Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2020

Virus blues (3) : Histoires tirées par les cheveux

0.PNGDepuis lundi 18, le confinement des coiffeurs est arrivé à son terme. Les coupes de cheveux, les teintures vont pouvoir reprendre de plus belle.

Le salon de coiffure, l'endroit où l'on cause et qu'on dit souvent plus de bêtises que de réalités.

Les fakenews, les rumeurs, les petites histoires vont revenir sous le masque et sous le casque. Histoires tirées pas les cheveux que l'on se raconte et qu'on oublie aussitôt.

Lire la suite

16/05/2020

Virus blues (2) : De l'enfer au paradis ?

0.PNGOn sort progressivement du confinement imposé par le coronavirus. L'origine naturelle "chauve-souris", "pangolin" avait été envisagée mais aussi une fuite du laboratoire à Wuhan ou même plus complotiste qu'elle serait volontaire.
Paru en 2013, le roman "Inferno" de Dan Brown et le film qui en a été tiré, étaient-ils précurseurs de cette version complotiste? L'histoire commençait à Florence et se terminait à Florence, le point de départ du coronavirus pour l'Europe juste après la Chine.
E
t avec une pincée de philo et d'humour en prime, qu'est-ce que cela donnerait?

Lire la suite

09/05/2020

Puisque les maths expliquent le monde

20.JPGLe Sciences et Avenir n°874 de décembre 2019 était consacré aux mathématiques sensées apporter la clé de la compréhension de l'Univers.
Avec la crise sanitaire, pour passer de classe en classe, de BEP au secondaire, de secondaire à niveau supérieur, beaucoup d'examens ont été postposés, soit remis en question
.
On parle souvent de mathématiques comme d'une calamité lors des études et qu'il faut avoir une bosse des maths pour pouvoir passer outre sa répulsion.
Les mathématiques ne servent pas uniquement à comptabiliser les "petites" affaires privées et publiques.
Elles sont même très stratégiquement vôtres.

Lire la suite

05/05/2020

Virus blues (1) : "Le muguet masqué"

0.PNG- Bonjour. "Virus blues", un titre tout à fait dans la note de l'actualité.
- (Sourire) En effet. La semaine dernière, j'expliquais ma procédure pour écrire un eBook. Un roman reste une fiction mais s'ancre à une actualité. Dès que j'avais publié ce billet, je me suis lancé dans l'imagination de quelques idées du style des "Microfictions". Fin 2019, nous sommes sortis d'une période de relative sérénité globale dans le domaine de la santé pour tourner une page vers un nouveau monde de fragilité, impacté par ce coronavirus qui à partir de Chine, s'est mis à voyager pendant des milliers de kilomètres. Depuis, le monde a changé du tout au tout. Au passage, je vous rappelle le billet "Fricassée de virus".
- Une actualité comme celle-ci, c'est aussi une manière de marquer les souvenirs.
- Oui, mais j'ai imaginé une histoire parallèle à ces instants stratégiques pour quelqu'un qui en tirerait un profit personnel inattendu.
Qui, d'après-vous, aurait un avantage à se retrouver masquer?
- Celui ou celle qui a quelque chose à cacher. Non?
- En effet. A cacher de manière psychologique, philosophique et c'est ce que je me propose de vous raconter.

Lire la suite

02/05/2020

Quand les livres délivrent

0.PNGRé-apprendre à lire et à écrire en période de confinement... Pourquoi pas?
"Lire ou écrire, c'est une manière d'écarter les
murs, voire de passer les murs et d'à nouveau se retrouver dans le monde, au milieux des gens", répondait Eric-Emmanuel Schmidt au JT du 19 avril sur France 2, invité pour parler de son livre "Félix et la source invisible" en invoquant son expérience de confiné. .
Si on se retrouve après la lecture ou l'écriture au milieu des gens, c'est que pendant, on le quittait, non?

Lire la suite

25/04/2020

Objectif détrôner Trump ou COVID-19?

0.PNGLe 6 février 2016, je lançais "Trump-moi ça" avec dans l'esprit "Trompe-moi ça".
A l'époque, je me doutais que si Trump n'arrivait pas en finale, il n'en aurait pas été très loin. L'esprit américain n'a rien à voir avec l'européen.
Nous étions après une période d'une certaine mollesse ressenties après les deux mandats de Obama derrière un espoir pour sortir de la crise de 2008 sans précédent qu'il n'a pas su capter et répondre dans les temps de la première centaine de jours souvent déterminantes pour garder l'avance au Sénat et au gouvernement avant de tomber dans des blocages entre démocrates et républicains.
Je pensais à une deuxième suspens palpitant dans un scénario à l'américaine quand le coronavirus s'est invité et le temps s'est arrêté.
Trump gagnant ou perdant par le COVID-19?

Lire la suite

22/04/2020

Je me fais des films (2)

0.PNGDans le premier billet "Je me fais des films", je terminais par écrire "... rien de nouveau sous le soleil confiné, rien de vraiment changé dans mes habitudes mais rien n'empêche de se faire aussi des films personnels...".
Ce qu'on regarde à la télé mêlé à ce qu'on entend et vit, a parfois des continuations dans son sommeil.
Je me rappelle du billet "
Rencontre avec une bulle de savon" dans une "folle rêverie mise en boîte"...
Je me suis mis à rêver que j'étais un des virus, dont on parle tellement.

Lire la suite

18/04/2020

Responsabilités trompées ou tronquées?

0.PNGIl y a 15 ans, sur cette toile, je titrais mon premier billet "Nous sommes tous responsables".
Je parlais de l'hésitation entre l'achat d'un banal vélo de 1000 euros et un autre qui se retrouvait dans les grandes surfaces au prix de 500 euros en provenance de Chine sur lequel l'acheteur avait fixé son dévolu parce que c'était moins cher.
Aujourd'hui, pour les mêmes prix, on peut trouver des vélos électriques du même prix, mais dont le prix double pour être pleinement satisfait.
La recherche du prix le plus bas a été l'argument qui a été déterminant dans beaucoup de transactions d'échanges et de finances
.
Dire "tous responsables" n'est pas totalement ni exact ni fairplay.
Aimanté par les prix, personne n'a été averti sur les risques qu'il prenait en faisant appel à des services chinois  dans un processus "low cost". Le Covid-19 a changé la donne en apportant les risques inhérent au fait de se limiter juste au facteur "prix" pour un service ou un produit.
Ce qui suit n'engage que moi suite à ses intuition et conclusions.

Lire la suite

16/04/2020

Je me fais des films (1)

0.PNGDans l'édito de mon magazine télé de la semaine dernière, je lisais: "La télévision déchaîne encore les passions. Cette vieille dame d'un âge doublement canonique a prouvé qu'elle pouvait être une compagne extraordinaire, riche attentive, passionnante même si les émissions affligeantes et les navets se comptent par milliers, même si, en cette période de confinement, les re-re-rediffusions sont légions et que les déprogrammations intempestives nous gonflent. Qu'on ne dise pas qu'il n'y a rien à la télé et qu'il n'y a que des choses qu'on n'a pas envie de regarder".

Alors, je me suis demandé si depuis le confinement, il y avait quelque choses de changé dans mes habitudes, dans le scénario "films" de mes journées.  

Lire la suite

12/04/2020

Microfictions (6-6) : "Les vélos de Pékin" et "Les vitres noires de l'inconscient"

0.PNG

 

Le podcast de billets du livre de Régis Jauffret "Microfictions 2018" continue avec "Les vélos de Pékin" et "Les vitres noires de l'inconscient".

Pour avoir le son, cliquez sur les images...

Lire la suite

11/04/2020

Microfictions (5-6) : Paysage sans issue

0.PNG

 

Le podcast de billets du livre de Régis Jauffret "Microfictions 2018" continue avec "Paysage sans issue" et avec le cinquième et dernier épisode des "Cigares du pharaon" de Herge.

Pour avoir le son, cliquez sur les images...

Lire la suite

10/04/2020

Microfictions (4-6) : Ici, on ne boit que de l'eau

0.PNG

 

Le podcast de billets du livre de Régis Jauffret "Microfictions 2018"continue avec "Ici, on ne boit que de l'eau" et avec le quatrième épisode des "Cigares du pharaon" de Herge.

Pour avoir le son, cliquez sur les images...

Lire la suite

09/04/2020

Microfictions (3-6) : Fricassée de virus

0.PNG

 

Le podcast de billets du livre de Régis Jauffret "Microfictions 2018" continue avec "Fricassée de virus"  et le troisième épisode des "Cigares du pharaon" de Herge.

Pour avoir le son, cliquez sur les images...

Lire la suite

08/04/2020

Microfictions (2-6) : Flou compassionnel

0.PNGOn continue...

Le billet "Flou compassionnel" du livre de Régis Jauffret "Microfictions 2018", le film "Finding Your Feet" et le deuxième épisode des "Cigares du pharaon" de Herge.

Pour avoir le son, cliquez sur les images...

Lire la suite

07/04/2020

Microfictions (1-6) : Fabrique de poupées

1.PNGEn cette période de confinement, pour meubler le temps, il faut faire preuve d'imagination.

Quelques billets qui ont précédé avaient pour leitmotiv "faire du neuf avec du vieux".

Alors que j'avais pris pendant 15 ans, le rythme constant de publication d'un billet par semaine pour suivre l'actualité, ces deux dernières semaines, j'avais commencé à publier un billet (parfois long) quotidien.

Trop long pour ceux qui n'aiment pas lire ou n'aiment pas mon style.

Alors, en plus des yeux, il y a les oreilles et les podcasts.

Pour cette quotidienneté, je vais enregistrer des podcasts du livre de Régis Jauffret "Microfictions 2018"  qui s'adaptent parfaitement à cette tâche auquel j'ajoute cette semaine un premier épisode des "Cigares du pharaon" de Herge, tout en continuant à publier un billet hebdomadaire en fin de semaine.

Pour avoir le son, cliquez sur les images et c'est parti...

Lire la suite

06/04/2020

Tout ce qui est sur terre doit périr

0.PNG"Une masse sombre, inexpliquée, prise dans les glaces millénaires du mont Ararat. Un livre interdit, gardé sous clé dans l’enfer du Vatican.
Un animal de bois, énigmatique, portant au front une corne unique. Des indices éparpillés dans un gigantesque puzzle à reconstituer pour remonter à l’origine de toutes les religions du monde. Une obsession de réunir toutes les pièces pour retrouver l’arche de Noé. Pour garder ce secret qui n'est rien de moins que celui de l'humanité tout entière, certains sont prêts à tous les sacrifices dans un thriller au rythme effréné et une intrigue historique diaboliquement séduisante qui embarque le lecteur dans une course folle, de Bordeaux à Erevan en passant par le Vatican et Hong Kong.

Lire la suite

03/04/2020

Solitaire vs solidaire?

2.PNGCatherine Camus a écrit "Albert Camus, Solitaire et Solidaire" dans un album-récit biographique sur la vie et l'œuvre de son père Albert Camus.

«Chaque artiste garde ainsi, au fond de lui, une source unique qui alimente pendant sa vie ce qu'il est et ce qu'il dit. [...] Pour moi, je, sais que ma source est dans L'Envers et l'Endroit, dans ce monde de pauvreté et de lumière où j'ai longtemps vécu... »,  a écrit Albert Camus, dans la préface de "L'Envers et l'Endroit".
Entre 1952 et 1960, a commencé la période solitaire et solidaire de son père.

 

Lire la suite

01/04/2020

L' envahisseur du 1er avril va vous sauver

0.PNGUn soir, alors qu'il s'était assoupit, confiné depuis une quinzaine de jours, l'ancien informaticien Eriofne a été témoin de l'atterrissage d'une soucoupe volante.

Depuis cette nuit-là, il n'a de cesse de convaincre ses semblables que c'est peut-être un extraterrestre qui l'a immunisé contre les microbes et les virus.

Sous une apparence humaine, cet extraterrestre s'est infiltré sans masque à Bruxelles afin de nous coloniser mais aussi de nous sauver contre le coronavirus.

Pour le reconnaitre, peu d'indices.

Les uns disent qu'il est un peu fou. Les autres, un peu con.

Lire la suite

31/03/2020

2020, une année charnière dans le monde (1)

0.PNG"Les années charnière" est une œuvre de jeunesse de Marc Chagall. Son œuvre, sans se rattacher à aucune école, présente des caractéristiques du surréalisme et du néo-primitivisme. Inspirée par la tradition juive, la vie du village juif et le folklore russe, elle élabore sa propre symbolique, autour de la vie intime de l'artiste. Chagall s'est essayé, outre la peinture sur toile, à la gravure, à la sculpture, à la poésie...
Le site "archebdo.ch" a un titre aguicheur "La guerre est déclarée sur tous les fronts".
Très dépendante de sa manière de vivre, de sa force psychologique et intellectuelle, cette vie s'est transposée au niveau sociologique.
En période de confinement, le "moi, je" serait-il converti en "nous, nous".
Les informations contrôlées et émises dans les cycles officielles clos opposées aux nouvelles émises sur les réseaux sociaux,  seraient-elles suffisante pour ne pas sombrer dans une panique générale? Une émission comme "C'est vous qui le dites" ajoute souvent une couche au désarrois. Il s'agit de prendre du recul dans le temps et de retourner aux sources sujettes à cautions. Beaucoup de vidéos loufoques circulent sur le net pour expliquer comment les familles passent le temps de confinement.
La semaine dernière, j'en parlais quotidiennement.
J'ai cette fois, sans le dire à l'avance, j'ai fait ma petite enquête...

Lire la suite

27/03/2020

Faut pas prendre les cons pour des gens (4)

0.PNGOn parle de "Blog", de site web, là où on écrit des articles personnels, rendant compte d'une actualité autour d'un sujet donné ou d'une profession.  Dans ce but, on utilise ses  mémoires.
Des mémoires qu'on oublient aussi vite que les polémiques, parce que c'est toujours du "First in, First out" et qu'il faut la libérer du trop plein de mémoire.
L'intelligence, on en a ou pas mais on l'ajoute à ses connaissances innées ou acquises en transitant par le cerveau ou par le microbiote.
Notre complexité, elle, n'a parfois d'égale que nos conneries que l'on répète à l'infini.
Pourtant, il existe un organisme unicellulaire qui n'est ni un animal, ni une plante, ni un champignon et que l'on appelle le "Blob" dont l'étude passionne les chercheurs scientifiques (dont je suis l'ombre d'un passé).
C'est donc un génie sans cerveau mais qui n'écrit malheureusement pas ses mémoires.

Lire la suite