Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2017

Silence en coulisses, on tourne

0.jpgLa semaine dernière, j'écrivais que je parlerais de la pièce de théâtre à laquelle j'avais assisté au Théâtre des Galeries.

Son titre: "Silence en coulisses" de Michael Frayn.

Installez-vous.

Pas de trois coups, une musique intimiste suffit et c'est parti.

Le rideau tombe.

Lire la suite

15/04/2017

Uchronie d'un quinquennat pour rien?

3.jpg

Il y a un an, je parlais du passage de la démocratie représentative à la démocratie participative.

A la veille du grand scrutin en France, un poisson d'avril et une révision de ce qu'est l'Europe via son histoire, me paraissaient les plus adéquats.

Eric Zemmour a écrit "Un quinquennat pour rien" en parlant du mandat présidentiel de François Hollande.

En serait-il autrement avec un autre président, un autre système de gestion de la société ... en remontant le temps? Peut-être...

Lire la suite

01/04/2017

La macronite aiguë, une maladie ou un remède?

0.jpgEn Europe, on a commencé l'année des élections par les Pays Bas.

En France, la campagne était déjà bien lancée avec un suspense insoutenable sous forme de feuilleton à rebondissements dont l'inspecteur Bourrel aurait aimé décrire la finale dans ses "Cinq dernières minutes".

Onze candidats en finale avaient rassemblé 500 signatures de soutien pour se présenter. Le 20 mars, premier débat organisé par TF1 avec les cinq premiers finalistes pour exprimer leurs différences: Melenchon, Hamon, Macron, Fillon, Le Pen. Les six autres candidats restaient dans l'antichambre: Dupont-Aignan, Arthaud, Poutou, Cheminade, Lassalle et Asselineau. Tout cela orchestré par la pub bien fournie de TF1. 

Un candidat de moins qu'en 2012.

La gauche divisée a élu son champion Benoit Hamon.

Le champion de droite, François Fillon qui chute dans les plis du tapis de l'histoire.

Dernière ligne droite qui va se terminer par un président tout beau, tout neuf.

Un président "anormal" qui changera celui d'avant dit "normal".

Lire la suite

11/02/2017

2017, première année et suivantes du monde selon Trump

0.jpgJean-Christophe Buisson avait écrit un livre illustré "1917, l'année qui a changé le monde"

1917 ou/et 2017, l'année qui a changé le monde?

1917 a été une année décisive dans le déroulement de la Première Guerre mondiale mais aussi dans l'histoire du monde, et pas seulement d'un point de vue géopolitique ou militaire avec ses grandes batailles (Chemin des Dames, Caporetto) ou ses grands événements (échecs des pourparlers de paix lancés par l'Autriche-Hongrie et le pape, effondrement de la Russie, basculement de la Grèce dans le camp allié, premières mutineries et grèves des tranchées…).

Dans tous les domaines, y compris scientifiques, culturels, intellectuels ou sociaux, cette année, comparable à 1789 ou 1815 par son ampleur, marque un bouleversement durable dont les conséquences se font encore ressentir de nos jours.

Lire la suite

28/01/2017

Une tornade éthique wallonne?

"J'en ai marre des parvenus".

Une phrase qui a douze ans d'âge.

Une phrase qui venait à la suite des scandales des dirigeants carolos.

«J'en ai marre des parvenus. Il n'y a pas de place pour les parvenus au Parti socialiste», a-t-il lancé sur un ton sans équivoque. Il a mis en garde non seulement ceux qui abusent de leur mandat pour en tirer des avantages disproportionnés, mais aussi ceux qui ne suivraient pas la ligne d'ouverture et de culture du débat voulue par le Parti socialiste.

«Vous avez entendu comme moi ces quelques mandataires socialistes qui disent que l'ouverture, c'est inutile et qu'on est mieux entre nous. Ou ceux qui disent que la participation, la culture du débat, c'est une perte de temps parce que nous, on sait bien ce qui est bon pour le peuple. Même s'ils sont portés par peu de socialistes, ces discours-là, nous devons les combattre. Non seulement ceux qui les tiennent n'ont rien compris à ce que signifie le socialisme contemporain, mais ils mériteraient que l'on s'en sépare.

Une phrase qui résonne comme un avertissement", terminait l'article de l'époque.

[Dernier épisode d'un triptyque dont les deux premiers étaient (Liberté, égalité, identité), (Au rythme d'Algo)]

Lire la suite

20/01/2017

Au rythme d'Algo

0.jpgLa semaine dernière, j'écrivais "Liberté, égalité, identité" où l'on se retrouvait dans le monde réel de la rue.

Un monde qui est loin d'être cool.

A la rencontre de la virtualité sur Internet est-ce différent?

Être connecté sur Internet, à quoi cela sert-il?

Pour être informé seulement?

Pas du tout.

C'est souvent pour faire partie des réseaux sociaux.

Sur Facebook, on écrit le plus souvent en plantant un post-it sur un mur virtuel en espérant qu'il y aura quelqu'un qui le détachera. A la pêche, ce serait tendre son fil dans l'eau en espérant qu'un poisson viendrait s'y faire happer.

Sur Google+, on s'inscrit dans un bocal de poissons tous identiques. On y officialise son hobby en se foutant de ce qui est autour de lui.

Dans tous les cas, tout est automatiquement scanné par des algorithmes comme une main invisible, "Cannibalisés par le Web".

Donald Trump is the 45th président of United States.

Lire la suite

14/01/2017

Liberté, égalité, identité

0.jpgNous sommes deux ans après les attentats de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015.

"2017, enfin le bout du tunnel" avec un canon, sur la page de garde du dernier Charlie.

L'édito du journal écrit: "Mettre ce 7 janvier à part pour en comprendre la spécificité laisserait la désagréable impression de lui réserver un traitement de faveur alors qu'il y a  d'autres attentats terroristes.

Pour éviter cet écueil impardonnable, il s'est docilement laissé ranger sur les étagères des souvenirs pénibles...

Lire la suite

20/08/2016

Les Lumières, un héritage en péril ?

Le Hors Série n°92 du magazine "L'Obs" sortait, en mai, la question "Les Lumières, un héritage en péril?". Une occasion de revoir les principes des Lumières, de ce qu'elles étaient et de ce qu'elles sont devenus aujourd'hui en résumant les points principaux. 

0.jpgUn impératif toujours neuf

Les Lumières ne sont pas une simple parenthèse mythifiée de l'histoire. Elles réclament d'y voir un impératif, une "attitude toujours renouvelable".

Ce n'est pas une marque déposée de la civilisation européenne par rapport à un monde voué à s'enliser dans la superstition religieuse.

Voltaire était la figure titulaire des Lumières. Il se posait la question "Que répondre à un homme qui vous dit qu'il aime mieux obéir à Dieu qu'aux hommes et qui est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant?".

Rousseau, en vieil ennemi, avait compris qu'aucune société n'est vouée à se maintenir longtemps sans une forme ou une autre de religion".  

Lire la suite

01/04/2016

De la démocratie représentative à la démocratie participative

0.jpgDe la démocratie représentative, nous sommes passés à la démocratie participative et cela génère très souvent des conflits idéologiques de haut en bas de la chaîne sociale. 

J'avais écrit dans l'article précédent, "Résilience du 22 mars 2016" que j'allais revenir sur ce débat "métaphysique" auquel j'avais assisté lors de l'Assemblée Générale au soir du 21 mars avec ses mots: 

"Ce fut une bataille de chiffonniers, loin de l'esprit de père de famille qui devrait prôner pour relativiser des événements même forts quitte à rectifier le tir si cela se justifiait". 

Lire la suite

06/02/2016

Trump-moi ça?

L0.jpga campagne des élections d'un président américain est lancée pour neuf mois. Le républicain Donald Trump et la démocrate Hillary Clinton étaient en tête des sondages pour les caucus de l'Iowa.

Sera-ce "Yes, we will do it" après "Yes, we can"?

Les élections américaines, la tarte à la crème des médias américains qui se répand par allergie dans le monde...

Se mettre au diapason dans "l'affaire yankee" de l'année, cela demande pourtant quelques réflexions et de se poser quelques questions.

Si vous étiez américain et que vous aviez l'envie de devenir président, que feriez-vous?

Lire la suite

16/01/2016

Mitterrand, un président en nuances violettes

0.jpgLe 8 janvier, c'était le vingtième anniversaire depuis la mort de François Mitterrand. Un président qui a marqué la France de son empreinte et dont on se souvient par ses petites phrases et coups de sang.

Le magazine "L'Histoire" établissait un dossier sur à son sujet avec de grands thèmes: 

  • Le destin et ses scandales
  • Était-il de gauche?
  • Deux septennats qui ont changé la France.
  • De Vichy à la Résistance.

Dans le cours de l'histoire française, l'élection de Mitterrand en 1981 a généré un élan extraordinaire qu'il est nécessaire de revoir année par année pour en faire un bilan. 

En tant que belge et non français, c'est à l'aide de ma brique "Chronique du 20ème siècle" que je me suis attelé à la tâche en repérant les faits que je considérais marquants ou qui opéraient une déviance de parcours initial.

Lire la suite

11/11/2015

Birmanie ou Myanmar, est-ce vraiment l’ouverture à la démocratie ?

Préambule: Large victoire de Madame Aug San Suu Kyi qui est appelée "Papillon de Fer" par ses partisans et la Dame de Rangoon en Occident. Les dernières élections lui ont donné plus de 70% des suffrages. Elle a 70 ans, deux enfants en Angleterre. Son père qui s'est battu pour l'indépendance, a été tué en 1947 et sa mère a été ambassadrice en Inde. Des études dans les bonnes écoles de Oxford. Des idées qui suivent celles de Gandhi et de Martin Luther King. Elle a été maintenue chez elle, a fondé son parti LND (Ligue Nationale pour la Démocratie). Passive contre les indépendantistes kachins et les musulmans de Rohinga. Elle n'est pas exempte de polémiques ayant apporté son soutien à l'armée lors d'un défilé et soutenu l'entreprise Wanboo chinoise qui exploite le cuivre. Un nouveau président devra être élu en mars 2016.  

Lire la suite

17/10/2015

Ça s'en va et ça revient

0.jpgEn Belgique, ce fut une semaine chargée en évènements. Le tax shift pour réorganiser notre économie, la rentrée parlementaire, la réussite au foot et UBER. 

Tout tourne autour de la constatation qui dit : "moi y en a vouloir trouver des sous".

Le chimiste, philosophe et économiste, Antoine Lavoisier avait pourtant dit «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme».

Il avait parfaitement raison, mais il a oublié de dire "Tout se déplace"".

Le "tax shift", Lavoisier ne connaissait pas évidement. 

Lire la suite

03/10/2015

La Catalogne d'aujourd'hui et de demain

0.jpgLa semaine dernière, la Costa Brava était à l'honneur. Prenons du recul pour parler de la région catalane. En 2009, ce fut la crise en Espagne et elle fut mieux amortie en Catalogne que dans le reste du pays.

Le 11 septembre, c'était la fête régionale catalane. Un anniversaire qui en rappelle un autre...

Les indépendantistes ont envahi les rues de Barcelone. Plus d'un million et demi de Catalans y ont manifesté leur goût pour l'indépendance: 

"We want independance".

Lire la suite

05/04/2015

Discussion imaginaire entre "Faustérités"

0.jpgUn Québécois avait inventé le mot "faustérité". Le site "Contrepoints" avait deux articles qui m'ont inspiré celui-ci. Le premier parlait de la "Fausterité et l'austérité" et le second de la "Belgique avec le gouvernement Michel, c'est l'enfer fiscal". Réunis dans leur intégralité, cela donne cette discussion pascale.

Le 1er avril 2014, j'écrivais "Zo dom & Go more" au sujet de pré-élections poissonneuses.

Pas de poisson d'avril cette année ou alors avec du recul à l'allumage avec l'aide de "Cinquante nuances d'aigris" comme livre de chevet actuel.

Dans la presse, des poissons, il y en a eu comme d'habitude.

Jusqu'où aller trop loin avec le rire?

Lire la suite

08/03/2015

La stratégie du maillon faible

0.jpgQuand on n'est pas le plus fort, il faut "choser". Trouver des moyens de l'utiliser à son avantage, sur des plans différents, une stratégie globale de l'économie qui parle d'austérité et de faux-semblants au moindre coût qui entrent en jeu pour arriver à ses fins.
É
dictée dans son livre "L'Art de la Guerre", cette stratégie est étonnamment moderne par ses dimensions psychologiques et morales dans le domaine militaire, mais aussi dans celui des affaires, de la politique ou de la société.
D
ans ses principes de général chinois du 6ème siècle avant JC, Sun Tsu rejoint une stratégie minimaliste qui porte des airs de victoire.
B
asée sur la philosophie chinoise, cette stratégie a été utilisée durant la guerre d'Indochine et du Vietnam avec un certain succès. Elle se base sur des méthodes disant que gagner ou perdre une guerre ne se fait pas par hasard, ni par l'intervention des dieux ou des esprits dont on oublie trop souvent l'efficacité et dont il faut s'en méfier plus souvent qu'on ne le pense.

Lire la suite

19/01/2015

D'un François Ier à l'autre

0.jpg1515 est manifestement une date facile à retenir, que l'on retient sans parfois savoir pourquoi. Le 1er janvier 2015, il y a 500 ans commençait le règne de François Ier souvent associé à la bataille de Marignan. Celui-ci aurait-il été aussi connu sans cette fameuse bataille?  

Bataille de Marignan

(Marignano en Italie, aujourd’hui Melegnano, ville à 16 km au sud-est de Milan) eut lieu les 13 et 14 septembre 1515 et opposa François Ier de France et ses alliés vénitiens aux mercenaires Suisses qui défendaient le duché de Milan. Une bataille très longue, épuisante, pas vraiment due à la chevalerie française. Une première victoire du jeune roi François Ier, acquise au prix élevé de 16.000 morts en seize heures de combat. Une boucherie. Elle donnera lieu à une intense propagande et un véritable culte développés par le pouvoir royal afin de justifier cette expédition et écrite par le vainqueur aux détriments des adversaires. Victoire d'images et de réputations, une légende qui n'a pas un lien impartial avec la vérité historique...

Lire la suite

23/11/2014

Les puissants redessinent le monde

0.jpgLe G20 a fermé ses portes dimanche dernier... et la démocratie dans tout cela? 

Aujourd'hui, il y a 87 démocraties dans le monde et ce nombre augmente.

En 2011, on lisait "La Hongrie flirte avec l'autocratie". "Les socialistes responsables pour les crimes communistes".

Là, on se trouvait vraiment entre Buda et Peste.

Pourtant, ceux qui jouissent de cette démocratie, ne se sentent pas en faire partie comme j'ai pu le lire tellement de fois sur les forums français.

Lire la suite

09/11/2014

Du noir au feu

1.jpgEn Belgique, on parle plus que jamais de "blackout". Trois centrales nucléaires sur six déclarées comme "démob" et c'est la le mot "blackout" qui se décante  à à toutes les sauces, dans un manque de tout partout qui pourrait mener au feu. 
B
lackout, panne d'électricité.
T
out avait commencé par des fissures détectées dans les cuves des centrales nucléaires de Doel 3 et de Thiange 2. Ensuite, Doel 4 fut mis en panne des suites à un sabotage.
N
on, ce n'est pas les résultats d'un match de foot de Doel contre Thiange..
T
rois centrales sur six qui approvisionnaient le pays en électricité et la panne sèche dans le collimateur.
D
ès le mois d'août, à plusieurs reprises, la télé s'en était mêlé pour prévenir de ce qui allait arriver en hiver.
O
ui, je sais Ecolo voudrait sortir les centrales du calendrier et ne plus remettre ce calendrier aux calendes grecques, une date qui n'existe pas.

Lire la suite

06/07/2014

Le compromis "à la belge" ne marche plus?

Cette semaine, le Vif avait un article dossier qui disait "Tous paranos" en parlant des politiciens. Après Bart De Wever comme informateur du Roi, voici Charles Michel passé au même poste avec le même problème et sans solution après une semaine. Tout avait commencé en 2007. Répété en 2010, sans gouvernement ou plutôt gouvernement en affaires courantes, pendant 541 jours. Et si c'était Marc Wilmots, l’entraîneur des Diables Rouges, comme informateur? Que dirait-il? 

0.jpg

- Bonjour Monsieur Wilmots.

- Bonjour Monsieur.

- Mon journal Le Vif a écrit un dossier dans lequel il qualifiait tous les politiciens de paranoïas. J'aimerais en parler avec vous puisque vous êtes réputé comme meneur d'hommes dans le football.

- Je vous écoute. 

Lire la suite