisaient appel à des gérants de fonds pour essayer de battre le marché. Mais désormais, de plus en plus d’investisseurs se sont tournés vers une gestion passive de leurs actifs et se passent de ces intermédiaires. Cela pourrait marquer le début d'une nouvelle ère financière, plus détendue.

10. La Chine revend de la dette américaine
La Chine, le premier créancier des Etats-Unis, vend maintenant des obligations américaines au lieu d’en acquérir. Le Japon, le second créancier des Etats-Unis, fait de même. La majorité de la dette américaine est maintenant rachetée par les Américains eux-mêmes.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=10-tendances-economiques-peu-connues-qui-gouvernent-le-monde&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 05/10/2013

Les commentaires sont fermés.